Gokkun

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Trois caractères japonais Cette page contient des caractères japonais. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Illustration d'une femme ingérant une grande quantité de sperme.

Le gokkun (ゴックン, Gokkun?, onomatopée japonaise équivalente à gloups) est une pratique sexuelle de groupe, rencontrée dans les films pornographiques, dans laquelle un groupe d'hommes éjacule tour à tour sur une personne (un homme ou une femme) qui doit ensuite avaler le sperme. Souvent confondu avec le bukkake, la différence étant que dans ce dernier cas il n'y a pas forcément d'ingestion de sperme (le gokkun est parfois considéré comme une variante du bukkake).

Historique[modifier | modifier le code]

Comme dans le cas du bukkake, divers sites pornographiques prétendent que cette pratique prendrait son origine dans le Japon féodal. Une femme qui avait trompé son mari était selon ce récit mise à genoux puis forcée de subir l'éjaculation de tous les hommes de la communauté[1]. On ne trouve pas de confirmation de cette rumeur par des sources historiques fiables, et elle peut donc être une invention de l'industrie pornographique à des fins promotionnelles.

À l'époque contemporaine, il se présentait à l'origine sous la forme de vidéos réalisées par de simples particuliers, l'industrie pornographique n'ayant exploité ce marché que plus tardivement. Les films de gokkun sont devenus très populaires au Japon[2]. Typiquement, on retrouve la mise en scène d'une jeune étudiante japonaise (avec son uniforme) ou d'une secrétaire, étant arrosée et couverte de sperme selon ou contre son gré, dans une classe ou un bureau.

Dans les années 2000, le gokkun s'est énormément développé, tant dans le milieu des professionnels que des amateurs. Enfin, il faut savoir que le gokkun évolue avec la société. Il n'est pas rare maintenant de rencontrer femmes ou hommes ayant ce fantasme[2]. Le gokkun perd alors son caractère humiliant, pour prendre la forme d'une pratique libertine pouvant être appréciée dans les milieux échangistes[2].

Étymologie[modifier | modifier le code]

Gokkun est à l'origine une onomatopée en japonais, qui représente le son que l'on émet en avalant un liquide. On peut le traduire en français par « gloups ».

Bukkake[modifier | modifier le code]

Le bukkake est une pratique très proche mais moins extrême, car elle ne comprend pas forcément le fait de lécher et d'avaler le sperme des partenaires.

Santé[modifier | modifier le code]

Étant par nature un rapport sexuel non protégé, le gokkun est une pratique sexuelle à risque, car pouvant favoriser la transmission d'infections sexuellement transmissibles et notamment du virus de l'immunodéficience humaine (VIH), cause du SIDA.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « La Gokkun », sur www.sexy-dico.com (consulté le 22 septembre 2010)
  2. a, b et c (fr) « Bouquin Coquin & Taquin d’une Catin et d’un Libertin Par Collectif des 12 Singes », sur books.google.fr (consulté le 1er décembre 2010)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]