Double pénétration

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pénétration vaginale et anale simultanée (dessin).

La double pénétration est une pratique sexuelle où deux personnes pénètrent simultanément une troisième à l'aide de leurs phallus.

Technique[modifier | modifier le code]

Le terme désigne en général une pénétration vaginale et anale simultanée, mais existent également la double pénétration vaginale (ou DPV) où les deux phallus sont introduits dans le vagin de la femme et la double pénétration anale (ou DPA) où les deux phallus sont introduits dans le rectum. Il est préférable que les rythmes de pénétration des deux hommes soient identiques, en alternance, afin d'éviter une dilatation importante lors d'une pénétration synchrone[1]. Il s'agit pour Coralie Trinh Thi d'une pratique procurant des sensations extrêmes mais qui demande une grande habileté et expérience de la part des pénétrants[2]. Reposant sur une position acrobatique, elle exige également une bonne condition physique[1].

Historique et représentations[modifier | modifier le code]

Une représentation de double pénétration sur une lampe à huile romaine.
Une représentation du Kâmasûtra.

Des représentations de double pénétration sont connues sur des objets érotiques romains, ainsi que sur des représentations du Kâmasûtra.

C'est également une pratique répandue dans les films pornographiques. Dans ce cadre, une étude a montré qu'elle est perçue comme une pratique dégradante par 60 % des personnes interrogées[3]. De toutes les pratiques sexuelles montrées aux participants dans l'étude, c'est la deuxième pratique considérée comme la plus dégradante, après le cul à la bouche[4]. Elle est de plus perçue comme potentiellement douloureuse pour la femme qui semble être dans une position où elle ne peut pas bouger ni prendre d'initiatives[4]. En revanche, cette perception semble être plus liée à la façon dont elle est montrée et pratiquée dans les films pornographiques, qu'à la pratique elle-même[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Trinh Thi, p. 158.
  2. Trinh Thi, p. 157.
  3. Helena Barwick, p. 17.
  4. a et b Helena Barwick, p. 20.
  5. Helena Barwick, p. 20-21.

Sources[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :