Ovide

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article homophone, voir Ovid.

Ovide

Description de cette image, également commentée ci-après

Ovide, tel que représenté par le sculpteur Ettore Ferrari

Nom de naissance Publius Ovidius Naso en latin
Activités Poète
Naissance 20 mars 43 av. J.-C.
Sulmona
Décès 18 ap. J.-C.
Tomis
Langue d'écriture Latin
Adjectifs dérivés ovidien

Œuvres principales

Ovide, en latin Publius Ovidius Naso, né en 43 av. J.-C. à Sulmone (en italien Sulmona) dans le centre de l'Italie et mort en 17 ou 18 ap. J.-C., en exil à Tomis (l'actuelle Constanţa en Roumanie), est un poète latin qui vécut durant la période qui vit la naissance de l'Empire romain. Ses œuvres les plus connues sont l'Art d'aimer et les Métamorphoses.

Son surnom Naso lui vient de son nez proéminent. Il naît un an après l'assassinat de Jules César, est adolescent lorsque Auguste s'empare du pouvoir pour transformer la République en Empire, et meurt trois ans après ce premier empereur.

Biographie[modifier | modifier le code]

Des débuts prometteurs[modifier | modifier le code]

Ovide, représenté dans la Chronique de Nuremberg.

Issu d'une famille aisée appartenant à l'ordre équestre, Ovide est doté d'une grande fortune. Il étudie la rhétorique à Rome. À l'âge de dix-huit ans, son père lui permet d'aller voyager à Athènes, voyage qui le marquera et exercera une influence sur ses œuvres, notamment Les Métamorphoses. Après ce long voyage en Grèce, il entre dans la carrière judiciaire pour complaire à son père, siégeant parfois au tribunal des décemvirs où, selon son propre témoignage, il sait toujours « sans malversations décider de la fortune des accusés[1] » ; choisi comme arbitre de leurs contestations par des particuliers, il est de même loué par la partie déboutée pour son impartialité. Mais délaissant très tôt les carrières juridique et administrative, il est attiré par la poésie, sa véritable vocation ; artiste mondain, sensible et spirituel, il fréquente les poètes Horace, Tibulle et Properce, et inaugure sa carrière littéraire à vingt-quatre ans, avec les Amours (19 av. J.-C.) ; ce recueil d'élégies développe tous les thèmes érotiques en une sorte de roman d'amour autour d'une certaine Corinne, une hétaïre sous le pseudonyme de laquelle Ovide a dissimulé l'identité de son amante. Il connaît bientôt la célébrité grâce à trois autres recueils de poèmes, les Héroïdes, lettres fictives prêtées à des héroïnes de la mythologie, l'Art d'aimer (1 av. J.-C.) sur la théorie de la séduction, et les Remèdes à l'amour (2 apr. J.-C.). Cette inspiration, jusque-là d'un badinage grivois, change ensuite notablement d'orientation si l'on excepte l'épithalame consacré en 11 av. J.-C. aux noces de Paullus Fabius Maximus et une élégie sur la mort du grand orateur Marcus Valerius Messalla Corvinus[2]. Renonçant en grande partie aux distiques de sa poésie amoureuse, il adopte l'hexamètre dactylique dans un poème astronomique, les Phénomènes, où, au témoignage de Valerius Probus, il décrit la marche des astres sur le firmament, évoquant Persée et les Pléiades[3]. À partir de 3 apr. J.-C. il s'applique à un calendrier national, les Fastes, où il parcourt, mois par mois, le cycle annuel des fêtes religieuses romaines. Après l'âge de quarante ans, il abandonne la poésie érotique pour écrire les Métamorphoses, poème de 12 000 hexamètres dactyliques répartis en quinze livres et reprenant les récits de la mythologie grecque et romaine. Le lien qui unit ces œuvres, malgré le caractère apparemment disparate de leurs sujets, pourrait bien être la doctrine astrologique qu'Ovide professe en maints passages[4]de ses œuvres, et qui est le reflet de sa conversion aux croyances néopythagoriciennes.

Ovide avait perdu son père et sa mère ; sa famille se composait d'une fille prénommée Pérille[5] issue des secondes noces du poète et mariée au sénateur Cornelius Fidus ; elle résidait en Libye avec son époux et leurs enfants[6]. Par son troisième mariage avec Fabia, la sœur de Paullus Fabius Maximus, Ovide est entré dans une branche de l'aristocratie romaine apparentée à Jules César et à l'empereur Auguste lui-même[7], ce qui lui aurait permis, s'il l'avait voulu, de faire une brillante carrière dans les magistratures ; mais comme Asinius Pollion, comme le grand juriste Antistius Labéon ou Messala Corvinus, Ovide refusa d'être le complice d'un régime impérial abhorré qui avait fait disparaître toutes les libertés politiques et individuelles, en dédaignant les faveurs qui pouvaient lui être offertes. Il a cependant joui de l'amitié des plus hautes personnalités romaines de son temps. Parmi ses intimes les plus proches, on compte, outre Paullus Fabius Maximus chez qui il est souvent convié pour des dîners[8], le consul et sénateur Cotta Maximus, le préfet de la bibliothèque impériale d'Apollon, Hygin, et le petit-fils adoptif d'Auguste, Germanicus en personne.

La relégation à Tomis[modifier | modifier le code]

Les faits[modifier | modifier le code]

Au nord de Constanța (l'antique Tomis), l'île portant le nom d'Ovide conserve les ruines d'une villa romaine où l'on suppose que le poète a vécu et est mort.

À l'automne de l'an 8 ap. J.-C., sur un simple édit d'Auguste[9], Ovide est assigné à résidence en Scythie mineure, sur les bords du Pont-Euxin (aujourd'hui la mer Noire), à Tomis où vit une population composée de Gètes et de Grecs[10]. La promulgation d'un simple édit, sans autre forme de procès, permettait d'éviter tout débat judiciaire et de ne pas ébruiter l'affaire. Ovide n'est ni banni dans une île, ni déporté, il est relégué, relegatus : alors que la déportation entraînait la perte de la citoyenneté romaine et une confiscation totale des biens du condamné, la rélégation laissait à Ovide sa personnalité de citoyen, elle ne touchait pas à sa fortune et n'entamait pas sa liberté de poursuivre sa carrière d’écrivain et de communiquer avec sa femme et ses amis[11]. C'est avec ses biens et ses esclaves qu'Ovide arriva à Tomis au printemps de l'an 9 ap. J.-C. et c'est dans ce lieu éloigné de Rome, sur une île proche de la côte (mais qui se trouve aujourd'hui dans une lagune au nord de Constanţa) qu'il bâtit sa villa et qu'il passa les dernières années de sa vie. La relégation d'Ovide était temporaire, ad tempus, et non pas perpétuelle, et sur le motif de cette sanction, Ovide fut soumis à l'obligation du silence. Par le poète lui-même, nous savons que durant ces années d'exil, il apprit la langue des Gètes et des Sarmates[12], noua des relations avec le roi Cotys VIII de la Thrace voisine[13], et au lendemain de la mort d'Auguste, lut devant les Gètes réunis sur le forum de Tomis, le poème qu'il avait composé en leur langue à la gloire de l'empereur et reçut d'eux des marques d'enthousiasme[14]. Il écrivit à Tomes ses ultimes vers, les Tristes et les Pontiques, qui contiennent des confidences pleines de mélancolie où s'expriment sa nostalgie, sa douleur et sa détresse d'exilé. Mais à partir de la relégation, aucune de ses œuvres n'entra plus dans les bibliothèques publiques[15]. Ovide tenta en vain de revenir à Rome. Il écrivit pour son amusement un traité sur la Pêche dont la tradition nous a transmis 136 vers, un pamphlet intitulé Ibis, où il couvre de malédictions l'infidélité d'un faux ami, ainsi que quelques descriptions des Thraces vivant autour de Tomis. Après sa mort, malgré son souhait, sa famille ne put rapatrier son corps et il fut, selon toute vraisemblance, enseveli à Tomis ; on n'a néanmoins trouvé aucune tombe dans l'île qui porte son nom, mais il est vrai que la surface de cette île a diminué en raison de l'érosion depuis l'époque où une villa romaine s'y trouvait, il y a deux mille ans.

Les hypothèses[modifier | modifier le code]

Sur les motifs qui expliquent cette relégation, diverses hypothèses ont été émises. De son propre aveu, Ovide fut condamné sous deux chefs d'accusation distincts : « Deux chefs d'accusation ont causé ma perte, mon poème et une erreur[16]. » Le poème (carmen) qui lui valut la sévérité de l'empereur, c'est L'Art d'aimer[17]. Ce recueil de poèmes avait entaché la réputation d'Ovide et fait de lui un « professeur de l'obscène adultère », comme il l'écrit lui-même : « Arguor obsceni doctor adulterii[18] » ; or, au même moment, Auguste se faisait le restaurateur de la moralité, et les Romains étaient contraints de vivre dans une atmosphère de conformisme et de bigoterie, comme en témoigne la promulgation des Lois Iuliae[19]. Sur l'erreur qui lui fut fatale, Ovide a affirmé n'avoir été qu'un spectateur :

« Je n'ai rien dit, ma langue n'a proféré nul outrage ; des mots coupables ne m'ont pas échappé dans les fumées du vin : c'est uniquement parce que mes regards, sans le savoir d'avance, ont vu un crime, que je suis frappé. Ma faute est d'avoir eu des yeux »

— Tristes, III, 5, 47-50.

Gaston Boissier, dans son étude consacrée à l'exil d'Ovide, a supposé qu'une relation amoureuse entre la fille d'Auguste — Julie — et le poète aurait déplu à l'empereur. Mais la chronologie s'oppose absolument à cette hypothèse : depuis qu'Auguste avait découvert les déportements de sa fille, c'est-à-dire entre 5 et 2 av. J.-C.[20], il la fit surveiller étroitement, l'exila sur l’île de Pandataria puis à partir de 5 ap. J.-C., à Rhegium de Calabre où nul ne pouvait l'approcher, et il est impossible qu’une intrigue ait pu alors se nouer entre Ovide et elle[21]. De nombreuses hypothèses ont encore été avancées, les unes hautement improbables[22], les autres mettant en cause Julia[23] ou encore imaginant Ovide dans quelque cérémonie consacrée au culte de la déesse égyptienne Isis ou de la Bonne Déesse[24].
Les deux hypothèses les plus solidement étayées à la fois sur des faits précis, sur les textes d'Ovide et sur des indices concordants sont celles du grand érudit et helléniste Salomon Reinach[25] et de Jérôme Carcopino. Ces deux hypothèses reposent sur le constat que le catalogue juridique des Romains détaillant les chefs d'accusation pour relégation ad tempus ne permet de retenir, dans le cas d'Ovide, que la pratique de l'art divinatoire des astrologues et mathématiciens adeptes du néopythagorisme. Et justement, en fidèle admirateur de Pythagore[26], Ovide avoue avoir pratiqué la divination[27] : or, la divination était illégale, elle usurpait une des prérogatives essentielles de l'empereur, et César comme Auguste ont sévi avec la dernière sévérité contre les néopythagoriciens et leurs pratiques divinatoires. La culpabilité d'Ovide aurait pu être aggravée du fait que cette séance de mantique se serait déroulée dans sa propre maison, ce qui explique que le poète ait pu être dénoncé par « le sacrilège de ses camarades et la trahison de ses serviteurs », comme il l'écrit lui-même[28]. Jérôme Carcopino a émis l'hypothèse que la question posée dans cette séance de divination a peut-être concerné l’éventualité de la mort de l'empereur, ou bien l'éventualité d'une victoire de Germanicus[29]. Dans l'une et l’autre de ces hypothèses, la séance de divination néopythagoricienne était doublement attentatoire à la puissance d'Auguste qui était fondé à y voir une révolte larvée ; celui-ci ne manquera d'ailleurs pas dès l'année suivante, en 9 ap. J.-C., d'interdire sévèrement la divination privée[30].

Genres littéraires pratiqués[modifier | modifier le code]

Ovide. Fresque de Luca Signorelli, chapelle Saint-Brice, cathédrale d'Orvieto, XVe siècle.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Ovide comparant l'univers à un œuf, enluminure pour Les Métamorphoses, Flandre, XVe siècle.

Consulter la liste des éditions des œuvres de cet auteur liste des éditions

Postérité[modifier | modifier le code]

Les œuvres d'Ovide ont continué à être lues bien après sa mort. Au Moyen Âge, ses textes exercent une forte influence sur les auteurs de poésie et de romans. Des critiques pour évoquer cette influence n'ont pas hésité à qualifier les XIIIe siècle et XIVe siècle d'âge d'Ovide (aetas Ovidiana). Cette prégnance sur la littérature médiévale commence dès la période carolingienne et se poursuit jusqu'à la Renaissance[31].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ovide, Tristes, II, vers 93-96.
  2. Carcopino 1963, p. 61-62.
  3. Carcopino 1963, p. 65-67 .
  4. Ovide, Fastes, I, 295 à 307.
  5. Louis Gabriel Michaud, Biographie universelle, ancienne et moderne, 1822, p. 290-291 Lire en ligne.
  6. Carcopino 1963, p. 162.
  7. Carcopino 1963, p. 83 et 134-136.
  8. Ovide, Pontiques, I, 2, 132-135.
  9. Ovide, Tristes, II, 131-135.
  10. Ovide, Tristes, V, 7, 11.
  11. Carcopino 1963, p. 95 à 102.
  12. Ovide, Tristes, V, 12, 58 ; Pontiques, III, 2, 40 et IV, 13, 19-25.
  13. Ovide, Pontiques, II, 9.
  14. Ovide, Pontiques, IV, 13, 35-36.
  15. Ovide, Tristes, III, 1, 65 ; Pontiques, I, 1, 5.
  16. « Perdiderint cum me duo crimina, carmen et error. » Ovide, Tristes, II, 207.
  17. Ovide, Tristes, V 12, 48 et I, 1, 68.
  18. « On m'accuse d'être un professeur de l'obscène adultère. » Ovide, Tristes, II, 212
  19. Carcopino 1963, p. 81 à 88.
  20. En 2 av. J.-C. l'amant de Julia fut contraint à la mort.
  21. Carcopino 1963, p. 117-119.
  22. On a ainsi avancé qu'Ovide aurait surpris un jour Auguste dans une relation équivoque avec le jeune Heinsius, mais cette hypothèse ne repose sur aucun indice sérieux et paraît hautement fantaisiste. Voir Les Tristes d'Ovide, mises en français par l'abbé Lezeau avec le soutien de l'abbé Bignon académicien, À Bruxelles, 1761, p. VI (préface).
  23. Carcopino 1963, p. 119 à 122.
  24. Léon Herrmann, La faute secrète d'Ovide, dans la Revue de philosophie et d'histoire, XVII, p. 695 et suiv.
  25. Salomon Reinach, Mythes, cultes et religions, Paris, 1912, IV, p. 69-79 (réédition de l'article paru dans la Revue de philologie, 1910, p. 342-349.)
  26. Ovide l’évoque par des périphrases, selon l'usage de ses disciples qui ne nommaient jamais le Maître par son nom : Métamorphoses, XV, 60 et suiv. ; Tristes, III, 3, 59-63.
  27. « Jadis mon cœur ne cherchait pas à prophétiser l'avenir, je souhaitais pouvoir vivre une vieillesse paisible ; mais le destin ne l'a pas voulu. » (Tristes, IV, 8, 29-31) ; voir aussi les Pontiques, III, 4, 113-114 : « Dieux dont les prémonitions m'enjoignent d'annoncer l'avenir, approuvez, je vous en prie, mes prédictions. »
  28. Ovide, Tristes, IV, 10, 101.
  29. Carcopino 1963, p. 155 à 160.
  30. Carcopino 1963, p. 166-167.
  31. (en) Roberta L. Krueger, « Philomena : Brutal Transitions and Courtly Transformations in Chretien's Old French Translation », dans Norris J. Lacy et Joan Tasker Grimbert, A Companion to Chretien de Troyes, Cambridge, D. S. Brewer,‎ 2008 (lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Traduction française seule[modifier | modifier le code]

Texte latin seul[modifier | modifier le code]

Texte latin et traduction française[modifier | modifier le code]

Traduction juxtalinéaire du livre I des métamorphoses d'Ovide

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Vintila Horia , Dieu est né en exil -Journal d'Ovide à Tomes-, roman, 1960
  • Jérôme Carcopino, Rencontres de l'Histoire et de la littérature romaines, Flammarion,‎ 1963, p. 59 à 170 : L'exil d'Ovide, poète néopythagoricien
  • Xavier Darcos, Ovide et la mort, Paris, Presses Universitaires de France,‎ 2009 (ISBN 978-2130578185)
  • Jean-Marc Frécaut, L'esprit et l'humour chez Ovide, Presses universitaires de Grenoble,‎ 1972 (ISBN 978-2706100031)
  • Christoph Ransmayr, Le Dernier des mondes, traduit par Jean-Pierre Lefebvre, Flammarion/P.O.L, 1989 (ISBN 9782080663368) (premières pages, en PDF : [1])
  • Jean-Yves Maleuvre, Jeux de masques dans l'élégie latine : Tibulle, Properce, Ovide, Peeters, coll. « Collection d'Études Classiques »,‎ 1998 (ISBN 978-9042900158)
  • Jean-Yves Maleuvre, La mort de Virgile d'après Horace et Ovide, Paris, Touzot,‎ 1998, 2e éd. (ISBN 978-2864330455)
  • (en) Barbara Weiden Boyd, Brill's Companion to Ovid, Leiden-Boston-Köln, Brill,‎ 2002 (ISBN 978-9004121560)
  • Ian Monk, Le voyage d'Ovide, Illkirch, Le Verger éditeur,‎ 2002 (ISBN 2-84574-015-8)
  • (en) Brooks Otis, Ovid As An Epic Poet, Cambridge, Cambridge University Press,‎ 2010, 2e éd. (ISBN 978-0521143172)

Articles[modifier | modifier le code]