Vaginisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vaginisme
Classification et ressources externes
CIM-10 F52.5, N94.2
CIM-9 306.51 625.1
DiseasesDB 13701
MedlinePlus 001487
MeSH D052065
Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

Le vaginisme est une contraction musculaire prolongée ou récurrente des muscles du plancher pelvien qui entourent l'ouverture du vagin. Cette action réflexe, involontaire et incontrôlable, empêche de façon persistante toute pénétration vaginale désirée, même par un doigt ou un tampon hygiénique quand le vaginisme est total, il peut être également partiel ou situationnel lorsque la contraction ne se produit que dans certaines tentatives de pénétration (pénétration du pénis notamment). Sa source est toujours psychologique, mais découle souvent d'une source physiologique. Une tentative de pénétration en dépit d'un vaginisme peut entraîner de graves douleurs (dyspareunie) qui vont souvent l'exacerber.

Épidémiologie[modifier | modifier le code]

Sa prévalence chez la femme serait comprise entre moins de 5 % et jusqu'à 10 % suivant les statistiques[1].

Types de vaginisme[modifier | modifier le code]

Le vaginisme est qualifié, selon le cas :

  • primaire : survenant dès les premières relations sexuelles, amenant à l'échec de toute tentative de pénétration ;
  • secondaire : il peut survenir après une période prolongée de relations sexuelles sans problème. Le vaginisme secondaire survient en général après un traumatisme, physique ou psychique (mauvaise expérience), de toute nature. On parle alors plutôt de « dyspareunies », c'est-à-dire de douleurs vaginales lors des relations sexuelles. Les dyspareunies ne sont pas des maladies en soi, plutôt des symptômes dont il faut chercher la cause.

Le vaginisme peut être total ou partiel.

Il est total lorsque l'introduction de tout corps ou objet dans le vagin est impossible (tampon hygiénique, doigt...), il est partiel ou situationnel lorsque la pénétration est difficile et souvent douloureuse (ce cas est principalement observé lors des tentatives de pénétration du pénis, alors que l'introduction d'autres objets tels que des tampons hygiéniques est possible et ne génère pas forcément de douleur).

Causes[modifier | modifier le code]

Une dyspareunie (les douleurs) apparaît souvent si la pénétration est tout de même entreprise malgré les contractions observées rendant théoriquement la pénétration impossible ou très difficile.

Le vaginisme a de nombreuses causes physiques et psychologiques, parmi lesquelles :

  • un abus, un viol ou une agression sexuelle ou leur tentative ;
  • une peur ou phobie de tomber enceinte ;
  • une attitude plus fermée vis-à-vis de la sexualité sont plus fréquemment retrouvées chez les femmes souffrant de vaginisme[2] ;
  • une cause neurologique centrale peut être retrouvée dans certains cas sans explication locale[3] ;
  • un accouchement ;
  • des troubles de l'identité sexuelle (asexualité, homosexualité, ou troubles identitaires) en particulier pour les vaginismes de situation et non totaux ;
  • une infection vaginale ;
  • une insuffisance de lubrification ;
  • les suites d'un traitement du cancer du col de l'utérus ou du rectum par radiothérapie ou curiethérapie ;
  • un hymen non élastique obstruant l'entrée du vagin.

Le vaginisme allégué peut être également une manifestation non avouée de l'impuissance du conjoint, pouvant être résolu par le traitement médical de ce dernier[4].

Un vaginisme avec absence de règles (aménorrhée) peut aussi être le signe d'un vagin trop petit - de quelques centimètres (syndrome de Rokitansky), qui se soigne très bien dans la mesure où le diagnostic est correctement posé.

Le vaginisme entraîne parfois une perte transitoire de désir de la part du partenaire, ayant pour conséquence de réduire l'érection de l'homme, et pouvant induire des difficultés de pénétration supplémentaires.

Conséquences[modifier | modifier le code]

Les douleurs vaginales lors du rapport et/ou la peur réflexe empêchant toute pénétration ont en commun la mise en place d'un cercle vicieux où l'anticipation éventuelle de la douleur, et les stratégies d'évitement renforcent le blocage et entraînent un sentiment de culpabilité chez la femme atteinte.

Les conséquences des vaginismes peuvent être dramatiques pour l'équilibre sexuel et affectif des couples. Le vaginisme entraine parfois une perte transitoire de désir de la part du partenaire, ayant pour conséquence de réduire l'érection de l'homme, et pouvant induire des difficultés de pénétration supplémentaires.

L'absence de coït due au vaginisme peut entraîner des difficultés pour tomber enceinte.

Le vaginisme peut empêcher également un examen gynécologique et la réalisation de certains actes médicaux, tel qu'un frottis de dépistage[1].

Traitements[modifier | modifier le code]

La psychanalyse ou une thérapie psychanalytique permet de traiter le problème a sa racine et apporte des résultats très satisfaisants[réf. souhaitée].

Un contrôle gynécologique est nécessaire, afin d'exclure toute anomalie physique ou maladie infectieuse.

Du fait du tabou entourant souvent les problèmes liés à la sexualité, le vaginisme et les dyspareunies sont encore très peu connues alors qu'ils se soignent très bien chez les patientes motivées dans la mesure où le diagnostic a été correctement posé.

Une rééducation avec des dilatateurs vaginaux (aussi appelés « bougies ») peut s'avérer utile dans tous les cas avec des exercices de dilatations régulières et progressives[5].

Une psychothérapie cognitivo-comportementale pourrait avoir une relative efficacité[6] ainsi que des consultations de sexologie. De même, des thérapies de relaxation musculaire peuvent aider[1], ainsi que des techniques reposant sur le biofeedback[7]. L'hypnose peut également être utilisée lors de séances d'hypnothérapie médicale[8].

Si le but de la demande est un désir de grossesse, une procréation médicalement assistée peut être proposée.

L'injection locale de toxine botulique entraîne un relâchement musculaire au bout de plusieurs jours, qui peut durer quelques mois. Des résultats préliminaires sont encourageants[9].

Les pénétrations partielles rares très occasionnelles laissent croire à certaines femmes atteintes de vaginisme que le problème est résolu, elles retardent les consultations. Ce déblocage est malheureusement souvent partiel et ponctuel car les stratégies d'évitements se remettent en place dès les rapports sexuels suivants, et seul un traitement adapté assure une vraie chance de succès pour soigner le vaginisme dans la durée.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) Crowley T, Goldmeier D, Wadsworth J, Hiller J, Diagnosing and managing vaginismus, BMJ 2009;338:b2284 PMID 19541697
  2. (en) Reissing E, Binik Y, Khalife S, Cohen D, Amsel R, Etiological correlates of vaginismus: sexual and physical abuse, sexual knowledge, sexual self-schema, and relationship adjustment, J Sex Marital Ther, 2003;29:47-59 PMID 12519667
  3. (en) Frasson E, Graziottin A, Priori A, Dall’ora E, Didonè G, Garbin EL et al. Central nervous system abnormalities in vaginismus, Clin Neurophysiol, 2009;120:117-22 PMID 19071060
  4. (en) Zargooshi J, Male sexual dysfunction in unconsummated marriage: long-term outcome in 417 patients, J Sex Med, 2008;5:2895-903 PMID 19090943
  5. (en) McGuire H, Hawton KKE, Interventions for vaginismus, Cochrane Database Syst Rev, 2001;(2):CD001760 PMID 11406006
  6. (en) Van Lankveld JJ, ter Kuile MM, de Groot HE, Melles R, Nefs J, Zandbergen M, « Cognitive-behavioral therapy for women with lifelong vaginismus: a randomized waiting-list controlled trial of efficacy » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-03-30, J Consult Clin Psychol, 2006;74:168-78 PMID 16551154
  7. (en) Seo JT, Choe JH, Lee WS, Kim KH, Efficacy of functional electrical stimulationbiofeedback with sexual cognitive-behavioral therapy as treatment of vaginismus, Urology. 2005;66:77-81 PMID 15992873
  8. (en) Wendy Lemke, « Utilizing hypnosis and ego-state therapy to facilitate healthy adaptive differentiation in the treatment of sexual disorders », The American journal of clinical hypnosis, vol. 47, no 3,‎ janvier 2005, p. 179-189 (ISSN 0002-9157, PMID 15754864, lire en ligne)
  9. (en) Eccleston KJ, Woolley PD, Botulinum toxin for urogenital conditions, Int J STD AIDS, 2008;19:797-9 PMID 19050206

Lien externe[modifier | modifier le code]