Otto Gross

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gross.

Otto Gross

Description de cette image, également commentée ci-après

Otto Gross en 1919

Biographie
Naissance 17 mars 1877
Gniebing en Styrie (Autriche)
Décès 13 février 1920 (à 42 ans)
Berlin
Nationalité Autrichien Flag of Austria-Hungary (1869-1918).svg - Drapeau : Autriche
Thématique
Formation Médecine
Travaux Psychanalyse-Neuropsychiatrie

Otto Hans Adolf Gross, né le 17 mars 1877 à Gniebing en Styrie et mort le 13 février 1920 à Berlin, est un médecin autrichien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Otto Gross est le fils de Hans Gustav Adolf Gross (1847-1915), magistrat autrichien influent, qui est l'un des pères de la criminologie. Il reçoit une éducation très rigoriste dans une famille aristocratique et fortunée, sous l'égide d'un père très autoritaire. Il est éduqué essentiellement par des précepteurs et dans des écoles privées.

À 22 ans, il obtient son doctorat le 22 décembre 1899 à Graz et s'engage en 1901 comme médecin dans la compagnie maritime hambourgeoise Kosmos. À la suite d'un voyage en Amérique du Sud, il devient toxicomane. À son retour, il travaille à Graz sous la direction du neurologue et psychiatre Gabriel Anton. Il s'oriente vers la psychiatrie, exerçant dans les cliniques de neuropsychiatrie de Munich et de Graz. Il se tourne vers des recherches psychosexuelles.

Psychanalyse[modifier | modifier le code]

Devant subir plusieurs cures de désintoxication, il fait des séjours au Burghölzli près de Zürich dès 1902. En 1903 il épouse Frieda Schloffer. C'est alors qu'il rencontre en 1904 Sigmund Freud, et adhère à la pratique psychanalytique. Il devient durant quelques années un disciple enthousiaste et remarqué par Freud bien qu'il interprète la psychanalyse en la liant notamment aux théories organicistes de Carl Wernicke.

Bohème et anarchisme[modifier | modifier le code]

En 1906, Otto et Frieda Gross s'installent à Munich où Otto devient l'assistant d'Emil Kraepelin. Le couple fréquente la bohème intellectuelle et anarchiste de Schwabing au sein de laquelle Gross rencontre l'anarchiste Erich Mühsam - qu'il influencera dans sa conception d'une révolution réunissant les classes « criminelles » de la société - et découvre les travaux de Johann Jakob Bachofen sur le matriarcat, qui l'inspire fortement. La même année, il obtient une chaire de psychopathologie à la faculté de médecine de Graz et, l'année suivante, a deux enfants de deux femmes différentes - Frieda Gross et Else Jaffé-von Richthofen, future amante de Max Weber - qu'il prénomme chacun Peter[1]. Il démissionne en 1908, sombrant progressivement dans la marginalité sociale, la toxicomanie et la révolte. Carl Gustav Jung le traite lors de sa seconde cure en mai-juin 1908[2], notamment par une psychanalyse de deux semaines qui se termine par une fugue de Gross de l'hôpital psychiatrique. Jung lui diagnostique une démence précoce.

Le mouvement de réforme de la vie Lebensreform[modifier | modifier le code]

Depuis 1905, Otto Gross fréquente la colonie Monte Verità à Ascona, en Suisse, haut lieu du Lebensreform[3]. Au cours de différents séjours entre 1905 et 1911, il entend y promouvoir une forme d'utopie féministe matriarcale dans laquelle la femme est centre de tout, prônant une forme de liberté de mœurs et de polygamie volontaire en compagnie de plusieurs femmes de l’intelligentsia allemande ou du mouvement anarchiste qui fait évoquer à Marianne Weber une forme de « communisme sexuel ». Frieda von Richthofen, sœur d'Else, qui compte également parmi les maitresses d'Otto Gross, fait découvrir les théories de la psychanalyse révolutionnaire à son mari D.H Lawrence. A Ascona, Gross exerce une influence importante sur les artistes expressionnistes comme Karl Otten et Franz Werfel ainsi que sur les anarchistes et les penseurs radicaux. C'est à Monte Verità en 1906 qu'il aide au suicide de son amie et patiente Lotte Hatemmer en lui procurant du poison et n'échappe aux poursuites que grâce à sa soumission à un traitement psychiatrique imposé par son père[4]. Cette première analyse sous la direction de Carl Gustav Jung au Burghölzl est un échec. En 1908, il a une fille - Camilla - de sa relation avec l'écrivain suisse Regina Ullmann.

Durant l'été 1910, il s'y installe avec la peintre Sophie Benz qui se suicide en sa présence l'année suivante, ce qui le plonge dans un profond désarroi et le conduit à un traitement psychiatrique pendant plus de six mois. Frieda vit quant à elle à Ascona à partir de 1911 avec le peintre anarchiste Ernst Frick avec lequel elle aura trois filles.

Franz Jung[modifier | modifier le code]

Poursuivi par la police de plusieurs pays pour son activisme anarchiste et les soupçons de son implication dans les morts de Lotte Hatemmer et de Sophie Benz, il est de retour à Berlin où il fréquente assidument le jeune écrivain anarchiste Franz Jung avec lequel il fonde la revue Sigyn, publication qui a pour ambition de proposer « les bases d’une psychologie individuelle comme ébauche d’un changement radical d’une société aux prises avec des problèmes de culture et d’économie » [5] et où se reflète sa pensée anarchiste. Au-delà de Franz Jung, il exerce une influence considérable sur des artistes tels que Raoul Hausmann, Hannah Höch et ceux qui créeront le Dadaïsme berlinois.

Il est arrêté au domicile de Jung par les forces de l'ordre en novembre 1913, sur intervention de son père qui veut l'éloigner de ses fréquentations anarchistes et révolutionnaires. Remis aux autorités autrichiennes, il est interné « comme anarchiste mentalement dérangé »[6] dans un établissement psychiatrique à Tulln où il est déclaré irresponsable, son père obtenant sa mise sous tutelle[7]. A l'instigation de son ami Franz Jung, un mouvement de solidarité de l'intelligentsia engagée de l'époque - réunissant entre autres Blaise Cendrars, Simon Guttmann, Ludwig Rubiner, René Schickele, Guillaume Apollinaire et certains expressionnistes - mène une campagne de presse contre Hanns Gross pour obtenir la libération de son fils, présenté comme l'un des plus éminent psychologue dont les travaux sont ceux d'un esprit contemporain remarquable. Blaise Cendrars s'inspirera par ailleurs d'Otto Gross pour son personnage de Moravagine.

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Toujours sous curatelle de son père pour cause d'aliénation, Otto est ensuite transféré dans une institution psychiatrique de Silésie en 1914 mais peut néanmoins travailler à la clinique comme assistant médecin. En juillet 1914, il suit une thérapie avec Wilhelm Stekel à Bad Ischl. La Première Guerre mondiale permet à Otto Gross de reprendre des activités de médecin, s’enrôlant comme bénévole dans l’armée allemande et travaillant dans divers hôpitaux en Gallicie, à Vienne, en Slavonie, en Roumanie et dans le Banat.

À la suite de la disparition de la figure tutélaire de son père[8], en 1915, affaibli par la drogue, Otto Gross périclite progressivement. Il entame néanmoins une relation avec Marianne Kuh, sœur de l'écrivain Anton Kuh, avec laquelle il a une fille, Sophie. Il envisage d'épouser Marianne alors qu'il a également des liaisons avec ses deux soeurs. En 1916, il est à nouveau interné pendant six mois pour toxicomanie à Temesvar, en Roumanie, avant d'être confié à un établissement psychiatrique à Steinhoff, près de Vienne, en 1917. Sa curatelle pour aliénation est levée et transformée en curatelle limitée pour toxicomanie et il se rend à Prague où il fréquente les cercles de Franz Kafka, Max Brod et Franz Werfel.

Dernières années[modifier | modifier le code]

À la fin de la guerre, il vit à Münich et à Vienne en compagnie de sa mère puis Gross est hébergé chez Franz Jung et son épouse à Berlin et rédige une autoanalyse qui paraîtra dans son livre Du besoin sexuel à la catastrophe sociale[9].

Miné par les souvenirs de son enfance et de la relation conflictuelle avec son père, Gross s'isole progressivement de ses amis, se brouille avec les Jung dont il quitte le domicile et il sombre dans la marginalité.

Fatigué et moralement ruiné, victime de sa toxicomanie et d'une malnutrition causée par un trop strict régime végétarien, il contracte une pneumonie au début de l'année 1920. Hospitalisé, il meurt le 13 février. Un infirmier rapporte que « le docteur en médecine Otto Gross, âgé de 42 ans et de religion mosaïque, est décédé à 5 heures du matin. Il a couché durant la nuit dernière dans un passage inutilisé conduisant à un entrepôt. Une pneumonie, aggravée par la sous-alimentation, ne pouvait plus être traitée »[10].

Lui rendant hommage dans la revue Sowjet en mai 1920, Otto Kaus écrit : « Les meilleurs esprits révolutionnaires d'Allemagne ont été éduqués et directement inspirés par lui. Dans beaucoup de créations de la jeune génération on trouve la marque de ses idées avec la passion spécifiques et les conséquences lointaines qu'il a su inspirer »[11].

Sa place dans l'histoire de la psychanalyse[modifier | modifier le code]

D'abord propagandiste des idées de Freud, Otto Gross fut remarqué de ce dernier pour son enthousiasme. Mais devant le tour trop original et révolutionnaire que prenaient ses positions, Freud finit par désavouer Gross en le jugeant hérétique et dangereux pour le développement de la psychanalyse[12].

Mais Otto Gross voulut aller plus loin et construisit des théories psychanalytiques auxquelles il mêla ses convictions philosophiques pour prôner la liberté sexuelle, ce qui lui valut la réprobation de Freud. Ceci est d'autant plus remarquable qu'au début de son engouement pour la psychanalyse et probablement sous l'influence de C. G. Jung, il déniait à la sexualité le rôle central que Freud lui accordait dans la formation des névroses.

Avec Wilhelm Reich, Otto Gross est un des théoriciens fondateurs de la libération sexuelle, mais après sa mort, il fut un des grands oubliés de l'histoire de la psychanalyse. Ses théories révolutionnaires en psychanalyse sont fondatrices du freudo-marxisme.

Vincent Cassel interprète son personnage dans le film de David Cronenberg A Dangerous Method (2011).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

En allemand (par ordre chronologique)[modifier | modifier le code]

  • « Zu den cardiorenalen Theorien » Wiener klinische Wochenschrift Bd. 14. 1901, Nr. 2, S. 47-48
  • Compendium der Pharmako-Therapie für Polikliniker und junge Ärzte, Leipzig: Vogel 1901
  • « Zur Frage der socialen Hemmungsvorstellungen » Archiv für Kriminal-Anthropologie und Kriminalistik Bd. 7. 1901, Nr. 1/2, S. 123-131
  • « Über Vorstellungszerfall » Monatsschrift für Psychiatrie und Neurologie Bd. 11. 1902, S. 205-212
  • « Zur Phyllogenese der Ethik » Archiv für Kriminal-Anthropologie und Kriminalistik Bd. 9. 1902, S.101-103
  • Die cerebrale Sekundärfunction, Leipzig: Vogel 1902
  • « Die Affektlage der Ablehnung » Monatsschrift für Psychiatrie und Neurologie Bd. 12. 1902, S. 359-370
  • « Beitrag zur Pathologie des Negativismus » Psychiatrisch-neurologische Wochenschrift Bd. 26. 1903, S. 269-273
  • « Ueber die Pathogenese des spezifischen Wahns bei Paralytikern » Neurologisches Zentralblatt Bd. 17. 1903, S. 843-844
  • « Ein Todesfall infolge von latentem Aneurysma arteriae vertebralis » Wiener klinische Wochenschrift Bd. 17. 1904, S. 105-107
  • « Über Bewusstseinszerfall » Monatsschrift für Psychiatrie und Neurologie Bd. 15. 1904, S. 45-51
  • « Zur Biologie des Sprachapparates » Allgemeine Zeitschrift für Psychiatrie und ihre Grenzgebiete Bd. 61. 1904, S. 795-835
  • « Zur Differentialdiagnostik negativistischer Phänomene » Psychiatrisch-neurologische Wochenschrift Bd. 37. 1904, S. 354-353, 357-363
  • « Zur Nomenclatur "Dementia sejunctiva" » Neurologisches Zentralblatt Bd. 23. 1904, S. 1144-1146
  • Das Freud'sche Ideogenitätsmoment und seine Bedeutung im manisch-depressiven Irresein Kraepelins, Leipzig: Vogel 1907
  • « Die cerebrale Sekundärfunktion » Compte rendu des travaux du 1er Congrès International du Psychiatrie, de Neurologie, de Psychologie et de l'Alliance des aliénés tenu à Amsterdam du 2 au 7 septembre 1907. Amsterdam : Bussy 1908, S. 593-597
  • « Diskussionsbeiträge » Compte rendu des travaux du 1er Congrès international du Psychiatrie, de Neurologie, de Psychologie et de l'Alliance des aliénés tenu à Amsterdam du 2 au 7 septembre 1907. Amsterdam: Bussy 1908, S. 298, 598-599
  • « Elterngewalt » Die Zukunft Bd. 65. 1908, S. 78-80
  • Über psychopathische Minderwertigkeiten, Wien & Leipzig: Braumüller 1909
  • « Zur Überwindung der kulturellen Krise » Die Aktion Bd. 3. 1913, Sp. 384-387
  • « Sigyn » (mit Franz Jung) Die Aktion Bd. 3. 1913, Sp. 439
  • « Ludwig Rubiner's "Psychoanalyse" » Die Aktion Bd. 3. 1913, Sp. 506-507
  • « Die Psychoanalyse oder wir Kliniker » Die Aktion Bd. 3. 1913, Sp. 632-634
  • « Die Einwirkung der Allgemeinheit auf das Individuum » Die Aktion Bd. 3. 1913, Sp. 1091-1095
  • « Anmerkungen zu einer neuen Ethik » Die Aktion Bd. 3. 1913, Sp. 1141-1143
  • « Notiz über Beziehungen ». Die Aktion Bd. 3. 1913, Sp. 1180-1181
  • « Der Fall Otto Gross. Brief an Maximilian Harden » Die Zukunft Bd. 86. 1914, S. 304-306
  • « Über Destruktionssymbolik » Zentralblatt für Psychoanalyse und Psychotherapie Bd. 4. 1914, S. 525-534
  • « Beitrag zur Kasuistik posttyphöser Systemaffektionen » Wiener klinische Wochenschrift Bd. 28. 1915, S. 1429-1430
  • « Bemerkung » (mit Franz Jung) Die freie Straße Bd. 4. 1916. S. 2
  • « Vom Konflikt des Eigenen und Fremden » Die freie Straße Bd. 4. 1916. S. 3-5
  • « Die kommunistische Grundidee in der Paradiessymbolik » Sowjet Bd. 1. 1919, S. 12-27
  • « Orientierung der Geistigen » Sowjet Bd. 1. 1919, S. 1-5
  • « Protest und Moral im Unbewußten » Die Erde Bd. 1. 1919, S. 681-685
  • « Zum Problem: Parlamentarismus » Die Erde Bd. 1. 1919, S. 639-642
  • « Zur funktionellen Geistesbildung des Revolutionärs » Räte-Zeitung Bd. 1. 1919, Nr. 52
  • Drei Aufsätze über den inneren Konflikt. Bonn: Marcus & Weber 1920 (Abhandlungen aus dem Gebiete der Sexualforschung. Bd. 2, Nr. 3)
  • « Zur neuerlichen Vorarbeit: vom Unterricht » Das Forum Bd. 4. 1920, S. 315-320

Traduit en français[modifier | modifier le code]

  • Otto Gross, Révolution sur le divan, traduction française de Jeanne Etoré, et surtout une préface extrêmement documentée et complète sur la biographie de Gross et ses interactions avec Carl Gustav Jung, Freud et le mouvement psychanalytique de Jacques Le Rider, Éditions Solin, 1988 (ISBN 2-85376-063-4)
  • Otto Gross, Psychanalyse et révolution, Éditions du Sandre, Paris, 2011

Sur Otto Gross[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le premier, Peter Wolfgang Gross, médecin, meurt de la tuberculose à Davos en 1946 et le second, adopté par Edgar Jaffé, meurt en 1915
  2. Deirdre Bair, Jung. Une biographie, trad., Flammarion, 2007, p. 209-223.
  3. mouvement de réforme de la vie
  4. David Holbrook, Where D.H. Lawrence was wrong about woman, Bucknell University Press, 1992, p.244, extrait en ligne
  5. Die Aktion, n°3, 1913
  6. Kaj Noschis, Monte Verità: Ascona et le génie du lieu, éd. Collection le savoir suisse, 2011, p. 79, extrait en ligne
  7. Hanania Alain Amar, Otto Gross et Wilhelm Reich : essai contre la castration de la pensée, éd. L'Harmattan, 2008, pp. 51-52, extrait en ligne
  8. Ainsi que le rapporte Franz Jung, cité par Seth Taylor, Left-wing Nietzscheans : the politics of German expressionism, 1910-1920, éd. Walter de Gruyter, 1990, p. 115, note 27, extrait en ligne
  9. Francfort, Robinson-Verlag, 1980
  10. rapporté par Franz Jung, Der Weg nach unten, Hambourg, 1988, p. 85
  11. K(aus)., O(tto). Mitteilungen, in Sowjet, n° 8/9, 8 mai, 1920, pp. 53-57
  12. Commentaire d' Ernest Jones, qui fut initié à la pratique psychanalytique par Gross lui-même.

Liens externes[modifier | modifier le code]