Homme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne les individus mâles de l'espèce humaine. Pour l'être humain, voir Homo sapiens. Pour les autres significations, voir Homme (homonymie).
Hafez  • David  • Ban Ki-moon  • Chinua Achebe  • Aryabhata  • Händel  • Confucius  • Kofi Annan  • Chef Joseph  • Platon  • Ronaldo  • Albert Einstein  • Errol Flynn  • Mohandas Gandhi  • Ole Henrik Magga  • un fermier américain  • Adam  • Homme de Vitruve  • un homme avec un enfant  • Heracles avec Telephus.
Fresque représentant un homme nu (La création d'Adam de Michel-Ange)
Dessin d'un homme tel qu'il figure sur les plaques de Pioneer.

Un homme est un être humain de sexe masculin et d'âge adulte. Avant la puberté, il prend le nom de garçon.

Origine[modifier | modifier le code]

Beaucoup de langues, comme le grec ancien, ont deux mots pour désigner l'homme en tant qu'espèce et l'homme en tant que sujet mâle de cette espèce. Ce n'est pas le cas de la langue française, y compris dans sa syntaxe, où le genre masculin joue la fonction d'un neutre désignant l'un et l'autre sexe, seul le genre féminin étant spécifiquement marqué. Par contre, le français, contrairement à l'anglais, a des mots différents pour désigner le genre et le sexe.

Homme vient du latin latin classique hominem, accusatif de homo, désignant l'homme en tant qu'espèce (grec anthropos), tandis que vir désigne l'individu mâle (grec andros). À partir de l'époque impériale, homo tend à remplace vir pour prendre aussi le sens d' « être humain du sexe masculin ».

Le mot latin homo dériverait du thème indo-européen ghem-, ghom-, ghm- qui serait le principal nom de la terre. L'homme serait donc sorti de la terre, de l'humus, mot qui appartient à la même racine.[réf. nécessaire]

Au Moyen Âge, le mot hom signifie en français à la fois l'être humain considéré de façon générale (et en ce sens il a donné le pronom impersonnel on), et à la fois l'être humain de sexe masculin, l'individu mâle ayant acquis une certaine maturité physique et morale, le mari ou bien l'individu considéré par rapport à son activité.

Biologie et anatomie[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Physiologie masculine et Homo Sapiens.

Dans le langage courant, un homme est un individu mâle et adulte de l'espèce humaine. Par distinction, l'homme prépubère est appelé un garçon, tandis que l'individu de sexe féminin adulte est appelé une femme, ou une fille quand elle est enfant.

On ne peut dire le mot "homme" que lorsque les caractères sexuels secondaires de celui-ci se sont entièrement développés.

L'homme est le mâle de l'Homo sapiens. Et le terme garçon désigne l'homme à ses stades infantile et pubère. Sur un caryotype, la masculinité se traduit par la présence d'un seul chromosome X (hérité de la mère) et par la présence du chromosome Y (hérité du père).

Chaque individu d'une espèce voit sa constitution basée sur un tronc commun, auquel s'ajoute sa spécificité sexuelle. Ce tronc commun est, pour les deux sexes, un nombre identique d'organes dont la fonction est commune : peau, cœur, intestins, foie, cerveau, nombre d'os, de muscles, présence des mêmes hormones mais en quantité différente, etc., le tout en conformité avec son espèce, son genre.

Globalement, l'anatomie masculine se distingue de celle des femmes par une taille, une masse et un indice de masse corporelle supérieurs. Les hommes ont en général une puissance musculaire supérieure à celle des femmes. Leur système pileux est en général plus développé : leur caractère sexuel secondaire le plus visible est d'ailleurs la barbe.

Les hommes ont en général une espérance de vie plus courte que celle des femmes.


Taux de masculinité[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Taux de masculinité.
Sexe majoritaire dans la population totale par pays.
  •      Population féminine plus importante
  •      Populations masculine et féminine équivalentes
  •      Population masculine plus importante
  •      Données manquantes

Le taux de masculinité est la proportion d'hommes dans la population totale des deux sexes. L'expression taux de masculinité est issue de la démographie.

En se limitant aux nouveau-nés, on observe un taux de surmasculinité à la naissance compris entre 1,03 et 1,07. En France, le taux de surmasculinité à la naissance est de 1,05.

L'anglicisme Sex ratio (SR), est défini comme le rapport du nombre d'hommes au nombre de femmes, pour une tranche d'âge donnée. Le taux de surmasculinité à la naissance est donc le Sex ratio à l'âge 0, ou SR_0

Pour des raisons biologiques et sociologiques, il est déjà bien différent pour les enfants de moins de cinq ans (le SR_5). À partir de trente ans (entre 35[1] à 49 ans[2] en France, contre 25 en 1950), la prépondérance s'inverse et le nombre de femmes l'emporte généralement sur le nombre d'hommes (huit centenaires sur dix sont des femmes), malgré de notables disparités régionales.

Psychologie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Psychologie masculine.

Les approches de la psychologie masculine, du fonctionnement psychique de l'homme sont multiples et il existe, pour ainsi dire, autant d'approches que de psychologies.

Par exemple, parmi les disciplines ayant décrit la construction de la masculinité, une des approches est la psychologie analytique. Selon cette théorie, l'intégration des caractères masculins se fait par l'acceptation de sa féminité par l'homme. Tout comme la femme qui doit accepter son masculin. Ce processus se fait avec difficulté pour les deux genres. Ainsi pour le célèbre psychanalyste Carl Gustav Jung, l'homme a sa part de féminité, qui se nomme l'Anima.

Identité sexuelle masculine et genre[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Lexique de la Cité des Sciences et de l'Industrie
  2. selon la revue de l'INED Population et sociétés

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • P. P. Grasset (1980) L'Homme en accusation, Éditions Albin Michel.
  • Paul-Edmond Lalancette, La nécessaire compréhension entre les sexes, Québec, 2008, un livre qui explique la genèse subtile des préjugés à l'égard des hommes dans la société québécoise.
  • Nouvelles approches des hommes et du masculin, sous la direction de Daniel Welzer-Lang, Presses Univ. du Mirail, 2000.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]