Lou Reed

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Reed.

Lou Reed

Description de cette image, également commentée ci-après

Lou Reed au Hop Farm Music Festival (Royaume-Uni) en juillet 2011

Informations générales
Nom Lewis Alan Reed
Naissance
Brooklyn, New York, Drapeau des États-Unis États-Unis
Décès (à 71 ans)
Southampton,
Long Island (New York)
Activité principale Auteur-compositeur-interprète, photographe
Genre musical Glam rock, garage rock, jazz rock
Années actives 1965 -2013
Labels MGM, RCA
Site officiel loureed.org

Lou Reed ( à Brooklyn, New York - à Southampton, Long Island, New York) est un auteur-compositeur-interprète américain qui a commencé sa carrière avec le groupe The Velvet Underground.

Il en était le guitariste, l'un des chanteurs et a composé nombre de titres restés populaires même après la séparation du groupe en 1970. Le Velvet Underground a eu une influence majeure sur plusieurs générations de compositeurs, bien que n'ayant connu que peu de succès commercial dans les années 60[1].

On attribue à Brian Eno[2]la remarque selon laquelle si juste quelques milliers de fans achetèrent le premier disque du Velvet Underground, chacun d'entre eux créa un groupe. C'est en cela que Lou Reed et le Velvet Underground restent aussi légendaires malgré la quasi-inexistence de tubes, contrairement aux autres groupes influents de cette époque. Lou Reed fait partie des icônes du rock même si son succès commercial fut moindre que celui d'autres artistes qui ont forgé l'histoire du rock comme Bob Dylan, Bruce Springsteen, Neil Young ou David Bowie. Ses textes et sa musique ont beau être percutants, leur noirceur (qui atteint son apogée dans l'album Berlin) ne lui apporte aucun succès commercial. La voix en parlé-chanté est une autre « marque de fabrique » de Lou Reed.

Lou Reed, « prince de la nuit et des angoisses », obtint en solo un réel succès commercial avec le titre Walk on the Wild Side.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Lou Reed en 1959

Lewis Alan Reed naît dans le quartier de Brooklyn à New York[3]. Lou Reed est le fils de Sidney George Reed, un comptable effacé de Manhattan qui a fait changer son nom, Rabinowitz, en Reed, et de Toby Futterman Reed, une mère à la forte personnalité de Brooklyn. Tous deux juifs new-yorkais, ils vivent à Freeport, Long Island, en banlieue de New York. Lou étudie le piano dès l’âge de cinq ans. Mais il se passionne pour le rock and roll, le doo-wop, la littérature, le modern jazz et le free jazz en particulier (Don Cherry et Ornette Coleman, notamment) et préfère la guitare, qu'il apprend en copiant les disques de sa collection. En 1958, il coécrit et enregistre en tant que guitariste un 45 tour So Blue dans le style doo-wop au sein d'un groupe initialement appelé The Shades rebaptisé The Jades par la suite[4].

À l’âge de 17 ans, il subit un traitement par électrochocs (proposées à ses parents par un psychiatre) afin de le « guérir » de ses tendances homosexuelles[5]. Cette expérience dévastatrice sera évoquée dans la chanson Kill Your Sons en 1975. Il commence à consommer des médicaments rendant très dépendant, et cherche à exprimer son traumatisme par des textes d'une grande radicalité : violence, provocation, insolite, réalisme cru, modernité. Il fera d'ailleurs souvent usage, lors de sa carrière, de ces termes crus, durs et choquants.

À l'université de Syracuse, il suit les cours d’écriture créative de Delmore Schwartz, poète et enseignant de littérature classique, qui l’encourage à écrire et l'influence beaucoup[6],[7]. Il y rencontre Shelley Albin, avec laquelle il aura une liaison de deux ans. Elle devient pour Lou Reed, qui l'idéalise, une grande source d'inspiration, même après leur séparation.

Pickwick[modifier | modifier le code]

Après l'université, il travaille en 1964 pour les disques Pickwick en tant qu'auteur-compositeur, et parfois interprète. Il y produit des disques de rock imitant les différents styles à la mode pour des compilations à bas prix[8]. Il grave "The Ostrich", une « nouvelle danse » absurde sur deux accords, où il suggère de mettre sa tête au sol et de marcher dessus avec ses propres pieds[9]. La chanson sera à l'origine du terme « guitare Ostrich » qui désigne un accordage de guitare avec les cordes à vide sur la même note[10],[11]. Pour les besoins de la promotion, il cherche des musiciens compétents pour jouer sur scène et engage John Cale, un bassiste et altiste gallois de formation classique. Cale enregistre à la basse "You're Driving Me Insane" et "Cycle Annie", chantés par Lou Reed sous le nom des Beachnuts et des Roughnecks pour la compilation Soundsville[8].

The Velvet Underground[modifier | modifier le code]

Article détaillé : The Velvet Underground.

John Cale, Britannique venu étudier aux États-Unis avec une bourse, évolue dans le milieu de l'avant-garde new-yorkaise et joue alors de l'alto au Theater of Eternal Music de LaMonte Young. Il cherche à innover, à choquer. Il ne prend Lou Reed au sérieux que lorsque celui-ci lui fait découvrir les paroles de ses titres personnels, et en particulier celles d'"Heroin". Le guitariste Sterling Morrison, un ami de l'université, les rejoint. Ils forment les Warlocks, jouent dans les rues avec une chanteuse, Daryl, puis en 1965 forment le Velvet Underground avec Angus MacLise aux tablas. Ils jouent souvent derrière un écran sur lequel sont projetés des films d'avant-garde à la Cinémathèque de Jonas Mekas, et contribuent ainsi à la bande-son de plusieurs films amateurs. En décembre, Maureen Tucker remplace MacLise pour un premier concert payé et organisé par Al Aronowicz.

Peu de temps après, le Velvet Underground est repéré au Café Bizarre par Brigid Polk, une cinéaste marginale qui fréquente l'atelier d'Andy Warhol, un ancien dessinateur publicitaire devenu peintre. Warhol, homosexuel timide et introverti, connaît alors une grande notoriété avec ses toiles et cherche à se diversifier. Il se rend au Café Bizarre et, avec son associé cinéaste et homme d'affaires Paul Morrissey, décide de devenir le manager du Velvet Underground, qui, fin décembre, vient répéter dans son atelier, la Factory. Le local est fréquenté par les artistes et les marginaux de l'époque. Warhol leur impose de prendre la chanteuse Nico, un mannequin allemand qui, après quelques films (entre autres La Dolce Vita de Fellini), un enregistrement avec Serge Gainsbourg en 1962 ("Strip-Tease") et un disque produit par le producteur des Rolling Stones Andrew Oldham (I'm Not Saying, 1965), a rejoint la Cour des Miracles de la Factory.

Warhol finance la production et l'enregistrement de quelques titres dans un petit studio de New York. Il organise ensuite des spectacles multimédias où il reprend le principe de jouer devant un écran de cinéma, mais en y projetant ses propres films. L'actrice Edie Sedgwick et le poète Gerard Malanga, un fouet de cuir à la main, y participent en dansant sur scène. Le technicien "lumières" invente littéralement le principe du light-show pour les besoins de l'Exploding Plastic Inevitable, qui après une série de spectacles controversés au Dom de Saint Mark's Place à Manhattan, part jouer au Trip de Los Angeles, qui sera fermé définitivement par le shérif pour "pornographie" en raison des thèmes sulfureux évoqués par le Velvet Underground : homosexualité, drogue, transsexualisme, mort. Ils marquent fortement les Doors, venus les voir jouer. Warhol finance de nouveaux enregistrements, dont la réalisation artistique est assurée par le producteur de Bob Dylan, Tom Wilson, un Afro-américain qui publie l'album sur le label de jazz dont il est directeur artistique, Verve Records.

The Velvet Underground and Nico paraît en mars 1967. Andy Warhol est l'auteur de la couverture du disque, une banane autocollante qui, quand on la décolle, révèle un fruit à la chair rose à côté de la mention "Produced by Andy Warhol". Nico y interprète trois chansons : "All Tomorrow's Parties", "Femme Fatale" et "I'll Be Your Mirror". Lou Reed utilise sur "Venus in Furs" et "All Tomorrow's Parties" son accordage Ostrich. L'album contient des compositions marquantes, comme "I'm Waiting for the Man", "Heroin", "European Son", "Sunday Morning". La réalisation, plutôt bâclée, montre que l'impulsion peut avoir plus d'importance que la finition, et sera une grande inspiration pour le mouvement punk, dont cet album est la première pierre fondatrice. L'album choque et n'a aucun succès.

Un deuxième album paraît en décembre 1967, White Light/White Heat, également ignoré à sa sortie sauf d’une poignée de fans. Le groupe atteint un des sommets de sa créativité débridée dans le morceau "Sister Ray", réalisé en une seule prise de dix-sept minutes. John Cale quitte peu après le groupe et est remplacé par Doug Yule. Ce dernier participera aux deux albums suivants du groupe : The Velvet Underground (1969) et Loaded (1970).

Avant la sortie de Loaded, Lou Reed quitte le Velvet Underground et la musique pour se retirer chez ses parents jusqu’à la fin 1971.

Carrière solo[modifier | modifier le code]

Lou Reed en 1977

Le producteur Richard Robinson et sa femme Lisa ("Lisa Says") persuadent Lou Reed de reprendre la musique et d’enregistrer, en Grande-Bretagne, un album, auquel participent deux musiciens du groupe Yes, Steve Howe et Rick Wakeman. Le disque s’appelle Lou Reed et paraît en 1972 chez RCA. Bien que comprenant de bonnes chansons (I Can't Stand It, Berlin et Ocean) composées à l’époque du Velvet Underground, l’album déçoit et ne rencontre pas le succès escompté.

Cependant, la même année, avec l’album Transformer, produit par le talentueux duo britannique composé de David Bowie et Mick Ronson, Lou Reed accède enfin au succès auprès du grand public avec la chanson Walk on the Wild Side, qui traite du thème de l’homosexualité et du mode de vie dans certains quartiers de New York. Il y décrit l’itinéraire de personnages new-yorkais qu’il a connus à l'époque de la Factory, qui plongent dans la déchéance à travers la prise de drogues. En produisant cet album, David Bowie rendait hommage à Lou Reed qu’il considérait comme une de ses idoles et surtout une source d’inspiration depuis les années Velvet.

L'apogée artistique de Lou Reed sans le Velvet Underground se situe entre 1972 et 1976, avec les albums Berlin (1973) et Coney Island Baby qu'il sort après l'échec fracassant de Metal Machine Music (1975), projet expérimental aujourd'hui encore considéré par beaucoup comme inaudible, mais précurseur de ce que l'on appellera plus tard la musique industrielle, et plus tard encore la noise. Sa discographie sera ensuite composée d'albums qui n’atteindront plus jamais ces hauteurs : il cherche ses repères avec des albums importants mais déroutants tels que Rock and Roll Heart en 1977, Street Hassle en 1978, puis The Blue Mask en 1982.

Plusieurs albums "live" enrichissent sa discographie, dont Rock 'n' Roll Animal, paru en 1974 et Lou Reed Live, en 1975, qui figurent parmi les meilleurs disques de live du rock, et le très amusant Take No Prisoners en 1978. En 1985, il participe à l'album Sun City contre l'Apartheid à l'initiative de Steven Van Zandt.

Il a fait l'excellent Live in London de 1998, avec des versions très intéressantes de ses premiers titres, I'll Be Your Mirror (titre provenant du premier album du Velvet Underground, chanté alors par Nico), ou encore de morceaux comme Sex With Your Parents (traitant de l'hypocrisie de certains politiques américains). Lou Reed est accompagné dans ce concert par Mike Rathke, qui lui avait insufflé ce nouvel élan avec New York, où il avait adopté le parlé-chanté.

En 1989, Lou Reed refait donc surface avec un album très réussi : New York. À travers cet album dédié à sa ville, au son brut et dépouillé, Lou Reed adopte le parlé-chanté, avec des textes engagés traitant par exemple du SIDA ("The Halloween Parade") et de l’exclusion sociale (Dirty Boulevard). Il y décrit les bas fonds new-yorkais sur une musique incisive.

En 1990, paraît un très bel album en hommage à Andy Warhol, Songs for Drella, qu'il compose et chante en compagnie de John Cale, son ancien complice du Velvet Underground. Le groupe légendaire se reforme le , le temps d’un concert inopiné lors d’une rétrospective Warhol à Jouy-en-Josas, puis en 1993 pour une série de concerts.

Ensuite, Lou Reed réalise deux albums qui sont de grandes réussites artistiques : Magic and Loss (1992), qui traite de la perte des proches, et Set the Twilight Reeling (1996), dans lequel il rappelle son attachement à New York. Enfin, l'album Ecstacy, à la langueur hypnotique, voit le jour en 2000.

En 2003 paraît The Raven, référence décadente et post-punk à Edgar Allan Poe. Il y reprend deux vieux titres (The Bed et Perfect Day), avec David Bowie chantant Hop Frog et récitant le poème The Raven (Le corbeau), d'Edgar Allan Poe). Cet album original reste très éloigné du grand public, qu'il a du mal à convaincre.

Le , à l'occasion de la publication de l'intégrale de ses chansons, Traverser le feu, Lou Reed a lu, au 104 à Paris, plusieurs de ses textes, et a participé en public à une entrevue. La soirée a été filmée par la chaîne Arte et enregistrée par France Culture.

En 2010, il collabore avec le groupe de Damon Albarn, Gorillaz, pour le morceau Some Kind of Nature, paru sur l'album Plastic Beach et chante cette chanson au festival de Glastonbury durant l'été 2010 avec le groupe[12].

En juillet 2011, il participe au festival des Vieilles Charrues. Il se produit également aux Nuits de Fourvière et dédicace la chanson Femme Fatale à Amy Winehouse, morte quelques jours auparavant. La même année, il enregistre l'album Lulu avec le groupe Metallica; édité au mois d'octobre[3], celui-ci sera la dernière réalisation de sa carrière. Il se produira sur scène jusqu'en avril 2013, après quarante-huit années d'activité.

Autres activités[modifier | modifier le code]

Lou Reed est apparu dans le film Prozac Nation (2001) et dans Brooklyn Boogie (Blue in the Face, 1996) de Paul Auster et Wayne Wang, aux côtés de Harvey Keitel entre autres. Il y joue son propre rôle, l'homme aux étranges lunettes. Il apparaît également dans les films Si loin, si proche ! (In weiter Ferne, so nah !) et The Soul of a Man de Wim Wenders[13].

Le titre Perfect Day figure sur la bande originale des films Trainspotting et Le Premier Jour du reste de ta vie. Satellite of Love, tiré de l'album Transformer, figure sur la bande originale de Velvet Goldmine[13].

Lou Reed pratique la photographie et publie son premier livre, Emotion in Action, en 2003. En 2012, il publie Rimes Rhymes, un livre présentant 300 de ses clichés accompagnés d'un texte de l’écrivain suisse Bernard Comment[14],[15].

Distinctions[modifier | modifier le code]

En 1992, le chanteur est fait chevalier des Arts et des Lettres par Jack Lang[16].

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

Le , le New York Post révèle qu'il a épousé en secret, au Colorado, le 12 avril, sa compagne depuis le milieu des années 1990, l'artiste expérimentale Laurie Anderson.

Le , il apparaît à minuit au Lincoln Center de New York avec les manifestants pour soutenir le mouvement Occupy Wall Street[17].

En avril 2013, Lou Reed subit une transplantation du foie, une opération d'urgence qui le contraint à annuler plusieurs dates de sa tournée.

Le , à la suite de complications dues à cette greffe, il meurt à Southampton, Long Island (New York) à l'âge de 71 ans[18].

Discographie[modifier | modifier le code]

Avec le Velvet Underground[modifier | modifier le code]

En solo[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

Albums live[modifier | modifier le code]

Collaborations[modifier | modifier le code]

Compilations[modifier | modifier le code]

  • Walk on the Wild Side: The Best of Lou Reed (1977)
  • Rock and Roll Diary: 1967-1980 (1980)
  • City Lights (1985)
  • Walk on the Wild Side & Other Hits (1992)
  • Between Thought and Expression: The Lou Reed Anthology (1992)
  • Different Times: Lou Reed in the '70s (1996)
  • Retro (1998)
  • A Retrospective (1998)
  • The Definitive Collection (1999)
  • Perfect Day (1999)
  • Very Best of Lou Reed (2000)
  • Legendary Lou Reed (2002)
  • NYC Man (The Ultimate Collection 1967-2003) (2003)
  • Wild Child (2004)
  • This is Lou Reed: The Greatest Hits (2010)

Filmographie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Between Thought and Expression, Hyperion Books, 1991
  • Parole de la nuit sauvage, Lou Reed, 10/18, 1996
  • Lou Reed - Electric Dandy - biographie, Bruno Blum, Paris, Le Serpent à Plumes, 2001 (mise à jour : Hors Collection 2007)
  • Traverser le feu, intégrale des chansons, Lou Reed, Fiction & Cie, Seuil, 2008
  • Le Corbeau, [The Raven], Lou Reed, ill. de Lorenzo Mattotti, Seuil, 2009
  • Rimes - Rhymes, Lou Reed (ill.), Bernard Comment (textes), Arles, France, Éditions Photosynthèses, 2012, 350 p. (ISBN 978-2-36398-004-5)
  • (en) Chris Roberts, Lou Reed : Walk on the Wild Side: The Stories Behind the Songs, Taschen,‎ 2004, 192 p. (ISBN 9783822822616, lire en ligne) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (en) David N. Howard, Sonic Alchemy : Visionary Music Producers and Their Maverick Recordings, Hal Leonard Corporation,‎ 2004, 307 p. (ISBN 9780634055607, lire en ligne), p. 179-211 Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (en) Albin Zak, The Velvet Underground Companion : Four Decades of Commentary, Music Sales Group,‎ 2000, 333 p. (ISBN 9780825672422, lire en ligne) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (en) Peter Buckley, The Rough Guide to Rock, Rough Guides,‎ 2003, 1225 p. (ISBN 9781843531050, lire en ligne), p. 860-862 Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (en) Nick Johnstone, Lou Reed 'Talking', Omnibus Press,‎ 2010, 120 p. (ISBN 9780857122605, lire en ligne) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :