Sexologie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La sexologie est l'étude de la sexualité humaine et de ses manifestations. Elle étudie tous les aspects de la sexualité, à savoir le développement sexuel, les mécanismes des rapports érotiques, le comportement sexuel et les relations affectives, en incluant les aspects physiologiques, psychologiques, médicaux, sociaux et culturels.

La sexologie, dans sa forme moderne, est une science récente qui s'est développée à la fin du XXe siècle. Elle est au carrefour de plusieurs disciplines, comme la médecine, les statistiques, l'épidémiologie, la biologie et les neurosciences, la criminologie, l'histoire, la psychologie et la sociologie. Elle étudie également la sexualité de certains groupes particuliers, comme les handicapés, les enfants et les personnes âgées, mais étudie aussi les pathologies sexuelles telles que les dysfonctions sexuelles, l'obsession sexuelle, les violences sexuelles, et les pratiques marginales comme les paraphilies et les perversions.

La sexologie traite également des sujets particuliers comme l'avortement, le contrôle des naissances, l'abus sexuel, les nouvelles techniques de reproduction ou la santé sexuelle.

Définition[modifier | modifier le code]

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le mot "sexologie" est formé à partir du latin sexus et du grec logos, l'expression signifiant : discours sur le sexe.

La création étymologique du terme sexologie est similaire à celles des termes biologie, psychologie, sociologie ou théologie. L'intention est bien de créer un mot qui désigne la science du sexe.

Histoire du concept[modifier | modifier le code]

Le mot sexologie est apparu en 1911 pour désigner l'étude de la détermination du sexe des enfants avant la naissance.

Après les années 1960, le mot désignera surtout une discipline médicale d'étude des pathologies de la sexualité. Actuellement, le mot sexologie tend à désigner une science structurée, ayant pour objet l'étude globale de la sexualité.

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire de la sexologie.

La sexologie est une science relativement récente dont les prémices apparaissent en Allemagne et en Autriche vers 1826-1850 mais les premières véritables études sur la sexualité humaine ont été produites seulement à la fin du XIXe siècle.

Les principaux pionniers sont Richard von Krafft-Ebing, Havelock Ellis, Bronisław Malinowski et Sigmund Freud. Quant aux premières études scientifiques, elles n'ont été réalisées qu'après la Seconde Guerre mondiale, bien après les travaux pionniers de chercheurs comme Magnus Hirschfeld et René Guyon : les Américains Alfred Kinsey et Masters & Johnson établissent les bases scientifiques d'une approche globale de la sexualité humaine. En France, il faut attendre le Rapport Simon en 1971, pour que soit entreprise une telle recherche.

La sexologie ne s'est réellement développée auprès du grand-public qu'au moment de la période historique et sociologique de la révolution sexuelle des années 1960-1970. Initialement, la sexologie concernait surtout les troubles de la sexualité. Ce n'est que récemment que la sexologie tend à étudier l'ensemble des faits sexuels des animaux et des humains.

Objectifs, champs d'application et limites[modifier | modifier le code]

L'objectif de la sexologie est, a priori, l'étude scientifique de la sexualité, tant animale qu'humaine.

Son champ d'action devrait être l'étude de toutes les caractéristiques et faits sexuels des organismes sexués. Mais, pour des raisons sociologiques et historiques, le champ de la sexologie contemporaine se limite à la sexualité humaine, et, principalement, à ses aspects pathologiques.

L'évolution la plus récente est de limiter le champ de la sexologie à l'étude de la sexualité humaine et animale dans ses aspects hédoniques.

Remarque : l'objectif de la sexologie est de comprendre et d'expliquer la sexualité (aspect descriptif) ; c'est l'éthique qui cherche à savoir si un comportement sexuel est de l'ordre du bien ou du mal (aspect prescriptif).

Méthodes et moyens[modifier | modifier le code]

La méthode de la sexologie est l'interdisciplinarité, voire la transdisciplinarité : réunir et intégrer dans une analyse et une réflexion commune toutes les données des différentes sciences (génétique, biologie, éthologie, psychologie, médecine…) qui abordent chacune un aspect limité la sexualité.

La méthode n'est pas une simple juxtaposition de données pluridisciplinaires, mais une intégration de ces données, permettant de parvenir à un niveau supérieur de compréhension de la sexualité.

Recherches et médecine[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste de sexologues.

Les acteurs de la sexologie ont été et sont encore actuellement essentiellement des médecins, et, secondairement, des praticiens du domaine médical. Quelques chercheurs, biologistes, éthologues, ethnologues, psychologues, sociologues ou historiens, ont apporté, le plus souvent ponctuellement, des contributions parfois notables.

La caractéristique la plus significative de ces acteurs, est qu'ils ne sont qu'une faible minorité à travailler uniquement sur la sexualité. Le sexologue à temps plein est une exception. Au Québec, par contre, plusieurs sexologues travaillent dans les domaines de l'intervention, la prévention, la sensibilisation, la relation d'aide, la thérapie et la recherche sexologique. C'est une profession qui est de plus en plus reconnue.

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'enseignement de la sexologie s'est développé depuis les années 1970, souvent avec beaucoup de difficultés. Dans la plupart des pays du monde, des cours optionnels en sexologie sont offerts dans les universités. Par contre, il existe une formation universitaire à l'Université du Québec à Montréal (UQAM) de premier et deuxième cycles.

En Europe, la formation en sexologie prépare entre autres les médecins et les psychologues qui souhaitent devenir sexologues, à prendre en charge les troubles sexuels. Une formation créditée de 2 ans est donnée a l'Université Paul-Sabatier à Toulouse. Ce programme a été mis sur pied par un sexologue formé de l'UQAM. Tous les professionnels de la santé non sexologues ne reçoivent pas de formation sur la sexualité.

Actions concrètes[modifier | modifier le code]

Les actions concrètes de la sexologie sont essentiellement d'ordre thérapeutique.

Des actions sont également menées dans le domaine de l'éducation sexuelle concernent surtout la prévention des infections sexuellement transmissibles, les méthodes de contraceptions, la grossesses et les relations amoureuses. L'éducation sexuelle n'aborde que rarement les aspects relationnels et hédoniques de la sexualité, puisqu'elle ne prend pas autant de place dans le curriculum scolaire des écoles primaires et secondaires.

Problèmes actuels[modifier | modifier le code]

On observe qu'autrefois il n'existait pas de structure institutionnelle destinée spécifiquement à la recherche sur la sexualité. Encore aujourd'hui, il n'existe au monde aucun laboratoire ou centre de recherche dont l'objectif est de réaliser, avec les moyens adéquats, une synthèse de toutes les connaissances disponibles afin d'élaborer un modèle global et actualisé de la sexualité humaine. Cette caractéristique est un obstacle à une recherche complète, basée sur l'ensemble des données connues. Toutefois, avec la mise en place d'un doctorat spécifique à la sexologie dans une université (l'Université du Québec à Montréal) au Canada, un pas significatif est accompli vers l'approfondissement et la synthèse des connaissances en sexualité humaine.

On observe également que les recherches relatives à la sexualité sont réalisées le plus souvent à l'initiative d'un homme et non d'une communauté scientifique ou d'un organisme institutionnel. De plus, le thème de la sexualité – ou plutôt un aspect de la sexualité – n'est souvent pour ce chercheur qu'un sujet de recherche parmi d'autres : c'est rarement un spécialiste qui consacre l'essentiel de son activité professionnelle à étudier la sexualité. Cette caractéristique est un obstacle à une recherche de qualité.

Par ailleurs, les éléments et phénomènes regroupés dans la notion culturelle de « sexualité » sont, dans de nombreuses sociétés – dont les sociétés occidentales –, associés à des connotations subjectives et particulières, souvent péjoratives, et sont des sujets facilement polémiques et passionnels. On observe ainsi que la sexualité est un sujet d'étude qui provoque des réactions particulières, tant au niveau social que dans la communauté scientifique. Plus le sujet d'étude est sensible et plus les résultats sont dérangeants, plus les entraves et l'hostilité envers le chercheur augmentent. Cette caractéristique est un sérieux obstacle à la découverte et à la présentation de résultats différents des modèles en usages.

La sexologie et les sexologues ont souvent été l'objet de pressions, voire d'hostilités, en particulier de la part de certains groupes conservateurs ou religieux. Pour certaines personnes, la sexualité est un sujet trop intime, trop sacré ou trop immoral pour faire l'objet de recherches scientifiques.

Toujours en raison de la nature particulière de la sexualité, on observe également une influence très forte des valeurs et des représentations culturelles dans la recherche concernant ce sujet. Par rapport aux sujets d'études qui sont conceptualisés et considérés comme « sexuel », ce qui est culturellement valorisé ou stigmatisé, ou bien ce qui est considéré, à une époque donnée, comme étant éthiquement de l'ordre du bien ou mal, influence l'ensemble de la recherche en sexualité. Cette caractéristique est un des obstacles majeurs à l'intention d'objectivation de la recherche scientifique.

On observe aussi que beaucoup d'études relatives à la sexualité concernent ce qui est considéré, à une époque donnée, comme relevant de la pathologie, de la déviance ou de l'immoralité. Il se produit ainsi une sur-représentation d'aspects particuliers au détriment des phénomènes normaux. Cette caractéristique est un obstacle à l'étude et à la compréhension de ce qu'est réellement la sexualité, en dehors de la pathologie et des représentations culturelles négatives.

Enfin, on observe que la recherche relative au comportement de reproduction et à la sexualité est réalisée dans plusieurs champs disciplinaires et sur des sujets d'études a priori difficilement comparables : l'Homme, avec une approche psychologique, sociologique ou ethnologique ; l'animal, en particulier les mammifères inférieurs, avec une approche éthologique et neurobiologique. Cette caractéristique est un obstacle à une compréhension globale de la reproduction et de la sexualité humaine. De plus, ces études relèvent également d'approche le plus souvent monodisciplinaire et analytique, et, de surcroît, concernent généralement des sujets très spécifiques et/ou limités (SIDA, concurrence entre sexualité et consommation de drogue, rôle de la testostérone chez le rat mâle, rôle de l'androstérone (phéromone) dans le déclenchement de la lordose chez la souris femelle, etc.) D'où toutes ces différentes études mono-disciplinaires et provenant de différents champs disciplinaires, souvent sans liens entre elles, donnent une vision morcelée et hétéroclite du comportement de reproduction et de la sexualité humaine.

La particularité du thème de la sexualité[modifier | modifier le code]

Dans la société occidentale, la sexualité est un sujet très particulier et en partie tabou. Cette particularité est à l'origine de nombreux problèmes, dont certains sont un obstacle à l'étude objective de la sexualité.

De manière générale, il n'existe quasiment pas de structures institutionnelles dont l'objectif est l'étude de la sexualité humaine. Les études disponibles sont généralement ponctuelles, limitées à une problématique précise (exemple du SIDA), relèvent d'une approche de type psychosociologique, et sont souvent influencées par des valeurs morales particulières. Les études neurobiologiques restent limitées essentiellement aux rongeurs et concernent la reproduction. Dans ces conditions, comment obtenir des connaissances objectives relatives à l'ensemble des différents phénomènes regroupés dans le concept culturel de « sexualité » ?

Par rapport aux recherches menées au moyen de questionnaires ou d'interviews, un premier type de problème est la représentativité des participants qui sont volontaires pour ces études. En effet, on sait que les participants qui choisissent de prendre part à ce type d'étude ont des attitudes plus libérales par rapport à la sexualité que ceux qui ne sont pas volontaires.

Un autre type de problème rencontré est la déformation volontaire de la réalité. Déjà, par exemple, on sait que même pour des questions relativement anodines, telle que le nombre de partenaires sexuels au cours de la vie, une partie importante des réponses ne sont pas sincère. D'où, par rapport à des sujets beaucoup plus sensibles, il est quasi certain que plus les activités ou les pensées sexuelles d'une personne s'éloigneront de ce qu'elle considère comme « socialement acceptable », plus la déformation, voire l'autocensure de l'information sera importante. De plus, même si quelques participants à ce type d'étude donnent sur une question délicate des réponses qui semblent authentiques, rien ne permet de connaître la proportion exacte de ceux qui ont répondu sincèrement, de ceux qui ont modifié leur réponse, et de ceux qui ont pratiqué l'autocensure.

Il semble que les réponses d'une étude sur la sexualité ne reflètent pas tant les croyances et la pratique sexuelle réelle des personnes, mais plutôt un instantané de ce que le groupe interrogé considère comme « socialement normal et acceptable ».

Un autre type de problème, majeur, est l'influence culturelle. Le contexte social et culturel modèle le comportement sexuel, et de ce fait certaines questions ne peuvent être testées de manière fiable. Par exemple, l'orientation « naturelle » de l'activité sexuelle est difficile à évaluer juste à partir de l'observation des comportements sexuels, dans la mesure où, en Occident, l'importance de l'homophobie et la dominance du modèle hétérosexuel favorisent l'hétérosexualité exclusive.

L'extrapolabilité des données animales à l'Homme[modifier | modifier le code]

La plupart des données physiologiques et neurobiologiques relatives à la sexualité proviennent d'expérimentations réalisées avec des animaux, en général des rongeurs. La plupart des données éthologiques proviennent également d'études animales.

Dans quelle mesure ces données sont-elles extrapolables à l'Homme ?

En effet, on sait que la structure du cerveau n'est pas la même des rongeurs à l'Homme, l'effet des hormones diminue en fonction de la complexité cérébrale, les phéromones humaines ont un effet faible et essentiellement physiologique, et enfin le comportement permettant la reproduction chez les rongeurs est très différent de celui des humains.

Pour ces raisons, il semble que les données animales ne sont pas directement extrapolables à l'Homme.

C'est-à-dire, par exemple, que la mise en évidence de l'importance chez les rongeurs de la testostérone dans la reproduction n'implique absolument pas qu'elle doive également être importante chez l'Homme. L'expérimentation moléculaire, cellulaire et animale permet de comprendre que l'effet hormonal dépend de l'existence de récepteurs, des modifications neuronales induites et des caractéristiques de la structure réceptrice. Si, d'une espèce à l'autre, la distribution cérébrale des récepteurs change, si les faisceaux de connexion ont une autre architecture, ou si les fonctions des structures neurales réceptrices sont différentes, alors les effets de la même hormone peuvent être radicalement différents.

De cette analyse, on peut prédire que la testostérone aura dans la reproduction chez l'Homme une importance similaire à celle des rongeurs uniquement si l'organisation des régions cérébrales sensibles aux androgènes et impliquées dans les mêmes fonctions est très similaire. Or, on sait déjà qu'entre deux espèces de rongeurs très proches, tels les campagnols des prairies et ceux des montagnes, une différence limitée à la distribution cérébrale des récepteurs d'un neuromédiateur peut entraîner d'importantes différences comportementales, et quand on sait de plus que le système nerveux humain est relativement différent de celui des rongeurs, et pas uniquement par rapport à la distribution des récepteurs, il semble difficile d'extrapoler directement les données animales à l'Homme.

Il semble que l'expérimentation moléculaire, cellulaire et animale permet directement de comprendre les principes généraux du fonctionnement des structures neurales. Cette connaissance permet, dans un second temps, indirectement, et sous réserve que des connaissances précises relatives à l'organisation structurelle du système nerveux humain soient disponibles, d'expliquer et de prédire certaines caractéristiques fonctionnelles des émotions, de la cognition ou des comportements de l'Homme.

Le manque de connaissances en neurosciences[modifier | modifier le code]

Les connaissances actuelles en neurosciences, et en particulier en neurosciences humaines, sont partielles. De nombreux aspects du système nerveux, tant structurels que fonctionnels, demeurent mal compris ou restent inconnus. De plus, principalement pour des raisons éthiques, les connaissances expérimentales disponibles concernent surtout les espèces animales non humaines. Ce manque de connaissances ne permet pas toujours de concevoir et de réaliser, surtout chez l'Homme, les expériences qui seraient les plus adaptées.

Ainsi, par exemple, par rapport aux processus de renforcement, même s'il est quasi certain qu'ils sont activés par la stimulation des zones érogènes, on ignore actuellement quels sont précisément les processus exacts qui sont à l'œuvre. D'où certaines expériences cruciales, comme par exemple l'inactivation sélective uniquement des processus de renforcement liés à l'activation sensorielle des zones érogènes, sont aujourd'hui impossibles à réaliser.

Ce problème, en plus du problème éthique, limite encore le nombre d'expériences possibles, et oblige à recourir à des moyens de vérification parfois moins appropriés et plus limités.

Remarque[modifier | modifier le code]

Par ailleurs, il convient de noter que ce manque de connaissance est en partie dû à des facteurs culturels, et pas uniquement au fait que l'élaboration du savoir scientifique est une activité récente. Il semble en effet, bien que paradoxalement, les sociétés occidentales aient une tradition humaniste, que le développement de connaissances objectives relatives à l'Homme ne soit guère une priorité. On observe qu'il existe une recherche « technique » (anatomie, physiologie, psychologie cognitive, pathologie humaine, etc.), mais qu'il n'existe pas de structure institutionnelle ayant pour objet de recherche, par exemple, la compréhension globale de l'être humain, l'étude et la recherche de différents modes d'organisation sociale ou économique, de structures expérimentales d'enseignement ou d'éducation, l'étude scientifique de la joie, du bonheur ou encore l'évaluation des valeurs éthiques.

En résumé, on observe que tout ce qui concerne l'essence même de la vie humaine n'est pas sujet de recherche. Et même le simple fait de suggérer que la recherche devrait avoir une finalité humaniste semble relever de l'incongruité. Cette caractéristique culturelle est un obstacle au développement de connaissances objectives relatives à l'Homme.

Références[modifier | modifier le code]

Ouvrages 
  • Georges Abraham : Introduction à la sexologie médicale, Payot, 1985, Coll.: Bibliothèque scientifique (ISBN 2-228-11462-6)
  • Philippe Brenot : Sexologie. in Dictionnaire de la sexualité humaine, L'esprit du temps, 2004
  • Philippe Brenot : Qu'est-ce que la Sexologie ?, Payot, 2012, Coll.: Bibliothèque scientifique, (ISBN 2-228-90744-6[à vérifier : ISBN invalide])
  • Sigmund Freud : Trois essais sur la théorie sexuelle, Gallimard, 1989, Coll.:Folio essais, (ISBN 2-07-032539-3)
  • Patrice Lopes et François-Xavier Poudat (ss la dir) : Manuel de Sexologie, Masson, 2012
Articles scientifiques 
  • Claude Gauvreau : "Doctorat en sexologie : une première", in Journal L'UQAM, vol. XXXVII, no 6 (15 novembre 2010),

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]