Le Courrier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Courrier (homonymie).
Le Courrier
Image illustrative de l'article Le Courrier

Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Langue Français
Périodicité Quotidien
Genre Généraliste
Diffusion 7 510 ex. (2013)
Date de fondation 1868
Éditeur Nouvelle association du Courrier (NAC)
Ville d’édition Genève

ISSN 1424-1404
Site web Le Courrier

Le Courrier est un quotidien suisse de gauche de langue française édité à Genève. Il affiche le slogan « L'essentiel autrement », adoptant une ligne socio-politique claire et différente de celle de la grande presse d’information.

Historique[modifier | modifier le code]

Le Courrier a été créé en 1868 avec le sous-titre Feuille religieuse et nationale pour défendre les intérêts catholiques dans la Genève protestante, c'était alors un hebdomadaire paraissant le dimanche[1]. En 1892, sa parution devient quotidienne, avec un tirage de 3 000 à 4 000 exemplaires. Après la séparation de l'Église et de l'État, en 1907, la feuille de lutte catholique perd sa raison d'être et son tirage chute à 1 000 exemplaires.

À partir de 1923, sous la direction de René Leyvraz, Le Courrier devient un journal social-chrétien et le tirage atteint 5 700 exemplaires en 1932. L'église catholique trouve la ligne du journal trop à gauche et les tensions poussent le rédacteur en chef à démissionner en 1935[2]. En 1940, face au Maréchal Pétain, Le Courrier ne se distingue pas des autres journaux, il « ne veut surtout pas se poser des questions embarrassantes et se contente de voir ce qui va dans son sens », il se préoccupe de la réforme scolaire et milite pour le retour de Dieu à l'école genevoise[3].

En 1945, on rappelle René Leyvraz[4]. Dans les années 1960, le tirage oscille autour de 8 000 exemplaires.

Logo en 1976 (détail d'une manchette)

En 1979, le journal ne compte plus que 2800 abonnés, c'est à ce moment que Pierre Dufresne est engagé et devient le nouveau rédacteur en chef[5]. Depuis 1982, Le Courrier se définit comme une feuille d'opinion humaniste mettant l'accent sur les questions du christianisme et de la société. Un prix «Courrier» des droits de l'homme (puis prix Courrier des droits humains) est attribué à des groupes locaux ou suisses dès 1986.

En 1992, Patrice Mugny reprend la tête du journal. Sous sa direction, Le Courrier rompt, en 1996, définitivement avec l'Église catholique et affirme de plus en plus une ligne socialement engagée.

En 1999, Manuel Grandjean succède à Patrice Mugny, qu'il a secondé durant les années précédentes. Confirmant la ligne progressiste du journal, il lui donne une coloration altermondialiste et offre au journal une crédibilité accrue par un journalisme exigeant. Des collaborations rédactionnelles sont établies avec d'autres titres, comme Le Monde diplomatique, Il Manifesto, Pages de gauche et L'Émilie.

Depuis 2000, Le Courrier est le seul quotidien imprimé à Genève. Il est aussi indépendant, c'est-à-dire qu'il n'appartient pas à un groupe de presse comme Edipresse, Tamedia ou Hersant. Il a également la particularité de ne dépendre que très marginalement des revenus publicitaires (20 %). L'essentiel de ses ressources financières provient des abonnements ou de la souscription, quasi annuelle, auprès de ses lecteurs.

Alors que le journal dépasse le seuil de 10 000 abonnés en 2004, Manuel Grandjean laisse la rédaction en chef à Marco Gregori. Celui-ci poursuit dans la ligne tracée jusqu'ici, développe quelques nouveaux projets rédactionnels, mais ne parvient pas à maîtriser une érosion des abonnements. Il annonce son départ après moins de deux ans passés à la tête du journal.

Le 4 octobre 2006, l'association éditrice du journal choisit le successeur de Marco Gregori. Il s'agit de Fabio Lo Verso, journaliste d'origine italienne en poste à la Tribune de Genève. Il a pris ses nouvelles fonctions en janvier 2007 et les quitte en mai 2010, décision prise lors de l'assemblée générale de la Nouvelle Association du Courrier (NAC)[6].

Logo jusqu'à fin mars 2011

Depuis 2004, les abonnements ont chuté en dessous de 10 000. Face à une situation jugée extrêmement critique, Le Courrier continue à lancer des appels à la solidarité de ses lecteurs. En novembre 2007, le quotidien a annoncé la suppression de sa rubrique sportive, une mesure présentée comme un gain de cohérence et un bol d'oxygène financier.

Fin mars 2011, une nouvelle formule associe un contenu et un graphisme repensés, ainsi qu'une modification du site internet. Le logo est réalisé par l'Haute école d'art et de design (HEAD) de Genève. Principale innovation, quatre jours par semaine la page 2 propose les « Regards » d'un groupe de chroniqueurs venant compléter les éditorialistes, par le texte et par l'image.

Rédaction en chef[modifier | modifier le code]

Depuis 2010, c'est une équipe de trois personnes qui assure la rédaction en chef, avec une « volonté de féminiser cet organisme dirigeant et de le renouveler périodiquement ». En novembre 2012, pour la première fois une femme accède à cette fonction[7].

Rédacteur ou rédactrice en chef

Années

Abbé Louis Jeantet (1839-1911)[8],[9],[10]
Abbé Raoul Snell (1874-1951)[10]
Jules-Édouard Gottret (1865-1953)[11],[12],[2]
Alfred Ribeaud[2]
François Carry (1857-1928)[12],[13]
Abbé Mordasini[2]
René Leyvraz (1898-1973)[14],[15]
Abbé H. Carlier ? [16]
Abbé Albert-Marcel Chamonin [2],[17]
René Leyvraz
Jean-René de Ziegler[18]
Roger Villard[18],[19],[20]
Gérard Théodoloz[20],[21]
Rodolphe Eckert[22]
Pierre Dufresne[5]
Patrice Mugny
Manuel Grandjean
Marco Gregori
Fabio Lo Verso
Samuel Schellenberg
Rachad Armanios
Benito Perez
Christiane Pasteur[7]
Dominique Hartmann[23]
Philippe Bach[23]

1869-1911
1911-1917
1917-1920
1920
1920-1923?
1923
1923-1935
1935-1938
1938-1945
1945-1963
1963-1968
1969-1976
1976-1978
1978-1979
1980-1992
1992-1999
1999-2004
2004-2006
2006-2010
2010-2012
2010-2013
2010-2013
2012-
2013-
2013-

Diffusion[modifier | modifier le code]


  • 1892-1908, 1932-1935, 1949, 1970, 1980, 1993, 1996, (1997 : 7500), 1998 : historique du Courrier[1].
  • 1923, 1928 et 1948, (1949 : 8081 au 1er janvier) , 1961 : thèse sur René Leyvraz[2].
  • 2006-2013 : tirages certifiés[24].
  • 2014 : nombre d'abonnés en novembre.

La Nouvelle Association du Courrier (NAC)[modifier | modifier le code]

Le Courrier est édité par la NAC (Nouvelle Association du Courrier), association sans but lucratif.

Les membres de la NAC représentent 26 associations[25], dont L'Aumônerie genevoise œcuménique auprès des requérants d'asile (AGORA), le CAC-Voltaire, Caritas, le Centre de contact Suisses-Immigrés (CCSI), le Centre Europe-Tiers-Monde (CETIM), l'association pour le Commerce équitable, les Communautés de base, la Commission tiers monde de l'Église catholique (COTMEC), le Centre social protestant (CSP), la Déclaration de Berne (DB), Femmes pour la paix, la Ligue suisse des droits de l'homme, SOS Carrefour, le Théâtre Saint-Gervais, l'Union syndicale vaudoise, le WWF-Genève, l'Action des chrétiens pour l'abolition de la torture (ACAT).

La NAC comprend également une quinzaine de personnes cooptées, cinq représentants de l'Association des lecteurs du Courrier (ALC), ainsi que sept membres du personnel.

Soutiens[modifier | modifier le code]

La Fédération genevoise de coopération (FGC) participe financièrement à la parution des pages « Solidarité ».

Le fonds « Architrave » est alimenté par des cotisations élevées (500 ou 1000 francs par an), qui permet de financer des journalistes indépendants pour réaliser des enquêtes et des reportages originaux.

L'Association des lecteurs du Courrier (ALC) a été fondée en 1992, sous la présidence de René Cruse. Elle compte environ 300 membres. Cette association s'engage dans la promotion du journal (stands, soutien administratif).

Prix des droits humains[modifier | modifier le code]

Ce prix décerné par Le Courrier a été créé en 1986 par Pierre Dufresne. Il récompense « des personnes ou mouvements dont l'activité en faveur des droits humains a particulièrement marqué la rédaction »[26]. Le prix est décerné tous les deux ans et est doté d'une somme de 1 000 francs. Le premier lauréat est un groupe de collégiens engagé pour les droits de l'homme, « Le Pavé ». Il y a deux lauréats en 1988 : l'Action parrainage des requérants d'asile (association créée en 1985) et Alba Viotto (membre d'Amnesty international)[27]. Les lauréats plus récents sont : Droit de rester (2014, collectif lausannois soutenant les requérants d'asile depuis 2008) ; Géraldine Puig (2012, Centre de conseils et d'appui pour les jeunes en matière de droits humains - CODAP) ; Mesemrom (2010, organisation de défense des Roms)[28] ; Françoise Kopf et IGA-SOS Racisme (2006, service d’assistance pour les personnes victimes de discrimination, créé en 2001) ; TRIAL (2004, Track Impunity Always, association suisse de lutte contre l'impunité, créée en 2002)[29] ; ELISA (2002, assistance juridique bénévole aux requérants d'asile à Genève, association créée en 1986)[30].

Distinctions[modifier | modifier le code]

En 1988, le prix Jean Dumur est attribué à l'équipe locale du Courrier pour la vivacité de ses enquêtes[31].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « Le Courrier »  : son orientation en quelques éditoriaux, Association de lecteurs du Courrier, Laconnex, [1995?], 47 p.
  • Dominique Ferrero, Le « Courrier de Genève » et les Juifs (1880-1900) : un cas d'antisémitisme genevois à la fin du XIXe siècle, (Contributions à l'histoire et à la culture des juifs en Suisse ; 2), Bâle, Helbing & Lichtenhahn, 1993, 83 p.
  • Courrier, cent ans d'histoire, Genève, Imprimerie du Courrier, 1968, 143 p.
Travaux universitaires
  • Loïc Bielmann, Quand les journalistes s'engagent : le cas du « Courrier », un quotidien d'information associatif à l'heure de la concentration dans la presse suisse romande, Mémoire - Université de Genève, DEA Sciences de la communication et des médias, 2004, 96 p.
  • Didier Bonny, Le Courrier de Genève et la révolution nationale : 1940-1942, Mémoire de licence dactyl. lettres Genève, 1994
  • Jacqueline Meytain-Dely, Les débuts du « Courrier de Genève », instrument de défense de la foi et de l'éthique catholique [1868/1872], Mémoire de licence dactyl. lettres Genève, 1988, 133 f. ; 30 cm
  • Fabia Christen, L'affaire Dreyfus et la presse d'opinion genevoise : le Journal de Genève et le Courrier de Genève face à une affaire qui divisa la France, Mémoire de licence dactyl. lettres Genève, 1988, 142 f.
Articles
  • Charles Philipona, « Le Courrier de Genève et la grève générale de 1902 », in Pour une histoire des gens sans Histoire, Lausanne, Ed. d'En Bas, 1995, p. 233–244
  • Pierre Dufresne, « Presse et droits de l'homme : l'expérience du journal Le Courrier », in Equinoxe, Lausanne, No 4(1990), p. 136-137

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Historique du Courrier.
  2. a, b, c, d, e et f René Leyvraz (1898-1973). Portraits et combats d'un journaliste catholique engagé, thèse de Françoise Larderaz, Université Lumière Lyon II, 1999.
  3. «Le Courrier» et la «Révolution nationale de Vichy», Didier Bonny, Le Courrier, 6 juin 2008.
  4. Contre le communisme: «L'anticommunisme ne suffit pas!», Alix Heiniger, Le Courrier, 4 juillet 2008.
  5. a et b Pierre Dufresne imprime au Courrier un tournant décisif, Charles Philipona, Le Courrier, 31 octobre 2008. Sylvie Arsever, « Pierre Dufresne se battait pour un journalisme moral », in Journal de Genève, 28 mars 1996, nécrologie. Jacques-Simon Eggly, « La Guerre contre le Mal », in Journal de Genève, 2 avril 1996, qui débat du pacifisme de Pierre Dufresne : « Il voit dans la guerre, dans toutes les guerres le mal absolu. ».
  6. Agence ATS 19 mai 2010
  7. a et b « Christiane Pasteur devient corédactrice en chef », Le Courrier, 2 novembre 2012.
  8. Martine Piguet, « Jeantet, Louis » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du 12 juillet 2005.
  9. « M. l'abbé Louis Jeantet », Journal de Genève, 25 janvier 1911. Il était « directeur du Courrier de Genève ». « C'est en 1868 qu'il était venu à Genève, et l'année suivant Mgr Mermillod se l'attacha comme collaborateur du Courrier de Genève. A la mort du cardinal, l'abbé Jeantet devint rédacteur propriétaire du Courrier de Genève, qu'il aura ainsi dirigé pendant quarante-deux années. »
  10. a et b Le Courrier a été « dirigé de 1869 à 1911 par le prêtre savoyard Louis Jeantet (1839-1911) et [par] l'abbé Snell (1911-1917) ». In Jacques Rime, Charles Journet : un prêtre intellectuel dans la Suisse romande de l’entre-deux-guerres, thèse présentée à la Faculté de théologie de l'Université de Fribourg, 2005, p. 18 [lire en ligne].
  11. Jean de Senarclens, « Gottret, Jules-Édouard » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du 20 juillet 2004.
  12. a et b « M. J.-Ed. Gottret, nommé conseiller national, abandonne la direction du Courrier de Genève, qu'il avait assumée il y a quelques mois. [...] successeur à la direction, M. François Carry », Journal de Genève, 20 avril 1920.
  13. Ernst Bollinger, « Carry, François » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du 28 juin 2005.. « [Il] prit la direction du Courrier de Genève, qu'il dut abandonner après quelques mois déjà en raison d'une grave maladie. »
  14. Boris Anelli, « Leyvrat, René » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du 24 janvier 2008.
  15. « René Leyvraz, itinéraire d'un converti », Le Courrier, 3 mai 2008.
  16. Mention de l'abbé Calier en tant que «directeur» du Courrier, Journal de Genève, 22 août 1935. « [Il] dirigea pendant plusieurs années le Courrier de Genève », Journal de Genève, 15 décembre 1947. « [Il] avait un temps assumé la direction ecclésiastique du Courrier de Genève », décédé en 1951 à 57 ans, Journal de Genève, 15 mars 1951.
  17. Mention de « M. l'abbé Chamonin, directeur du Courrier de Genève », Journal de Genève, 5 mai 1938 et 6 mars 1941. Mention du même en tant que « rédacteur », Journal de Genève, 1er mars 1936. Mention du même en tant que « rédacteur en chef », Journal de Genève, 28 septembre 1939 et 12 août 1942. Chamonin préside l'Association de la presse genevoise, dès 1945, Journal de Genève, 13 avril 1945.
  18. a et b «D'abord le journal de l'évêque», Charles Philipona, Le Courrier, 6 septembre 2008 .
  19. « Nouveau rédacteur en chef du Courrier », Journal de Genève, 26 décembre 1968.
  20. a et b A. R., « Le Courrier a pris congé de son rédacteur en chef », Journal de Genève, 2 avril 1976. « [...] la rédaction centrale se trouve maintenant à Fribourg, où s'imprime «La Liberté», le poste de rédacteur en chef à Genève ne sera pas repourvu. En revanche, le rédacteur responsable, vis-à-vis des tiers, pour le contenu du journal, sera M. Gérald Théodoloz, secrétaire de rédaction ».
  21. « Message du rédacteur responsable du Courrier », Journal de Genève, 14 mai 1976.
  22. « Décès d'un ancien rédacteur en chef du Courrier », Philippe Bach, Le Courrier, 20 août 2011. Rodolphe Eckert avait un doctorat en économie de l'université de Fribourg, il dirige la Wirtschaftsrevue (devenue Bilanz) avant de passer au Courrier et de devenir son rédacteur en chef a une date que les archives ne permettent pas de dater précisément. Il passe le témoin à Pierre Dufresne fin 1979 et dirige ensuite la rédaction économique de La Suisse.
  23. a et b La Nouvelle association du Courrier (NAC) décide le 24 septembre 2013 de poursuivre la formule avec une rédaction en chef tenue par trois personnes et une rotation des rôles. Désormais il y a deux femmes et un homme à cette fonction. Christophe Koessler : « Nouveau trio à la tête du Courrier », Le Courrier du 25 septembre 2013, p.6.
  24. « Archives bulletins des tirages », Institut Recherches et études des médias publicitaires (REMP).
  25. « Les membres de la NAC », site du Courrier. État au 4 juin 2013.
  26. « Le collectif Droit de rester récompensé », in Le Courrier, 27 novembre 2014.
  27. Femmes suisses et le Mouvement féministe : organe officiel des informations de l'Alliance de Sociétés Féminines Suisses, 77 (1989), sur retro.seals.ch.
  28. « Le Prix Courrier des droits humains 2010 à l'association Mesemrom », Tribune de Genève, 15 juin 2010.
  29. « Le Courrier récompense la chasse aux tortionnaires », Simon Petite, in Le Courrier, 11 décembre 2004. [PDF]
  30. Rapport d'activités 2002.
  31. Prix Jean Dumur.

Liens externes[modifier | modifier le code]