Katherine Mansfield

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mansfield.

Katherine Mansfield (1888-1923)

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Katherine Mansfield en 1917, photographiée par Ottoline Morrell

Nom de naissance Kathleen Beauchamp
Autres noms Katherine Mansfield
Activités Écrivaine
Poètesse
Naissance 14 octobre 1888
Wellington (Nouvelle-Zélande)
Décès 9 janvier 1923 (à 34 ans)
Fontainebleau (France)
Langue d'écriture Anglaise
Genres Nouvelle
Poésie

Katherine Mansfield (14 octobre 1888 - 9 janvier 1923) est une écrivaine et poétesse britannique d'origine néo-zélandaise. Puisant son inspiration tout autant de ses expériences familiales que de ses nombreux voyages, elle contribua au renouvellement de la nouvelle de modernisme avec ses récits basés sur l’observation et souvent dénués d’intrigue.

Biographie[modifier | modifier le code]

Katherine Mansfield, Kathleen Beauchamp pour l’état civil, naît le 14 octobre 1888 à Wellington en Nouvelle-Zélande. C’est à l’âge de 9 ans que Katherine publie son premier texte.

En 1903, elle part étudier au Queen’s College de Londres, où elle fait la connaissance d’Ida Constance Baker avec qui elle restera amie jusqu’à sa mort. C’est à cette même époque que paraissent les premiers textes publiés sous le nom Katherine Mansfield, du nom de sa grand-mère qui l’a élevée.

En 1906, elle retourne en Nouvelle-Zélande, où elle rencontre Edith Bendall, dont elle s’éprend, ce qui provoque un scandale à Wellington. Trois de ses nouvelles sont publiées dans une revue néo-zélandaise. Son père ayant refusé qu'elle se lance dans une carrière de violoncelliste professionnelle, elle entre au Wellington Technical College pour y étudier la dactylographie et la comptabilité.

Grâce à l’aide de son amie Ida Constance Baker (souvent nommée L.M., acronyme de Leslie Moore, dans son Journal), Katherine retourne en Angleterre en juillet 1908 avec l’assurance d’une pension annuelle de 100 £ que son père s’engage à lui verser, ce qui lui permet de se consacrer uniquement à l’écriture. Elle retrouve alors ses amis les frères Trowell. Bien qu’attendant un enfant de Garnet Trowell, elle épouse George Brown en 1909 pour le quitter le jour même (le divorce fut prononcé en 1913). Elle part alors pour la Bavière, où elle fait une fausse couche. Katherine rencontre Floryan Sobienowsky, qui lui fait découvrir l’œuvre de Tchekhov, dont elle s'inspirera par la suite.

En 1910, elle retourne à Londres, où ses nouvelles sont publiées dans le magazine The New Age. Le recueil de nouvelles inspiré de son séjour en Allemagne, In a German Pension (Pension allemande), est publié en 1911. Cette même année, Katherine rencontre le critique littéraire John Middleton Murry, qu’elle épouse en 1918. Elle aura entre temps une liaison avec l'écrivain français Francis Carco. Jusqu’en 1914, ses nouvelles sont publiées dans les magazines Rhythm et The Blue Review.

Katherine Mansfield et John Middleton Murry font la connaissance de D.H Lawrence et de sa femme Frieda, avec lesquels ils se lient d'amitié. Lawrence fait un portrait de Katherine sous les traits du personnage de Gudrun dans Femmes Amoureuses. Lawrence, Murry et Mansfield créent la revue Signature. Mansfield et Murry ont habité à Hampstead, où aujourd'hui une plaque commémorative est sur leur maison[1].

La Première Guerre mondiale marque un tournant dans la vie de Katherine lorsque son frère Leslie meurt en 1915. Ses écrits sont dès lors plus que jamais tournés vers la Nouvelle-Zélande, avec des liens plus ou moins explicites avec sa propre famille et son enfance.

En 1916, Prelude est publié. Elle vit alors à Bandol en France. C’est lors d’un séjour en Angleterre l’année suivante qu’elle rencontre Virginia Woolf, avec qui elle est souvent comparée, notamment pour leur utilisation du « stream of consciousness » ou monologue intérieur. Virginia Woolf avouera qu’elle n’a été jalouse que d’un seul écrivain, Katherine Mansfield.

Elle apprend qu’elle est atteinte de la tuberculose en 1918 et décide de rejoindre le climat plus clément de Bandol. Elle épouse alors John Middleton Murry. Après un court séjour en Angleterre, elle part pour Ospedaletti en Italie, puis pour Menton.

Le recueil Bliss (Félicité) est publié en 1920. Mansfield part pour Montana (Valais) en Suisse l’année suivante. The Garden Party est publié en 1922. Elle écrit sa dernière nouvelle, The Canary, en juillet 1922.

Le 9 janvier 1923, elle meurt des suites de sa tuberculose à l’institut Gurdjieff situé au Prieuré d'Avon près de Fontainebleau. Elle est enterrée à Avon (Seine-et-Marne). Deux recueils de nouvelles sont publiés après sa mort, The Dove’s Nest et Something Childish, ainsi que ses lettres et journaux. Apprenant sa mort, Virginia Woolf écrira dans son journal « Je ne voulais pas me l'avouer, mais j'étais jalouse de son écriture, la seule écriture dont j'ai jamais été jalouse. Elle avait la vibration. »

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • In a German Pension (Pension allemande), 1911
  • Prelude, 1918
  • Bliss and Other Stories (Félicité), 1920
  • The Garden Party and Other Stories (La Garden Party), 1922
  • Poems, 1923
  • The Dove’s Nest and Other Stories (Le Nid de colombes et autres nouvelles), 1923
  • Something Childish and Other Stories (Quelque chose d'enfantin, mais de très naturel et autres nouvelles), 1924
  • The Journal of Katherine Mansfield (Journal de Katherine Mansfield), 1927 (édition définitive en 1954)
  • The Letters of Katherine Mansfield (Les lettres de Katherine Mansfield), 1928-1929
Principales nouvelles
  • Bliss (Félicité)
  • The Garden Party (La Garden Party)
  • At the Bay (Sur la baie)
  • Miss Brill
  • The Doll’s House (La maison de poupées)
  • Prelude (Prélude)

Auteurs à qui elle est souvent comparée[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]