Daily Mail

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Daily Mail
Image illustrative de l'article Daily Mail
Une du 31 décembre 1940.

Pays Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Langue Anglais
Périodicité Quotidienne
Format Tabloïd
Genre Généraliste
Diffusion 1 708 006 ex. (mars 2014)
Date de fondation 4 mai 1896
Éditeur DMG Media
Ville d’édition Londres

Propriétaire Daily Mail and General Trust
Rédacteur en chef Paul Dacre
ISSN 0307-7578
OCLC 16310567
Site web http://www.dailymail.co.uk

Le Daily Mail est un journal britannique publié depuis 1896. Il est deuxième en nombre de ventes quotidiennes en Grande-Bretagne, juste après The Sun. Politiquement, sa ligne éditoriale est conservatrice et populaire. Un journal apparenté, le Mail on Sunday, est publié en 1982, et une version irlandaise du journal fut créée le 6 février 2006.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Daily Mail vise le « middle-market »[1]. Ce fut le premier journal à vendre un million d'exemplaires en une seule journée au Royaume-Uni.

Le Mail a d'abord été publié en très grand format puis a changé pour le format tabloïd (plus petit) le 3 mai 1971, pour ses 75 ans d'existence.

Son rival de toujours, le Daily Express, a les mêmes idées politiques et les mêmes lecteurs, cependant de nos jours[Quand ?] il ne vend qu'un tiers de son tirage[réf. nécessaire].

Depuis 2005, l'éditeur du Daily Mail, The Daily Mail and General Trust, fait partie du FTSE 100 (liste des cent entreprises qui regroupent le plus de capitaux en Grande-Bretagne). En effet, le journal est passé à deux millions d'exemplaires, ce qui en fait l'un des quotidiens en langue anglaise les plus diffusés dans le monde. En nombre de journaux vendus, dans le monde, il est à la 20e place.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Middle-market » est un terme anglophone appartenant à une classification de la presse quotidienne. Ce terme se situe entre le « upmarket », que constituent les journaux publiant uniquement des informations objectives et sérieuses, et le « downmarket », équivalent de la « presse à scandales » en France.

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :