Vagin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le vagin (du latin : vagina, « fourreau ») est un organe tubulaire musculo-muqueux faisant partie du système reproducteur femelle de certains animaux tel que l'appareil reproducteur féminin. Chez les mammifères, il relie l'utérus à la vulve. Chez les oiseaux et reptiles, il relie l'utérus au cloaque. Chez les insectes et d'autres invertébrés, le vagin est la partie terminale de l'oviducte. Il est impliqué lors de l'accouplement et, chez les mammifères, lors de la parturition (mise au monde).

Humain[modifier | modifier le code]

Coupe sagittale d'un bassin de femme : 1. Oviducte - 2. Vessie - 3. Symphyse pubienne - 4. Ligaments vésico-pubiens - 5. Clitoris - 6. Petites lèvres - 7. Vagin - 8. Ovaire - 9. Péritoine sigmoïde - 10. Utérus - 11. Fornix vaginal - 12. Col de l'utérus - 13. Rectum - 14. Anus
Vulve et orifice vaginal : 1. Capuchon du clitoris - 2. Clitoris - 3. Petites lèvres - 4. Méat urinaire - 5. Orifice vaginal - 6. Raphé du périnée - 7. Anus
Schéma en coupe des culs-de-sac du vagin et de l'utérus au-dessus.

Anatomie[modifier | modifier le code]

Le vagin est une des parties internes de l'appareil génital féminin. L’orifice du vagin se trouve dans le vestibule de la vulve, en arrière de l'orifice urétral. Le vagin relie la vulve à l'utérus en haut ; le cul-de-sac vaginal (fornix) entoure le col de l'utérus (cervix). Le vagin est long d'environ 8 cm[1].

La partie superficielle des parois de ce tube fibromusculaire est une muqueuse capable de se lubrifier lors de l'excitation sexuelle, par transsudation. Certaines glandes situées à l’intérieur du vagin et du col de l’utérus sécrètent quotidiennement une petite quantité de liquide (le fluide alors sécrété contient de la cyprine).

Physiologie[modifier | modifier le code]

Les facteurs à l'origine de l'intense érogénéité du vagin ne sont pas connus avec précision. L'érogénéité pourrait provenir soit :

Les structures connexes seraient le sphincter urétral[2], les glandes de Skene[3] et le fascia de Halban. Ces deux dernières structures, et surtout le fascia de Halban, pourraient correspondre au controversé point G[4].

Il est aussi possible que la stimulation vaginale provoque une stimulation indirecte des structures internes du clitoris, qui entourent le vagin[5],[6]. Dans ce cas, l'érogénéité du vagin proviendrait en fait de la stimulation indirecte du clitoris. Une étude récente par imagerie confirme que la pénétration dans le vagin entraîne des pressions et des mouvements de la partie interne du clitoris[7]. Mais on ne peut pas conclure à partir de cette étude que les autres structures n'ont pas d'influence.

D'où, comme il n'existe pas actuellement d'étude ayant comparé et évalué l'importance relative de ces différentes possibilités de l'érogénéité vaginale, il est difficile de conclure. Les seules certitudes sont que le clitoris interne est stimulé lors d'une pénétration[7] et que le vagin possède des zones, le plus souvent sur sa paroi antérieure, dont la stimulation tactile est intensément érogène et peut conduire à l'orgasme[8]. En fonction de toutes les données ci-dessus, l'hypothèse la plus probable pour expliquer la différence des sensations érotiques ou orgastiques parfois perçues entre la stimulation du clitoris et du vagin est que ces deux types de stimulations ne recrutent pas les mêmes combinaisons de régions sensorielles. La stimulation vaginale correspond principalement à la combinaison de sensations simultanées provenant de la partie interne du clitoris, de l'innervation intrinsèque du vagin, des structures connexes (sphincter urétral, glande de Skene, et fascia d'Alban) et des parties profondes du périnée (sensations viscérales), tandis que la stimulation clitoridienne correspond principalement à la combinaison de sensations simultanées provenant de la partie externe du clitoris, des lèvres et du pubis[9].

Sexualité[modifier | modifier le code]

Le vagin joue un rôle important dans la reproduction. En particulier l'intromission du pénis, l'éjaculation et le dépôt du sperme dans le vagin sont des séquences cruciales. On observe que l'organisation neuroanatomique générale des organismes mammaliens est spécifiquement conçue pour la copulation : des phéromones sexuelles attirent réciproquement les mâles vers les femelles[10], puis le réflexe de lordose permet de bien présenter le vagin pour la pénétration[11], la lubrification vaginale facilite le réflexe d'éjaculation, les sensations vaginales et clitoridiennes, via le système de récompense[12], favorisent la motivation sexuelle[13]. Les caractéristiques anatomiques et physiologiques du vagin sont ainsi adaptées à la copulation et à la reproduction.

Article détaillé : Comportement de reproduction.

Mais chez les primates et surtout chez les hominidés, au cours de l’évolution, la sexualité s'est progressivement dissociée des cycles hormonaux[14],[15], 90 % des gènes des récepteurs aux phéromones ont été altérés[16],[17] et le réflexe sexuel de la lordose n'est plus fonctionnel. En raison de ces modifications du système nerveux, on observe que les activités sexuelles des hominidés changent : elles ne sont plus limitées à la copulation vaginale[18],[19], mais se développent principalement autour de la stimulation du clitoris et du pénis[20]. Le comportement de reproduction a évolué vers un comportement érotique[9],[21],[note 1].

Article détaillé : Comportement érotique.

Néanmoins, malgré l'altération des informations phéromonales[16] qui permettent de reconnaître de manière innée le partenaire de sexe opposé[10], on observe que les caractéristiques anatomiques et physiologique du vagin, en facilitant la pénétration et l'éjaculation, induisent indirectement une préférence hétérosexuelle. En effet, une vérification expérimentale chez des macaques, qui sont bisexuels à l'adolescence, montre que c'est la récompense orgastique avec une femelle qui est le meilleur prédicteur de l'activité hétérosexuelle adulte[22].

Et chez l'être humain, on observe également que ce sont les régions du corps qui procurent les récompenses les plus intenses qui orientent la dynamique du comportement érotique. Le vagin, ainsi que le clitoris et le pénis, sont les régions du corps qui sont les plus stimulées au cours des activités sexuelles[21], favorisant ainsi indirectement le coït vaginal hétérosexuel.

Hygiène et médicaments locaux[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (août 2012). Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Certaines femmes utilisent un tampon hygiénique pendant leurs menstruations afin d'absorber l'épanchement sanguin. Il doit être régulièrement changé.

Des traitements locaux peuvent être utilisés, ce sont les ovules vaginaux (médicaments semblables à des suppositoires).

La douche vaginale est le lavage du vagin à l'aide d'eau ou de solutions désinfectantes, voire de thérapeutiques introduites par une canule ; cette pratique, autrefois utilisée comme un moyen contraceptif, est actuellement déconseillée sauf sous avis médical. La douche vaginale n'est pas considéré comme une méthode efficace de contraception. Utilisée régulièrement, elle induit un désiquilibre de la flore vaginale [23].

Une méthode de contraception locale est l'usage de diaphragme, dispositif placé sur le col de l'utérus pour l'obstruer [24].

Examens médicaux[modifier | modifier le code]

En gynécologie, l'examen du vagin se pratique à l'aide d'un spéculum, puis par un toucher vaginal éventuellement complété d'un toucher rectal.

Autres mammifères[modifier | modifier le code]

Autres animaux[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les distinctions entre “comportement sexuel”, “comportement de reproduction” et “comportement érotique” sont expliquées dans les articles Comportement érotique et Comportement de reproduction. Ces expressions ont été proposées par les auteurs Martin H. Johnson et Barry J. Everitt dans leur ouvrage Reproduction, 5e edition, publié chez De Boeck Université en 2001, car les différences neurobiologiques, cognitives et comportementales entre les espèces modifient la dynamique du comportement sexuel. L'ouvrage qui présente le plus de vérifications expérimentales de ces distinctions est Functional and dysfunctional sexual behavior du neurobiologiste Anders Agmo.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le vagin en 10 questions sur le site doctissimo.fr
  2. (en) Lenck L. C. , Vanneuville G. , Monnet J. P. , Harmand Y. « Urethral sphincter (G point). Anatomo-clinical correlations » Rev. Fr. Gynecol. Obstet. 1992;87(2):65-9.
  3. (fr) Benattar Marie-Claude « L'amplification du point G, une nouvelle approche thérapeutique des dysfonctions sexuelles féminines ? » Sexologies 2005;15(51):5-10.
  4. (en) Hines T. M. « The G-spot: a modern gynecologic myth » Am. J. Obstet. Gynecol. 2001;185(2):359-62.
  5. (en) O'Connell H. E. Delancey J. O. « Clitoral anatomy in nulliparous, healthy, premenopausal volunteers using unenhanced magnetic resonance imaging » The Journal of Urology 2005;173(6):2060-3.
  6. (en) O'Connell H. E. Hutson J. M. Anderson C. R. Plenter R. J. « Anatomical relationship between urethra and clitoris » The Journal of Urology 1998;159(6):1892-7.
  7. a et b (en) Foldes P., Buisson O. The clitoral complex: a dynamic sonographic study. J. Sex Med., 6(5):1223-1231, 2009
  8. (en) Alzate H. « Vaginal eroticism and female orgasm: a current appraisal » Journal of Sex and Marital Therapy 1985;11(4):271-84.
  9. a et b (fr) Wunsch S. Comprendre les origines de la sexualité humaine. Neurosciences, éthologie, anthropologie. [PDF] L'Esprit du Temps, 2014.
  10. a et b (en) Keller M., Bakker J. Pheromonal communication in higher vertebrates and its implication on reproductive function. Editorial. Behavioural Brain Research, 200(2):237-238, 2009
  11. (en) Kow L.M., Florea C., Schwanzel-Fukuda M., Devidze N., Kami K.H., Lee A., Zhou J., Maclaughlin D., Donahoe P., Pfaff D. Development of a sexually differentiated behavior [lordosis] and its underlying CNS arousal functions. Curr. Top. Dev. Biol., 79:37-59, 2007
  12. (en) Cibrian-Llanderal T., Tecamachaltzi-Silvaran M., Triana-Del R.R., Pfaus J.G., Manzo J., Coria-Avila G.A. Clitoral stimulation modulates appetitive sexual behavior and facilitates reproduction in rats. Physiology & Behavior, 100(2):148-153, 2010
  13. (en) Pfaus J.G., Kippin T.E., Coria-Avila G.A., Gelez H., Afonso V.M., Ismail N., Parada M. Who, what, where, when (and maybe even why)? How the experience of sexual reward connects sexual desire, preference, and performance. Archives of Sexual Behavior, 41(1):31-62, 2012
  14. (fr) Jean-Pierre Signoret, « Sexuel (Comportement) », Encyclopædia Universalis, vol. 11.0,‎ 2006
    version électronique
  15. (fr) J. Buvat, « Hormones et comportement sexuel de l'Homme : données physiologiques et physiopathologiques », Contracept. Fertil. Sex., vol. 24, no 10,‎ 1996, p. 767-778
  16. a et b (en) Nei M., Niimura Y., Nozawa M. The evolution of animal chemosensory receptor gene repertoires: roles of chance and necessity. Nat. Rev. Genet., 9(12):951-963, 2008
  17. (en) ZHANG J. , WEBB D. M. Evolutionary deterioration of the vomeronasal pheromone transduction pathway in catarrhine primates, Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America, 100(14):8337-8341, 2003.
  18. FORD Clellan S. , BEACH Frank A. : Patterns of sexual behavior, Methuen & Co, London, 1965. Le livre existe en français, mais il est plus difficile à trouver : Le comportement sexuel chez l'homme et l'animal, R. Laffont, 1970
  19. Bagemihl B. Biological Exuberance. St Martin's Press, 2000
  20. Georgiadis J.R., Kringelbach M.L., Pfaus J.G. Sex for fun: a synthesis of human and animal neurobiology. Nat. Rev. Urol., 9(9):486-498, 2012
  21. a et b [PDF] (fr) Wunsch Serge, Thèse de doctorat sur le comportement sexuel, EPHE-Sorbonne, Paris, 2007.
  22. (en) Wallen K. Sex and context: hormones and primate sexual motivation. Horm. Behav., 40(2):339-357, 2001
  23. http://contraception.comprendrechoisir.com/comprendre/douche-vaginale
  24. http://www.choisirsacontraception.fr/moyens-de-contraception/le-diaphragme.htm

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]