Montgomery Clift

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Montgomery Clift

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Montgomery Clift en 1948

Nom de naissance Edward Montgomery Clift
Surnom Monty
Naissance 17 octobre 1920
Omaha, États-Unis
Nationalité Drapeau des États-Unis Américain
Décès 23 juillet 1966 (à 45 ans)
New York, États-Unis
Films notables Une place au soleil
Tant qu’il y aura des hommes
Soudain l’été dernier
Les Désaxés
Site internet Montgomery Clift

Edward Montgomery Clift, né le 17 octobre 1920 à Omaha (Nebraska) et mort le 23 juillet 1966 à New York, est un acteur américain.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance[modifier | modifier le code]

Montgomery Clift naît en 1920, précédé par Roberta sa sœur jumelle. Il a un frère, nommé Brooks, de dix-huit mois son aîné. William, le père gagne aisément sa vie dans le secteur bancaire[1]. Durant ses jeunes années, sa mère est très présente et tente d'éduquer ses enfants de façon aristocratique ; bien que cette tentative soit malmenée durant les années trente et la crise des marchés financiers[2]. Surnommé par ses proches Monty, il fait, à 13 ans[3], ses débuts sur scène à Broadway.

Début professionnel[modifier | modifier le code]

Servi par un physique avantageux, Clift se fait rapidement une solide réputation d'acteur. Au début des années 1940, l'actrice Libby Holman — qu'il ne laisse pas indifférente — produit à son intention la pièce Mexican Mural. Cette relation avec l'actrice est probablement la dernière relation hétérosexuelle de Clift[1], Libby Holman constatant, comme d'autres femmes, que l'acteur est homosexuel[2]. L'influence de l'actrice n'en est pas moins importante sur sa carrière. Suivant ses conseils, il repousse les offres des studios hollywoodiens, Holman considérant qu'il doit auparavant perfectionner son jeu, dans le but de pouvoir interpréter nombre de personnages dans un large registre d'émotion. C'est ainsi que l'acteur refuse de tourner dans Boulevard du crépuscule (1950) et Le train sifflera trois fois, (1952)[1].

Acteur de cinéma[modifier | modifier le code]

Montgomery Clift a pourtant débuté au cinéma en 1948, sous la direction d'Howard Hawks, incarnant le fils adoptif de John Wayne dans le western La Rivière rouge. Si cette première prestation est remarquée, l'année suivante, le comédien remporte son premier succès personnel avec Les Anges marqués de Fred Zinneman, pour lequel il obtient sa première nomination aux Oscars[2].

En 1951, grâce à son interprétation d'un jeune employé issue d'un milieu modeste, dans le mélodrame Une place au soleil, il devient l'une des plus grandes vedettes d'Hollywood. Il partage l'affiche avec Shelley Winters et Elizabeth Taylor. C'est avec cette dernière le début d'une grande amitié qui perdurera au-delà des années. Le film obtient un grand succès et le quotidien de Clift va en être changé. Désormais il aura autour de lui quotidiennement nombre d'admiratrices et de photographes.

En 1953, Zinneman le dirige à nouveau dans Tant qu'il y aura des hommes, un film de guerre qui bouscule les codes et les conventions, traitant d'adultère, de prostitutions, d'alcoolisme, de racisme et de torture, dans une Amérique alors en proie à la chasse aux activités antiaméricaines qu'impose le Maccarthysme[2]. Montgomery Clift obtient sa seconde nomination à l'Oscar du meilleur acteur.
Avec Marlon Brando, Clift est alors l'acteur le plus prisé des réalisateurs de renom : Alfred Hitchcock le dirige dans La Loi du silence, Vittorio De Sica dans Station Terminus. Malgré le succès et une carrière alors à son sommet, la réussite n'apporte pas le bonheur à Montgomery Clift et l'effraie plutôt. Épuisé par le tournage en quelques mois de trois films, l'acteur se retire. Peu à peu la prise régulière de pilules — prescrites pour soigner des allergies — et l'alcool deviennent de véritables addictions. Son état de santé est tel, qu'il ne tournera plus durant trois ans[2].

Tragique accident et second retour sur les écrans[modifier | modifier le code]

En 1956, Montgomery Clift reprend le chemin des studios. Partageant une nouvelle fois l'affiche avec Elizabeth Taylor, il tourne L'Arbre de vie dirigé par Edward Dmytryk. Sans elle, Clift ne serait peut-être jamais revenu au cinéma et il semble serein sans doute pour la première fois de sa carrière[2]. Tout s'interrompt le 12 mai, jour où le comédien est victime d’un accident d’automobile au volant de sa Chevrolet Bel Air[4]. Il en sort défiguré. Malgré les tentatives de la chirurgie plastique, son visage ne sera plus jamais le même[4]. Malgré tout sa carrière se poursuit et, en 1958, il entreprend un second « come-back », sous la direction une fois encore de Dmytryk dans Le Bal des maudits. Marlon Brando partage l'affiche avec lui et essaie de l'aider face à ses problèmes d'alcoolisme et ses multiples dépendances qui fragilisent sa santé[2]. L'année suivante, il retrouve son amie Elizabeth Taylor pour le tournage de Soudain l'été dernier que réalise Joseph L. Mankiewicz. C'est elle qui l'impose à la production et au cinéaste. Pour la première fois, Clift n'incarne pas un être angoissé et son interprétation d'un médecin devant effectuer une lobotomie sur une patiente, mais qui auparavant va chercher à comprendre la raison de sa psychose, constitue l'un des sommets de sa carrière[2]. Très actif, il tourne pour Elia Kazan, en 1960 Le Fleuve sauvage. Un tournage difficile où, plus que jamais, il se bat contre ses addictions, son alcoolisme semblant sans fin. À l'écran, il apparaît très amaigri et fatigué.

Déclin et disparition de Montgomery Clift[modifier | modifier le code]

En ce début de décennie, l'image de Montgomery Clift n'est plus la même. Il est loin à présent de l'image du jeune premier aux milliers d'admiratrices. Son attitude sur les tournages le pénalise. Malgré cette mauvaise réputation et faisant fi des médisances, le cinéaste John Huston l'engage pour son prochain film Les Désaxés. En vedette Marilyn Monroe, Clark Gable et Clift. Un tournage éprouvant et difficile, Clift allant de mal en pis. Sous la caméra d'Huston, il sera Sigmund Freud, l'année suivante dans Freud, passions secrètes. La relation entre l'acteur et le réalisateur se dégrade, leurs personnalités diffèrent et Huston a bien du mal à admettre l'homosexualité de son interprète. Clift, qui peine à se souvenir de son texte, est malmené par le réalisateur. Sur le plateau, deux camps s'affrontent, l'un soutenant Huston, l'autre Clift. Un temps, Universal projette de remplacer celui-ci par Eli Wallach, mais y renonce finalement[2].
La même année, Montgomery Clift obtient une nouvelle nomination à l'Oscar, cette fois du meilleur second rôle (pour Jugement à Nuremberg).

Au milieu des années 1960, l'acteur interrompt complètement sa carrière. Son intérêt pour le septième art n'est plus le même et il quitte les studios californiens pour New York. François Truffaut le veut dans son prochain film Fahrenheit 451, mais Clift décline l'offre[2]. En 1966, L'Espion de Raoul Levy est sa dernière apparition sur les écrans. Il consent à participer au prochain film d'Huston Reflet dans un œil d'or, uniquement parce qu’il a à nouveau l'occasion de partager l'affiche avec Elizabeth Taylor. Mais le destin en décide autrement : le 23 juillet 1966, son compagnon Lorenzo James[1], entrant dans sa chambre, le découvre mort, terrassé par un infarctus[2].

De sa disparition, le professeur d'art dramatique Robert Lewis a dit : « Sa mort a été appelée le plus long suicide de l'histoire »[1].

Montgomery Clift est enterré à Brooklyn au cimetière Quaker de Prospect Park. Sa pierre tombale, perdue parmi les autres n'est pas librement accessible au public. Sa famille a justifié ce choix pour préserver la paix éternelle (enfin trouvée) de l'acteur. En juin 2006, sa résidence brownstone de New York, située au 217 East 61 Street, a été proposée à la vente pour la somme de 5,5 millions de dollars. Monty Clift en avait fait l'acquisition en 1960 et c'est du reste dans cette même demeure qu'il est décédé en 1966. Pour l'anecdote, sur le mur côté rue de la brownstone, une plaque commémorative avait été apposée, mais elle a été enlevée, car trop de curieux venaient se faire photographier devant cette demeure et importunaient les propriétaires.

Influences et filiations[modifier | modifier le code]

À la fin des années 1940, Montgomery Clift apporte au cinéma une interprétation aux antipodes de la virilité monolithique ; il révèle des émotions, des doutes, une fragilité dans son jeu, donnant aux personnages qu'il interprète complexité, nuance et vulnérabilité[4].

Clift par son jeu influença Marlon Brando et James Dean, qui s’en inspirent et ajoutent à la vulnérabilité une touche rebelle. Si Brando se défend d’avoir été influencé, mais simplement intrigué, Dean le revendique allant parfois jusqu'à signer : Jimmy Clift Brando Dean.

Si l'homme a lutté toute sa vie contre ses démons intérieurs, il reste aujourd'hui l'une des références absolues dans le monde du 7e art tant son jeu d'acteur était d'une incroyable sensibilité et d'une justesse époustouflante. Xavier Florit a rencontré Liliane Montevecchi, l'une de ses plus fidèles amies avec Liz Taylor, qui lui a confirmé combien l'homme était naturellement doué et longtemps sa « fracture de l'âme » lui a servi d'inspiration pour véhiculer ses émotions et habiter ses personnages avec force et vérité. Montgomery Clift est, avec Marlon Brando et James Dean, l'un des acteurs qui auront marqué de leur empreinte le cinéma américain des années 1950-1960. Beaucoup d'écoles de théâtre contemporaines ainsi que d'enseignement sur l'art dramatique se réfèrent à Montgomery Clift, car si « l'intention » demeure essentielle dans l'appropriation d'un personnage, c'est avant tout la capacité à intégrer les fondements d'une personnalité qui permettent à un acteur de se transcender. Monty Clift a indéniablement été le premier acteur du milieu du XXe siècle à offrir cette nouvelle dimension dans le jeu d'acteur. Marlon Brando reconnaissait en lui cette étrange et fascinante faculté. James Dean s'est inspiré de Monty ainsi que de Brando pour marier la force brutale de l'un à la sensibilité exacerbée de l'autre et proposer ainsi un jeu plus « borderline » dans lequel le personnage est sans cesse tiraillé par cette dichotomie des émotions. La beauté et le charisme envoûtant de Montgomery Clift venaient parfaire ces prestations.

Par la suite, Montgomery Clift sera pour toute une génération de comédiens (issus pour la plupart de l’Actors Studio, comme Robert De Niro ou Al Pacino) une référence, un modèle intègre et résolu. Jusqu’à son dernier film, il ne sera jamais caricatural.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Tout comme Marlon Brando et James Dean, Montgomery Clift est bisexuel[5],[6],[7],[8],[9].

Montgomery Clift a eu une relation avec l'actrice Libby Holman, qui sera probablement sa principale et dernière relation hétérosexuelle[3]. Au début des années 1950, Montgomery Clift évolue vers un comportement amoureux uniquement homosexuel, et cela même s'il entretient des liens amicaux forts avec certaines relations féminines venues du théâtre, des relations largement encouragées par les publicistes des studios[3].

L'acteur ne supportant plus « le regard des autres sur sa sexualité »[10] quitte Hollywood pour New York et se désintéresse du cinéma. Au moment de sa disparition, il envisageait de tourner un nouveau film — Reflets dans un œil d'or de John Huston — uniquement parce qu'il aurait eu, une nouvelle fois, comme partenaire, son amie Elizabeth Taylor[11], avec laquelle il entretient depuis le début des années 1950 une solide et durable relation mi amicale mi amoureuse, qui serait restée purement platonique[N 1]. Il fut très lié avec Myrna Loy durant le tournage de Cœurs brisés, à tel point que persistaient des rumeurs de mariage entre les deux[12].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

En 1954, il adapte et joue La Mouette de Tchekhov.

Pièce radiophonique[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « Elle tenta vainement de le fléchir, et elle comprit peu à peu qu'il avait une vie homosexuelle secrète qui l'empêcherait toujours de se vouer entièrement à elle — ce qu'elle attendait désespérément d'un homme. Elizabeth confiera plus tard à l'écrivain Thomas Thompson qu'elle n'y était « jamais arrivée » sexuellement avec Monty. […] « Il y a eu des hommes que j'ai vraiment aimés, mais qui n'aimaient vraiment pas les femmes. » - Source : Elizabeth Taylor - La dernière star, éditions Sylvie Messinger, 1982, p. 55 ; biographie d'Elizabeth Taylor par Kitty Kelley.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e http://www.imdb.com/name/nm0001050/bio
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k http://cinemaclassic.free.fr/montgomery/biographie_montgomery.htm
  3. a, b et c (en) Montgomery Clift Biography, Internet Movie Database
  4. a, b et c Dictionnaire du cinéma : Les acteurs, Jean Tulard, édition Robert Laffont, collection Bouquins, sixième édition, 2001.
  5. (en) Michelangelo Capua, Montgomery Clift: A Biography, p. 22
  6. (en) Ronald Fox, Current Researsh on Bisexuality
  7. Patricia Bosworth, dans (en) Montgomery Clift: A Biography fait appel au témoignage de son frère Brooks, qui indique notamment avoir rencontré deux jeunes femmes enceintes de Montgomery.
  8. (en) Steve Cohan, Masked Men: Masculinity and the Movies in the Fifties, p. 226
  9. (en) The Advocate, 9 juillet 2002, p. 39
  10. Biographie de Montgomery Clift sur CinemaClassic.fr : « Le regard des autres sur sa sexualité l'empêche de trouver toute forme de sérénité et son goût pour le cinéma semble avoir diminué. Au milieu des années 60, il s'enfuit d'Hollywood et se réfugie à New York. »
  11. Biographie de Montgomery Clift sur CinemaClassic.fr
  12. Montgomery Clift: A BiographyPatricia Bosworth (2012)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :