Botswana

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

République du Botswana

Lefatshe la Botswana (tn)

Republic of Botswana (en)

Drapeau
Drapeau du Botswana.
Blason
Armoiries du Botswana.
Description de l'image  Botswana (orthographic projection).svg.
Devise nationale Que tombe la pluie (Bring on the rain)
Hymne national Fatshe leno la rona
(Que soit bénie cette noble terre)
Administration
Forme de l'État République
Président Seretse Ian Khama
Langues officielles tswana, anglais
Capitale Gaborone

24° 38′ S 25° 54′ E / -24.633, 25.9 ()

Géographie
Plus grande ville Gaborone
Superficie totale 581 726 km2
(classé 46e)
Superficie en eau 2,6 %
Fuseau horaire UTC +2
Histoire
Indépendance Du Royaume-Uni
Déclarée
Démographie
Gentilé Botswanais, Botswanaise
Population totale (2012) 2 098 018 hab.
(classé 145e)
Densité 3,6 hab./km2
Économie
Monnaie Pula (BWP​)
Divers
Code ISO 3166-1 BWA, BW​
Domaine Internet .bw
Indicatif téléphonique +267

Le Botswana, terme tswana signifiant « pays des Tswanas » du nom de l'ethnie principale, en forme longue la République du Botswana, en tswana Lefatshe la Botswana, est un pays d'Afrique australe sans accès à la mer, entouré de l'Afrique du Sud au sud et sud-est, de la Namibie à l'ouest, de la Zambie au nord et du Zimbabwe au nord-est. Les habitants s'appellent les Botswanais. Autrefois, le protectorat britannique était appelé Bechuanaland. Le Botswana adopta son nom après son indépendance à l'intérieur du Commonwealth le . Sa capitale est Gaborone. Son économie est, majoritairement liée à son voisin sud-africain, dominée par les services (43 % en part du PNB en 1999), les mines (48 %), les industries (4 %) et l'agriculture (5 %). Son taux de transparence est de 6,1 en 2011 (5,4 en 2007) sur une échelle de 10, faisant du Botswana le pays de très loin le moins corrompu du continent africain[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire du Botswana.

À la fin du XIXe siècle, les hostilités éclatent entre les Tswanas, habitant le Botswana, et les tribus Ndebele migrant sur ce territoire depuis le désert du Kalahari. Les tensions montent également d'un cran avec les colons Boers venant du Transvaal. Après les demandes d'assistance lancées par les dirigeants Botswana Khama III, Bathoen et Sebele, le gouvernement britannique met le Bechuanaland sous sa protection le . La partie nord de ce territoire passe sous administration directe en tant que protectorat du Bechuanaland, formant le Botswana actuel. La partie sud du territoire est intégrée à la colonie du Cap, et fait maintenant partie de la province nord-ouest de l'Afrique du Sud. La majorité des personnes parlant setswana vivent aujourd'hui en Afrique du Sud.

Lorsque l'Union de l'Afrique du Sud est formée en 1910, englobant les principales colonies britanniques de la région, le protectorat du Bechuanaland, le Basutoland (actuel Lesotho) et le Swaziland (les High Commission Territories) ne sont pas inclus, mais leur incorporation ultérieure est prévue. Toutefois, l'Empire britannique s'engage vaguement à consulter au préalable les habitants de ces territoires. Bien que les gouvernements successifs d'Afrique du Sud cherchent plusieurs fois à intégrer ces territoires, la Grande-Bretagne ne cesse de retarder sa décision, et cette intégration n'a finalement jamais eu lieu. En 1948, le National Party est élu au gouvernement, et il institue l'apartheid en Afrique du Sud, qui se retire de la communauté du Commonwealth of Nations en 1961, mettant ainsi fin à toute perspective d'intégration de ces territoires dans l'Afrique du Sud.

Une expansion de l'autorité centrale britannique et l'évolution du gouvernement tribal aboutissent à la création en 1920 de deux conseils consultatifs représentant les Africains et les Européens. Les proclamations de 1934 régularisent les lois et pouvoirs des tribus. Un conseil consultatif euro-africain est formé en 1951, et la constitution de 1961 crée un conseil consultatif législatif.

Carte du Botswana

En , la Grande-Bretagne accepte les propositions de création d'un gouvernement autonome élu démocratiquement au Botswana. En 1965, le siège du gouvernement est transféré depuis Mafikeng en Afrique du Sud, vers Gaborone nouvellement créée. La constitution de 1965 mène aux premières élections générales et à l'indépendance, le . Seretse Khama, un chef de file du mouvement pour l'indépendance, est élu premier président de la République du Botswana. Réélu à deux reprises, il meurt en fonction en 1980. La présidence est transmise au vice-président, Quett Masire, qui a été élu dans son propre droit en 1984 et réélu en 1989 et 1994. Masire a pris sa retraite de son poste en 1998. La présidence a été transmise au vice-président, Festus Mogae, qui remporte ensuite l'élection de 1999 et est réélu en 2004. Le président suivant est le lieutenant-général Seretse Khama Ian Khama qui entre en fonction 2008, en prévision des élections de 2009. Il est le fils du premier président du Botswana, et un ancien chef de l'armée du Botswana (BDF).

Politique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Politique au Botswana.

La politique du Botswana s'effectue dans le cadre d'une république, alliant un régime présidentiel à une démocratie représentative, dans lequel le président du Botswana est à la fois le chef de l'État et le chef du gouvernement. Le pouvoir exécutif est exercé par le gouvernement. Le pouvoir législatif est exercé par le gouvernement et le parlement du Botswana, mais le pouvoir judiciaire est indépendant de l'exécutif et du législatif. C'est également un système multipartite, dominé depuis l'indépendance par le Botswana Democratic Party.

Défense[modifier | modifier le code]

Au moment de l'indépendance, le Botswana n'a pas de force armée. À la suite des attaques en provenance de la Rhodésie (actuel Zimbabwe), le Botswana se dote d'une force armée, la Botswana Defence Force (BDF), en 1977. Le Président du Botswana en est le commandant en chef, et il désigne un conseil de défense. La BDF compte aujourd'hui près de 12 000 membres.

Le BDF est une force militaire capable et disciplinée. À la suite de l'évolution positive de la situation politique en Afrique du Sud et dans la région, les missions de la BDF sont de plus en plus centrées sur les activités de lutte anti-braconnage, la préparation aux catastrophes, et des opérations de maintien de la paix à l'étranger. Les États-Unis sont le plus gros contributeur étranger au développement de la BDF, et une grande partie de son corps des officiers a reçu une formation américaine.

Relations internationales[modifier | modifier le code]

Le Botswana met l'accent sur son intégration économique et politique en Afrique australe. Il cherche à faire de la Communauté de développement d’Afrique australe un outil de développement économique, et encourage les efforts permettant à la région d'assurer elle-même sa propre diplomatie préventive, de résoudre localement les conflits et assurer une bonne gouvernance. Le Botswana a accepté amicalement l'Afrique du Sud post-apartheid comme partenaire dans ces efforts. Le Botswana s'associe généralement au consensus africain sur la plupart des grandes questions internationales et est membre d'organisations internationales telles que les Nations unies, le Commonwealth of Nations et l'Union africaine (UA). Le Botswana est également membre de la Cour pénale internationale, avec un accord bilatéral d'immunité pour l'armée américaine (couvert par l'article 98 du Statut de Rome).

Subdivisions[modifier | modifier le code]

Districts du Botswana
Article détaillé : Districts du Botswana.

Le Botswana est partagé en 28 sous-districts réunis en 9 districts :

  1. Central
  2. Ghanzi
  3. Kgalagadi
  4. Kgatleng
  5. Kweneng
  6. Nord-Est
  7. Nord-Ouest
  8. Sud-Est
  9. Sud

Les principales villes sont Gaborone et Francistown, mais d'autres agglomérations de taille plus réduites existent : (dans l'ordre décroissant de population)

  1. Molepolole
  2. Selebi-Phikwe
  3. Maun
  4. Serowe
  5. Kanye
  6. Mahalapye
  7. Mochudi
  8. Mogoditshane
  9. Gabane
  10. Tutume
  11. Lobatse
  12. Molapowabojang
  13. Palapye
  14. Tlokweng
  15. Ramotswa
  16. Thamaga
  17. Moshupa
  18. Tonota
  19. Jwaneng
  20. Orapa
  21. Letlhakane
  22. Bobonong
  23. Orapa
  24. Shashe/Semotswane

Géographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Géographie du Botswana.
Vue aérienne du delta de l'Okavango

Le Botswana est majoritairement plat, formant un plateau vallonné. Le désert du Kalahari est situé dans le sud-ouest du pays. Il constitue un ensemble hostile de collines rocailleuses, de marais salants asséchés et de buissons épineux. Le bassin du fleuve Limpopo est le principal relief de l'ensemble de l'Afrique australe, et notamment du Botswana. Avec 581 730 km2, le Botswana est en termes de superficie, au 45e rang mondial (juste après l'Ukraine). À titre de comparaison, il est d'une taille équivalente à celle de Madagascar.

Le Botswana est dominé par le désert du Kalahari, qui couvre pratiquement 70 % de la surface terrestre du pays. Le delta de l'Okavango, dans le nord-ouest du pays, est le second plus grand delta intérieur du monde avec une superficie de 18 000 km2. Le pan de Makgadikgadi, un grand désert de sel, est situé dans le nord.

Le Botswana possède divers types d'habitat pour la faune sauvage, dont le delta de l'Okavango, le désert du Kalahari, la prairie et la savane.

Économie[modifier | modifier le code]

Botswana, 5 Pula représentant une feuille de mopane et un vers de mopane, 2007

Le Botswana pourrait facilement passer pour un modèle de réussite économique sur le continent africain. Il a bâti son avenir sur une administration démocratique, stable, compétente et peu corrompue (Transparency International le classe régulièrement comme le pays le moins corrompu d'Afrique), une gestion prudente et un sous-sol riche en diamants (dont il est le troisième producteur mondial) et en minéraux (cuivre, nickel), mais aussi en charbon et pétrole. Ce pays, qui lors de son indépendance en 1966 était l'un des vingt-cinq plus pauvres du monde, se classe désormais parmi les plus prospères du continent. Il s'agit du seul pays au monde qui a pu afficher, lors de la période 1970-2000, une croissance annuelle moyenne de près de 9 % ; il est en outre le seul pays avec le Cap-Vert en 2007 et les Maldives en 2011 ayant pu sortir du groupe des pays les moins avancés, en 1994[2].

Cette richesse théorique est cependant menacée par une trop grande dépendance de l'économie vis-à-vis du secteur minier, ainsi que par l'épidémie de SIDA qui sévit dans toutes les couches de la population (près d'un adulte sur trois serait infecté).

Démographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Démographie du Botswana.
Itseng Kgomotso, Miss Botswana 2008

La population du Botswana est estimée à 2 024 787 habitants d'après le recensement de 2011. Avec seulement 3 hab./km2, le Botswana est l'un des pays les moins densément peuplés du monde.A peu prés 20 pourcent de la population est touché par le VIH, mais la thérpaiegénie contre le virus n´ est pas encore appliquée.

Les statistiques ci-dessous proviennent de la CIA World Factbook, en 2013[3] :

  • Population : 2 127 825 habitants. 0-14 ans : 33,2 % ; 15-64 ans : 62,8 % ; + 65 ans : 4 %
  • Espérance de vie des hommes : 56,93 ans
  • Espérance de vie des femmes : 54,51 ans
  • Taux de croissance de la population : 1,5 % par an
  • Taux de natalité : 22,02 ‰
  • Taux de mortalité : 12 ‰
  • Taux de mortalité infantile : 10,5 ‰
  • Taux de fécondité : 2,41 enfants/femme
  • Taux de migration : 4,75 ‰

Religions[modifier | modifier le code]

Environ 71 % de la population est chrétienne tandis que 20 % n'a pas de religion.

Langues[modifier | modifier le code]

La langue officielle du Botswana est l'anglais. Le français est la seule langue étrangère proposée dans le système éducatif[4]. Le Tswana est la langue la plus répandue dans le pays. L'afrikaans y est aussi parlé par de petites communautés.

Culture[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Culture du Botswana.

Artisanat[modifier | modifier le code]

Dans la partie nord du Botswana, les femmes des villages de Etsha et Gumare sont connues pour leur aptitude à l'élaboration de paniers tressés à partir de la fibre de palmier Mokola (Hyphaene petersiana) et de colorants locaux. Les paniers sont généralement de trois types : de grands paniers avec couvercles utilisés pour le stockage, de grands paniers ouverts pour transporter des objets sur la tête ou pour vanner du grain battu, et de petites plaques de vannage pour grains pilés.

Dans la partie sud-est du Botswana, l'artisanat local s'exprime aussi au travers de la poterie de Thamaga[5] et des tissages du village d'Oodi.

Dans le désert du Kalahari, les plus anciennes peintures de cette région de l'Afrique furent l'œuvre des Khoisan (Kung San! / Bushmen) il y a environ vingt mille ans, et dépeignent la chasse, des animaux et des figures humaines.

Littérature[modifier | modifier le code]

Les paysages du Botswana ont inspiré de nombreux romans, et quelques écrivains l'habitant développèrent la littérature de ce pays.

Bessie Head est une célèbre écrivaine du Botswana. Elle a fui le régime de l'apartheid en Afrique du Sud pour vivre et écrire sur le Botswana. Elle y a vécu de 1964 (quand il était encore le protectorat du Bechuanaland) jusqu'à sa mort, à l'âge de 49 ans, en 1986. Elle a vécu à Serowe, et ses plus célèbres ouvrages, When Rain Clouds Gather, Maru, et A Question of Power y sont exposés.

Le Botswana sert de décor à une série de romans populaires et mystérieux d'Alexander McCall Smith. Le personnage principal, Precious Ramotswe, vit à Gaborone. Le premier roman de la série, The No. 1 Ladies' Detective Agency, est publié en 1998 en Grande-Bretagne (et en 2001 aux États-Unis). Ces romans sont appréciés pour leur intérêt humain et leur couleur locale. Un film a été tourné en Kgalewood, au pied du Kgale Kgale Hill, au Botswana.

Norman Rush, qui a servi en tant que directeur du Corps de la Paix au Botswana de 1978 à 1983, utilise ce pays comme décor pour l'ensemble de ses livres publiés, qui mettent généralement l'accent sur la communauté expatriée.

Unity Dow (née en 1959) est une juge, une activiste des droits de l'homme, et écrivaine du Botswana. Elle vient d'un milieu rural qui tend vers des valeurs traditionnelles africaines de la nature. Sa mère ne savait pas lire l'anglais, et la plupart des décisions sont prises par les hommes. Elle devint avocate et une grande partie de son enseignement se fait en Occident. Son éducation occidentale lui a valu un mélange de respect et de suspicion.

En tant qu'avocate, elle est principalement connue pour ses positions sur les droits des femmes. Elle s'est portée partie civile dans une affaire qui a permis aux enfants dont seule la mère est de nationalité Botswana d'obtenir également cette nationalité. La tradition et la loi avant cette affaire indiquaient que seuls les descendants de père Botswana obtenaient la nationalité. Plus tard, elle devint la première femme Botswana juge de la Haute Cour.

En tant que romancière, elle écrivit trois livres. Ces livres concernent le plus souvent les questions relatives à la lutte entre les valeurs traditionnelles et occidentales, et marquent également son intérêt pour les questions de genre et la pauvreté du pays.

L'auteur et historienne britannique Susan Williams écrivit un livre, The Triumph of Seretse Khama and His Nation, qui raconte l'histoire du mariage et des luttes de Sir Seretse Khama et Lady Ruth Williams Khama.

Sport[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Équipe du Botswana de football.

L'équipe du Botswana de football porte le surnom de "Zebras" (les zèbres en anglais). Au 21 décembre 2011, elle est classée 95e au classement de la Fifa.

Les "Zebras" se sont qualifiés pour la première fois de leur histoire à une coupe internationale de football en se qualifiant pour la Coupe d'Afrique des Nations, qui s'est déroulée au Gabon et en Guinée équatoriale du 21 janvier au 12 février 2012.

Miss Univers 1999[modifier | modifier le code]

Mpule Kwelagobe a été élue à Chaguaramas au Trinité-et-Tobago Miss Univers 1999 dans la nuit du devant plus d'un milliard de téléspectateurs. Ce fait a contribué à populariser le Botswana.

Jours fériés[modifier | modifier le code]

Fêtes et jours fériés
Date Nom français Nom local
1er janvier Jour de l'an Ngwaga o mosha
2 janvier
1er juillet Jour de Sir Seretse Khama
21 juillet Jour du président
22 juillet Jour du président
30 septembre Fête nationale Boipuso
25 décembre Noël Keresemose

Le premier lundi suivant Noël est également férié.

Éducation[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Éducation au Botswana.

L'éducation moderne a longtemps été assurée par les seuls ordres missionnaires catholiques.

Le Botswana a fait de grands progrès dans le développement de l'éducation depuis l'indépendance en 1966. À cette époque il y avait très peu de diplômés dans le pays, et seul un très faible pourcentage de la population parvenait jusqu'à l'école secondaire.

Avec la découverte de filons de diamants et l'augmentation du budget du gouvernement qui s'en est suivi, le Botswana a acquis les moyens financiers pour développer le domaine de l'éducation. Tous les étudiants sont garantis de bénéficier de dix ans d'éducation de base, conduisant à un certificat de qualification junior. Environ la moitié de la population scolaire participe à deux autres années de l'enseignement secondaire menant à l'attribution du Botswana General Certificate of Education (BGCSE). Après avoir quitté l'école, les élèves peuvent s'inscrire dans l'un des six collèges techniques du pays, ou de prendre des cours de formation professionnelle pour l'enseignement ou pour devenir infirmières par exemple. Les meilleurs élèves entrent à l'université du Botswana de Gaborone, une université moderne et bien équipée, avec une population étudiante dépassant les dix mille inscrits.

Les gains quantitatifs n'ont pas toujours été récompensés par un gain qualitatif. Les écoles primaires en particulier, manquent encore de ressources, et les enseignants sont moins bien rémunérés que leurs collègues du secondaire. Le gouvernement du Botswana espère qu'en investissant une large part de recettes nationales dans l'éducation, l'économie du pays deviendra moins dépendante des revenus du diamant, mais également moins dépendante des expatriés pour alimenter son marché du travail en travailleurs qualifiés.

En janvier 2006, le Botswana annonce la réintroduction des frais de scolarité après deux décennies d'éducation exclusivement financée par l'État[6]. Néanmoins, le gouvernement prévoit toujours d'accorder des bourses à tout étudiant de l'université du Botswana ou si la formation n'est pas assurée localement, comme les études de médecine, lorsqu'il doit étudier à l'étranger.

Divers[modifier | modifier le code]

Frontières terrestres: 4 013 km (Afrique du Sud 1 840 km; Namibie 1 360 km; Zimbabwe 813 km)
Littoral: km
Extrémités d'altitude: + 513 m > + 1 489 m
Indépendance: (ancien protectorat britannique)
Routes: 25 798 km (dont 8 410 km goudronnés) (en 2005)
Voies ferrées: 888 km (en 2006)
Voies navigables: km
Nombre d'aéroports: 85 (dont 11 avec des pistes goudronnées) (en 2007)

Codes[modifier | modifier le code]

Le Botswana a pour codes :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Classement du taux de transparence des pays du globe pour l'année 2011 : Transparency International Corruption Perception Index 2011
  2. [1], Botswana is the only country which graduated from the list of the LDCs in 1994
  3. https://www.cia.gov/library/publications/the-world-factbook/geos/bc.html
  4. La langue française dans le monde, Nathan, Paris, 2010, p. 121
  5. (fr) Marie Lory, Le Botswana, Karthala, Paris, 1995, p. 198 (ISBN 978-2-86537-529-5)
  6. bbc

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]