Anne de Danemark

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Anne de Danemark
Anne de Danemark en tenue de deuil pour son fils Henri-Frédéric Stuart en 1612.
Anne de Danemark en tenue de deuil pour son fils Henri-Frédéric Stuart en 1612.

Titre Reine d'Écosse
Autre titre Reine d'Angleterre
Reine d'Irlande
Prédécesseur Guilford Dudley (contesté)
Successeur Henriette de France
Biographie
Dynastie Maison d'Oldenbourg
Naissance 12 décembre 1574
Flag of Denmark.svg Skanderborg (Danemark)
Décès 2 mars 1619 (à 44 ans)
Flag of England.svg Château de Hampton Court (Angleterre)
Père Frédéric II de Danemark
Mère Sophie de Mecklenburg-Güstrow
Conjoint Jacques Ier d'Angleterre

Anne de Danemark (12 décembre 1574, Skanderborg, Danemark2 mars 1619, Château de Hampton Court, Angleterre) est reine consort d'Angleterre et d’Écosse et épouse de Jacques Ier.

Biographie[modifier | modifier le code]

Mariage[modifier | modifier le code]

Deuxième fille du roi Frédéric II de Danemark, Anne se marie à Jacques en 1589 à l'âge de quatorze ans. Peu après un mariage par procuration en août 1589, Anne s'embarque pour l'Écosse mais est forcée de débarquer en Norvège à cause des tempêtes. Apprenant que la traversée a été abandonnée, Jacques, dans ce que Willson appelle « l'un des épisodes romantiques de sa vie »[1] s'embarque pour aller la chercher personnellement[2]. Le couple se marie formellement au vieux palais de l'évêque d'Oslo le 23 novembre et, après avoir séjourné à Elseneur et à Copenhague, il retourne en Écosse en mai 1590. Selon tous les témoignages, Jacques est tout d'abord sous le charme d'Anne et dans les premières années de leur mariage, il semble lui avoir toujours montré de la patience et de l'affection[3]. Mais entre 1593 et 1595, Jacques est lié amoureusement avec Anne Murray, la future Lady Glamis, qu'il appelait « ma maîtresse et mon amour ».

Descendance[modifier | modifier le code]

Le couple royal a trois enfants qui atteignent l’âge adulte :

Annexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Willson, p. 85
  2. Stewart, pp. 107-110.
  3. Willson, pp. 85-95.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]