Cette page est semi-protégée.

YouTube

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

YouTube, LLC

alt=Description de l'image YouTube logo 2013.svg.
Création 14 février 2005
Dates clés 9 octobre 2006 : achat par Google
Fondateurs Steve Chen, Chad Hurley et Jawed Karim
Forme juridique LLC, propriété de Google
Slogan Broadcast Yourself
Siège social Drapeau des États-Unis San Bruno (États-Unis)
Direction Susan Wojcicki
Activité Internet
Société mère Google
Effectif 121 (2014)
Site web YouTube.com

YouTube est un site web d’hébergement de vidéos sur lequel les utilisateurs peuvent envoyer, regarder et partager des vidéos. Il a été créé en février 2005 par Steve Chen, Chad Hurley et Jawed Karim, trois anciens employés de PayPal et racheté par Google en octobre 2006 pour la somme de 1,65 milliard de dollars. Le service est situé à San Bruno, en Californie,

En 2009, environ 350 millions de visiteurs visitent chaque mois ce site de partage de vidéos[1]. En mai 2010, YouTube annonce avoir franchi le cap des deux milliards de vidéos vues quotidiennement[2]. Le 28 octobre 2010, l'ensemble des chaînes de YouTube atteint le milliard d'abonnés[3]. À ce jour, la chaine Youtube comptant le plus d'abonnés est celle de PewDiePie avec plus de 30 millions d'abonnés et la vidéo la plus vues est Gangnam Style de PSY, postée en 2012, avec un total de plus de 2 milliards de vues[4].

Présentation

Extrait d'une capture d'écran.

La plupart des vidéos du site ou les chaînes YouTube peuvent être visualisées par tous les internautes, tandis que seules les personnes inscrites peuvent envoyer des vidéos de façon illimitée. Les vidéos sont accessibles par catégorie et à l'aide de mots-clés (tags) comme sur Flickr ou Technorati et peuvent être importées sur un blog personnel. Tout internaute inscrit peut poster des commentaires et noter les vidéos en ligne. Les vidéos peuvent durer de 2 secondes à 596 heures.

Lorsqu’une personne regarde une vidéo, d’autres vidéos en rapport avec celle visionnée lui sont proposées à l’écran à droite dans une barre défilante, et ce grâce au titre et aux étiquettes. Après un an d’existence, de nouvelles fonctionnalités ont fait leur apparition comme la possibilité de poster des vidéos en réponse aux vidéos visionnées et aussi la possibilité de s’abonner pour en recevoir de nouvelles sur un thème particulier. Il a permis à plusieurs internautes de devenir populaires, par exemple Tay Zonday, Smosh, Epic Meal Time, PewDiePie. Si la communauté YouTube juge une vidéo non appropriée pour le jeune public, YouTube peut demander à l'utilisateur de se connecter afin de prouver qu'il est majeur et ainsi l'autoriser à voir la vidéo.

Statistiques

YouTube est disponible dans 61 pays et dans 61 langues. 80 % du trafic est généré hors des États-Unis. Plus d'un milliard d'utilisateurs uniques consultent YouTube chaque mois, pour regarder plus de six milliards d'heures de vidéo, soit en moyenne près d'une heure par personne sur Terre. Chaque seconde, ce sont près de 43 000 vidéos qui sont visionnées, soit 1 460 milliards de vidéos par an. 100 heures de vidéo sont mises en ligne chaque minute, dont 10 % du total sont en HD[5],[6],[7].

Historique

Les fondateurs de YouTube : Chad Hurley, Steve Chen et Jawed Karim

La société a été créée en février 2005 par trois employés de l'entreprise PayPal, Chad Hurley, Steve Chen et Jawed Karim[8],[9]. La première vidéo de YouTube est d'ailleurs celle de Jawed Karim où il commente sa visite au Zoo de San Diego[10],[9] (la vidéo a été mise en ligne le 23 Avril 2005 à 8:27).

Le 9 octobre 2006, Google a racheté YouTube pour un montant de 1,65 milliard de dollars en nouvelles actions, ce qui constitue la troisième plus grosse opération d'acquisition de Google[11] (après DoubleClick en 2007 et Motorola en 2011). YouTube a conservé son nom et maintenu les emplois de 67 salariés dont les cofondateurs Chad Hurley et Steve Chen.

Le 30 mai 2007, Apple, en la personne de Steve Jobs, a annoncé que l'Apple TV s'ouvrirait à YouTube. À cette occasion, toutes les vidéos de YouTube ont été converties en H.264, un standard vidéo HD utilisé par Apple. C'est le plus grand virage technologique de YouTube depuis sa création. Il utilisait en effet jusqu'ici le format Flash Video.

Le 19 juin 2007, Eric Schmidt, le PDG de Google se rend à Paris pour lancer la version française de YouTube destinée à concurrencer le concurrent Français Dailymotion. Google a également fait plusieurs propositions aux chaînes de télévision françaises notamment à France 4 qui sera désormais diffusée sur YouTube en plus de la télévision classique. Google souhaite étendre son offre à d'autres pays européens (comme l'Allemagne pour concurrencer le site myVideo) si l'essai aboutit à une réussite en France. Depuis le 19 mai 2010 toutes les nouvelles vidéos de YouTube sont converties en WebM, format ouvert libre, concurrent de H.264, basé sur le codec vidéo VP8, acquis par Google à la suite du rachat de On2, et sur le codec audio OGG Vorbis.

Certaines vidéos sont disponibles en HD, 720p, 1080p, et plus rarement "Original", représentant toutes les résolutions supérieures à 1080p comme le 1440p (disponible sur certains ordinateurs) ou la 4K (2160p). Un service de sous-titrage et de traduction existe (encore au stade de bêta)[12].

Reconnaissance des médias

L'immeuble servant de quartier général de YouTube à ses débuts.

Grâce au bouche-à-oreille sur le net, YouTube a pu se faire connaître en un temps relativement court. À ses débuts, le site de vidéos s’est beaucoup fait connaître lorsqu’il a commencé à diffuser la vidéo Lazy Sunday du groupe comique The Lonely Island, vidéo issue de l'émission Saturday Night Live, et ce en dépit de son règlement officiel interdisant aux internautes d’envoyer des vidéos dont ils ne possèdent pas les droits d’auteurs. NBCUniversal, propriétaires de SNL, ont très rapidement décidé de réagir.

En février 2006, NBC a demandé le retrait de plusieurs vidéos de YouTube, dont Lazy Sunday et des extraits des Jeux olympiques d'hiver de 2006. Le mois suivant, dans l’objectif de renforcer sa politique d’interdiction de non-respect de droits d’auteur, YouTube a fixé une limite de 10 min pour la longueur des vidéos. Ainsi tous les nouveaux membres inscrits ne peuvent envoyer des vidéos de plus de 10 min, quel que soit leur statut (il semblerait que la limite réelle soit de 10 min et 59 s). Les internautes inscrits avant cette nouvelle limite ont quant à eux la possibilité d'envoyer des vidéos plus longues. Dans tous les cas, cette limite n’a pas de réel impact car n’importe quel membre peut découper une vidéo longue en plusieurs parties de 10 min chacune.

Bien que YouTube ait exécuté la demande de NBC, l’incident a été rapporté dans la presse, ce qui a eu pour conséquence de renforcer la publicité du site. YouTube continuant à grandir en popularité, NBC a commencé à se rendre compte des capacités d’un tel site web et a finalement annoncé en juin 2006 un partenariat stratégique avec YouTube. Depuis cet accord une chaîne NBC est officiellement disponible sur YouTube, elle diffuse des extraits de la série The Office (US). YouTube mettra également en avant les vidéos de NBC sur son site.

CBS qui avait également demandé à YouTube de retirer plusieurs vidéos leur appartenant, a suivi la démarche de NBC en juillet 2006. Lors d'une déclaration, Sean McManus, président de CBS News et Sports a expliqué comment les médias traditionnels ont changé leur vision de YouTube :

« Notre philosophie consiste aujourd'hui à se dire que plus nos clips sont mis en avant de cette façon, plus CBS News et le réseau de télévisions CBS en tirent avantage. Ainsi, après coup je pense que nous aurions probablement dû profiter de cette vitrine et de l'attention qu'elle a entraîné sur CBS, au lieu d'avoir cet esprit de clocher et de nous dire « abattons-les » »[Note 1].

En août 2006, YouTube a annoncé que son objectif était de proposer, après une période de 18 mois, tous les clips vidéo ayant été produits tout en restant gratuit. Warner Music Group et EMI ont confirmé qu’elles faisaient partie des entreprises impliquées dans ce projet. En septembre 2006, Warner Music et YouTube ont signé un accord ayant pour but de permettre la diffusion de tous les clips vidéo de Warner sur le site web en échange d’une part des revenus obtenus grâce à la publicité. De plus les vidéos amateur diffusées sur YouTube sont autorisées à reprendre les musiques de Warner pour leur bande-son.

Le 9 octobre 2006, CBS, le groupe Universal Music et Sony BMG Music Entertainment ont annoncé un accord visant à accepter la diffusion de leurs vidéos sur YouTube.

Le 29 janvier 2007, Chad Hurley, l’un des fondateurs du site, a annoncé que le service de vidéo en ligne versera à ses participants les plus actifs (ces derniers doivent être les auteurs de leurs vidéos) une partie des revenus de site générés par la publicité. Cependant, Hurley n’a donné aucune somme exacte pendant le Forum économique mondial.

Dans la presse

YouTube est cité par le magazine Time comme l'un des nouveaux médias gérés par les internautes qui sont élus à cette occasion Personnalité de l'année 2006. Le numéro montre une vidéo lue sur YouTube en couverture et présente les créateurs du site ainsi que plusieurs auteurs des vidéos[13]. Les quotidiens Wall Street Journal et New York Times ont également présenté YouTube en 2006 et son impact sur la communication et le recrutement dans les entreprises. Le magazine PC World a classé YouTube à la neuvième place de son classement des dix meilleurs produits de l’année 2006[14].

Modèle économique

Avant de se faire racheter par Google, YouTube avait déclaré que son modèle économique était basé sur la publicité, ce qui lui permettait de gagner vingt millions de dollars par mois[réf. nécessaire]. Certains analystes du milieu ont spéculé que les coûts de fonctionnement de YouTube (surtout la bande passante nécessaire) devaient s’élever aux alentours de trente millions de dollars par mois[réf. nécessaire], ce qui a suscité des critiques envers l’entreprise, qui comme de nombreuses startups travaillant dans le domaine de l'Internet, n’avait pas de réelle solution économique viable. Des publicités ont fait leur apparition sur le site en mars 2009, avec entre autres une brève apparition des publicités AdSense.

YouTube devrait être déficitaire d'au moins 470 millions de dollars en 2009[15].

En janvier 2013, YouTube dégagerait 4,80 euros de revenus publicitaires tous les mille clics[16].

Lancements mondiaux

Le 19 juin 2007, Eric Schmidt est à Paris pour le lancement du nouveau système de localisation. L’interface du site web est depuis ce jour entièrement disponible dans trente-sept pays incluant :

Pays Langue Date de lancement
Drapeau des États-Unis États-Unis Anglais (États-Unis) 15 février 2005[17]
Drapeau de la France France Français 19 juin 2007[17]
Drapeau du Brésil Brésil Portugais (Brésil) 29 juin 2007[17]
Drapeau de l'Italie Italie Italien
Drapeau du Japon Japon Japonais
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas Néerlandais
Drapeau de la Pologne Pologne Polonais
Drapeau de l'Espagne Espagne Espagnol
catalan
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Anglais (Royaume-Uni)
Drapeau de l'Irlande Irlande Anglais (Irlande) 25 juin 2007[17]
Drapeau du Mexique Mexique Espagnol (Mexique) 11 octobre 2007[18]
Drapeau de Hong Kong Hong Kong Anglais
Chinois (Traditionnel)
17 octobre 2007[19]
Drapeau de la République de Chine Taïwan Chinois (Traditionnel)
Drapeau de l'Australie Australie Anglais (Australie) 22 octobre 2007[20]
Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande Anglais (Nouvelle-Zélande)
Drapeau du Canada Canada Anglais (Canada)
Français (Canada)
6 novembre 2007[21]
Drapeau de l'Allemagne Allemagne Allemand 8 novembre 2007[22]
Drapeau de la Russie Russie Russe 13 novembre 2007
Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud Coréen 23 janvier 2008
Drapeau d’Israël Israël Hébreu 16 septembre 2008
Drapeau de l'Inde Inde Anglais (Inde)
Hindi
7 mai 2008[23]
Drapeau de la République tchèque République tchèque Tchèque 9 octobre 2008[24]
Drapeau de la Suède Suède Suédois 22 octobre 2008
Drapeau de l'Afrique du Sud Afrique du Sud Anglais (Afrique du Sud) 17 mai 2010[17]
Drapeau de l’Argentine Argentine Espagnol 8 septembre 2010
Drapeau de l'Algérie Algérie Arabe 9 mars 2011
Drapeau de l'Égypte Égypte
Drapeau de l'Arabie saoudite Arabie saoudite
Drapeau de la Tunisie Tunisie
Drapeau de la Jordanie Jordanie
Drapeau du Maroc Maroc
Drapeau du Yémen Yémen
Drapeau des Philippines Philippines Anglais (Philippines)
Philippin
13 octobre 2011
Drapeau de Singapour Singapour Anglais 20 octobre 2011
Drapeau de la Belgique Belgique Français (Belgique)
Néerlandais (Belgique)
16 novembre 2011
Drapeau de la République démocratique du Congo République démocratique du Congo Français
Lingala
28 novembre 2011
Drapeau de la Colombie Colombie Espagnol (Colombie) 1er décembre 2011
Drapeau de l'Ukraine Ukraine Ukrainien 29 décembre 2011
Drapeau de la Turquie Turquie Turc 2 octobre 2012[25]
Drapeau de la Suisse Suisse Français
Allemand
9 avril 2013

Google a l’intention de renforcer sa position face au concurrent français Dailymotion. Il a également passé certains accords avec des chaînes françaises comme M6 et France Télévisions pour pouvoir diffuser légalement certaines vidéos. Google prévoit aussi de produire une version adaptée pour l’Allemagne[réf. nécessaire].

Popularité

Très populaire, la plate-forme YouTube confère à ses usagers les plus remarqués une certaine notoriété qui peut parfois s'étendre bien au-delà du cercle des fans du site.

D'autre part, des utilisateurs comme LasVegasUsa4 qui ne font pas partie du programme partenaire, ont vu le compteur de vues de leur compte exploser dès la publication de leurs vidéos. Ce site, censé relater la chronique des atermoiements intimes d'une adolescente, s'est révélé être une supercherie[26], ce qui a déclenché une couverture médiatique inouïe (CBS, MTV, New York Times, Los Angeles Times).

On peut noter aussi que YouTube est responsable de la consommation de 10 % de la bande passante américaine[27]. Le 9 octobre 2009, Chad Hurley annonce qu'un milliard de vidéos sont visionnées chaque jour sur YouTube[28].

Le groupe de chaînes appartenant à la même chaîne principale le plus vu est VEVO avec un peu moins de cinquante milliards de visionnages, pour toutes les vidéos appartenant à ses chaînes, suivi par UniversalMusicGroup avec un peu moins de sept milliards de vues.

À noter que 9 des 10 vidéos les plus vues sur YouTube sont des clips musicaux. Gangnam Style du chanteur sud-coréen PSY est devenu le 21 décembre 2012 à 16 h 51 la première vidéo à franchir la barre symbolique du milliard de vues, le 31 mai 2014 aux environs de 6 h la barre des deux milliards de vues fût dépassé. De plus c'est la vidéo possédant le plus grand nombre de « j'aime » avec plus de 8 680 469 « j'aime » (au 31 octobre 2014). PSY est le seul artiste à avoir deux chansons dans ce top 10 avec Gangnam Style no 1 et Gentleman n°7. Parmi les personnes ayant le plus de vues sur le site, on retrouve aussi les chanteuses Lady Gaga et Rihanna qui en totalisent plusieurs milliards chacune.

Considérations techniques

Problème du nom de domaine

Le succès considérable de YouTube a affecté de façon involontaire les affaires d’une entreprise américaine : Universal Tube & Rollform Equipment. Les serveurs hébergeant le site web de l'entreprise Universal Tube ont été saturés et interrompus de nombreuses fois à cause d’un nombre important de visiteurs qui n’étaient pas certains de l’orthographe de l’adresse du site web de YouTube (la lettre U se prononce en anglais de la même façon que le pronom You). Début novembre 2006, Universal Tube a lancé une poursuite judiciaire contre YouTube, pour leur interdire l’utilisation du nom de domaine YouTube.com ou pour les obliger à payer un nouveau nom de domaine à l’entreprise industrielle[29].

Résolution d'image et codecs utilisés

YouTube proposait à l'origine des vidéos à un seul niveau de résolution, affichées à une définition de 320 × 240 pixels en utilisant le codec Sorenson Spark (une variante du H.263), avec un son MP3 mono.

En juin 2007, YouTube ajoute une option afin de regarder les vidéos au format 3gp pour les téléphones mobiles.

En mars 2008, la résolution maximale est de 480 × 360 pixels. En novembre 2008, la plus haute résolution est 1280 × 720 pixels. Au moment du lancement de 720p, le lecteur YouTube est passé du 4:3 à plus large 16:9. Aussi, YouTube a commencé un passage vers le codec H.264/MPEG-4 AVC avec un son stéréo AAC ou 5 canaux + 1 canal pour les basses avec échantillonnage[30] de 48 kHz ou 96 kHz.

En novembre 2009, la plus haute résolution est le 1920 × 1080 pixels.

Il est possible de regarder certaines vidéos en 3D stéréoscopique.

En juillet 2010, YouTube a annoncé la présence de vidéos d'environ quatre mille pixels de large « 4K » .

La qualité de mise en ligne normale (couleur 4:2:0) [30] :

  • 2160p (4K) : débit vidéo 36 Mb/s et débit audio stéréo 384 Kb/s ;
  • 1440p (HD) : 16 Mb/s et 384 Kb/s ;
  • 1080p (HD) : 9 Mb/s (50 Mb/s haute qualité) et 384 Kb/s ;
  • 720p (HD) : 4 Mb/s et 384 Kb/s ;
  • 480p : 1,8 Mb/s et 128 Kb/s « HQ » ;
  • 360p : 1 Mb/s et 128 Kb/s « SQ » ;
  • 240p : 0,44 Mb/s et en mono 64 Kb/s ;
  • 144p.

Licence Creative Commons

En février 2009 YouTube annonce la possibilité de mettre sur sa plate-forme les vidéos sous licence Creative Commons, dans un premier temps cette possibilité est offerte seulement à quelques partenaires[31]. À partir de juin 2011 tous les utilisateurs peuvent y accéder[32]. Cela permet désormais aux utilisateurs de partager leurs vidéos, mais aussi de remixer et de télécharger les vidéos des autres membres via un outil dédié[33]. En août 2012, on trouve sur YouTube quatre millions de vidéos sous licence Creative commons[34].

Conséquences sociales

Promotion des artistes

Divers groupes et musiciens se sont fait connaître grâce à YouTube. C'est le cas de plusieurs nouveaux chanteurs comme MattRach, Lana Del Rey, Justin Bieber, Lady Gaga, Nico, Cody Simpson, Greyson Chance, Ronald Jenkees ou le désormais célèbre chanteur coréen PSY qui ont adopté cette méthode pour accéder rapidement à la notoriété.

Critiques

Droits d'auteur

La contrefaçon est un risque majeur pour YouTube. En effet, la diffusion de contenu protégé par le droit d'auteur entraîne un risque de procès de la part des ayants droit, semblable à celui qu'a connu Napster. YouTube signe des accords avec certains grands studios (Warner music fin septembre 2006, puis CBS, Universal et enfin Sony en octobre 2006). Ces accords prévoient que les contenus protégés pourront être supprimés grâce à un système de filtrage, ou qu'ils pourront être diffusés gratuitement moyennant un partage des revenus publicitaires avec les ayants droit[35]. Les ayants droit japonais, regroupés dans la Société japonaise pour les droits des auteurs, des compositeurs et des éditeurs (JASRAC) sont pour l'instant opposés à de tels accords. Ils ont demandé et obtenu le retrait de près de 30 000 vidéos[36]. D'autres pays interdisent purement et simplement l'accès au portail.

Le jeudi 30 septembre 2010, le site annonce un partenariat avec la Sacem. Celui-ci concerne la période 2006-2012. Cela permet au site internet de pouvoir diffuser en légalité les œuvres (musicales) de la Sacem. La rémunération se fera en fonction du nombre de visionnages, et le montant de l'accord a été tenu confidentiel[37]. Le 17 août 2011, YouTube annonce sur son blog officiel un accord avec les ayants droit associés à la National Music Publishers Association (NMPA), afin d'établir une meilleure gestion de leurs chansons[38].

La gestion des droits d'auteurs sur YouTube via son système Content ID est régulièrement décriée. Ce système automatique de détection des violation des droits d'auteurs fait parfois des erreurs, tels des faux positifs, et peut aussi se laisser abuser par des demandes infondées. En août 2012, le blocage par un groupe de médias d'une vidéo de la NASA, pourtant dans le domaine public comme toute œuvre de l'agence spatiale, a créé la polémique[39],[40],[41].

Début 2014, Google a prévu de modifier la politique de droits d'auteur sur YouTube. Toutes les vidéos ne disposant pas de l'autorisation des ayants droit devraient être supprimées[42].

En juin 2014 YouTube met en place de nouvelles conditions tarifaires, à destination des artistes, pour son service de diffusion en flux (« streaming ») par abonnement. Les artistes refusant ces conditions se verront refuser l'accès à YouTube [43].

Contenus violents

Plusieurs vidéos violentes ont dû être retirées du site[44]. Des agressions sont ainsi filmées et diffusées sur YouTube[45] Des combats de chiens sont aussi diffusés[46]. La secrétaire d'État à la solidarité Valérie Létard a cependant échoué à faire retirer une des chansons du rappeur français Orelsan jugée particulièrement violente, le site se limitant à en interdire l'accès aux personnes non enregistrées ou de moins de 18 ans[réf. nécessaire].

En date du 16 avril 2011, de nombreuses vidéos hébergées par YouTube comprennent plus de 4 000 clips (d'internautes français) prônant ouvertement l'apologie du néonazisme tout en se rendant ouvertement complices d'incitation à la haine raciale. Le premier axe est l’harmonisation des législations nationales en ce qui concerne la définition des infractions répertoriées par la Convention et dont fait partie intégrante un protocole additionnel « incluant la propagation via Internet d’idées racistes et xénophobes ».

Liberté d'expression

Article détaillé : Blocage de YouTube.

YouTube étant une entreprise américaine, elle profite de la liberté d'expression très large de ce pays, qui permet à un hébergeur de fixer lui-même les règles d'admission des contenus. En effet, le Premier amendement de la Constitution des États-Unis interdit à l'État de limiter la liberté d'expression des personnes privées, mais n'est pas opposable à une entreprise privée[47].

YouTube a placé dans ses conditions d'utilisation l'interdiction des contenus violents[48]. Cependant cette règle est d'interprétation très libre par YouTube lui-même. Cela lui permet de rejeter ce qu'il estime être de la propagande terroriste, et au contraire d'accepter les vidéos dénonçant des actes de violence, y compris par des États. L'Espagne a débattu de l'interdiction du postage de telles vidéos sur internet[49]. D'autres pays optent pour le blocage de YouTube quand les utilisateurs l'utilisent largement pour dénoncer l'action du gouvernement (exemple de la Turquie[50] ou de la censure d'Internet en Tunisie).

En revanche, les tribunes politiques interdites dans de nombreux pays d'Europe en tant qu'incitation à la haine — négationnisme, apologie du racisme, de l'homophobie, etc. — sont autorisés.

Pour toutes ces raisons, des États ont souvent mis YouTube en demeure sous la forme « le site YouTube sera filtré dans sa totalité si telle vidéo n'est pas supprimée ». Pour résoudre ce dilemme, YouTube a mis en place un filtrage géographique qui permet d'interdire certaines vidéos aux résidents de pays choisis — sauf utilisateurs doués capable de contourner un tel blocage, ce qui peut être illégal selon les lois de leur pays. Cette technologie est aussi utilisée quand une vidéo est soumise à un droit d'auteur variable selon les pays.

Un exemple célèbre est L'Innocence des musulmans : YouTube a accepté la mise en place d'un filtrage géographique, mais se revendiquant de la liberté d'expression, a refusé de la supprimer malgré son caractère très controversé[51]. Finalement, les tribunaux américains en ont ordonné la suppression, non pas en raison de son caractère offensant pour les musulmans — cet argument est rejeté aux États-Unis — mais pour atteinte aux droits d'auteur[52].

Affrontement d'utilisateurs

Dans certains domaines sensibles, comme la politique par exemple, il arrive fréquemment de voir de multiples personnes s'affronter, s'insulter et divulguer des propos racistes. Pour y remédier, certaines vidéos sont bloquées ou supprimées. D'autre part, certains utilisateurs publient volontairement des vidéos portant un titre hors sujet, non liée au contenu, ou d'un contenu non pertinent, dans le but d'énerver les visionneurs qui perdent leur temps en visionnant la vidéo. Cette pratique est similaire au rickroll. Des dessins insultants sous forme d'Art ASCII sont parfois apposés à la chaine dans la rubrique des commentaires afin d'exprimer sa colère envers ces individus.

Commentaires

La plupart des vidéos permettent aux utilisateurs de laisser des commentaires écrits, et ces derniers ont attiré l'attention par leurs aspects négatifs, à la fois sur le fond et sur la forme. Lorsque le magazine américain Time loua en 2006 le Web 2.0 pour avoir permis l'émergence d'une « communauté et d’une collaboration sur une échelle sans précédent », il ajouta que YouTube « stimule la stupidité des foules et non pas seulement leur sagesse. Certains des commentaires sur YouTube vous font pleurer pour l'avenir de l'humanité, ne serait-ce que par leur orthographe, sans compter l'obscénité et la haine à l'état pur qu'on y trouve »[53]. Le journal britannique The Guardian décrivit en ces termes, en 2009, les commentaires d'utilisateurs sur YouTube : « Enfantins, agressifs, mal orthographiés, sexistes, homophobes, allant de remarques rageuses sur le contenu d'une vidéo à une description de celle-ci pleine de détails inutiles et suivie d'un LOL, les commentaires sur YouTube sont un vivier de débats puérils et d'ignorance éhontée - avec, parfois, la percée d'un bon trait d'esprit »[54]. En septembre 2008, le Daily Telegraph remarqua que YouTube était « tristement célèbre » pour « des échanges de commentaires parmi les plus acerbes et mal pensés sur Internet » ; il rapporta en outre l'existence de YouTube Comment Snob, « un nouveau logiciel qui bloque les commentaires malpolis et écrits par des analphabètes »[55].

Faille

Le 4 juillet 2009, YouTube est victime d'une faille XSS permettant d'injecter du code JavaScript dans les commentaires des vidéos. En quelques heures, des centaines de scripts permettant de récupérer le cookie des utilisateurs (et donc de se connecter à leur compte) sont déposés sur les vidéos les plus populaires, avant que YouTube ne clôture globalement les commentaires[56].

Publicités

D'abord vierge de pub, YouTube monétise son audience dans la plupart des pays du monde. Depuis 2011[réf. nécessaire], les pubs vidéos peuvent-être vues avant le contenu vidéo.

Type marqué de vidéo

La communauté du site YouTube différencie différents types de vidéos fréquemment postés et développés sur cette plateforme.

YouTube Poop

YouTube Poop (ou YTP ; du mot anglais poop, signifiant « crotte » ou plus vulgairement « merde », du terme « merdique ») désigne, à première vue, un montage vidéo aléatoire parodiant toutes catégories confondues de clips vidéos, comparable au mashup vidéo[57]. Le terme est assez difficile à décrire dans son intégralité[58]. Le concept s'est formé autour d'une vidéo intitulée I’D SAY HE’S HOT ON OUR TAIL créée le 22 décembre 2004 sur le site par un utilisateur dont le pseudonyme est SuperYoshi[58]. Celui-ci utilise le logiciel Windows Movie Maker pour créer un montage vidéo parodiant un épisode de la série télévisée d'animation Super Mario Bros. et la publie par la suite le 27 novembre 2006[58]. La vidéo aurait été originellement postée par un utilisateur du nom de Sheezyart sous le titre Super Mario Bros 3 REMIXED!!! et aurait remporté un succès phénoménal auprès des internautes[58]. Par la suite, de nombreuses vidéos du même type sont postées sur le site dans diverses langues mais majoritairement en anglais. Le phénomène est médiatisé par la communauté et devient un mème Internet[58].

Ce type de vidéo était à l'origine destinée à « polluer » le site avec de mauvaises vidéos[réf. nécessaire], puis ce concept s'est répandu en ne se basant désormais que sur des vidéos humoristiques. Les procédés fréquemment employés dans ces vidéos incluent les effets spéciaux, les répétitions et le sentence mixing (qui consiste à prendre des syllabes d'une phrase pour en composer une nouvelle). Le plus souvent, les vidéos sont constituées de certaines cinématiques représentées dans les jeux Zelda: The Wand of Gamelon, Link: The Faces of Evil ou encore Hotel Mario (tous trois sont des jeux à licence Nintendo commercialisés sur la CD-i de Philips), même si ceci tend à disparaître, on peut en effet voir des YouTube Poops sans cinématique du tout.

Des chaînes font même des Poops de Trotro, de T'choupi, de Bienvenue à Lazy Town (surtout sur la chanson Tu es un pirate) M6 Boutique(sur la boule magique) ou de Petit Ours Brun par exemple, pour tourner en dérision ces séries destinées à un jeune public, même si certaines de ces chaînes mettent en scène un comique plutôt inadapté pour eux. Auquel cas, certains poopers ont même reçu des plaintes de parents indisposés par lesdites scènes. Les YouTube Poops françaises exploitent principalement les apparitions de Jean-Pierre Coffe sur Direct8 sur le plateau de Jean-Marc Morandini, la série d'animation Les aventures de Tintin et Milou, Eddy Malou, Roulroul, "Pretty much everywhere it's gonna be hot", "Best cry ever", Des chiffres et des lettres , C'est pas sorcier, les films d'animation Astérix, Le Roi lion, La Belle et la Bête, Robin des bois, Tous sur les jeux, Titeuf, Tom-Tom et Nana, My Little Pony, Sonic, Yu-Gi-Oh!, Oui-Oui, One Piece, Pokémon, Motus, Nicolas Sarkozy, Eva Joly, François Hollande, Le Seigneur des anneaux, Harry Potter, DSK, Le Joueur du Grenier, Koh-Lanta, Kirikou, Kinder Bueno (avec l'apparition du footballeur Didier Drogba), La Maison de Mickey, Morsay, Winnie l'ourson, Cortex, Cyprien, Bob l'éponge, Bleach, Dragon Ball Z, Norman, Naruto, Nabilla, Dorothée qui chante La légende de Saint Nicolas, Les Malheurs de Sophie, Didou ou même Avatar, le dernier maître de l'air.

Il y a plusieurs types de YTP : les YTP de base, communément appelés en France "YTP FR" ; les MVs, qui ont pour but de reprendre une chanson ou une musique avec un son ou un bruit venant d'une source populaire dans les YTP, certains vont même jusqu'à prendre des personnages et reformuler leurs phrases pour qu'ils chantent une chanson exactement comme celle de base. Il y a les TENNIS, là où deux (quelques fois trois) poopers se battent et postent tour à tour leurs YTP en parodiant la dernière basée sur un thème particulier. Le terme "Tennis" vient du fait que les poopers postent une vidéos tour à tour, qu'ils se renvoient la balle.

Notes et références

Notes

  1. « Our inclination now is, the more exposure we get from clips like that, the better it is for CBS News and the CBS television network, so in retrospect we probably should have embraced the exposure, and embraced the attention it was bringing CBS, instead of being parochial and saying ‘let’s pull it down.’ »

Références

  1. « Qui a peur du Google », G.F., Challenges, nº 180, 17 septembre 2009, p. 48
  2. You Tube passe d'un à deux milliards de vidéos vues par…jour !, le 17 mai 2010 sur La Tribune
  3. (en) « 1 billion subscriptions and counting »,‎ 2010 (consulté le 29 octobre 2010)
  4. Saber Desfarges, « Gangnam Style: le clip de Psy passe le cap des 2 milliards de vues », sur http://www.lexpress.fr,‎ 2014 (consulté le 11 juillet 2014)
  5. http://www.planetoscope.com/Internet-/1464-nombre-de-videos-vues-sur-youtube.html
  6. http://www.youtube.com/yt/press/fr/statistics.html
  7. http://www.vincentabry.com/voici-les-dernieres-statistiques-de-youtube-11858
  8. « Video websites pop up, invite postings », USA Today.
  9. a et b http://www.melty.fr/la-premiere-video-de-YouTube-actu32799.html
  10. Jawed Karim : « Me at the zoo » 1re vidéo sur YouTube, 23 avril 2005
  11. « Google acquiert YouTube » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-03-30 sur TechCrunch
  12. http://YouTube-global.blogspot.com/2010/03/future-will-be-captioned-improving.html
  13. Vous êtes la personne de l'année
  14. (en) Alan Stafford, « The 100 Best Products of 2006 », PC World,‎ 31 mai 2006 (lire en ligne)
  15. YouTube devrait être déficitaire de presque 500 millions de dollars en 2009
  16. no 1222 de Direct Matin, jeudi 24 janvier 2013, page 14. Ainsi, une chanson à succès planétaire comme Gangnam Style (plus d'un milliard de vues) lui aurait fait gagner, au 24 janvier 2013, 6 millions d'euros de revenus publicitaires !
  17. a, b, c, d et e (en) Peter Sayer, « Google lance YouTube Bresil News », sur PC Advisor,‎ 29 juin 2007 (consulté le 3 août 2009)
  18. (en) « Presentan hoy YouTube México », El Universal,‎ 11 octobre 2007 (consulté le 9 septembre 2010)
  19. (en) « Chita • 檢視主題 – YouTube 台灣版推出 » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  20. (en) « YouTube est lancé en Australie & Nouvelle-Zélande », Mashable,‎ 22 octobre 2007 (consulté le 3 août 2009)
  21. (en) Kristen Nicole, « YouTube Canada Now Live », Mashable,‎ 6 novembre 2007 (consulté le 3 août 2009)
  22. (en) Adam Ostrow, YouTube Germany Launches, Mashable,‎ 8 novembre 2007 (lire en ligne)
  23. (en) Sandeep Joshi, YouTube now has an Indian incarnation,‎ 8 mai 2008 (lire en ligne)
  24. (en) Petr Bokuvka, Czech version of YouTube launched. And it’s crap. It sucks (« La version en tchèque de YouTube lancée. C'est de la merde. Ca craint »), Wordpress.com,‎ 12 octobre 2008 (lire en ligne)
  25. Youtube met en ligne la version turque de son site sur lemonde.fr, consulté le 02 octobre 2012
  26. Lonelygirl : un bug dans le vlog ; écrans (un site de Libération) ; 21 septembre 2006
  27. Clubic
  28. (en) Y,000,000,000uTube
  29. Utube.com et ses tuyaux poursuivent YouTube en justice
  30. a et b Paramètres avancés de codage. Débits recommandés, codecs, résolutions, et plus support.google.com/youtube mise à jour le 8 janvier 2013
  31. YouTube adopte (enfin) les Creative Commons !  ; Framasoft ; 12 février 2009 ; (article en ligne)
  32. YouTube se met aux Creative Commons ! Une révolution culturelle ?  ; Numerama ; 2 juin 2011 ; (article en ligne)
  33. (section Creative commons sur YouTube)
  34. Quatre millions de vidéos YouTube prêtes à être remixées grâce à leur licence libre  ; Framasoft ; 2 août 2012 ; (article en ligne)
  35. La pieuvre Google avale YouTube ; Libération ; 10 octobre 2006 ; (article en ligne)
  36. YouTube contraint de retirer 30 000 vidéos ; Écrans (un site de Libération) ; 20 octobre 2006
  37. Un accord entre la Sacem et YouTube garantit la rémunération des auteurs, LeMonde.fr, Véronique Mortaigne, jeudi 30 septembre 2010
  38. (en) Creating new opportunities for publishers and songwriters
  39. Xavier Berne, « Curiosity : une vidéo YouTube de la NASA bloquée par des ayants droit », sur nextinpact.com, Next INpact,‎ 7 août 2012 (consulté le 7 juillet 2014)
  40. (en) Timothy B. Lee, « As Curiosity touches down on Mars, video is taken down from YouTube », sur arstechnica.com, Ars Technica,‎ 7 août 2012 (consulté le 7 juillet 2014)
  41. (en) Timothy B. Lee, « How YouTube lets content companies “claim” NASA Mars videos », sur arstechnica.com, Ars Technica,‎ 8 août 2012 (consulté le 7 juillet 2014)
  42. Chloé Dussapt, Droits d'auteur sur les vidéos : YouTube change radicalement son fusil d'épaule, Challenges, 12 décembre 2013
  43. YouTube durcit le ton avec les artistes qui refusent ses conditions, Challenges, 18 juin 2014
  44. Police remove film of girls fighting from You Tube Daily, Telegraph Saturday, 21 July 2007 (no 47316).
  45. Une cheerleader passée à tabac sur YouTube.
  46. Animal cruelty films on YouTube.
  47. TechCrunch Has Breached Your Right To Free Speech? Yeah, Shut Up
  48. Contenu interdit — Centre d'aide YouTube
  49. L’Espagne veut interdire les vidéos de violences policières sur YouTube
  50. La Turquie bloque YouTube, les internautes s'organisent
  51. YouTube rejette la demande de censure de "L'innocence des musulmans"
  52. YouTube contraint de censurer une vidéo anti-islam
  53. (en) "Time's Person of the Year: You", Time, 13 décembre 2006
  54. (en) « "Our top 10 funniest YouTube comments – what are yours?" » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-03-30, The Guardian, 3 novembre 2009
  55. (en) "YouTube's worst comments blocked by filter", Daily Telegraph, 2 septembre 2008
  56. YouTube massivement piraté ce dimanche sur PC INpact
  57. (en) « Youtube poop », sur Urban dictionnary (consulté le 31 mai 2012)
  58. a, b, c, d et e (en) ItsLeeFord, « YouTube Poop » (consulté le 31 mai 2012)

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes

Liens externes

Bibliographie

  • Gilles Tanguy, « Youtube : Le site qui enterre la télé de papa », Capital, no 249,‎ juin 2012, p. 38-42.