Travestissement

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le travestissement est l'acte qui consiste à porter les vêtements associés en général à un autre genre dans une société donnée. Le travestissement peut être effectué dans un but purement récréatif et de manière ponctuelle, mais il peut également impliquer d'adopter les comportements - y compris sexuels - associés à un genre différent de son sexe biologique : dans certains cas, le travestissement est associé au transsexualisme.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le photographe et journaliste américain Frances Benjamin Johnston (à droite) aux côtés de deux amis, vers 1890.

Synonyme de « déguisement » composé à partir du préfixe latin « trav- » signifiant « déplacer » et du radical de « vêtement », le terme désigne à l'origine l'usurpation d'identité par le port de vêtements n'appartenant pas à ses fonctions ou à son sexe, que ce soit dans un but festif ou de tromperie.

On parle, de nos jours, de drag queen quand il s'agit d'artistes ou performers à l'apparence féminine volontairement exagérée dans un but festif (Queen, « reine » en anglais désignant péjorativement les gays, DRAG étant l'acronyme de « Dressed as a Girl », litt. « habillé comme une fille », expression désignant depuis l'époque Élisabéthaine, les comédiens spécialisés dans les rôles féminins).

En anglais, le travestissement est appelé cross-dressing (litt. habillement croisé).

Utilisation[modifier | modifier le code]

Quasiment toutes les sociétés humaines à travers l'histoire font une distinction entre les sexes masculin et féminin par le style, la couleur, ou le type de vêtement que les individus portent, et ont un ensemble de normes, opinions, ou même de lois[1] définissant quel type de vêtements est approprié pour chaque genre.

Le travestissement, parce qu'il va à l'encontre de ces normes, peut être considéré comme une attitude transgenre. Toutefois, ce n'est pas systématique ; une personne qui pratique le travestissement ne s'identifie pas nécessairement à un genre différent de celui associé à son sexe biologique.

Il peut être considéré comme un simple jeu, sexuel ou non, la réalisation d'un fantasme, un acte politique de revendication au droit à la différence ou à l'indifférence.

Le terme « travestissement » désigne l'acte de de s'habiller avec des vêtements du sexe opposé, indépendamment de l'identité sexuelle et de l'orientation sexuelle, les adeptes du travestissement sont d'ailleurs majoritairement hétérosexuels. Souvent confondus, travesti et transsexuel ne sont pas synonymes, car bien que le travestissement soit l'étape habituelle du parcours pour assumer sa transsexualité, il n'implique pas forcément la volonté de changer de sexe. L'appellation de trav(esti) ou le rappel de son genre initial étant reçu par certains transsexuels comme la pire des insultes car marquant un refus de compréhension de leur état. Certaines personnes associent systématiquement le travestissement au transgendérisme, à la sexualité, au fétichisme sexuel ou à l'homosexualité.

Toutefois, dire d'une personne que c'est un travesti suggère que le travestissement qu'il pratique est habituel et ainsi ce terme peut être employé comme impliquant un transgendérisme.

Nombreux sont les travestis qui ne désirant pas sortir de l'anonymat, préfèrent se transformer exclusivement dans le cadre de l'intimité, comblés par le simple plaisir de pouvoir incarner momentanément la personne de leurs rêves ou de leurs fantasmes, commençant d'abord par se vêtir en empruntant des vêtements à leur entourage, se déguisant chez eux, volets fermés, puis tentent timidement l'expérience de la sortie d'abord nocturne, afin de tester la crédibilité de leur apparence, tel le cinéaste hétérosexuel Ed Wood, dépeint par Tim Burton dans le film éponyme, qui, dans la vie quotidienne, portait des sous-vêtements féminins sous ses vêtements d'homme. En situation de stress, le port d'une tenue féminine complète lui rendait sa contenance.

Différents travestissements[modifier | modifier le code]

Travesti japonais à la Gay Pride de Paris, le 25 juin 2005
Ladymaxx, travesti
Candy Milk, célèbre travesti Tokyoïte, à la Gay Pride de Tōkyō, le 12 août 2006

Il y a de nombreuses sortes de travestissements, et de nombreuses raisons pouvant mener une personne à le pratiquer[2]. Les hommes comme les femmes peuvent pratiquer le travestissement afin de masquer leur identité réelle. Certaines personnes pratiquent le cross-dressing pour leur confort personnel ou pour des raisons esthétiques. Elles ont une préférence pour un style de vêtements qui est associé uniquement au sexe opposé. Dans ce cas, leur travestissement peut être ou ne pas être apparent. Certaines personnes pratiquent le travestissement dans le but de choquer ou de défier les normes sociales

Des troupes de théâtre composées de membres d'un seul sexe comportent souvent des acteurs pratiquant le travestissement afin de pouvoir interpréter des rôles écrits pour des membres de l'autre sexe. Le travestissement scénique, particulièrement l'image d'hommes portant des robes, est souvent utilisé pour créer un effet comique. En anglais, « drag » est une forme particulière de spectacle artistique basée sur le travestissement.

Une drag queen est un homme qui joue un rôle de personne exagérément féminine, dans un costume sophistiqué souvent constitué de robes très voyantes, de bottes très hautes, d'énormément de maquillage et d'une longue perruque. Une drag queen peut imiter des rôles de femmes célèbres, de pop-stars ou, comme RuPaul, jouer son propre rôle de femme excessive.

Un drag king est une femme qui joue un rôle exagérément masculin, ou qui imite un acteur ou un chanteur. Certains transsexuels FtM peuvent aussi se désigner comme des drag kings, bien que cet usage soit considéré comme imprécis par certains. Au cours de l'histoire, certaines femmes, comme Catalina de Erauso, ont pratiqué le travestissement afin d'accéder à des emplois exclusivement masculins, ou presque, tels que les carrières militaires. De la même façon, certains hommes ont pratiqué le travestissement afin d'éviter le service militaire.

Les personnes transgenre en transition ou ayant complété leur transition ne sont en général pas considérées comme accomplissant un travestissement. Ainsi, un transsexuel qui a achevé sa transition n'est pas considéré comme travesti, à moins qu'il ne porte des habits du genre opposé à celui qu'il s'est assigné par sa transition. On peut considérer de la même façon les transsexuels avant leur opération.

Un fétichiste travesti est une personne (le plus souvent un homme hétérosexuel) qui s'habille avec les vêtements de l'autre sexe comme fétiche sexuel. Le terme underdressing est utilisé par les travestis de sexe masculin pour décrire le fait de porter des sous-vêtements féminins sous des vêtements masculins. Le célèbre réalisateur de films à petit budget Ed Wood affirmait qu'il portait des sous-vêtements féminins sous son uniforme de militaire durant la Seconde Guerre mondiale.

Certaines personnes pratiquant le travestissement peuvent le faire pour se faire passer pour une personne de l'autre sexe, allant jusqu'à reproduire les manières, la façon de parler, et les caractéristiques physiques sexuelles de l'autre genre. On appelle cela « passer » ou « essayer de passer » selon le degré de ressemblance atteint. Une personne se rendant compte qu'une personne pratique en fait le travestissement a, selon la terminologie anglo-saxonne, « lu » (read) cette personne. Il existe des livres et des magazines traitant du travestissement, expliquant comment un homme peut ressembler à une femme[3].

Parfois, l'un des deux membres d'un couple hétérosexuel peut porter les vêtements de l'autre pour l'exciter. Par exemple, l'homme peut porter les jupes et la lingerie de la femme, et/ou la femme peut porter les caleçons ou divers autres vêtements de l'homme.

D'autres peuvent choisir d'avoir une approche mélangée, adoptant certains traits féminins, et d'autres masculins. Par exemple, un homme peut porter une robe et une barbe. Cette pratique est parfois appelée, selon la terminologie anglo-saxonne, genderfuck.

Vêtements[modifier | modifier le code]

Les drag queens pratiquent une forme de travestissement artistique.

La réelle détermination du travestissement est plutôt sociale. Par exemple, dans les sociétés occidentales, les pantalons sont devenus un vêtement autant féminin que masculin et le fait pour une femme de porter un pantalon n'est pas considéré comme du travestissement. (Au début du XXe siècle, le Préfet de la Seine Louis Lépine avait signé un décret interdissant le travestissement, qui interdisait le port du pantalon aux femmes, preuve que ce phénomène est récent). Dans les cultures où les hommes portent traditionnellement des vêtements similaires aux jupes comme le kilt ou le sarong, ces vêtements ne sont pas considérés comme féminins, et porter ce genre de vêtements n'est pas considéré comme du travestissement masculin. Les sociétés se mondialisant de plus en plus, les hommes et les femmes adoptent un style vestimentaire associé à d'autres cultures, plus global.

Il était autrefois tabou, pour les femmes dans les sociétés occidentales, de porter des vêtements associés aux hommes. Le travestissement est explicitement décrit comme une « abomination » dans la Bible, au livre du Deutéronome (22:5). Ce n'est plus le cas aujourd'hui et la plupart des femmes occidentales portent des pantalons, des cravates et des chapeaux masculins. Toutefois, de nombreuses cultures dans le monde interdisent encore aux femmes de porter des pantalons ou d'autres vêtements traditionnellement masculins.[réf. nécessaire]

Le cosplay est aussi inclus dans le travestissement, car certaines femmes peuvent désirer s'habiller en personnage masculin et vice-versa (crossplay). La contention de la poitrine (pour les femmes) n'est pas inhabituelle et est le plus souvent requise pour pouvoir s'habiller en personnage masculin.

Presque partout dans le monde, le fait pour un homme de porter des vêtements traditionnellement féminins est toujours socialement réprouvé, bien que ces vêtements soient acceptés dans certains contextes traditionnels (comme pour le kilt écossais). À l'occasion, on (par exemple, les créateurs de mode) promeut l'acceptation de la jupe comme un vêtement masculin autant que féminin. Les personnes pratiquant le travestissement se plaignent du fait que l'on autorise les femmes à porter des vêtements masculins (des jeans, par exemple) alors que l'on condamne tout homme voulant porter des vêtements féminins.

Bien que la plupart des personnes de sexe masculin pratiquant le travestissement s'habillent en femmes adultes modernes, certaines s'attachent à des sous-cultures impliquant le port de vêtements de petite fille ou anciens et démodés. Certains de ces hommes témoignent qu'ils aiment s'habiller de la manière la plus féminine possible, ainsi ils portent des robes froncées lacées et dotées de rubans, ainsi que des jupons, corsets, porte-jarretelles avec des bas nylon[4].

Utilisant des artifices allant des rembourrages divers aux prothèses amovibles réalistes, en mousse ou en latex, pour se rapprocher de l'esthétique recherchée, sans transformations chirurgicales ou médicales, tel que le souligne parfois l'abréviation NONH signifiant « non opéré(e) ni hormoné(e) » de certaines annonces de rencontre.

Difficultés sociales[modifier | modifier le code]

Les hommes pratiquant le travestissement commencent souvent à porter des vêtements féminins durant l'enfance, portant les vêtements d'une sœur, de leur mère ou d'une amie. S'ils pratiquent le travestissement secrètement et se font découvrir, particulièrement par l'un des membres de leur famille, ils se font en général réprimander et se voient interdire cette pratique, sauf si les parents les laissent faire. Certaines mères affirment qu'elles ont laissé leurs garçons pratiquer le travestissement et que, dans de nombreux cas, ils arrêtèrent d'eux-mêmes devenus plus âgés. Il semble que quand un garçon se voit interdire le travestissement, il essaiera le plus souvent d'arrêter, mais recommencera plus tard. Le même schéma se reproduit souvent à l'âge adulte, quand l'homme se voit confronté à une femme ou une petite amie. Les personnes mariées pratiquant le travestissement ressentent une grande anxiété et culpabilité si leur épouse s'oppose à leurs pratiques. Les personnes pratiquant le travestissement peuvent devenir obsédées par le port de vêtements féminins ou souffrant de TOC, si ce n'est dépendantes. Certaines personnes se débarrassent de tous leurs vêtements féminins, une pratique appelée « purging » (« purgation ») mais se recréent une collection plus tard[2].

Répression[modifier | modifier le code]

Dans certains pays, le fait de porter des vêtements de l'autre sexe est un délit. Ce fut le cas en France, dans le département de la Seine, par un arrêté préfectoral de Louis Lépine, au début du XXe siècle.

Analyses[modifier | modifier le code]

Femmes pratiquant le travestissement[modifier | modifier le code]

Cette affiche pour le spectacle au titre à sous-entendu, « j’ai le temps, j’ai le lieu mais c’est dur de trouver la fille » présente miss Hetty King dans le rôle titre. 1910

Le travestissement des femmes en hommes se pratique aussi pour des raisons sociales, afin d'assumer plus facilement un comportement « libéré », de séduire d'autres personnes sensibles à l'apparence masculine, d'accéder à des lieux ou fonctions où le machisme prédomine, comme l'aborde le film Yentl de Barbra Streisand dans lequel la protagoniste, se destinant au Talmud, est forcée de dissimuler sa condition pour entrer dans une yeshiva, ainsi que le « mythe » de la papesse Jeanne dans le folklore catholique. Certaines femmes qui aiment se travestir en homme de temps en temps, parfois pour faire des spectacles, s’appellent des drag kings.

Le travestissement des femmes a été moins étudié - ou mieux accepté - que celui des hommes, au cours de l'histoire. Toutefois, il existe de célèbres exemples historiques de femmes ayant pratiqué le travestissement (voir ci-dessous).

Dans les sociétés occidentales modernes, le travestissement chez les femmes est plus difficile à identifier parce que le port de vêtements traditionnellement masculins est devenu socialement acceptable pour les deux sexes, laissant très peu de vêtements exclusivement masculins. Une femme peut même porter des chemises, pantalons, sous-vêtements masculins sans que cela soit remarqué ou considéré comme du travestissement, car des vêtements très similaires sont fabriqués pour les femmes.

L'acceptation sociale joue un rôle important dans le faible nombre perçu de femmes pratiquant le travestissement, pour la simple raison qu'il est bien plus socialement acceptable pour une femme de porter des vêtements masculins que le contraire. Ainsi une femme portant des jeans usagés et une chemise de plaid n'attire pas l'attention plus que cela, alors qu'un homme portant une robe et des talons est tout de suite repéré comme pratiquant le travestissement. Depuis la création du mouvement féministe, les femmes sont bien moins tenues d'affirmer leur identité de genre à travers un mode de vie et un code vestimentaire, leur laissant la possibilité d'affirmer leur féminité tout en n'étant pas contraintes à correspondre à l'idéal féminin, comme c'était le cas dans les temps passés. Les hommes quant à eux sont encore soumis à ces contraintes sociales qui existaient avant le féminisme. Ainsi, les hommes doivent correspondre autant (si ce n'est plus) aux mêmes standards de masculinité que dans le passé, et avoir un comportement ne correspondant pas à son sexe est pour un homme socialement tabou. Ainsi, la raison pour laquelle il est très difficile d'obtenir des statistiques sur les femmes pratiquant le travestissement est que la limite entre ce qui est du travestissement et ce qui ne l'est pas n'est pas nette, contrairement à celle, bien définie, chez les hommes. Ceci est l'un des nombreux problèmes soulevés par le mouvement masculiste, le pendant masculin du mouvement féministe[réf. nécessaire].

En Albanie[5], dans la société musulmane traditionnelle du nord du pays, une femme peut « devenir un homme » et s'habiller en tant que tel, en cas d'absence d'autorité masculine, indispensable dans une société traditionnellement patriarcale. Ces femmes sont appelées les « vierges sous serment ». Ceci arrive souvent en temps de guerre et surtout du fait du kanoun, le code d'honneur albanais qui impose des strictes règles de vendetta : la loi du Talion impose de venger un meurtre par un meurtre et décime la gent masculine de certaines familles. La femme qui décide de prendre le rôle de pasha, ou chef de clan, revêt des habits d'hommes et est investie de toutes les prérogatives attachées à ce rôle : prier à la mosquée avec les autres hommes du village, porter une arme[6], gérer la terre, accorder sa bénédiction aux mariages de ses neveux et nièces. Ses obligations sont au nombre de deux : respecter un strict célibat - elle doit être et rester vierge - et, en cas d'homicide dans la famille, venger le meurtre selon les règles du kanoun. Les interdits qui leur sont imposés sont les mêmes que ceux imposés aux hommes et résumés par l'une d'entre elles : « je ne peux pas faire le ménage, je ne peux pas cuisiner ni m'occuper du linge. » Appelées « oncle », par les membres plus jeunes de la famille, elles ne sont pas, en revanche, forcées ou tenues de changer de nom.

Le point de vue psychanalytique classique[modifier | modifier le code]

L'opinion traditionnelle psychanalytique sur le travestissement met en exergue le rôle du tabou dans ce comportement. Seuls les objets interdits à un sexe seraient appropriés au travestissement, et ainsi, il ne s'agit pas de l'association générale d'un objet à un sexe ou l'autre mais l'interdiction pour l'autre sexe de l'utiliser qui apporte une satisfaction à travers le travestissement, dans un fétichisme quant à cela[réf. nécessaire]. Selon cette théorie, comme certains de ces objets sont devenus acceptables pour les deux sexes (comme une cravate masculine sur une femme, qui est devenue acceptable dans les années 1970), ils ne sont plus appréciés par les travestis[réf. nécessaire].

La difficulté pour donner des motifs au travestissement[modifier | modifier le code]

Quand on se réfère à des données historiques (minutes de procès), dans lesquelles le travestissement n'est pas lié clairement à un évènement spécifique (comme une évasion ou un déguisement), il est en général impossible de savoir clairement quels étaient les motifs pour la pratique du travestissement. Cette information était rarement enregistrée ou préservée. Les documents qui en traitent sont en général soit des minutes de procès (dans lesquelles la personne pratiquant le travestissement tendrait à faire des déclarations pour essayer de minimiser sa punition) ou des témoignages de tierces personnes qui ne comprenaient pas nécessairement correctement les motivations de l'acte. De plus, les personnes pratiquant le travestissement au cours de l'histoire n'étaient pas nécessairement en mesure de s'identifier comme homosexuelles, transgenre, transsexuelles ou travesties tout simplement parce que ces classifications n'avaient pas de nom ou n'étaient pas reconnues à leur époque.

Il peut être tout aussi difficile d'être certain des motivations des personnes pratiquant le travestissement de nos jours. La seule preuve concrète de motivation est le témoignage de la personne elle-même. Et encore, il n'est pas toujours sûr en lui-même, car il existe des exemples de personnes donnant une cause à leur pratique du travestissement, et se rendant compte plus tard qu'elles agissaient ainsi pour une autre raison. Un exemple typique est celui d'une personne transsexuelle qui attribue d'abord sa pratique du travestissement à du fétichisme quant au travestisme (pour les MtF) ou au fait que les vêtements masculins soient plus pratiques (pour les FtM).

Une autre raison pouvant expliquer la pratique du travestissement est le Syndrome d'Inversion Sexuelle, de Freud[7]. Une personne atteinte de ce syndrome est convaincue qu'elle appartient à l'autre sexe, physiquement.

Quelques exemples connus de travestissement[modifier | modifier le code]

Dans la mythologie grecque[modifier | modifier le code]

  • En châtiment du meurtre d'Iphitus, Héraclès/Hercule est livré en esclavage à Omphale. Plusieurs versions de cette histoire racontent qu'elle ne lui attribuait pas seulement des tâches féminines, mais qu'elle l'obligeait à s'habiller en femme pendant qu'il était son esclave.
  • Achille a revêtu des habits féminins à la cour du roi Lycomède.
  • Athéna vient souvent à l'aide de ses protégés sous l'apparence d'un homme dans L'Odyssée (elle apparaît par exemple sous les traits de Mentor à Télémaque).

Dans les légendes et la mythologie nordique[modifier | modifier le code]

  • Thor déguisé en Freyja dans le but de ramener Mjöllnir à Thrymskvida.
  • Odin déguisé en guérisseuse dans ses efforts pour séduire Rindr.
  • Loki se changea en jument et devint sous cette forme la mère de Sleipnir. Dans Lokasenna, Odin et lui se moquent l'un de l'autre pour avoir pris une forme féminine, porté des enfants et les avoir allaités, les détails suivants de ces mythes n'ont pas été transmis.
  • Hagbard dans la légende scandinave de Hagbard et Signy (les Roméo et Juliette des Vikings). Après avoir massacré les frères et les suivantes de Signy, Hagbard n'était plus le bienvenu à la cour de Sigar, le père de Signy. Hagbard s'est alors déguisé en l'une des écuyères de son frère Haki afin d'accéder à la chambre de sa bien-aimée. Quand les servantes ont lavé ses jambes, elles lui ont demandé pourquoi elles étaient si velues et pourquoi ses mains étaient si calleuses. Il dut inventer un discours ingénieux pour expliquer son étrange apparence. Signy, cependant, qui avait compris qu'il s'agissait de Hagbard venu la retrouver, confirma à ses servantes la véracité de ce discours. Hagbard fut cependant démasqué par les servantes et arrêté par les guerriers de Sigar. Il fut pendu et Signy se suicida sous les yeux de son amant arrivé au gibet.
  • Frotho I s'est déguisé en écuyère lors d'une de ses campagnes orientales.
  • Hervor de la Hervarar saga. Quand Hervor apprit que son père avait été l'infâme berserker suédois Arngrim, elle s'habilla en homme, se fit appeler Hjörvard et vécut longtemps en tant que Viking.

Dans la mythologie indienne : Le Mahâbhârata[modifier | modifier le code]

  • Dans la période Agnyatbaas (« exil ») d'un an imposée aux Pândavas, Arjuna se travestit en Brihannala et devint une professeur de danse.

Exemples historiques célèbres de personnes travesties[modifier | modifier le code]

Le chevalier d'Éon en habits féminins.
Le chevalier d'Éon, en habits masculins.

L'histoire a parfois retenu le nom de certains malgré, ou parfois à cause de, l'ambiguïté de leur apparence, tel l'abbé de Choisy ou le chevalier d'Éon, célèbre agent du Secret du Roi sous Louis XV ayant effectué la plupart de ses missions diplomatiques ou d'espionnage sous une apparence féminine, dont l'alliance avec la Russie de la tsarine Élisabeth Ire, en se présentant selon ses dires à la cour de cette dernière en tant que Lya de Beaumont, lectrice de l'impératrice puis quelques années plus tard en tant que capitaine du corps des dragons de sa majesté.

Le berdache est considéré par les Nord-Amérindiens comme un individu appartenant aux deux sexes et il est aussi appelé « deux-esprits ».

Au Mexique, dans la culture des zapotèques de l'État d'Oaxaca, un muxhe est un homme qui s'habille et se conduit comme une femme.

En Albanie, les « vierges sous serment » sont des femmes qui font vœu de chasteté et qui en échange peuvent s'habiller et se conduire comme des hommes. Elles sont considérées comme des hommes à part entière par la société.

Parmi les exemples historiques célèbres, on compte :

  • Quand les Khans mongols gouvernaient la Chine durant la dynastie Wei du Nord, Hua Mulan, une chinoise n'ayant pas de frères pour répondre aux obligations de conscription, se fit passer pour un homme afin d'épargner à son père, malade et âgé, d'aller à la guerre commencée par les Khans. Sa légende est relatée dans le fameux Mulan Ci, ou Ballade de Mulan.
  • Plusieurs histoires des Pères du désert parlent de moines qui étaient en fait des femmes déguisées, ce qui n'était découvert que lors de la toilette funéraire. L'une de ces femmes, Sainte Marine de Bythinie la Déguisée, entra dans un monastère avec son père et y vécu sous le nom de Marin. Quand elle fut accusée à tort d'avoir mis enceinte une femme, elle supporta l'accusation au lieu de révéler son identité réelle pour laver son nom, une action louée dans les hagiographies médiévales comme un exemple d'humilité et de patience.
  • La légende de la Papesse Jeanne allègue qu'elle était une papesse féminine qui s'habillait en homme et régna de 855 à 858. Les historiens modernes la regardent comme une figure mythique qui daterait d'une satire anti-papale du XIIIe siècle.
  • Jeanne d'Arc était une paysanne française qui rentra dans les armées françaises contre les forces anglaises combattant en France vers la fin de la Guerre de Cent Ans. C'est une héroïne nationale en France et une sainte catholique. Après avoir été capturée par les Anglais, elle fut brûlée vive sur un bûcher à la suite d'un jugement par une cour religieuse. Le fait de porter des vêtements masculins a été cité comme l'une des principales raisons pour son exécution. Un certain nombre de témoins, toutefois, affirmaient qu'elle disait porter des vêtements masculins parce qu'elle craignait que les gardes la violent la nuit venue.
  • Anne Bonny et Mary Read étaient deux pirates de la fin du XVIIe siècle. Bonny, en particulier, acquit une notoriété certaine, mais les deux furent capturées. Contrairement au reste de l'équipage, masculin, elles ne furent pas immédiatement exécutées parce que Read était enceinte et que Bonny affirmait l'être aussi.
  • Charles-Geneviève-Louis-Auguste-André-Timothée Éon de Beaumont (1728-1810), plus connu sous le nom du Chevalier d'Éon, était un soldat et diplomate français qui vécut la première partie de sa vie en tant qu'homme et la seconde en tant que femme. En 1771, il affirma que, physiquement, il était une femme et non un homme, ayant simplement été élevé comme une femme. À partir de cette période, il vécut comme une femme. À sa mort, on découvrit que cette personne était anatomiquement un homme.
  • George Sand est le pseudonyme d'Amandine-Aurore-Lucile Dupin, romancière du début du XIXe siècle, qui portait exclusivement des vêtements masculins. Dans son autobiographie, elle explique en détail les différents aspects du travestissement qu'elle pratiquait.
  • Paul Grappe, alias Suzanne Landgard, déserteur de la Grande Guerre devenu travesti pour échapper à la police, se prostituant avant d'être amnistié en 1925 mais, violent et alccolique, il est tué par sa femme Louise Landy[8].
Rrose Sélavy, ici photographiée par Man Ray, était le double de Marcel Duchamp. 1921
  • Rrose Sélavy, l'alter-ego féminin de Marcel Duchamp, reste l'une des parties les plus énigmatiques de l'œuvre de cet artiste. Elle émergea d'abord dans des portraits effectués par Man Ray à New York dans les années 1920, quand Duchamp et Man Ray collaboraient sur de la photographie conceptuelle. Rrose Sélavy continua à vivre comme l'une des personnes à laquelle Duchamp attribua certaines de ses œuvres, des Ready-mades, des jeux de mots et des écrits tout au long de sa carrière. En créant pour lui-même cette figure féminine, dont les attributs étaient la beauté et l'érotisme, il rendit délibérément plus complexe la compréhension de ses idées et de ses motivations. Des artistes plus contemporains comme J. S. G Boggs, Yasumasa Morimura ou Grayson Perry ont exploré eux-aussi le travestissement.
  • Billy Tipton était un pianiste de jazz et saxophoniste réputé aux États-Unis pendant la Grande Dépression. Il est né sous le nom de Dorothy Lucille Tipton en 1914 mais commença à vivre en tant qu'homme dans les années 1930. Il se maria cinq fois à des femmes et adopta trois garçons. Il eut une longue carrière comme musicien, puis dans ses vieux jours, comme artiste de divertissement. Hormis la famille dans laquelle il était né et jusqu'à sa mort en 1989, personne n'était au courant du fait qu'il était biologiquement de sexe féminin.
  • Willmer « Little Ax » Broadnax était chanteur principal dans divers quartets de gospel, plus particulièrement le Spirit of Memphis Quartet. Quand il mourut en 1994, on découvrit qu'il avait un corps féminin.
  • On dit d'Edward Hyde, troisième Comte de Clarendon, gouverneur colonial de New York et du New Jersey au début des années 1700, qu'il aimait se promener dans les rues habillé avec les vêtements de sa femme, mais cela est mis en doute[9].
  • Le comédien britannique Eddie Izzard affirme avoir pratiqué le travestissement toute sa vie. En scène et dans sa vie quotidienne, il s'habille parfois de façon masculine, parfois de façon féminine, mais jamais sans essayer de « passer » pour une femme. Il affirme que les hommes devraient avoir les mêmes « clothing rights » (droits de d'habiller) que les femmes.
  • Divine (1945-1988), comédien et chanteur travesti américain, surtout connu pour ses rôles dans les premiers films de John Waters, a souvent interprété des rôles de femme au cinéma.

Art et culture[modifier | modifier le code]

Note : Des références en photographie, arts du spectacle, arts plastiques, bande dessinée/manga et littérature sont listées dans la section Culture transgenre de l'article Transgenre, ainsi que la filmographie cinéma/télévision par ordre chronologique.

Littérature[modifier | modifier le code]

Le travestissement est le sujet de nombreuses œuvres littéraires et joue un rôle significatif dans la culture populaire. Des références au travestissement sont utilisées fréquemment pour donner un effet comique. Des événements populaires sont centrés sur le travestissement, tels que le Southern Decadence de La Nouvelle-Orléans, dans lequel les participants officiels au festival sont encadrés par les Grand Marshals (grands maréchaux), qui sont traditionnellement des hommes pratiquant le travestissement[10].

Les ballades comportent de nombreuses héroïnes pratiquant le travestissement. Alors que certaines (The Famous Flower of Serving-Men) ont simplement besoin de pouvoir se déplacer librement, d'autres le font dans le but explicite de suivre leur amant, comme dans Rose Red and the White Lily ou Child Waters (le fait d'être enceinte compliquant alors nettement leur déguisement).

Occasionnellement dans les ballades, les hommes se déguisent aussi en femmes, mais cela est non seulement plus rare mais aussi plus bref, car ils le font simplement pour éviter qu'un ennemi ne les reconnaisse, comme dans Brown Robin, The Duke of Athole's Nurse ou Robin Hood and the Bishop. Si on s'en réfère à Gude Wallace, William Wallace se déguisa une fois en femme pour éviter d'être capturé. Cela pourrait être basé sur des informations historiques.

Les contes de fées comportent bien moins de personnages pratiquant le travestissement, mais occasionnellement, une héroïne peut avoir besoin de la liberté de mouvement accordée aux hommes, comme dans le conte Allemand Les Douze Chasseurs, le Tale of the Hoodie écossais, le Joueur de luth russe ou Constance/ Constantin de l'italien Giovanni Francesco Straparola.

La classification Aarne-Thompson[11] évoque la fille travestie dans le conte-type 884A (« A Girl disguised as a Man is wooed by the Queen »). Ce conte-type a été repris au XVIIIe siècle par des auteurs comme Marie-Catherine d'Aulnoy (Belle Belle ou le Chevalier fortuné), Louis de Mailly (Constance sous le nom de Constantin) ou encore Marie-Jeanne L'Héritier de Villandon (Marmoisan ou l’Innocente Tromperie). Tous ces contes abordent la question de la place de la femme dans la société. Dans ces contes, la femme, contrairement au rôle auquel elle est traditionnellement tenue, s'émancipe[12].

Dans l'Orlando furioso de Ludovico Ariosto, Bradamante, une femme chevalier, porte une armure de plaques ; de la même façon, Britomart porte une armure dans la La Reine des fées d'Edmund Spenser. Que ce soit de manière intentionnelle ou non, ces armures les déguisent en hommes et elles sont prises pour telles par les autres personnages. Dans Orlando Furioso, Fiordespina tombe amoureuse de Bradamante ; son frère Ricciardetto se déguise en sa sœur (donc en femme), persuade Fiordespina qu'il est Bradamante, transformé magiquement en homme pour rendre leur amour possible et, dans son apparence féminine, vit une histoire d'amour avec elle.

Antérieurement, la littérature du Moyen-Age français proposait déjà quelques figures de travesties, dont la plus célèbre est Silence, dans le roman éponyme Le Roman de Silence de Heldrix de Cornouaille[13].

Dans Arcadia de la comtesse de Pembroke, sir Philip Sidney fait en sorte que l'un de ses héros, Pyrocles, se déguise en Amazone et se fasse appeler Zelmane, afin de pouvoir approcher Philoclea, que Sidney aime.

Lord Byron, dans son Don Juan, raconte que Don Juan se déguisa en femme dans un harem.

En littérature francophone, on peut citer L'Enfant de sable de Tahar ben Jelloun, 1985.

Dans Le Régiment monstrueux de Terry Pratchett, tout un régiment de femmes (de différentes origines) s'habillent en hommes pour entrer dans l'armée. C'est une satire du phénomène de travestissement durant la guerre.

Presse[modifier | modifier le code]

Marquis Magazine réserve dans chaque numéro une colonne au transsexuel Nicci Tristan.

Théâtre[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Emploi (théâtre).

William Shakespeare utilisa assez fréquemment des personnages féminins pratiquant le travestissement, qui prennent l'habit masculin afin de mener des actions difficiles pour une femme. Dans Le Marchand de Venise, Portia et sa servante s'habillent en hommes pour plaider à la cour en représentant le marchand, et leur ruse est une réussite ; dans la même pièce, la sœur de Shylock, Jessica, s'habille en homme afin de pouvoir s'enfuir avec son amant chrétien. La Nuit des rois traite beaucoup du travestissement à travers la protagoniste, Viola. Elle se déguise en Cesario, et se retrouve prise immédiatement dans un triangle amoureux. Elle aime le Duc Orsino, qui aime la Comtesse Olivia, qui aime Cesario. Heureusement, tout se résout quand le frère de Viola, Sebastian, qu'on croyait mort, revient. On voit Viola en tant que Viola dans une seule scène. Dans le reste de la pièce, on la voit en tant que Cesario. Quand Rosalind et Celia s'enfuient de la cour dans,Comme il vous plaira, Rosalind s'habille, pour les protéger, en homme. Toutefois, dans le but de compliquer encore la situatin pour obtenir un effet comique, Shakespeare fait que le personnage masculin de Rosalind s'habille lui-même en femme pour aider un ami à obtenir les faveurs de la fille dont il est épris. Dit autrement, il s'agit d'un homme (l'acteur) s'habillant en femme qui s'habille en homme qui s'habille en femme.

La pièce de David Henry Hwang, M. Butterfly (1988), est centrée sur l'histoire d'amour entre un diplomate français et un chanteur de l'opéra de Pékin qui joue du dan (旦) (des rôles féminins).

Dans la comédie musicale Rent, Angel est un exemple de drag queen actuelle.

Bien qu'il y ait un débat pour savoir si dans la comédie musicale, puis le film, Hedwig and the Angry Inch, Hedwige est transgenre ou pratique simplement le travestissement, ce personnage est un autre exemple de drag queen (la comédie musicale présente aussi un personnage masculin joué traditionnellement par une actrice, bien que le vrai sexe dudit personnage soit laissé volontairement ambigu).

  • Lucrèce Borgia Guillaume Gallienne est programmé dans le rôle de Lucrèce Borgia à la Comédie-Française du 24 mai au 20 juillet[14]

Acteurs[modifier | modifier le code]

  • Dans l'Angleterre de la Renaissance, il était interdit aux femmes d'exercer le métier d'actrices de théâtre. Les rôles féminins dans les pièces de Shakespeare et de ses contemporains étaient donc joués à l'origine par des garçons pratiquant le travestissement. Ainsi, les pièces de Shakespeare susmentionnées dans le présent article impliquent un double travestissement : des acteurs jouant des femmes se déguisant en hommes.
  • Tous les rôles du japonais sont traditionnellement joués par des acteurs masculins. Les acteurs jouant des rôles de femmes portent des costumes féminins et des masques portant ces traits.
  • Le théâtre japonais Kabuki commença au XVIIe siècle avec des troupes constituées exclusivement de femmes jouant à la fois des rôles masculins et féminins. En 1629, la disgrâce du Kabuki mena à l'interdiction des femmes sur les scènes. Toutefois, la popularité du Kabuki entraîna la formation de troupes composées exclusivement d'hommes pour préserver cette forme d'art théâtral. Dans le Kabuki, la représentation de femmes par des hommes est appelée onagata.
  • Dans la Chine ancienne, presque tous les personnages d'opéra chinois étaient joués par des hommes. Ainsi, tous les acteurs qui jouaient des rôles féminins pratiquaient le travestissement. Mei Lanfang est peut-être l'exemple le plus connu de tels acteurs.
  • Les Monty Python sont réputés pour leur pratique du travestissement à des fins comiques dans leurs productions télévisées et cinématographiques. La troupe s'habille le plus souvent dans ce cas en femmes vieilles et laides, que ses membres appellent "pepperpot" (pot de poivre). Bien que Terry Jones soit réputé surtout pour ses personnages féminins, tous les membres de la troupe ont au moins une fois pratiqué le drag dans un sketch ou un autre; Michael Palin et Eric Idle seraient ceux qui sembleraient les plus féminins, Graham Chapman se spécialisa plutôt dans les rôles d'ennuyeuses femmes au foyer, et John Cleese, dont la troupe affirmait qu'il est le plus hilarant en femme, apparait si peu féminin que ça en devient drôle. En France, on peut citer les Inconnus comme exemples d'acteurs comiques jouant des personnages féminins.
  • La Revue Takarazuka est une troupe de théâtre contemporaine composée exclusivement de femmes, connue pour ses spectacles musicaux très sophistiqués. Les actrices de Takarazuka se spécialisent dans les rôles d'un seul sexe, les actrices jouant les rôles d'hommes étant les mieux payées.
  • Dans la pantomime, les pièces, qui sont traditionnellement des adaptations de contes de fées et jouées entre Noël et l'Épiphanie, le rôle masculin principal était auparavant joué par un garçon principal - une jeune et jolie fille. Toutefois, cette pratique a disparu récemment à la suite de l'explosion de la télévision masculine et au fait que les popstars ont remplacé ce rôle dans leur imaginaire. Toutefois, le rôle des Dames en pantomime, des femmes d'âge moyen jouées par des hommes dans un but comique est encore l'un des principaux attraits de la pantomime.
  • Dans Star Wars, épisode IV : Un nouvel espoir, le chasseur de primes extra-tatooinien Greedo est interprété par une femme.
  • Lucrèce Borgia Guillaume Gallienne est programmé dans le rôle de Lucrèce Borgia à la Comédie-Française du 24 mai au 20 juillet[14]

Opéra[modifier | modifier le code]

Article détaillé : rôle travesti.

Il existe dans l'opéra des rôles spécifiques impliquant le travestissement. Ces rôles d'hommes sont joués par des femmes, le plus souvent des mezzo-sopranos, mais parfois aussi des sopranos. Certaines cantatrices se spécialisent dans ce genre de rôles.

L'une des principales justifications artistiques de l'existence de ces rôles travestis, « rôles en pantalons », est que certains scenarii impliquent de jeunes garçons, mais que l'on a besoin de la puissance vocale d'un adulte et de son expérience scénique en sus d'une voix aigüe de garçon. Ainsi, les femmes sont plus adaptées que les garçons pour jouer ce genre de rôles. On peut citer à titre d'exemple le rôle de Cherubino dans Les Noces de Figaro, et Hansel dans Hansel et Gretel. D'autres rôles de ce type ont été créés afin de donner l'impression qu'un personnage ne vient pas de ce monde (Orphée dans Orfeo ed Euridice) ou est efféminé (Le prince Idamanta dans Idomeneo). Dans certains cas, l'apparition d'un rôle de ce type est un simple prétexte pour avoir sur scène une jolie actrice habillée dans des pantalons très étroits mettant ses formes en valeur. À l'époque du Grand Opéra, les cantatrices portaient habituellement de volumineuses robes sur scène.

Fidelio, le seul opéra de Beethoven, est inhabituel dans ce sens, car il met en scène une femme se travestissant en homme dans l'histoire. Fidelio, en effet, parle d'une femme se déguisant en jeune homme afin de sortir son époux de prison.

Au début du XXe siècle, Richard Strauss a mis en place dans deux de ses opéras un tel rôle en tant que rôle principal : le compositeur dans Ariane à Naxos et Octavian dans Le Chevalier à la rose.

Cinéma / Télévision[15][modifier | modifier le code]

Cinéma
Documentaires / Courts métrages
Télévision

Animation[modifier | modifier le code]

  • Bugs Bunny pratique occasionnellement le travestissement, en général pour tromper l'un de ses adversaires. Sa transformation est en général si efficace que ces derniers (particulièrement Elmer Fudd, qui en général a essayé de le tuer quinze secondes auparavant) sont abasourdis par son charme féminin. Elmer Fudd et Daffy Duck pratiquent aussi le travestissement dans certains cartoons des Warner Brothers[17].
  • Genesis Climber Mospeada fut probablement le premier anime faisant intervenir un travesti habituel parmi les protagonistes. Yellow Belmont, un ex-soldat, pratique le travestissement afin d'éviter les représailles envers les soldats menées par les Invid et d'autres, et devient une pop-star. Beaucoup de personnes admirent Yellow sans se rendre compte que derrière la pop-star se cache un homme.
  • Utena la fillette révolutionnaire (en japonais 少女革命ウテナ Shōjo Kakumei Utena) est probablement l'un des exemples les plus communs d'animation japonaise traitant de travestissement. Le personnage principal, Utana Tenjou, pratique le travestissement car elle désire se faire passer pour un prince héroïque. Revolutionary Girl Utena est inspiré d'un autre anime, antérieur, Lady Oscar (ベルサイユのばら - Berusaiyu no bara) - dans lequel l'un des personnages principaux, commandant de la Garde Royale, est une femme appelée Oscar, qui a été éduquée en tant qu'un garçon par son père et porte constamment des vêtements masculins.
  • Dans Mes parrains sont magiques, Timmy Turner, Cosmo, le père de Timmy, et Denzel Q. Crocker pratiquent parfois le travestissement dans plusieurs épisodes.
  • James de la Team Rocket (Pokémon) se déguise fréquemment en femme. Sa partenaire Jessie, pratique plus occasionnellement le travestissement, mais environ deux fois moins que James. L'un des épisodes les plus notables dans lequel James se déguise est l'épisode censuré Beauty and the Beach dans lequel il se procure des seins gonflables afin de concourir dans un concours de beauté. Dans d'autres épisodes, le protagoniste Sacha Ketchum s'habille en femme.
  • Dans la série Naruto, Haku (Naruto), l'un des sbires de Zabuza s'habille en femme et a une voix féminine, mais est un homme. Ceci sème la confusion parmi les personnages comme parmi les spectateurs : est-ce un travesti ou une transsexuelle ?
  • Le long-métrage d'animation des studios Disney Robin des Bois (1973) inclut une séquence dans laquelle Robin et Petit Jean se déguisent en diseuses de bonne aventure afin de voler le trésor du Prince Jean tandis que ce dernier est distrait par les fausses prédictions de Robin. Petit Jean porte de gros faux seins, dans lesquels il cache son butin, et flirte avec l'un des gardes du Prince.
  • Sailor Moon inclut deux travestis : Zoicite dans l'épisode 36 de la première saison, et Fish-Eye dans la saison Super S (il ressemble à une femme, et préfère faire souffrir les hommes alors que ses partenaires, Tiger's-Eye et Hawk's-Eye préfèrent les filles, Tiger préférant les jeunes et Hawk les plus âgées). Toutefois, dans les doublages anglais de ces saisons, Zoicite et Fish-Eye deviennent des femmes.
  • Mulan traîte d'une jeune fille pratiquant le travestissement afin d'épargner la guerre à son père et de combattre à sa place.
  • Dans Bobobo-bo Bo-bobo, Don Patch et Bobobo pratiquent régulièrement le travestissement (par exemple dans l'épisode 29).
  • Dans I My Me! Strawberry Eggs, un anime japonais, un homme s'habille en femme avec l'aide de sa propriétaire afin d'obtenir un emploi dans une école de filles.
  • Dans High School! Kimengumi, encore un anime Japonais, les cinq personnages principaux pratiquent le travestissement régulièrement.
  • Dans Slayers, la plupart des personnages principaux masculins se travestissent afin de réaliser leurs plans.
  • Dans Ranma ½, le personnage Ranma Saotome est un garçon qui change de sexe quand il est arrosé d'eau chaude ou froide, ce à cause d'une malédiction chinoise. Cette particularité est l'un des éléments principaux de la série. Ainsi, il se retrouve régulièrement habillé avec des vêtements inadaptés à son sexe apparent. Toutefois, son identité de genre est clairement et très fortement masculine, et il ne fait aucun effort pour paraître féminin quand son corps s'y prêterait. Il porte en général des vêtements masculins, même avec un corps féminin. Un autre personnage de la série, Tsubasa Kurenai, présenté au début comme une lesbienne, s'avère être en fait un travesti hétérosexuel (travesti).
  • Dans Inu-Yasha, Jakotsu, l'un des membres de la Bande des Sept, est un homme, mais s'habille en femme afin de pouvoir flirter avec les garçons. Il déteste les femmes et est considéré comme homosexuel.
  • Dans Fruits Basket, Ritsu est un garçon, mais s'habille en fille. Il s'habille ainsi car il craint de ne pas satisfaire ses parents en tant qu'homme, et donc ressembler à une fille lui apporte un certain réconfort.
  • Dans Dual Parallel Trouble Adventures, Kasuki, le personnage principal, doit se déguiser en fille afin de pouvoir piloter le vaisseau que seules les femmes peuvent piloter, Harusime.
  • Dans un épisode des Aventures de Sonic, Sonic et Tails sont aspirés dans un conte de fées (Hansel et Gretel), Sonic jouant Hansel, Tails jouant Gretel et le Dr. Robotnik interprétant la sorcière. Environ une minute après avoir été aspiré, Tails remarque qu'il porte un attirail féminin. Sonic, qui a l'habitude de se déguiser dans cette série, pratique généralement le travestissement dans ce but.
  • Dans le dessin animé canadien Being Ian, Sandi s'habille en garçon, et se fait appeler Sammy Rocker afin de pouvoir participer à un tournoi de boxe. Plus tard, dans l'épisode Out-of-Focus Group, Ian prend la place de Vicki dans un concours de danse en se déguisant en femme.
  • Dans The Amazing Adrenalini Brothers, le court-métrage Cape of Majesty! présente Adi tombant sur la garde robe d'Elizabeth II et portant ses vêtements et une perruque.
  • Dans Happiness!, Jun Watarase, l'un des meilleurs amis du personnage principal, est un garçon pratiquant le travestissement (malgré son apparence féminine, c'en est un).
  • Dans Le Laboratoire de Dexter, Dee-Dee déguise parfois Dexter en fille. On peut par exemple évoquer l'épisode Remember Me? dans lequel Dexter, à la suite d'un accident, perd la mémoire, se faisant alors déguiser en fille par Dee-Dee.
  • Dans You're Under Arrest, Aoi Futaba était un homme se déguisant en femme dans le cadre de son travail pour l'escadron Anti-Chikan. Au fil du temps, ses manières sont devenues celles d'une femme, bien que les femmes de Bokuto Station le rejettent au début, elles finissent par l'accepter tel qu'il est.
  • Dans Gankutsuou, Peppi est un garçon se déguisant en fille qui réussit à tromper l'un des personnages principaux masculins, Albert, qui pense être tombé amoureuse d'elle.
  • Dans South Park, Eric Cartman s'habille assez souvent en fille pour obtenir ce qu'il désire. Par exemple, dans Freak Show, il se fait passer pour une fille hystérique afin de pouvoir passer au Maury Show. Butters Stotch pratique aussi le travestissement à l'occasion, bien moins fréquemment mais pour des périodes de temps généralement plus importantes.

Manga[modifier | modifier le code]

Dans le manga japonais Urusei yatsura (1978-1987), créé par Rumiko Takahashi et publié par Shogakukan, un personnage féminin appelé Ryuunosuke porte une chemise blanche arborant le caractère chinois « Homme » dans le dos, et un pantalon identiquement décoré, ainsi que tout un attirail masculin, ce à cause du fait que son père insiste lourdement sur le fait que son enfant est un garçon. Plus récemment, dans le manga japonais d'action Gunslinger Girl (2003), publié aux États-Unis par ADV, l'un des personnages féminins, ayant subi un lavage de cerveau pour la transformer en assassin, prend du plaisir à porter des costumes masculins et des cravates.

On peut aussi citer le manga comique No Bra traitant d'une jeune transsexuelle amoureuse du narrateur, qui, bien qu'amoureux, a peur d'elle.

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

  • Dans Final Fantasy V, Faris est la capitaine d'un équipage de pirates, qui s'habille et se présente en tant qu'homme.
  • Dans le premier jeu de la série des Art of Fighting, King, qui plus tard deviendra l'un des personnages principaux de ces jeux, s'habille en tant qu'homme pour cacher son genre réel, à cause d'une défaite honteuse qu'elle a subi dans un tournoi d'arts martiaux en se présentant en tant qu'homme. Il peut être révélé que King est une femme si le joueur l'élimine avec un coup spécial, déchirant ainsi as chemise. Plus tard, tout le monde a su que King était une femme, mais elle continue toujours à porter un attirail masculin.
  • Dans les Guilty Gear, Bridget est un garçon qui ressemble, est nommé et s'habille comme une fille, parce que le village dans lequel il est né croit que la naissance de jumeaux mâles apporte le malheur. Comme Bridget lui-même est membre d'une paire de jumeaux mâles, il s'est toujours présenté ainsi depuis son enfance.
  • Dans la série des Angelique, le personnage Olivie est toujours présenté comme une femme sophistiquée et classieuse, souvent revêtue de cosmétiques et d'ongles décorés.
  • Dans Tokimeki Memorial, Rei s'habille en homme et va à l'école en tant qu'homme. Son secret peut seulement être révélé dans sa fin amoureuse.
  • Dans StarTropics, Mike doit s'habiller en femme pour entrer dans un royaume exclusivement féminin.
  • Dans RuneScape, pour effectuer la Wanted Quest, si le personnage est un homme, il doit changer son genre. Le Prince Ali doit pratiquer le travestissement pour passer pour Lady Kali.
  • Dans Future Perfect quand Cortez et Harry Tipper doivent s'infiltrer dans un compound, Harry doit porter des vêtements féminins pour y entrer. Il fait un certain effet aux gardes, qui pensent qu'il est une femme malgré une moustache tout à fait apparente.
  • Dans Dead Rising on peut faire en sorte que Frank West, le personnage principal, s'habille en femme dans l'une des nombreuses boutiques de vêtements féminins rencontrées au cours du jeu.
  • Dans Crash Tag Team Racing, N.Gin demande à Crash de lui acheter une robe de danseuse ballerine pour qu'il puisse se sentir « chou », notamment pour augmenter son amour-propre mais aussi son caractère efféminé. N. Gin peut porter le tutu en tant que costume alternatif.

Internet[modifier | modifier le code]

Le fort développement de l'Internet et du Web a fourni aux personnes pratiquant le travestissement de nouvelles possibilités pour s'exprimer. De nombreux sites ciblent les hommes pratiquant le travestissement en proposant des robes, des chaussures et autres accessoires féminins dans des tailles adaptées à la morphologie masculine, en exploitant aussi l'angoisse de l'essai des vêtements de l'autre sexe dans les magasins. De plus, l'Internet fournit aux travestis un endroit où ils ne se mettent pas en danger pour partager des contacts, des photos et des histoires.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Lire, à ce sujet, l'article « lois somptuaires » au sujet des normes et lois vestimentaires en fonction de la classe sociale.
  2. a et b Rainbow Reader, Fort Wayne, Indiana
  3. Le magazine Transformation; des entrevues pour Rainbow Reader, Fort Wayne, Indiana
  4. www.pettipond.com
  5. Ce paragraphe est tiré de l’article « Gender at time's bend », publié dans le Gulf news du 25 juillet 2008, pages 4 et 5 de la section Weekend Review.
  6. L'article suscité mentionne le cas d'une femme devenue officier de l'armée albanaise.
  7. Inversion sexuelle
  8. Fabrice Virgili et Danièle Voldman, La Garçonne et l'Assassin : histoire de Louise et de Paul, déserteur travesti, dans le Paris des Années folles, Payot, 2011, 170 p.
  9. [1]
  10. Le site officiel du festival Southern Decadence
  11. AARNE Antti et THOMPSON Stith, The Types of the Folktale. Helsinki, 1973 (3ème éd.), p.301
  12. Lire à ce propos « La femme travestie dans les contes de fées »
  13. Michèle Perret, "Travesties et transsexuelles : Yde, Silence, Grisandole, Blanchandine", Romance Note (XXV, 3) 1985, pp.328-340
  14. a et b Lucrèce Borgia interprétée à la Comédie Française par Guillaume Gallienne[2]
  15. Note : La liste par ordre chronologique se trouve dans l'article Transgenre.
  16. Diffusion sur Artele 20 juin 2000.
  17. [3]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Fabrice Virgili et Danièle Voldman, La Garçonne et l'Assassin. Histoire de Louise et de Paul, déserteur travesti, dans le Paris des années folles,Paris, Payot, 2011 (ISBN 978-2-228-90650-0).
  • Rudolf M. Dekker, Lotte C. Van De Pol, Lotte C. Van De Pol, The Tradition of Female Transvestism in Early Modern Europe, 1989, ISBN 0-312-17334-2.
  • Peggy J. Rudd, Crossdressing With Dignity : The Case For Transcending Gender Lines, PM Publishers, Inc., 1999. ISBN 0-9626762-6-8.
  • Sylvie Steinberg, Le travestissement en France à l'époque moderne (XVIe ‑ XVIIIe siècles), ANRT, 1999
  • Charles Anders, The Lazy Crossdresser, Greenery Press, 2002. ISBN 1-890159-37-9.
  • Lacey Leigh, Out & About: The Emancipated Crossdresser, Double Star Press, 2002. ISBN 0-9716680-0-0.

Articles connexes[modifier | modifier le code]