Pédérastie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec pédophilie.
Éraste et Éromène, coupe attique à figures rouges, Ve siècle av. J.-C., musée du Louvre

Le mot pédérastie (du grec ancien παῖς / paîs (« enfant ») et ἐραστής / erastếs (« amant »)) désigne, à l’origine, une institution morale et éducative de la Grèce antique bâtie autour de la relation particulière entre un homme mûr et un jeune garçon.

La restriction actuelle à la composante affective et sexuelle résulte à la fois de l'importance prise par le discours sexologique dans les sociétés occidentales contemporaines, et du fait que la pédérastie éducative y ait depuis longtemps disparu en tant qu'institution.

Ce terme fit son apparition en langue française au XVIe siècle d'abord, selon Jean Bodin, au sens de sodomie : « Et quand les Espagnols se firent maîtres des Îles Occidentales, ils trouvèrent aussi qu’on portait pendu au cou une image de pédérastie d’un pédicon et d’un cynède, pour contre-charme, qui était encore plus vilain […] Aussi ces peuples-là étaient fondus en sodomies et ordures détestables, et en toutes sortes de sorcelleries, et qui ont tous été exterminés par les Espagnols. Chacun sera d’accord que c’est une invention diabolique. »[1].

« Pédéraste » fut, dès son apparition, l’occasion d’un contresens : Tabourot avait écrit, dans Les Bigarrures du seigneur des Accords (1584) que le poète latin Ausone s’était moqué, par des vers acrostiches, d’un « vilain pédant pédéraste » ; or dans les épigrammes 126 et 127, il s’agissait de cunnilingus hétérosexuel.

C'est ensuite seulement que l'on rencontre le sens d’amour des garçons, et pédérastie connaît rapidement une série de glissements sémantiques qui l’éloigneront considérablement de son étymologie. Quasiment abandonné au début du XXe siècle au profit du terme d'origine allemande homosexualité, il est peu à peu réintroduit, par le biais d'André Gide, dans le sens actuel susmentionné, plus conforme à son étymologie.

Dans son sens contemporain, la pédérastie apparaît ainsi comme un cas particulier de ce que certains sexologues nomment hébéphélie ou encore éphébophilie, à savoir l'attirance érotique d'un adulte pour les adolescents, sans précision de sexe. Toutefois, ces vocables du discours médical ne font pas l’unanimité, et n'apparaissent de fait dans aucune des classifications internationales des troubles mentaux. Malgré quelques tentatives de récupération du terme pédérastie par certains psychiatres francophones, la pédérastie ne constitue pas aujourd'hui une catégorie médicale.

Au sens général d'amour des garçons (les « grands », pas les petits), la pédérastie est présente dans de nombreuses cultures au fil des siècles : la Grèce et la Rome antique, les Celtes, le Japon, la Chine, l'Océanie, l'Italie pendant la Renaissance

En Occident, la pédérastie a connu une histoire mouvementée, depuis longtemps souterraine. Longtemps restée la principale référence en matière d'homosexualité, elle a finalement été rejetée par la majorité des militants homosexuels au cours de leur mouvement d'émancipation dans la seconde moitié du XXe siècle.

La sexualité entre adultes et adolescents (particulièrement de type pédérastique) est généralement mal connue et, depuis les années 1990, souvent assimilée à la pédophilie[réf. nécessaire]. Ces relations suscitent d'importantes questions morales.

Les législations nationales fixent un âge de majorité sexuelle, variable selon les États mais généralement inférieur à celui de la majorité civile, à partir duquel les relations sexuelles entre adultes et adolescents sont permises, sous certaines conditions. Dans plusieurs pays, cet âge peut varier selon qu'il s'agit de relations homosexuelles ou hétérosexuelles.

Approche sémantique du mot pédérastie[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (août 2013). Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

La manière dont les Occidentaux du XXIe siècle abordent et se représentent la sexualité est issue de l'enseignement judéo-chrétien, qui valorise le mariage entre un homme et une femme en vue de constituer une famille. Des évolutions face à ce modèle traditionnel sont apparues avec le discours sexologique qui se constitua à la fin du XIXe siècle, bien que cette influence soit parfois surestimée.

Désignation des formes de sexualité hors-normes au Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (juillet 2009). Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

La condamnation par l'Église catholique de toutes les pratiques sexuelles ne visant pas la procréation dans le cadre du mariage[réf. nécessaire] a exercé une influence considérable et prolongée sur la sexualité occidentale. Les protestants ont apporté une nouvelle lecture de la Bible où la sexualité a été créée par Dieu pour le plaisir de l'homme et de la femme, et pas seulement en vue de la procréation. Ce plaisir est dans la Bible instauré pour le seul cadre du mariage.

C'est d'abord un lexique d'origine religieuse qui a servi à désigner les relations sexuelles considérées « contre nature ». Les mots français sodomie et bougrerie (dérivé de bougre) datent de la fin du Moyen Âge. Le premier fait référence à l'épisode de la destruction par Yahweh de Sodome et Gomorrhe, rapporté dans le livre biblique de la Genèse. Dieu a détruit ces deux villes où, selon une interprétation tardive et discutée[réf. nécessaire], la corruption et l'immoralité sexuelle régnaient. Le second est une allusion lointaine aux origines géographiques d'une forme d'hérésie cathare pratiquée par les bogomiles de Bulgarie à la fin du Xe siècle[2].

Cette étymologie a toutefois été contestée à la fin du XIXe siècle par Charles Toubin pour qui le mot bougre, au sens de sodomite, dériverait du gaélique bugair (pédéraste) venant de beag, petit, ou big, enfant. Cette seconde étymologie n'est de nos jours plus suivie par les lexicologues : elle n'est en effet confirmée par aucune preuve textuelle précise alors que le lien entre bulgare et bougre est clairement lisible depuis le XIe siècle : au XIe siècle, bogre (forme de l'ancien français) désigne l'hérétique. Au XIIe, par extension, le débauché. De plus, le passage de bulgarus (latin médiéval) à bougre est phonétiquement régulier : búlgărusbolgre (amuïssement en ancien français du /ă/ prétonique et fermeture du /u/) → bogrebougre (à partir du XIIIe siècle).

Bougrerie s'employait pour désigner les relations charnelles entre individus de même sexe, ou avec des animaux (bestialité). L'extension du mot sodomie était en revanche beaucoup plus large qu'aujourd'hui, allant de la masturbation solitaire aux activités sexuelles entre humains et animaux. Il désignait en somme l'ensemble des pratiques sexuelles perçues comme non naturelles car ne visant pas la procréation.

Le terme pédérastie et ses évolutions sémantiques du XVIe siècle à nos jours[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire du mot pédérastie.

Prenant son origine dans l'Antiquité païenne, ce mot pédérastie fit son apparition en français dans le dernier quart du XVIe siècle, à la suite de la redécouverte de la culture gréco-latine durant la Renaissance. Seuls l'employaient alors quelques lettrés, puisque l'usage courant ne le prévoyant pas, on continuait à privilégier sodomie et bougrerie.

Au XVIe siècle, toutefois, la notion de relations sexuelles impliquant un homme et un garçon (enfant ou adolescent) fit l'objet d'un traitement sémantique particulier, qui la distinguait des relations homosexuelles entre adultes. On recourait alors au mot stupre. À cette époque, stupre aurait désigné des relations sexuelles avec une veuve, avec une jeune fille vierge ou avec un garçon.

Divers emplois de kewan ardebilian au XVIIe siècle témoignaient déjà d'un glissement sémantique en direction de pratiques homosexuelles entre hommes adultes. C'est seulement à la fin de ce siècle que le mot commença à faire son entrée dans quelques dictionnaires de langue française, qui le définirent de manière erronée. Au XVIIIe siècle, l'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert (1750-1765) ne mentionne ni le mot ni ce qu'il recouvre. De fait, pédérastie était alors rarement utilisé. Une minorité de lettrés, dont Voltaire, continua à utiliser le mot dans son sens étymologique pour désigner l'amour des garçons déjà grands. Ce fut aussi le cas, en Angleterre, de Jeremy Bentham dans son Essai sur la pédérastie (1785).

Le XIXe siècle vit se répandre le mot pédérastie, dans un usage de plus en plus éloigné de sa signification première. Le mot apparaissait dans un nombre croissant de dictionnaires, dont les définitions moralisatrices incluaient certes souvent la référence aux garçons mais avalisaient dans le même temps le glissement sémantique vers les pratiques homosexuelles masculines entre adultes. Comme lors des siècles précédents, seuls quelques auteurs cultivés continuaient à utiliser pédérastie dans son sens étymologique, osant parfois prendre la défense de ce type d'attirance et/ou de relation, tel Proudhon (1809-1865), qui fut aussi un virulent pourfendeur de la « pédérastie ». Mais employait-il alors ce terme toujours dans le même sens ou bien dans celui qui finissait par s'imposer, à savoir celui de relations sexuelles entre hommes ?

Dans la seconde moitié du XIXe siècle, le discours médico-légal restreignit encore ce dernier sens à celui de coït anal entre hommes, puis à celui de coït anal tout court, et cet emploi à contresens du mot pédérastie finit par devenir des plus communs. Plusieurs écrivains utilisaient cependant toujours pédérastie dans le sens d'amour des garçons. Pour échapper aux confusions de l'époque, d'autres auteurs préférèrent toutefois exhumer le mot philopédie, utilisé dans certaines traductions du grec, et en dériver philopède et philopédique. D'autres encore recouraient à l'expression d'amour grec pour désigner la passion amoureuse de certains hommes pour des garçons. L'anglais boylove et l'allemand Knabenliebe correspondent au français pédérastie.

En réaction au discours médical et policier centré sur le corps et l'infamie, naquit dans les années 1860 le concept d'homosexualité dû au Hongrois germanophone Karl-Maria Kertbeny (1824-1882). Le discours médical tenta d'y substituer son concept d'inversion sexuelle, calqué sur celui d'homosexualité mais cherchant à s'en démarquer par la référence à la norme hétérosexuelle. En vain. Le recours de plus en plus fréquent aux notions d'homosexualité ou d'inversion sexuelle aurait pu se traduire par la disparition complète du terme pédérastie.

Cependant, le mot pédéraste était entré dans l'usage courant au XIXe siècle au sens d'homme pratiquant le coït anal avec d'autres hommes. Dans le courant du XXe siècle, il fut peu à peu remplacé, dans cette acception, par le substantif homosexuel. L'apocope pédé a laissé sa place à homo et gay, et ne survit plus guère aujourd'hui que comme injure, d'ailleurs parfois sans référence à la sexualité de la personne visée. Il aura fallu cette lente acceptation des concepts d'homosexualité et d'homosexuel dans le langage courant pour que les termes pédérastie et pédéraste opérassent un retour progressif qui dépasse la sphère de quelques lettrés (auteurs souvent eux-mêmes pédérastes comme André Gide, Henry de Montherlant ou encore Roger Peyrefitte).

Les dictionnaires du XXe siècle ont abandonné assez rapidement les jugements de valeurs encore fréquents au siècle précédent, pour donner du mot pédérastie une définition également plus conforme à son sens étymologique et historique. Est demeurée toutefois la tendance à associer ce mot à une pratique, sans que soient évoqués le désir ou l'affectivité.

Au début du XXIe siècle, les dictionnaires de langue française dont les définitions mentionnent ces deux dernières composantes de la pédérastie font encore figure d'exception. En outre, certaines de ces définitions de la pédérastie englobent explicitement dans la notion de garçon tant les enfants que les adolescents, ce que d'aucuns, amateurs d'adolescents, contestent, n'ayant aucune envie d'être assimilés à des pédophiles. Leur argument est que, même si le mot grec pais désignait plutôt des adolescents que des impubères, la pédérastie grecque ne concernait que les garçons adolescents, à partir d'environ treize ans, et non des enfants plus jeunes.

Le mot pédérastie a connu une histoire passablement mouvementée et chaotique, de sorte qu'aujourd'hui encore son emploi peut entraîner de multiples quiproquos. Pour différentes raisons, certains préfèrent donc éviter d'employer ce terme. Les uns pensent qu'il conviendrait en toute rigueur de réserver l'emploi du mot pédérastie à l'institution de la Grèce antique, et préfèrent parler d'homosexualité pédérastique ou d'homosexualité de type pédérastique pour désigner l'attirance amoureuse et/ou sexuelle que certains hommes éprouvent pour les adolescents. Auteur d'un travail de recherche approfondi sur l'histoire du mot pédérastie dans la langue française, Jean-Claude Féray opte pour une autre solution : pour désigner l'amour des garçons au sens platonicien (mais « pas nécessairement platonique »), il propose la graphie paidérastie, dans l'intention de lever les ambiguïtés du mot dans sa graphie ordinaire.

De nos jours, un grand nombre de pédérastes/paidérastes à travers le monde s'identifient comme boy-lovers, boylovers ou BL. Ces termes, sinon forgés, du moins réactivés, par le groupe des poètes uraniens (poètes pédérastes anglais et américains de la fin du XIXe siècle et du premier quart du XXe siècle), doivent cette popularité inattendue au développement du World Wide Web, lieu de rassemblement de toutes sortes de minorités. Or le Web fut d'abord anglophone, et beaucoup de termes anglais ont passé tels quels dans les autres langues, sans faire l'objet de traductions. En français, l'histoire de pédérastie et de pédéraste, ainsi sans doute que leurs connotations péjoratives (dues principalement à l'utilisation abondante de l'injure pédé), peuvent en outre expliquer les réticences de maints pédérastes francophones à l'emploi de ces deux termes, ainsi que la promptitude avec laquelle ils ont été si nombreux à faire leurs les mots boy-love et boylovers, vierges de toute histoire à leurs yeux. Même si ces anglicismes traduisent exactement le sens étymologique de pédérastie et de pédéraste, ils présentent néanmoins, en pratique, la particularité de désigner aujourd'hui aussi bien les pédophiles homosexuels que les pédérastes. Il semblerait en outre que sous l'étiquette boy-love la pédophilie soit plus représentée sur le Web que la pédérastie. Or beaucoup de pédérastes ne souhaitent pas être assimilés aux pédophiles, ne serait-ce qu'au vu de l'opprobre qui frappe aujourd'hui ces derniers. Enfin, ces termes d'origine anglaise se voient contestés par les mouvements dits de protection de l'enfance, pour lesquels pédophilie est incompatible avec l'idée même d'amour (love). Ainsi, sur Internet, un nombre croissant d'individus francophones se détournent-ils de l'anglicisme boylover pour lui préférer celui de pédéraste.

Perspective historique et ethnologique[modifier | modifier le code]

Durant des siècles, la pédérastie fut présente et visible socialement dans un nombre relativement important de civilisations et de sociétés : tolérée, acceptée, tenue pour naturelle voire promue comme idéal amoureux, elle a pu exister sous différentes formes, diversement codifiées.

Formes codifiées (homosexualité initiatique)[modifier | modifier le code]

L'exemple le plus connu de pédérastie codifiée et institutionnelle est celui de la Grèce antique. On a vu que, pour éviter certaines confusions, certains auteurs préfèrent réserver le mot pédérastie à l'institution grecque, qu'ils incluent dans le cadre conceptuel plus large d'« homosexualité initiatique » (Bernard Sergent, qui y voit un trait commun aux sociétés indo-européennes).

La Grèce ancienne[modifier | modifier le code]

Éraste et Éromène, détail de La Marseillaise de François Rude, Arc de Triomphe, Paris (1833). Analyse de Dominique Fernandez dans Le Rapt de Ganymède

Les Grecs anciens semblent avoir été les premiers à s'être exprimés au sujet de la pédérastie, à l'avoir étudiée et à l'avoir organisée et érigée en institution dans certaines cités. Divers indices permettent néanmoins de supposer que le modèle pédérastique de la Grèce antique a évolué à partir de rites initiatiques des sociétés de chasseurs-cueilleurs du paléolithique supérieur.

La pédérastie supposait un lien de couple entre un homme et un garçon déjà entré dans la préadolescence (donc à partir d'au moins douze ans). Ce couple tenait sa légitimité de nombreux équivalents symboliques ou mythologiques en la personne des dieux ou des héros (Zeus et Ganymède, Apollon et Hyacinthe ou Cyparisse, Héraclès et Iolaos, Thésée et Pirithoos, Achille et Patrocle). À Sparte, il était directement institué par la loi (Grande Rhêtra de Lycurgue). L'environnement socioculturel faisait de la pédérastie un mode reconnu de formation des élites sur le mode ésotérique (un maître-un élève). Les termes désignant l'homme et le garçon pouvaient varier d'une cité à l'autre : par exemple, erastes (amant) et eromenos (aimé) à Athènes, eispnelas (inspirateur) et aites (auditeur) à Sparte. Les modalités de la relation différaient également ; selon les cités, les rapports sexuels étaient permis ou non. Les fêtes publiques initiatiques axées sur l'homosexualité pédagogique étaient nombreuses à travers la Grèce : les Hyacinthies de Sparte, les Théséia et les Euandria d'Athènes

Zeus et Ganymède

La Crète offre le modèle le plus ancien d'institution pédérastique, dont on connaît essentiellement les caractéristiques grâce à un texte d'un historien grec du IVe siècle, Éphore, repris par Strabon. Après en avoir fait l'annonce et obtenu l'approbation du père, l'homme procédait à l'enlèvement rituel du garçon, le rapt pédérastique. Commençait alors pour ce dernier une période d'apprentissage placée sous la responsabilité de l'adulte, qui l'isolait avec lui à la campagne pour une durée de deux mois environ. Il s'agissait de faire du garçon un chasseur adroit et un combattant courageux. Pendant toute cette période, le couple partageait également des activités sexuelles. On considérait comme normal pour le jeune garçon de s'offrir à son amant, en marque de reconnaissance pour les efforts que l'homme consacrait à sa formation. À l'issue de cette période, le garçon était reconduit dans la cité, où l'on fêtait son retour et sa renaissance sociale, publiquement et à grands frais. Parmi les nombreux présents, trois cadeaux rituels étaient obligatoires : un bœuf, qui manifestait sa capacité à sacrifier aux dieux, une armure, qui marquait son entrée dans le groupe des citoyens-soldats et une coupe lui permettant de participer au banquet ou symposion, festin civique masculin[3]. On reconnaissait alors l'éphèbe à la fois comme homme et comme citoyen. En même temps, le garçon pouvait dénoncer son partenaire s'il l'avait forcé à des relations contre sa volonté, et ainsi couper la relation[4]. Cette initiation rituelle ne concernait pas l'ensemble des citoyens. Ceux qui l'avaient connue se voyaient accorder des marques d'honneur particulières.

Sparte requérait de tous ses citoyens de nouer une relation pédérastique. Mais l'homme devait au préalable gagner l'affection du garçon, à la différence du cas de la Crète ou même de celui d'Athènes et de nombreuses autres cités grecques, où cette affection, bien que souhaitée, n'était pas requise.

Amphore, scène pédérastique, Musée de Munich

Thèbes est célèbre pour son bataillon sacré (Hiéros Lokhos) de trois cents combattants, formé de couples pédérastiques. À Leuctres, ils écrasèrent Sparte. Il fallut attendre Philippe II de Macédoine pour en venir à bout. Ils furent vaincus à Chéronée, écrasés par la cavalerie macédonienne menée par le fils de Philippe, le jeune Alexandre le Grand. Après la bataille, les Macédoniens leur rendirent les honneurs militaires.

Quelle que soit la cité, il est normal pour un homme d'être séduit par un jeune garçon et d'en faire publiquement état, pourvu que le garçon en question présente les deux caractéristiques nécessaires pour justifier l'établissement du lien pédérastique : il doit être καλός kalos (beau) et ἀγαθός agathos (bon, courageux, droit et réservé)[réf. nécessaire].

Athènes offre l'exemple le plus significatif de l'évolution d'une institution éducative aristocratique et guerrière en une pratique moins rigoureuse, davantage centrée sur l'esthétisme et les sens. Sur les céramiques, les grands adolescents musclés et vigoureux firent place peu à peu à des garçons plus délicats et souvent plus jeunes. Pour les amoureux des garçons, kalos prenait le pas sur agathos, ce qui ne fut pas sans entraîner des dérives, critiquées par certains auteurs, tantôt sur le mode humoristique, tantôt sur le mode sérieux. Dans l'espoir de séduire un même beau garçon, des hommes pouvaient rivaliser de cadeaux. Certains garçons en profitaient, accordant leurs faveurs au plus offrant. Que ce fût la passion amoureuse ou le pur désir sexuel qui prît le dessus, le résultat fut le développement d'une quasi-prostitution parmi les fils de citoyens, dans une proportion difficile à évaluer. Platon fut de ceux qui s'élevèrent contre le dévoiement de la pédérastie institutionnelle. Que ce soit dans Le Banquet ou dans Phèdre, il ne remit pas en question la pédérastie elle-même. En revanche, dans Les Lois, il va jusqu'à en envisager l'interdiction pure et simple. Ses idées en la matière ne furent guère suivies.

Les relations pédérastiques perdurèrent en Grèce jusqu'à leur interdiction tardive par l'Empire romain, après que le christianisme fut reconnu comme religion officielle, puis seule religion d'État.

Le monde celtique[modifier | modifier le code]

Il y a peu d’éléments directs parlant de la sodomie ou de la pédérastie chez les Celtes et en particulier chez les Gaulois. Cependant, il y a quelques citations d’auteurs classiques déclarant que l'activité homosexuelle était acceptée et quelques productions culturelles en la matière (sculptures). Par exemple Athénée, le rhétoricien et grammairien grec, répétant des affirmations faites par Diodore de Sicile, a écrit que : « Les Celtes, bien qu'ils aient des femmes très belles, apprécient de jeunes garçons davantage, de sorte que certains d'entre eux avaient souvent deux amoureux à dormir avec eux sur leurs lits en peau de bête »[5],[6],[7]. Selon Aristote encore, « les Celtes sont ouverts et approuvent les jeux amoureux masculins[8] ». Cependant, il est à noter que, selon la loi dite du brehon, si l’homme est marié, la femme peut alors disposer librement d’elle-même[9].

Le Japon et le nanshoku[modifier | modifier le code]

Rendez-vous galant d'un homme et d'un garçon. Miyagawa Isshō, vers 1750. Collection privée.

Les concepts d'homosexualité ou d'hétérosexualité s'appliquent mal à la sexualité telle qu'elle était vécue et pratiquée dans le Japon féodal. Une lecture plus pertinente recourra à trois catégories : le sexe anatomique (homme ou femme), le genre (défini par les comportements et attentes déterminés par la culture) et la sexualité (la pratique sexuelle et le choix d'objet qu'elle implique).

Aucune source ne nous renseigne sur l'existence éventuelle de pratiques homosexuelles dans le Japon de l'Antiquité. Entre la fin du XIe siècle et la première moitié du XIVe siècle, si sont bien relatées les amours de quelques empereurs avec de beaux garçons, celles-ci n'ont donné naissance au Japon à aucune tradition homosexuelle, à la différence de ce qui avait eu lieu en Chine dès l'Antiquité.

Les premiers Européens à visiter le sol japonais furent frappés par la fréquence et la publicité des relations de type pédérastique. Ainsi le jésuite portugais Alessandro Valegnani observait-il en 1591 : « Les jeunes garçons et leurs partenaires, ne considérant pas la chose comme grave, ne la cachent pas. En fait, ils y voient honneur et en parlent ouvertement. Non seulement la doctrine des bonzes ne la tient pas pour un mal mais eux-mêmes pratiquent cette coutume, la tenant pour absolument naturelle et même vertueuse. »

Les monastères[modifier | modifier le code]

En dépit de l'hostilité du bouddhisme (dans certains pays) à l'encontre des pratiques homosexuelles, les origines de l'homosexualité masculine sont associées dans l'esprit des Japonais à l'institution bouddhique. Le bonze Kûkai (774-835), fondateur d'une communauté monastique, passe pour avoir introduit l'homosexualité au Japon, à son retour de Chine en 806 — réputation que certains considèrent comme induite ou amplifiée par les missionnaires de François Xavier.

Des autres doctrines et courants qui se développent parallèlement dans l'archipel nippon, ni le confucianisme ni le taoïsme ne rejettent les pratiques homosexuelles, ce qui explique peut-être qu'aux yeux du bouddhisme japonais naissant, l'homosexualité apparaisse comme un moindre mal, comparé aux relations hétérosexuelles.

Les communautés monastiques se développent dès le IXe siècle. À la fin du XVIe siècle, le Japon en compte environ quatre-vingt-dix mille. Quelques-unes abritent jusqu'à un millier d'hommes et de garçons, et la plus vaste jusqu'à trois mille. Les moines peuvent garder auprès d'eux des novices ou chigo, garçons souvent très jeunes issus des grandes familles, venus simplement s'initier à la liturgie ou bien préparer une carrière monastique.

Les relations sexuelles entre moine et chigo sont fréquentes. Elles incluent les rapports anaux. Chaque partenaire porte un nom et tient un rôle précis : l'aîné (nenja ou anibun) et le cadet (nyake ou otôtobun) contractent un lien fraternel (kyôdai chigiri) et se jurent loyauté mutuelle. En 1419 et 1436, interdiction sera faite aux moines, non pas d'entretenir des relations sexuelles avec leur(s) novice(s), mais de les travestir en jeunes filles. On attendait bien toutefois de ces garçons qu'ils devinssent des hommes, et ce goût pour le travestissement, purement esthétique et érotique, ne visait nullement à les féminiser dans leur comportement.

Les samouraïs[modifier | modifier le code]
Article détaillé : Shūdō.

De nombreux samouraïs avaient d'abord été novices dans un monastère. Il est certain que les mœurs monacales servirent de modèle aux amours masculines qui eurent bientôt cours chez ces guerriers. La structure féodale de la société japonaise contribua de même à structurer ces relations.

Les points communs avec la pédérastie grecque sont nombreux. Les relations homosexuelles s'inscrivent dans le cadre d'une éducation élitiste. Elles sont structurées selon une différence d'âge et de statut. L'homme seul est sexuellement actif. En général, les rapports sexuels cessent une fois le cadet devenu adulte. Pas plus qu'en Grèce, ces relations de type pédérastique n'excluent les liaisons hétérosexuelles ou le mariage.

Comme entre un moine et un novice, la relation entre deux samouraïs débute par des serments fraternels, éventuellement écrits, qui constituent alors un véritable contrat. Plusieurs de ces serments contractuels ont été conservés, dont celui unissant Shingen Takeda (surtout connu en Occident comme protagoniste central du film Kagemusha de Kurosawa) et son amant Kasuga Dansuke, alors âgés respectivement de vingt-deux et seize ans. Le jeune samouraï sert son aîné lors des campagnes militaires. En temps de paix, il joue souvent le rôle de page, à l'allure efféminée.

Formes non codifiées[modifier | modifier le code]

Rome antique[modifier | modifier le code]

Buste de Ganymède (Rome, époque impériale)
Pan enseignant à Daphnis

À Rome, à l'époque historique, les relations pédérastiques ont cessé de relever de l’homosexualité initiatique, si tant est qu'elles y aient jamais eu ce caractère. Cette évolution avait déjà été amorcée chez les Grecs, de plus en plus sophistiqués et cosmopolites (voir coupe Warren). Les relations pédérastiques apparaissent mues principalement par le désir sexuel, comme les relations que nous qualifierions aujourd’hui d’hétérosexuelles.

Elles furent de moins en moins acceptées au fil des siècles, atteignant leur zénith sous le règne de l’empereur Hadrien, qui après la mort prématurée de son jeune amant Antinoüs fit ériger des statues à son effigie dans tout l’empire, allant jusqu’à l’élever au rang de dieu.

Dans la perspective biblique, en tant qu'elle est une forme d'homosexualité, la pédérastie est condamnée par l’Ancien Testament, et dans le Nouveau par saint Paul. Symbole de la culture païenne classique, l'homosexualité est désignée comme un péché entraînant la « mort éternelle » ou l'Enfer. Aussi la pédérastie fut-elle combattue de façon virulente par le christianisme montant, jusqu’à se voir frappée d’interdiction. Saint Paul n'a pas utilisé le mot homosexuel mais pédéraste, ce qui est différent, les actes de pédérastie étant « désordonnés ».

Le monde occidental[modifier | modifier le code]

Bien qu’ayant le plus souvent pris des distances avec la pédérastie contemporaine, la plupart des homosexuels traitent aujourd’hui encore l’histoire de l’homosexualité et celle de la pédérastie de manière indifférenciée. Il faudrait, sinon, désavouer tout lien avec l’homosexualité de la plupart des personnages historiques attirés par des individus de même sexe. Tout au contraire, les gays continuent à présenter comme leurs prédécesseurs des artistes occidentaux aux inclinations pédérastiques.[réf. nécessaire]

La Renaissance, dans sa redécouverte de l’Antiquité, fut souvent propice à la pédérastie. Dans le même temps, l’Église catholique eut recours à tous les moyens à sa disposition, aussi bien dans les tribunaux civils que dans ceux de l’Inquisition, pour combattre ce qu’elle désignait comme la « corruption de sodomie ». Les hommes étaient condamnés à des peines d’amende ou d’emprisonnement, les garçons aux châtiments corporels. Les peines les plus sévères, comme le bûcher, étaient réservées d’ordinaire aux infractions commises sur les plus jeunes ou bien avec violence.

À l’époque, Florence en particulier était renommée pour la fréquence des relations pédérastiques qui s’y nouaient. La pédérastie y était si répandue qu’en 1432 la cité mit en place le corps des Ufficiali di Notte (les officiers de la nuit) en vue d’éradiquer les pratiques « sodomistes ». De 1432 à 1502, le nombre d’hommes accusés de sodomie s’éleva à plus de 17 000 (pour un nombre de condamnations s’élevant à 3 000). La réputation de Florence était telle que les Allemands créèrent le verbe florenzen pour désigner le fait d’avoir des relations sexuelles avec un jeune garçon.

Au XVIIe siècle, en Angleterre, les rôles féminins étaient tenus au théâtre par des garçons, car les femmes n’avaient pas le droit de monter sur les planches. Cette situation fut propice aux relations de type pédérastique. La Nuit des Rois, pièce de William Shakespeare, se délecte de cette ambiguïté sexuelle caractérisant le théâtre élisabéthain : une jeune femme déguisée en page s’éprend de son seigneur, tandis qu’une dame tombe amoureuse dudit page, qui après avoir recouvré sa véritable identité épousera pour finir son ancien seigneur – autant de situations impliquant une jeune travestie, incarnée à la scène par un garçon. Shakespeare est par ailleurs l’auteur de Sonnets qui pour une grande partie concernent un individu de sexe masculin, dont l’identité n’a jamais pu être établie avec certitude mais qui pourrait avoir été le jeune William Herbert (en). Même si l’on fait abstraction de certains propos attribués à Christopher Marlowe dans le cadre de son procès pour athéisme (« Ceux qui n’aiment ni le tabac ni les garçons sont des idiots »), plusieurs passages des pièces et poèmes de l’auteur laissent supposer chez lui des inclinations pédérastiques.

Albrecht Dürer, La Mort d'Orphée, d'après un original d'Andrea Mantegna, aujourd'hui disparu.
Rembrandt, Le Rapt de Ganymède.

De nombreux autres artistes contribuent en même temps à jeter le discrédit sur la pédérastie, tels Albrecht Dürer dans La Mort d’Orphée ou encore Rembrandt dans Le Rapt de Ganymède. Les deux garçons sur lesquels respectivement Orphée et Zeus jettent leur dévolu sont ici des nourrissons : cette assimilation de la pédérastie à une représentation extrême et prédatrice de la pédophilie, qui permet de mieux les condamner, demeure d’ailleurs aujourd’hui encore des plus courantes. Ennemi déclaré du Caravage, Baglione réplique au sulfureux Amour victorieux une Victoire de l’Amour céleste sur l’Amour terrestre : personnifié par un adolescent en armes, énergique et vigoureux, l’Amour céleste terrasse sa contrepartie terrestre, incarnée par un garçon dénudé, délicat et bien en chair. Dans la version de ce tableau conservée à Rome, le satyre/démon à la peau brune, à terre aux côtés de l’amour vaincu, apparaît sous les traits du Caravage lui-même, jetant vers le spectateur des regards effrayés.

1896 voit la naissance en Allemagne de la revue Der Eigene, édité par Adolf Brand (1874-1945), qui promeut la pédérastie comme remède à la déliquescence morale de la jeunesse allemande. Le mouvement de jeunesse des Wandervogel, initié à la même époque, est ouvert à diverses influences, dont celle du travail de Gustav Wyneken (de) centré sur l'Éros pédagogique (pädagogischer Eros). Le mouvement ne fit pas mystère de ces attirances homophiles et pédérastiques, même si celles-ci étaient censées s’exprimer de manière non sexuelle.

Giovanni Baglione, La Victoire de l’Amour céleste sur l’Amour terrestre.

Le procès d’Oscar Wilde donne une publicité nouvelle au désir homophile, en le faisant sortir de l’ombre et des manuels médicaux. Si l’homosexualité que défend alors Wilde n’est déjà plus tout à fait la pédérastie (l’écrivain parle bien de relations entre hommes), « l’amour qui n’ose dire son nom  » reste néanmoins structuré par la différence d’âge et se réclame de modèles pédérastiques comme Platon, Michel-Ange, Shakespeare. La popularité d’Oscar Wilde n’y résistera pas. Abandonné de la plupart des écrivains et artistes européens, Wilde est condamné et incarcéré. La prison le laissera physiquement et mentalement brisé.

Publicité pour la bière Budweiser, Theatre Magazine, 1906 : "Modern Version of Ganymede" Introduction of Budweiser Beer to the Gods

Thèmes et références pédérastiques ne continuent pas moins à apparaître sporadiquement, tel dans ce détournement humoristique du mythe de Zeus et Ganymède à des fins publicitaires pour une célèbre marque de bière américaine, à partir du jeu de mots sur bud (jeune garçon/diminutif de Budweiser).

En 1954, le psychologue Frederic Wertham dénonça la série de comics Batman, en raison de l’association du personnage principal avec l’adolescent Robin. Wertham soutenait que ce duo normalisait auprès du jeune public les relations homosexuelles (encore conçues comme étant de type pédérastique). Coïncidant avec la marginalisation croissante des relations pédérastiques en Occident, les allusions à une éventuelle pédérastie de Batman (désormais violemment déniée par lui) se limitèrent aux propos de personnages antipathiques, comme son ennemi le Joker, dans l’album Arkham Asylum (1989). Si plusieurs garçons se succéderont à la place du Boy Wonder, les deux derniers Robin furent des filles. Par ses choix esthétiques et quelques répliques placées dans la bouche des personnages, le réalisateur Joel Schumacher réintroduit au cinéma, de façon sous-jacente, le thème de l’homosexualité de l’homme chauve-souris : son Robin, âgé d’une vingtaine d’années, symbolise de manière éloquente le passage d’une homosexualité pédérastique pluriséculaire à l’homosexualité androphile contemporaine.

La pédérastie aujourd'hui dans les sociétés occidentales[modifier | modifier le code]

Âge minimum légal pour des rapports sexuels de type pédérastique en Europe

La pédérastie n'existe plus dans la culture occidentale en tant qu'institution. Le plus généralement réprouvée, elle a aussi pratiquement disparu des milieux où elle pouvait être traditionnellement pratiquée.

Avec la disparition des référents socioculturels des lois[Informations douteuses] et des usages qui avaient pu faire de la pédérastie un mode relationnel toléré par la société, elle a pris aujourd'hui une dimension clandestine, en particulier dans les cadres familial et institutionnel[réf. nécessaire].

La censure longtemps appliquée à l'ensemble des amours homosexuelles, l'histoire chaotique du mot pédérastie, la dimension quasi clandestine prise par les relations amoureuses et sexuelles entre majeurs et mineurs font que la pédérastie est aujourd'hui mal connue et mal définie, bien qu'elle n'ait jamais cessé d'exister.

Divorce des homosexuels et des pédérastes[modifier | modifier le code]

La pédérastie a longtemps été considérée comme partie intégrante de l'homosexualité. Le discours médical englobait dans une même pratique sexuelle l'ensemble des activités homosexuelles, sans considération particulière pour les âges des partenaires, hormis (et pas toujours) lorsque des enfants étaient impliqués. Mais il serait excessif, d'imputer cette indistinction entre pédérastie et homosexualité à l'analyse extérieure défaillante du milieu médico-légal.

En réalité, c'est déjà au sein même des adeptes des amours masculines que les frontières étaient beaucoup plus floues qu'aujourd'hui, et dans bien des cas inexistantes. Ainsi la culture homosexuelle est-elle largement tributaire d'artistes qu'on aurait souvent tort de considérer comme simplement homosexuels (au sens actuel de gay). Beaucoup d'entre eux aimaient de fait aussi les adolescents, parfois autant ou même davantage que les hommes, mais quelquefois aussi de manière exclusive. Si l'on en croit Jeremy Bentham, la pédérastie était plus répandue au XVIIIe siècle que les amours homosexuelles entre adultes, dont son ouvrage sur la pédérastie ne traite même pas. Dans le cas d'une erreur d'appréciation de sa part, celle-ci pourrait peut-être s'expliquer par la (très relative) légitimité qu'apportaient aux amoureux des garçons les modèles d'une Antiquité prestigieuse, leur permettant ainsi une certaine visibilité ; les hommes aimant d'autres hommes ne pouvaient quant à eux s'appuyer sur une tradition aussi riche.

Au moins jusqu'au début du XXe siècle, l'amour des garçons et l'amour des hommes allaient souvent de pair. Encore dans les années 1950, certains magazines érotiques américains à destination des homosexuels proposaient dans leurs numéros à la fois des photos de jeunes hommes et d'adolescents (voire de garçons impubères). Des pédérastes ont donc très logiquement fait partie des premiers combats et revendications pour la reconnaissance de l'homosexualité, tel le précurseur André Gide ou encore certains membres du GLH (Groupe de Libération homosexuelle), dans les années 1970.

C'est surtout au cours de la seconde moitié du XXe siècle qu'homosexualité et pédérastie vont être distinguées dans les sociétés occidentales, la première accédant graduellement à une certaine reconnaissance sociale, la seconde se retrouvant condamnée à l'illégalité ou à la marginalité. Ce n'est de fait que dans les dernières années de leur combat que les homosexuels ont finalement rejeté la pédérastie, prenant conscience qu'elle représentait un obstacle trop difficile à franchir pour l'acceptation sociale de leur mouvement. En effet, l'argument principal avancé pour la reconnaissance de l'homosexualité est le libre-arbitre de chacun des partenaires et le droit à la non-ingérence de la société dans l'intimité de deux personnes adultes. Or les adolescents sont rarement considérés, dans nos sociétés, comme aptes à une relation égalitaire avec un adulte. Le mineur est objet du Droit, et non sujet comme l'adulte majeur, ses éventuels désirs sexuels ne sont pas réellement pris en compte.

À mesure que les médias se saisissaient des affaires dites de pédophilie, la majorité des homosexuels ont voulu se démarquer plus nettement encore des pédérastes. Le MAG, association française destinée aux jeunes homosexuels, n'accueille officiellement les jeunes qu'à partir de l'âge de seize ans, bien que les relations sexuelles consensuelles entre majeurs et mineurs soient légales en France à partir de quinze ans. Par ailleurs, la presse et les associations gays ont souvent pratiqué le révisionnisme culturel et historique, occultant ou minimisant la réalité pédérastique des sociétés antiques ou bien chez certains artistes ou personnages célèbres, présentés comme homosexuels. Certaines associations, combattant la confusion faite entre l'homosexualité et la pédérastie, considèrent l'emploi du mot pédé comme homophobe notamment parce qu'il calomnierait les homosexuels en les présentant comme amateurs d'adolescents, voire comme pédophiles.

Au début du XXIe siècle, le divorce entre homosexuels et pédérastes apparaît bien réel et consommé. La perméabilité passée entre pédérastie et homosexualité tend à faire place aujourd'hui à des sexualités plus compartimentées : hommes ou adolescents, le sujet homophile est mis en position implicitement de devoir choisir entre les premiers et les seconds, le premier choix seul étant tenu pour acceptable et légitime aux regards tant des hétérosexuels que des homosexuels. Un parallèle pourrait ici être fait avec la compartimentation entre homosexualité et hétérosexualité.

Confusion entre « pédérastie » et « pédophilie »[modifier | modifier le code]

La confusion entre la pédérastie et la pédophilie est particulièrement répandue depuis les années 1990. Elle existait cependant dès les années 1970, au moins dans Le Petit Robert, qui encore aujourd'hui donne le mot pédophile comme synonyme de pédéraste.

La proximité sémantique des deux termes n'est sans doute pas étrangère à cette confusion. Paidophiles vient de pais, enfant et philes, qui aime, apprécie (comme dans philosophe, qui aime la sagesse). Sémantiquement, rien ne rattache ce mot au sentiment amoureux ou à la sexualité. Néanmoins, paidophiles et philopais étaient parfois utilisés en poésie pour désigner l'éraste, soit en raison des contraintes de la versification, soit par euphémisme destiné à éviter l'évocation directe de la sexualité.

Richard von Krafft-Ebing avec son épouse

Le sens actuel du mot pédophilie (attirance sexuelle pour les enfants, sans précision de sexe) découle de l'expression « Paedophilia erotica », forgée à la fin du XIXe siècle par le sexologue Richard von Krafft-Ebing. Le qualificatif erotica, qui affirmait le caractère sexuel de la philia ainsi désignée, fut abandonné par la suite, à mesure que se généralisait dans le discours psychiatrique l'usage du suffixe -philie pour désigner l'attirance sexuelle. Pourtant, la confusion entre pédérastie et pédophilie ne repose pas tant sur l'ignorance des différences entre les deux termes que sur un changement de perspective concernant les relations amoureuses et sexuelles intergénérationnelles, ainsi que sur la dérive sémantique du mot pédophilie. Initié aux États-Unis d'Amérique à partir de 1979, prenant de l'ampleur tout au long des années 1980, le mouvement de protection de l'enfance contre la maltraitance sexuelle a commencé à faire l'objet d'importants et fréquents relais médiatiques en France, notamment après l'affaire Dutroux. La grandeur de la cause défendue, l'ampleur de certains scandales révélés, la peur et la colère suscitées, le sentiment d'urgence dans les réponses à apporter n'ont favorisé ni la rigueur ni la prise de recul. Les articles et reportages sensationnalistes de nombreux médias ont accéléré l'extension erronée donnée au mot pédophile, qui pour beaucoup de gens aujourd'hui signifie violeur (voire assassin) d'enfants.

La polysémie du mot enfant contribue vraisemblablement elle aussi à la confusion entre la pédérastie et la pédophilie. Enfant désigne un être humain soit du point de vue de son âge physique, soit du point de vue de sa filiation. Vue sous l'angle psychologique, parce qu'elle implique toujours le fils de quelqu'un, la relation pédérastique, si découverte, renvoie les parents à la relation qu'ils ont avec leur fils. La puissance de la charge affective ici en jeu peut sans doute expliquer qu'aux yeux de la plupart des parents actuels il n'y ait pas lieu de distinguer entre pédérastie et pédophilie. Dans une perspective sociologique, l'extension notionnelle de la période de l'enfance peut trouver une autre explication dans l'entrée de plus en plus tardive des jeunes dans la vie active, impliquant dès lors une dépendance prolongée vis-à-vis des parents ou des tuteurs. Par ailleurs, et quelles qu'en soient ici les raisons, la confusion entre enfants et adolescents est entretenue de manière indirecte par un texte comme celui de la Convention internationale des droits de l'enfant, qui au lieu de recourir au terme juridique de mineur, plus approprié dans ce contexte, a préféré utiliser le mot enfant défini comme « tout être humain âgé de moins de dix-huit ans, sauf si la majorité est atteinte plus tôt, en vertu de la législation qui lui est applicable » (soit exactement un mineur).

Il est probable que tous ces éléments aient contribué de manière importante à la confusion entre l'attirance amoureuse et sexuelle pour les adolescents et celle pour les enfants.

Or, c'est pourtant bien du point de vue de l'âge physique qu'il faut comprendre le mot pédophilie puisqu'il désigne l'attirance sexuelle pour les enfants au sens d'individus impubères (généralement d'un âge inférieur ou égal à treize ans, selon la définition de la pédophilie donnée par le DSM-IV). Si les deux principaux manuels de référence en la matière considèrent bien la pédophilie comme une maladie (CIM 10) ou un trouble mental (DSM-IV), leurs classifications n'incluent pas l'attirance sexuelle pour les adolescents. Certains sexologues désignent toutefois cette dernière au moyen des termes hébéphélie ou éphébophilie. En fonction des auteurs, ces deux termes apparaissent tantôt comme simplement descriptifs, tantôt comme associés à l'idée d'un trouble ou d'une pathologie. Aucun de ces deux vocables n'a fait toutefois l'unanimité, et aucune des classifications internationales des troubles mentaux ne les mentionne.

Le mot pédérastie ne correspond de fait à aucune catégorie médicale. Pédéraste désigne normalement un homme (et non une femme) dont le désir est tourné vers les garçons adolescents et non vers les filles de la même tranche d'âge. Pédophile peut en revanche désigner aussi bien un homme qu'une femme et ne dit rien sur le sexe des enfants désirés.

Médicales ou non, ces catégories ne sont certes pas étanches et il arrive que la pédophilie puisse coexister avec d'autres attirances, hétéro- ou homosexuelles, en direction des adultes ou des adolescents. Il n'est donc pas surprenant qu'une certaine proportion de pédérastes soient également pédophiles, proportion qu'on peut supposer plus élevée que dans la population générale mais qui reste aujourd'hui difficile à évaluer. Il semblerait néanmoins que la majorité des pédophiles ne soient pas pédérastes, car rebutés par les caractères sexuels secondaires.

Parmi les dictionnaires, le Trésor de la langue française est celui qui donne du mot pédérastie la définition à la fois la plus précise et la plus générale : « Attirance amoureuse ou sexuelle d'un homme pour les jeunes garçons, enfant ou adolescent (avec ou sans rapports homosexuels correspondants). » Néanmoins, cette définition inclut totalement la pédophilie masculine homosexuelle. Ce choix de ne pas distinguer l'attirance amoureuse ou sexuelle pour les garçons adolescents de celle pour les petits garçons peut prêter à contestation.

Cette contestation émane au premier chef de pédérastes eux-mêmes, les amoureux des adolescents n'ayant manifestement aucun intérêt à se voir confondre avec les pédophiles, dans le contexte social actuel. Pour justifier que le mot pédérastie ne devrait pas englober l'attirance pour les petits garçons, malgré le sens de pais (enfant, en grec ancien), ces pédérastes font valoir que l'étymon paiderastia désignait une relation entre un homme et un garçon à partir des environs de la puberté uniquement (jamais avant douze ans, d'après les sources). Au sein des boy-lovers s'exprimant sur Internet, d'autres défendent au contraire une vision unitaire de l'amour des garçons, en accord avec la définition de la pédérastie donné par le TLF. Ce sont le plus souvent des hommes attirés par les garçons enfants et adolescents : la distinction entre pédérastie et pédophilie homosexuelle ne leur paraît pas pertinente. Ils critiquent une compartimentation supplémentaire en matière d'amour et de sexualité et reprochent aux pédérastes tenants de cette distinction d'opérer une démarche d'exclusion à l'encontre des pédophiles, démarche qui ne ferait jamais que reproduire celle des homosexuels envers pédérastes et pédophiles. Il semble toutefois assez logique et prévisible que la répression accrue à l'encontre des pédophiles tende à renforcer chez les pédérastes exclusivement attirés par les adolescents la volonté d'une scission franche d'avec les pédophiles homosexuels.

Comparaison avec les autres formes de relations amoureuses ou sexuelles entre adultes et adolescents[modifier | modifier le code]

Sheikh and boy partying in a garden - Mohammad Ali - Moraqqa’ - 1530 - Reza Abbasi Museum
Sheikh and boy partying in a garden - Mohammad Ali - Moraqqa’ - 1530 - Reza Abbasi Museum

De tous les couples ici possibles (un homme et une fille, un homme et un garçon, une femme et un garçon, une femme et une fille), seul le deuxième se voit désigner par un terme spécifique (pédérastie). Dans la plupart des langues, il n'existe aucun mot pour désigner les autres couples constitués d'un adulte et d'un adolescent. Le symétrique du couple pédérastique (une femme et une jeune fille) semble avoir historiquement existé dans l'Antiquité, en la personne de Sappho et de ses élèves, sans toutefois qu'il y ait eu d'équivalent féminin de l'institution pédérastique.

À l'heure actuelle, de toutes les configurations mentionnées entre adultes et adolescents, la pédérastie est de loin la plus réprouvée. Dans les faits, lorsque les personnes concernées sont de sexe différent, ou lorsqu'elles sont toutes deux de sexe féminin, le regard de la société est beaucoup plus permissif, ce dont la loi même rend compte, dans certains États. Ainsi, jusqu'en 2002, l'Autriche sanctionnait les relations homosexuelles masculines impliquant des garçons de quatorze à dix-huit ans, mais ni les relations hétérosexuelles ni les relations homosexuelles féminines impliquant des adolescent(e)s de la même tranche d'âge. Dans de nombreux États, encore aujourd'hui, l'âge de la majorité sexuelle varie selon qu'il s'agit de relations hétérosexuelles ou bien de relations homosexuelles (en particulier masculines).

Cette réprobation particulière à l'encontre de la pédérastie peut sans doute trouver plusieurs explications.

Consciente ou non, l'homophobie trouve en l'occurrence matière à s'exprimer beaucoup plus librement qu'à l'encontre des couples homosexuels adultes. Le pédéraste, souvent assimilé à un pédophile, est régulièrement considéré comme un « corrupteur » de mineurs, pervers et manipulateur. Il est rare que la question du désir homosexuel chez certains adolescents soit sérieusement prise en compte. Ou bien l'on nie ce désir totalement, ou bien l'on considère qu'il a été induit de manière artificielle par les manœuvres du pédéraste, ou bien encore l'on estime qu'il vaut mieux pour le garçon « qui se cherche » attendre quelques années (en pratique, sa majorité civile) avant de concrétiser son attirance pour les hommes – les activités homosexuelles entre adolescents étant tenues pour éventuellement transitoires et de moindre conséquence. Beaucoup de gens sont ainsi davantage troublés ou choqués par une relation entre un adolescent et un homme mûr que par le même type de relation entre un adulte et une jeune fille.

Sans doute y entre-t-il également, dans certains cas, une forme de sexisme : la relation entre un homme et une jeune fille est souvent perçue comme une conquête audacieuse mais « légitime » de la part d'un « coureur de jupons ». Ces relations hétérosexuelles font l'objet de multiples fantasmes dans nombre de sociétés (japonaise notamment, mais aussi occidentales). En outre, dans plusieurs États, l'âge nubile pour les filles est inférieur à la fois à celui de la majorité civile et à l'âge nubile pour les garçons. En France, jusqu'en mars 2005, il était de 15 ans pour les filles et de 18 ans pour les garçons non émancipés – pour lutter contre les mariages arrangés des jeunes filles, cet âge a été porté à 18 ans pour les deux sexes.

Véritables agressions sexuelles mises à part, il semblerait encore que l'on se soucie davantage des conséquences des relations sexuelles intergénérationnelles lorsqu'elles concernent un homme et un garçon : on tend souvent à considérer ce dernier comme « atteint dans sa virilité », et l'on craint pour son développement psychosexuel (danger de la genèse d'une homosexualité ou, pire, d'une pédérastie/pédophilie). Au contraire, l'aspect consensuel des relations entre un homme et une adolescente est plus facilement reconnu. Quant aux relations sexuelles entre une femme et un adolescent, si elles font certes moins de bruit, elles sont aussi souvent perçues dans l'univers masculin comme une conquête difficile et d'autant plus prestigieuse de la part du garçon. Les agressions sexuelles commises par des femmes sur des garçons sont en revanche du domaine du tabou, parce qu'elles contreviennent à la fois à l'image de « la » femme et à celle de la place « du » garçon (futur homme, « donc » dominateur).

Les relations amoureuses et sexuelles entre femmes et adolescentes sont également un sujet tabou. Très rarement reconnues, elles sont par là même rarement étudiées et analysées.

Pédérastie et législation[modifier | modifier le code]

Vis-à-vis de la loi, la relation sexuelle pédérastique peut être légale en fonction de l'âge de la majorité sexuelle, laquelle dépend des législations nationales (15 ans en France, 16 ans en Suisse, entre 13 et 21 ans - ou interdiction totale - dans le reste du monde). Ainsi, lorsque le garçon n'a pas atteint l'âge requis, la relation pédérastique tombe sous le coup des lois pour la protection de l'enfance et contre l'abus sexuel sur mineur.

L'âge peut être différent si l'adulte est un ascendant légal du jeune homme ou dans une position d'autorité vis-à-vis de lui (parent, professeur, éducateur…) : en France par exemple, l'âge est élevé à 18 ans dans ce cas. D'autres lois concernent également les rapports entre mineurs et majeurs. Certaines interdisent la réalisation, la détention, l'acquisition et la diffusion d'images et de films montrant des mineurs nus ou dans des positions érotiques. D'autres répriment la prostitution des mineurs. Ces lois varient d'un pays à l'autre.

La pédérastie dans l'art et la culture[modifier | modifier le code]

L'Amour victorieux par Le Caravage, 1602
Walt Whitman et Bill Duckett

L'histoire artistique et littéraire de la pédérastie est particulièrement riche. Elle s'est longtemps confondue avec celle de l'homosexualité, au point que nombre d'icônes, symboles et figures pédérastiques font aujourd'hui partie de la culture homosexuelle. Il convient en effet de rappeler que nos catégories actuelles ne recoupaient pas l'homosexualité d'autrefois et que, au moins jusqu'au début du XXe siècle, l'amour des garçons et l'amour des hommes allaient souvent de pair.

Beaucoup d'artistes comme Lucien de Samosate, Benvenuto Cellini, Michel Ange, le Caravage, Léonard De Vinci, Ábû Nuwâs, Théophile de Viau, Léon Tolstoï, Paul Verlaine, André Gide, Oscar Wilde, Walt Whitman, Rudyard Kipling, Thomas Mann, Henry de Montherlant, Roger Peyrefitte ou Pier Paolo Pasolini, qui comptent parmi les grandes figures des cultures d'Europe et du monde, ont été inspirés à des degrés divers par leurs attirances pédérastiques — même si celles-ci restent parfois niées ou occultées.

D'autres artistes ont été pédérastes, sans toutefois que leurs attirances semblent transparaître dans leurs œuvres : ainsi Johann Rosenmüller, Jean-Baptiste Lully, Piotr Ilitch Tchaïkovski ou Charles Trenet. À l'inverse et exceptionnellement, l'amour pédérastique a pu être magnifié par des artistes dont rien ne permet de supposer qu'ils aient pu être pédérastes, tel Jean-Sébastien Bach dans l'air de Phébus-Apollon dédié au jeune Hyacinthe, dans la cantate profane BWV 201, Geschwinde, ihr wirbelnden Winde (Der Streit zwischen Phoebus und Pan).

Littérature[modifier | modifier le code]

  • Jeremy Bentham, Essai sur la pédérastie
    Ce texte, traduit pour la première fois en français[10], est le premier essai érudit connu en langue anglaise sur l’homosexualité. Il a été écrit vers 1785 par Jeremy Bentham, philosophe utilitariste et réformateur des lois anglaises. Après sa mort en 1832, le manuscrit a été donné à l’University College de Londres avec une énorme collection de papiers inédits de Bentham. L’essai fut mentionné pour la première fois dans un catalogue de ses manuscrits publié en 1937. Il précède d’une génération le second essai connu sur l’homosexualité, le Discourse on the Manners of the Ancient Greeks Relative to the Subject of Love de Shelley (écrit en 1818 mais publié seulement en 1931), et de presque un siècle A Problem in Greek Ethics de John Addington Symonds (écrit en 1873) et le Terminal Essay de Richard Burton publié avec sa traduction des Mille et une Nuits (1886) – aucun de ces essais ne traitant du sujet de Bentham, qui est la réforme de la loi.
  • Michel Braudeau, Le Livre de John.
  • William Burroughs, Festin nu.
  • Orson Scott Card, Les Maîtres chanteurs.
  • Jean d'Essac, Billy : idylles d'amour grec en Angleterre, 1937.
    Récit érotique[11]. Les amours moralistes de l'auteur, adepte de l'amour grec contre les débauches à la romaine, pour un jeune garde de la Reine.
  • Tony Duvert, Journal d'un innocent.
  • André Gide, Si le grain ne meurt.
    • L'Immoraliste.
    • Le Ramier.
  • L. B., Pédérastie passive : mémoires d'un enculé[12]
    Texte érotique de 1911.
  • Thomas Mann, La Mort à Venise.
  • Martial, Épigrammes érotiques et pédérastiques.
  • Pier Paolo Pasolini, Les Ragazzi.
  • Pétrone, Le Satyricon.
  • Roger Peyrefitte, Les Amitiés particulières.
    • Notre Amour.
    • L'Enfant de cœur.
    • Roy.
  • Gabriel Pomerand, Considérations objectives sur la pédérastie : conférence interdite par le préfet de police en 1949.
    Cet ouvrage[13] présente le texte d'une conférence qui devait être prononcée le 30 novembre 1949 à la salle de la Société d'Horticulture mais qui fut, si l'on en croit Pomerand, interdite par la Préfecture de Police. Faute de l'avoir proféré, Pomerand publie ce brûlot « aux dépens du public ». On trouve dans ces pages, d'une insolence absolue, quelque chose qui s'apparente encore au « terrorisme » de Dada, le propos sur la pédérastie entrant plus nettement dans des préoccupations que l'érotologie lettriste ne cessera de manifester à l'égard des perversions.
  • P.-D. Rast, Pédérastie active : 1907.
    Roman érotique[14]. Le livre se divise en deux parties correspondant aux deux amants du narrateur : Albert et Thomas. Les scènes se passent à la campagne.
  • Umberto Saba, Ernesto.
  • Ihara Saikaku, Le Grand Miroir de l'amour mâle.
  • Jean-Paul Sartre, La Nausée. Le personnage de l'Autodidacte se révèle pédéraste dans un passage célèbre.
  • Michel Tournier, Le Roi des aulnes.
  • William Shakespeare, Sonnets.[réf. nécessaire]
  • Franck Varjac, L'Agneau chaste.

Filmographie indicative[modifier | modifier le code]

Voici une liste de films, téléfilm et pièces de théâtre (non-exhaustive) traitant du sujet de la pédérastie ou de relations érotico-sentimentales entre deux personnes du même sexe mais séparées par une différence d'âge (jeune/mûr) :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Généralités
  • Serge André, Guidino Gosselin, Qu'est-ce que la pédophilie?, Luc Pire, 1998 (ISBN 978-2-8741-5954-1)
  • Alessandro Bertolotti, Curiosa : la bibliothèque érotique, La Martinière, 2012 (ISBN 978-2-7324-5274-6)
  • (en) Dr Edward Brongersma (préf. Vern L. Bullough), Loving boys : a multidisciplinary study of sexual relations between adult and minor males, Global Academic Publishers, Elmhurst (NY, États-Unis), 1986-1990, 2 vol., 335 p. + 512 p. (ISBN 1-55741-001-1 et 1-55741-003-8)
    Le principal ouvrage de référence. Abondante bibliographie.
  • (en) J. Z. Eglinton (postf. Dr Albert Ellis), Greek love, Oliver Layton Press, New York, 1964 (réimpr. 1965), 504 p.
    Ouvrage de référence sur les aspects psychologiques, sexuels, sociaux et historiques de la pédérastie, de l'Antiquité à nos jours.
  • Jean-Claude Féray, Histoire du mot pédérastie et de ses dérivés en langue française, Quintes-feuilles, 2004 (ISBN 2951602332)
  • (en) Parker Rossman, Sexual experience between men and boys, Maurice Temple Smith, London, 1979, 247 p. (ISBN 0-85117-179-6)
  • (en) Theo Sandford, Edward Brongersma, Alex van Naerssen (dir.), Male intergenerational intimacy : historical, socio-psychological, and legal perspectives, Harrington Park Press, New York & London, 1991, 325 p. (ISBN 0-918393-78-7)
    Articles de Robert Bauserman, Gisela Bleibtreu-Ehrenberg, Edward Brongersma, Vern L. Bullough, David Finkelhor, Gerald P. Jones, Martin Killias, Chin-Keung Li, Thijs Maasen, David A. Mrazek, Alex van Naerssen, Will H. L. Ogrinc, Ken Plummer, Tariq Rahman, Gunter Schmidt, Jan Schuijer, David Thorstad, Gertjan van Zessen.
Antiquité
  • Félix Buffière, Éros adolescent : la pédérastie dans la Grèce antique, Les Belles Lettres, Paris, 1982 (ISBN 2251325840)
  • Claude Calame, L'Éros dans la Grèce antique, Belin, 1996 (ISBN 2701121604)
  • Eva Cantarella, Selon la nature, l'usage et la loi : la bisexualité dans le monde antique, La Découverte, coll. « Textes à l'appui », (1988), 1991 pour la trad. française (ISBN 2707120014)
  • Claude Courouve, Vocabulaire de l'homosexualité masculine, Paris : Payot, 1985
  • Kenneth J. Dover, Homosexualité grecque, La Pensée Sauvage, Grenoble, 1978 (ISBN 02859190430[à vérifier : isbn invalide])
  • Florence Dupont et Thierry Éloi, L'Érotisme masculin dans la Rome antique, Belin, 2001 (ISBN 2701125154)
  • David M. Halperin, Cent ans d'homosexualité ; et Autres essais sur l'amour grec, EPEL, Paris, 2000 (ISBN 290885550X)
  • Henri-Irénée Marrou, Histoire de l'éducation dans l'Antiquité, tome I « Le monde grec », chapitre III « De la pédérastie comme éducation », Seuil, 1948 (ISBN 2-02-006014-0)
  • Jean-Noël Robert, Éros romain : sexe et morale dans l'ancienne Rome, Pluriel, 1998 (ISBN 2012789110)
  • Alain Schnapp, Le Chasseur et la cité : chasse et érotique dans la Grèce ancienne, Albin Michel, 1997 (ISBN 2226064753)
  • Bernard Sergent (préf. Georges Dumézil), Homosexualité et initiation chez les peuples indo-européens, Payot, coll. « Histoire Payot », 1996, 8 pl.-670 p. (ISBN 2-228-89052-9)
    Réunion en un volume, avec une postface générale, de deux ouvrages parus en 1984 et 1986 : L'homosexualité dans la mythologie grecque et L'homosexualité initiatique dans l'Europe ancienne.
France moderne et contemporaine
  • Claude Courouve, Vocabulaire de l'homosexualité masculine, Paris : Payot, 1985
Japon
Monde musulman
  • Al-Jahiz, Éphèbes et courtisanes, Rivages, 1997 (ISBN 2743602724)
  • Mouhammad Al-Nawâdji, La Prairie des gazelles : éloge des beaux adolescents, Phébus, 1991 (ISBN 2859401180).
  • Ahmad al-Tîfâchi, Les Délices des cœurs, Phébus, 1981 (ISBN 2859405542)
Polémique
  • Tony Duvert, Le Bon Sexe illustré, Éditions de Minuit, Paris, 1973 (ISBN 2-7073-0003-9)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Bodin, La Démonomanie des sorciers, 1580, chap. « des moyens illicites », f° 145.
  2. le mot bougre remonte clairement à bulgarus ; on voit là comment le passage de bulgarus à bougre sert à déprécier l'hérésie en question dont on accusait les sectateurs de sodomie[réf. nécessaire]
  3. Maurice Sartre, Histoires grecques, Seuil, p. 157.
  4. Le jeune garçon rend publiques les relations intimes qu'il a eues avec son amant, il dit s'il a eu à s'en féliciter ou non, car la loi indique que s'il a été victime de violences au cours du rapt, il a le droit de lui en demander réparation au cours de ces festivités et d'être soustrait à son pouvoir. Éphore dans Strabon, X, 4, 21, cité par Maurice Sartre, op. cit, p. 156.
  5. (en) Borris, Kenneth, Same-Sex Desire in the English Renaissance: A Sourcebook of Texts, 1470-1650, Routledge,‎ 2003 (ISBN 978-0-8153-3626-6, LCCN 2003021376, lire en ligne), pp.211
  6. Dynes, Wayne R., Encyclopedia of Homosexuality, Garland Pub.,‎ 1990 (ISBN 978-1-4102-0620-6, lire en ligne), pp.209
  7. Forberg, Friedrich Karl, Manual of classical erotology (De figuris Veneris), Medical Press of New York,‎ 1963 (lire en ligne), pp.93
  8. Aristote, Politique [lire en ligne], II, 1269b.
  9. University College, Cork . Cáin Lánamna (Couples Law) . [2005.http://www.ucc.ie/celt/online/G102030.html] Access date: 7 March 2006
  10. Préfacé par Louis Crompton ; trad. de l’anglais par Jean-Claude Bouyard, édité en version bilingue à Lille, chez QuestionDeGenre/GKC, 2003. Cette édition comporte aussi : Shelley, Discours sur les mœurs des anciens Grecs au sujet de l’amour, 1818 (1933) ; Notice consacrée à Bentham du Grand dictionnaire du XIXe siècle de Pierre Larousse ; Beccaria, Des délits et des peines, 1764, chapitre 31 ; Blackstone, Commentaires sur les lois d’Angleterre, 1769, livre IV, chapitre 15 ; Diderot (dir.), L’Encyclopédie, tome XV, 1765, article « Sodomie » ; Edward Gibbon, L’Histoire du déclin et de la chute de l’empire romain, 1788, chap. XLIV, article « Vice contre nature » ; Helvétius, De l’Esprit, 1759 ; Montesquieu, De l’Esprit des lois ; Voltaire, Dictionnaire philosophique.
  11. Prsenté par Patrick Cardon ; lettre-préface de Pierre-Albert Birot, publié à Lille, QuestionDeGenre/GKC, 1994, 130 pp.
  12. Présentation de Patrick Cardon) et publié à Lille, QuestionDeGenre/GKC, 1993, 120 pp.
  13. Préface de Jean-Luc Pinard-Legry ; postface de Patrick Cardon, publié à Lille chez QuestionDeGenre/GKC, 1995.
  14. Présenté par Patrick Cardon et publié à Lille chez QuestionDeGenre/GKC, 1997, 80 pp.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :