Excitation sexuelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Comportement d'une excitation sexuelle.

Une excitation sexuelle est une stimulation du désir sexuel, pendant ou dans l'anticipation d'une activité sexuelle. Les tendances précipitant l'activité sexuelle humaine sont appelées stimuli érotiques. Il existe certains stimuli potentiels, tous deux physiques et mentaux, qui peuvent causer l'excitation d'un individu. L'excitation sexuelle conduit souvent à des changements physiologiques chez l'individu excité, dont certains de ces changements se prononcent grandement tandis que d'autres sont plus subtils.

L'excitation sexuelle ne peut conduire à une activité sexuelle, au-delà d'une excitation mentale et des changements physiologiques qui l'accompagnent. Lors de fortes ou suffisantes stimulations, l'excitation sexuelle finit typiquement en un orgasme; mais l'excitation peut être perçue physiologiquement, même en l'absence d'un orgasme.

Chez les humains[modifier | modifier le code]

Aux dépens de la situation, un individu peut-être sexuellement excité par une variété de facteurs aussi bien physiques que mentaux. Un individu peut être sexuellement excité par une personne ou les aspects particuliers d'une personne ou par des objets non-humains. La stimulation physique d'une zone érogène ou des actes de préliminaires peuvent résulter en une excitation, spécialement si elle est accompagnée par une anticipation d'une activité sexuelle imminente. L'excitation sexuelle peut être accompagnée par une romance, musique ou autres situations romantiques et excitantes. Les stimuli potentiels de l'excitation sexuelle varient de personne en personne, et d'une période à une autre, selon l'intensité de l'excitation. Les stimuli sont généralement classifiés d'après les sens impliqués : somatosensoriels (toucher), visuels, et olfacteur (parfum). Les stimuli sonores sont également possible, bien qu'ils soient généralement considérés comme étant un rôle secondaire à la différence des trois sens précédemment mentionnés.

Les stimuli érotiques durant lesquels résultent de l'excitation sexuelle peuvent inclure la conversation, la lecture, les films ou images, odeurs et autres, ayant la possibilité de générer des pensées et souvenirs érotiques. Dans ce contexte, cela peut conduire à un contact physique d'un individu, incluant baisers, câlins, et caresses des zones érogènes. Cela peut en retour sexuellement exciter les parties du corps d'un individu qui sont normalement tenus à l'écart, telles que les seins, les tétons, les fesses et/ou les parties génitales, jusqu'à une relation sexuelle.

Les stimuli érotiques peuvent provenir d'une autre source provoquant un intérêt sexuel. Par exemple, certains individus peuvent trouver la nudité, l'érotisme ou la pornographie sexuellement attirants[1], ce qui peut générer un intérêt sexuel généralisé qui peut satisfaire les relations sexuelles. Lorsque l'excitation sexuelle est classifiée sous la dépendance et/ou l'utilisation d'un objet, elle se réfère en tant que fétichisme sexuel, ou dans certaines circonstances, une paraphilie. Un individu peut être impliqué dans une activité sexuelle sans être sexuellement excité.

Troubles de l'excitation[modifier | modifier le code]

L'excitation sexuelle est une expérience positive chez une grande partie des individus et de l'aspect de leur sexualité. Un individu peut en général contrôler sa réponse envers la sexualité. Ils savent habituellement ce qu'il faut faire lorsque des objets ou situations les excitent sexuellement, et peuvent, si choisi, éviter ou créer ces situations. D'une manière similaire, un partenaire sexuel peut également faire de même. Certains individus se sentent gênés de leur excitation sexuelle.

Certains individus peuvent ne pas être sexuellement excités à chaque fois qu'ils sont exposés à leur stimuli érotique. Ces situations sont considérées normales, mais dépendent de la maturité, de l'âge, de la culture et d'autres facteurs influençables. Cependant, lorsqu'un individu n'est sexuellement pas excité lors d'une situation qui le stimule habituellement et qu'un manque d'excitation reste persistent; cela peut être dû à un trouble de l'excitation sexuelle ou d'une frigidité. Il existe plusieurs raisons, incluant certains troubles mentaux, tels que la dépression, l'abus substantiel, ou autres conditions médicales ou physiques. Le manque d'excitation sexuelle peut être dû à un manque général de désir sexuel.

Contrairement au manque d'excitation sexuelle, un individu peut engager des activités sexuelles considérées comme anormalement élevées (hypersexualité) et ne peut ainsi contrôler ses pulsions et excitations sexuelles spontanées et persistantes (Syndrome d'excitation génitale persistante).

Changements physiologiques[modifier | modifier le code]

L'excitation sexuelle causent de différents changements physiques, plus significativement les organes génitaux. L'excitation sexuelle chez l'homme est habituellement indiquée par le gonflement et l'érection du pénis lorsque le sang afflue dans le corps caverneux. C'est habituellement le signe notable de l'excitation sexuelle chez les hommes. Chez les femmes, l'excitation sexuelle conduit souvent à une sécrétion vaginale dans l'anticipation d'une relation sexuelle.

Chez les femmes

Chez les hommes
Female sexual arousal.JPG

Excitation sexuelle féminine. Sur l'image de gauche, les parties génitales restent normales. Sur l'image de droite, elle est sexuellement excitée, la vulve est humide et les lèvres sont légèrement engorgées.
HQ SAM CFE2.jpg

Excitation sexuelle masculine. Sur l'image de gauche, les parties génitales sont au repos ; sur l'image de droite, l'excitation sexuelle est perçue lorsque le pénis est en érection.

Ces modifications physiologiques permettent et facilitent la pénétration vaginale du pénis, indispensable à la fécondation.

Chez les femmes[modifier | modifier le code]

Au départ, l'excitation sexuelle dans le corps d'une femme est habituellement marquée par une sécrétion vaginale (humidité), le gonflement et l'engorgement des parties génitales externes, ainsi que l'élargissement du vagin[2],[3].

Une plus grande stimulation peut conduire à une plus grande sécrétion vaginale, un plus grand engorgement et gonflement du clitoris et de la vulve, et un rougissement ou noircissement de la peau dans certaines zones. D'autres changements peuvent survenir, incluant le changement interne du vagin et la position de l'utérus[3]. D'autres changements incluent des battements de cœur rapides, une pression sanguines élevés et des sensations de chaleur et d'humidité[4].

Bien que les jeunes femmes puissent facilement être excitées et atteindre un orgasme relativement rapidement avec une bonne stimulation et dans de bonnes circonstances, il existe des changements physiologiques et psychologiques lors d'excitations sexuelles et de réponses selon leur âge. Les femmes plus matures produisent moins de sécrétion vaginale et des études ont perçu des changements dans la satisfaction, la fréquence de l'activité sexuelle, du désir, des pensées sexuelles et des fantasmes, l'excitation sexuelle, croyances et attitudes envers le sexe, douleurs, et capacité d'atteindre un orgasme chez les femmes âgées de la quarantaine et après la ménopause. D'autres facteurs ont également été étudiés, incluant les variantes socio-démographiques, la santé, la variante psychologique, les variantes du partenaire tels que sa santé ou les troubles sexuels, et les variantes du style de vie. Il apparaît que ces autres facteurs aient un plus grand impact sur la sexualité des femmes que leur statut ménopausique. Il est cependant important de toujours comprendre le « mode de vie des femmes » lors d'étude sur leur sexualité.

Chez les hommes[modifier | modifier le code]

Il est normal de corréler l'érection du pénis à l'excitation sexuelle masculine. La stimulation physique ou psychologique (ou les deux), conduit à une vasodilatation et à une forte pression sanguine dans les trois zones spongieuses situées sur la longueur du pénis (les deux corps caverneux et le corps spongieux). Le pénis grandit et s'élargit, la peau du scrotum est plus claire, et les testicules sont poussées contre le corps[5]. Cependant, la relation entre érection et excitation reste différente. Lors de la quarantaine, certains hommes rapportent qu'ils n'ont pas forcément d'érection lorsqu'ils sont sexuellement excités[6]. Également, l'érection chez l'homme peut survenir lors de son sommeil (tumescence pénienne nocturne) ou simplement à cause d'une vessie pleine. Un jeune homme peut expérimenter assez d'excitation sexuelle pour avoir une érection survenue lors d'une simple pensée stimulante ou à la vue d'une personne. Une fois en érection, son pénis peut gagner assez de stimulation durant le contact avec l'intérieur de ses vêtements pour le maintenir durant quelque temps[7]. Enfin l'homme peut aussi avoir une érection en regardant des contenus pornographiques, sans forcément ressentir d'excitation.[réf. nécessaire]

Après l'orgasme et l'éjaculation, les hommes, comme chez les femmes, font habituellement l'expérience d'une période réfractaire caractérisée par une perte d'érection, d'une diminution du sexe, perte d'intérêt pour le sexe, et un sentiment de relâchement qui peut contribuer aux neurohormones oxytocine et prolactine[8]. L'intensité et la durée de la période réfractaire peut être de courte durée[5].

Réponses sexuelles humaines[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Réponse sexuelle humaine.

Durant les années 1950 et 1960, William Masters et Virginia Johnson mènent d'importantes études sur la sexualité humaine. En 1966, ils détaillent quatre détails des réponses sexuelles humaines : excitation, en plateau, orgasme et résolution[2],[9].

Chez les animaux[modifier | modifier le code]

Couple d'éléphants.

Bien que la sexualité humaine soit bien comprise, les scientifiques n'expliquent pas totalement les relations sexuelles animales. Cependant, certaines recherches suggèrent que certains animaux, comme chez les humains, apprécient les relations sexuelles qui ne sont pas limitées à la reproduction. Les dauphins et les bonobos, par exemple, sont des mammifères connus pour ce type de relation[10]. "Comme pour les humains et pour certains chimpanzés, les dauphins utilisent le sexe pour des raisons autres que la procréation. Le sexe est, aussi fréquemment que familièrement, un outil social utilisé pour renforcer et maintenir un équilibre[11]. Les éthologistes se sont longuement documentés sur les relations sexuelles pour promouvoir la cohésion des groupes sociaux chez les animaux.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) DeVita-Raeburn, Elizabeth, « "Lust For The Long Haul " », sur Psychology Today (consulté le 26 décembre 2008)
  2. a et b R. Rabii et A. Heddat, « PHYSIOLOGIE SEXUELLE FEMININE » (consulté le 22 mars 2011)
  3. a et b (en) Nelson Soucasaux, « The Female Sexual Response », sur Novas Perspectivas em Ginecologia,‎ 1990 (consulté le 10 août 2010)
  4. (en) Kathleen McKinne, Sexuality in close relationship, Routledge,‎ 1991, 59 p. (ISBN 0-8058-0719-5, lire en ligne)
  5. a et b (en) « Sexual arousal in men », NHS Direct, sur National Health Service
  6. (en) Erick Janssen, Factors that Influence Sexual Arousal in Men: A Focus Group Study, vol. 37,‎ avril 2008 (DOI 10.1007/s10508-007-9245-5, lire en ligne)
  7. (en) « Érections embarassantes », sur TheSite.org (consulté le 10 août 2010)
  8. (en) Exton MS, Krüger TH, Koch M, et al., Coitus-induced orgasm stimulates prolactin secretion in healthy subjects, vol. 26,‎ avril 2001, 287–94 p. (PMID 11166491, DOI 10.1016/S0306-4530(00)00053-6)
  9. (en) « The Sexual Response Cycle », sur SexInfo (consulté le 22 mars 2011)
  10. (en) « Dolphins: The wild side (vidéo) », sur National Geographic Adventure (consulté le 24 avril 2007)
  11. (en) Excitation sexuelle sur l’Internet Movie Database

Articles connexes[modifier | modifier le code]