Chasteté

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hans Memling, Allégorie de la chasteté, 1475, musée Jacquemart-André

La chasteté consiste à s'abstenir de toutes pratiques, de toutes pensées sexuelles immorales, et à faire preuve de retenue dans les plaisirs sexuels en général. La notion de chasteté varie plus ou moins en fonction de la culture.

Dans l'Église catholique, la vertu de chasteté à une définition beaucoup plus large et concerne toutes les relations affectives entre personnes et le bon usage des dons de chacun (tel la beauté, le charme, l'intelligence, la sensibilité, ...) qui peuvent être utilisés soit pour aider l'autre à grandir à travers une relation libre, soit pour l'enfermer dans son propre désir. La chasteté revient alors à être au service des autres plutôt que se servir des autres (ou d'un autre) pour satisfaire ses envies, son désir de reconnaissance, de puissance, ... . La vertu de chasteté est la liberté de pouvoir aimer Dieu et son prochain de manière désintéressée, de respecter chaque personne.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le mot chasteté vient du latin « castus », dont le contraire est « incastus », d'où provient le mot « incestueux ». Et aussi « caste » comme groupe endogame. La pureté était surtout affaire liturgique.

Monde occidental contemporain[modifier | modifier le code]

Dans le monde occidental, la chasteté est souvent associée à l'abstinence sexuelle, en particulier l'abstinence avant le mariage en raison de l'interdit de ces dernières dans les religions dominantes de ce groupe culturel. Le terme prend également un sens particulier dans le cas des religieux.

Dans l'Antiquité[modifier | modifier le code]

Dans le monde gréco-romain, la valeur de la chasteté a été débattue à la fois dans le cas de l'homosexualité et dans le cas de l'hétérosexualité. En particulier, Socrate défendait des relations pédagogiques et chastes entre hommes adultes et jeunes hommes, par opposition à la pédérastie, qui était commune. Platon, en transmettant les enseignements de Socrate, est devenu l'éponyme de ce genre de chasteté, connue aujourd'hui sous le nom d'amour platonique.

Religions abrahamiques[modifier | modifier le code]

Dans le contexte éthique juif, chrétien ou musulman, les actes de nature sexuelle sont réservés au mariage. Ainsi, pour les personnes non mariées, la chasteté est identifiée à l'abstinence sexuelle. Dans le contexte du mariage, les époux s'engagent à une relation pour la vie excluant les relations intimes avec d'autres personnes. La chasteté implique alors la fidélité et souvent une intention de procréer. Certaines pratiques sexuelles peuvent ne pas être considérées comme chastes.

Ainsi, dans le cas de l'Église catholique, les pratiques sexuelles à l'intérieur du mariage sont considérées comme chastes, s'il y a volonté d'union des époux et ouverture à la vie, mais l'usage de moyens de contraception ne l'est pas, car ils sont perçus comme contraires à la volonté divine en tant qu'ils sont la marque du refus de l'ouverture à la vie. À l'inverse, les Églises anglicanes autorisent cet usage, percevant la réduction de la taille de la famille comme non nécessairement contraire à la volonté divine. Les Shakers enfin interdisent le mariage et voient ainsi toute relation sexuelle comme contraire à la chasteté. Dans le cas des ecclésiastiques de tradition chrétienne, la chasteté peut impliquer l'abstinence sexuelle. C'est le cas pour les moines et pour les prêtres catholiques. En revanche, les pasteurs de tradition protestante, toutes tendances confondues, les prêtres de tradition anglicane et les popes de tradition orthodoxe peuvent contracter un mariage.

Église catholique romaine[modifier | modifier le code]

La chasteté ne doit pas être confondue avec la continence qui consiste à se priver volontairement de toutes pratiques sexuelles. Même, l'abstinence peut être non-chaste[1].

Chasteté et respect de la liberté[modifier | modifier le code]

La vertu de chasteté est la liberté de pouvoir aimer Dieu et son prochain de manière désintéressée, l'engagement à aimer Dieu par-dessus toutes choses, et à aimer les autres de l'amour même que Dieu leur porte. La pratique de cette vertu exprime le désir conscient, pour le chrétien, de respecter chaque personne comme le demande la loi de Dieu[2] [3]. L’Église invite les chrétiens à pratiquer la chasteté à la suite du Christ[4],[5], qui a été chaste, non en étant célibataire, mais par son attitude envers les personnes rencontrées : pleinement attentif à celui qu'il rencontrait, l'aimant avec son affectivité d'homme, rejoignant l'autre pour le faire grandir et avancer dans sa foi[6]. La vertu de chasteté comporte l’intégrité de la personne et l’intégralité du don. Elle devient personnelle et vraiment humaine lorsqu’elle est intégrée dans la relation de personne à personne[C 1].

La vertu de chasteté s’épanouit dans l’amitié entre personnes de même sexe ou de sexes différents. Cette amitié conduit à la communion spirituelle[C 2]. La chasteté est une vertu morale. Elle est aussi un don de Dieu, une grâce, un fruit de l’œuvre spirituelle[C 3].

La chasteté concerne les relations affectives entre personnes et le bon usage des dons de chacun (tel la beauté, le charme, l'intelligence, la sensibilité, ...). Ces dons peuvent être utilisé pour aider l'autre à grandir à travers une relation libre, soit pour l'enfermer dans son propre désir, saturer son propre affectif : vivre une relation qui ne respecte pas la liberté propre de la personne rencontrée (par une relation non chaste). La chasteté consiste en le respect profond de toute personne : être au service des autres plutôt que se servir des autres (ou d'un autre) pour se satisfaire (de ses envies, désirs de reconnaissance, de puissance, ...). La chasteté est une dimension du véritable amour[7]. La pratique de la chasteté est un accès à la liberté personnelle comme le dit l’Église dans sont catéchisme : « L’homme parvient à cette dignité lorsque, se délivrant de toute servitude des passions, par le choix libre du bien ... »[C 4].

La pratique de la chasteté nécessite un long travail quotidien, comme le dit Xavier Thevenot : « C'est-à-dire que devenir chaste est un long travail, jamais totalement achevé, un beau travail qui vise à devenir de plus en plus libre pour aimer en vérité, avec toutes les ressources de notre humanité. »[8]. Elle ramène l'homme à une unité de tout son être[9].

La chasteté, si elle déborde largement de la sexualité (en intégrant les relations amicales, familiale, professionnelles, ...) intègre également cette dernière de manière respectueuse (de l'autre) et libre (liberté donnée à l'autre) : « La chasteté est une manière de réaliser sa sexualité - dans le mariage ou comme célibataire - qui intègre celle-ci dans la totalité de l'être humain, dans le sens qu'il donne à sa vie et essentiellement dans sa relation aux autres. La chasteté est un dynamisme qui intègre instinct et plaisir sexuel, affectivité et passion amoureuse, relation aux autres respectés dans leur différence. »[10].

« La chasteté, pour un être humain, consiste pour l'essentiel à accepter sa propre sexualité pour en faire un chemin de rencontre des autres. Aussi bien, être chaste, c'est reconnaître ses limites, accepter de ne pas être parfait par soi-même et même de ne pas être totalement maître de soi-même, renoncer à une relation transparente à l'autre, mais au contraire lui permettre d'être différent dans ses pensées, ses désirs et ses projets. La chasteté réalise alors un des sens les plus profonds de la sexualité humaine : un long et difficile apprentissage de la rencontre de l'autre comme toujours "autre", toujours différent, jamais réductible à mon image, à mon besoin, à mon désir ... seul chemin d'un amour vrai qui unit les différences dans un respect mutuel. La foi chrétienne reconnaît ici un des lieux où se fait l'apprentissage de la rencontre de Dieu, Celui qui est toujours "Autre", toujours différente de l'image que j'en ai ou de ce que j'attends de Lui : différence la plus radicale qui ouvre à la communion la plus profonde. »[10].

Conséquences sur la sexualité[modifier | modifier le code]

Le Catéchisme de l'Église Catholique décrit et, en un certain sens, définit ainsi la chasteté: « La chasteté signifie l'intégration réussie de la sexualité dans la personne et par là l'unité intérieure de l'homme dans son être corporel et spirituel. »[C 1]. L'Église considère qu'une relation sexuelle vécue sans amour, créerait une rupture[C 5] entre ce que n'éprouve pas le cœur et ce que manifeste pourtant le corps. Cette situation ne serait pas équilibrante pour l'être humain et l'empêcherait de réaliser cette « intégration réussie de la sexualité dans la personne et par là l'unité intérieure de l'homme dans son être corporel et spirituel » qu'est la chasteté[11].

Concernant la sexualité, l'enseignement de l'Église recommande de rechercher « l'amour véritable » entre les humains c'est-à-dire vouloir pour les autres ce qui est bien pour eux, ce qui renforce l'amour conjugal, et ce qui anoblit l'âme et le corps.

Ainsi, la chasteté pour une personne célibataire est une sexualité exprimée non activement (c’est-à-dire en termes de génitalité)[C 6] mais qui s'exprime à travers l'amitié, l'énergie donnée dans certains projets.

À partir de ce principe, elle recommande le mariage vécu dans la fidélité et la volonté de prendre les moyens d'aimer, qui selon elle, répond seul à la demande profonde d'amour dans la durée qu'éprouve tout être humain[C 5]. L'Eglise indique que la chasteté renforce une attention à l'autre à travers des gestes adaptés, une écoute plus forte de l'autre et une attention à ce que la seule recherche de plaisir physique n'occulte pas la tendresse, le dialogue et l'écoute mutuelle. « Toute personne, mariée ou non, bien équilibrée ou non, doit du point de vue éthique (moral) viser la chasteté. »[12]. Les périodes d'abstinence sexuelle (comme les fiançailles) peuvent être considérées comme des moyens de nourrir un amour non exclusivement physique[C 7].

La recherche de plaisir sexuel seul (par exemple par la masturbation) est considérée comme un acte "gravement désordonné" qui nuit à l'unité de l'homme (unité physique, morale, spirituelle, ...). Cette recherche est donc contraire à la chasteté[C 8]. De même l’Église considère que la pornographie, parce qu’elle dénature l’acte conjugal, (qui est le don intime des époux l’un à l’autre), et porte gravement atteinte à la dignité des personnes qui s'y livrent, est une faute grave et porte atteinte à la chasteté[C 9]. De même pour la prostitution et le viol qui "porte atteinte à la dignité de la personne qui se prostitue" pour le premier, "est atteinte à la justice et à la charité, blesse profondément le droit de chacun au respect, à la liberté, à l’intégrité physique et morale" pour le second. Ils sont tout deux condamnés avec force par l’Église[C 10].

Conséquences pour moines et membres du clergé[modifier | modifier le code]

Si la chasteté a un impact direct sur la sexualité des membres du clergé régulier et séculier en imposant, en conséquence de leur célibat[13], l'abstinence sexuelle ; la chasteté, et même le vœu de chasteté pour les moines, a surtout un impact beaucoup plus large puisqu'il consiste à aimer toute personne en vérité en respectant pleinement sa liberté[2], se mettant à son service pour l'aider à grandir (dans la foi, dans l'unification de tout son être)[7]. Et donc de ne pas utiliser sa propre position (responsable de formation, père supérieur du monastère, prêtre, ancien, ...) pour agir avec "autorité" sur la personne, et satisfaire ses propres désirs (orgueil, ...).

Résumé de manuscrits sur la Chasteté[modifier | modifier le code]

Simon-Auguste Tissot (1728-1797) publia un traité sur l'onanisme, qui donne des remèdes médicaux pour vaincre les tentations. Il connut un grand succès et soixante-trois éditions entre 1760 et 1905. Il donnait une multitude de conseils : le sommeil, prendre du vin avant de dormir, entre autres il recommande de ne pas rester trop longtemps au lit une fois réveillé, et l'exercice ; il recommande la ceinture de chasteté, mais par contre il déplore les saignées.

Le Dr Fournier citait beaucoup Saint François de Sales qui recommandait aux membres des communautés religieuses de dormir sous surveillance, les mains en dehors des couvertures et abolir les chambres privées. Il citait également « La chasteté est le lis des vertus et, dès cette vie, elle nous rend presque semblables aux anges. Rien n’est beau que par la pureté et la pureté des hommes c’est la chasteté. » [14]

Le Dr Fournier, dans son Traité des maladies causé par l'onanisme (1875), utilisa l'ouvrage de Tissot comme livre de référence. Fournier écrit que tout instinct qu'on ne nourrit pas fini par s'éteindre, que l'onanisme n'est qu'une mauvaise habitude et qu'une fois réglées, les pulsions arrivaient très rarement. Comme Tissot, le Dr Fournier recommandait le camphre comme étant reconnu comme un antiaphrodisiaque puissant.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Un chartreux, Le bonheur d'être chaste, Presses de la Renaissance, 2004
  2. a et b « Constitutions de l’Ordre Séculier », sur Le Carmel en France, carmel.asso.fr (consulté le 1 novembre 2013), p. paragraphe 13 : la chasteté
  3. « La promesse de chasteté renforce l'engagement à aimer Dieu par-dessus toutes choses, et à aimer les autres de l'amour même que Dieu leur porte. Cette promesse donne au Séculier du Carmel la liberté de pouvoir aimer Dieu et son prochain de manière désintéressée témoignant ainsi de l'intimité divine promise dans la béatitude « bienheureux les cœurs purs car ils verront Dieu » Mt 5,8 ... Par cette promesse, le Séculier exprime en outre son désir conscient de respecter chaque personne comme le demande la loi de Dieu, selon son état de vie propre, qu'il soit célibataire, marié ou veuf... »
  4. Extrait de la Lettre de saint Ignace aux Philadelphiens « LETTRE D'IGNACE D'ANTIOCHE AUX PHILADELPHIENS », sur catho.org (consulté le 14 octobre 2013): « Certains ont voulu me tromper selon la chair, mais on ne trompe pas l'Esprit, qui vient de Dieu. Car parce que je prévoyais la division de quelques-uns, il m'est témoin Celui pour qui je suis enchaîné que je ne le savais pas d'une chair d'homme. C'est l'Esprit qui me l'annonçait en disant : “Ne faites rien sans l'évêque, gardez votre chair comme le temple de Dieu” (cf. 1Co 3,16, 1Co 6,19), aimez l'union, fuyez les divisions, soyez les imitateurs de Jésus-Christ, comme lui aussi l'est de son Père ».
  5. « Catéchisme de l'Église Catholique », sur Vatican, vatican.va (consulté le 15 octobre 2013), p. N°2394
  6. Exemple : Évangile de la Samaritaine Jn 4,7-29
  7. a et b Livret de formation des Carmes Déchaux Séculiers, Province Avignon-Aquitaine, Fiche A-2-1 Pauvreté, chasteté, obéissance (P34), et fiche B2-2 L'esprit du conseil évangélique de chasteté (P63 à 68).
  8. Xavier Thevenot, Repères éthiques pour un monde nouveau, Edition Salvador, 1995.
  9. « La chasteté nous recompose ; elle nous ramène à cette unité que nous avions perdue en nous éparpillant » Augustin d'Hippone, conf. 10, 29)
  10. a et b Théo, Nouvelle Encyclopédie catholique, Droguet-Ardant/Fayard, 1989, article « Chasteté », P 811.
  11. « la sexualité sans amour est un mensonge »(Jean-Paul II)
  12. Xavier Thevenot, Repères éthiques pour un monde nouveau, Edition Salvador, 1995, Page 45.
  13. Dans l’Église Catholique, les prêtres, évêques, moines et religieuses sont célibataires. Les prêtres font même vœux de célibat avant d'être ordonné.
  14. « Saint François de Sales », sur Evene, Société, evene.fr (consulté le 16 octobre 2013).

« Catéchisme de l'Église Catholique », sur Vatican, vatican.va (consulté le 15 octobre 2013), p. 3e partie, 2e section, Chapitre 2, 6e commandement, II. La vocation à la chasteté

  1. a et b « Catéchisme de l'Église Catholique », sur Vatican, vatican.va (consulté le 15 octobre 2013), p. N°2337
  2. Catéchisme de l'Église Catholique N°2347
  3. Catéchisme de l'Église Catholique N°2345
  4. Catéchisme de l'Église Catholique N°2339
  5. a et b Catéchisme de l’Église catholique, N° 2353
  6. Catéchisme de l’Église catholique, N° 2349
  7. Catéchisme de l’Église catholique, N° 2349 et N°2350
  8. Catéchisme de l’Église catholique, N° 2352
  9. Catéchisme de l’Église catholique, N° 2354
  10. Catéchisme de l’Église catholique, N° 2355 et N°2356

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Simon-Auguste Tissot. L'onanisme, Paris : Garnier frères, 1905 Consultation sur le site de la BNF
  • Dr H. Fournier. L'Onanisme, causes, dangers et inconvénients pour les individus, la famille et la société : remèdes / Paris, 1875.
  • G. Hoornaert. Le combat de la pureté : à ceux qui ont vingt ans/ Bruxelles, 1876

Liens externes[modifier | modifier le code]

Textes explicatifs de la chasteté selon diverses traditions religieuses.

Église catholique[modifier | modifier le code]

Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours[modifier | modifier le code]

Shakers[modifier | modifier le code]