Variety

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Wiktionnaire Cet article a pour sujet un magazine hebdomadaire. Pour une définition du mot « variety », voir l’article variety du Wiktionnaire.

Variety est un magazine américain consacré à l’industrie du spectacle fondé par Sime Silverman. Les premières publications, datant de 1905, couvrent l’actualité théâtrale avec un bureau à New York. Un bureau supplémentaire est ouvert en 1933 à Los Angeles dans le but de traiter l’actualité cinématographique.

Il existe trois éditions papier (un hebdomadaire et deux quotidiens) ainsi qu’un site web. Variety, l’hebdomadaire, est imprimé sur papier glacé et distribué aux États-Unis et à l'international ; destiné aux professionnels de l'industrie du spectacle, il couvre des sujets liés aux films, à la télévision, au théâtre, à la musique et aux jeux vidéo. Daily Variety est le nom utilisé pour l’édition quotidienne du journal : l’un est publié à Los Angeles et l’autre à New York. Daily Variety Gotham, créé en 1998, est le nom de l’édition new-yorkaise : ce quotidien, mis sous presse plus tôt que la version californienne, privilégie les nouvelles en rapport avec l’industrie du spectacle de la côte est.

Une part importante des revenus de Variety est réalisée durant la période des nominations aux Oscars. De nombreux encarts publicitaires en couleur et pleine page avec pour titre « pour votre considération » viennent alors doubler, voire tripler, le nombre de pages habituel du journal. Ces encarts tentant de mettre en avant tel ou tel film, acteur ou technicien sont destinés aux professionnels du cinéma car eux seuls peuvent voter et ainsi déterminer qui emportera la statuette.

Depuis de nombreuses années, les journalistes et éditorialistes de Variety utilisent un jargon appelé slanguage (contraction de slang, qui signifie « argot », et de langage) ou varietyese qui se réfère spécifiquement à l’industrie du cinéma et a été largement adopté et imité par d’autres journalistes de la presse cinématographique. On lui attribue des expressions telles que « sitcom » ou « sex appeal ». Son titre à la une le plus célèbre date d’octobre 1929, lors du krach boursier, « Wall St. Lays An Egg » (Wall Street fait un « four ») tandis que « Sticks Nix Hick Pix » est devenu populaire grâce au film de Michael Curtiz La Glorieuse Parade dans lequel James Cagney explique cette manchette à des enfants. Ce titre argotique parfois écrit « Stix nix hix flix » signifie que les spectateurs habitant à la campagne ne vont pas voir des films dont le thème est la campagne. Une traduction possible serait : « la cambrouse dit niet au cinoche de péquenauds ».

Le concurrent de Daily Variety, The Hollywood Reporter, évite les titres axés show-biz et préfère un style de couverture plus contemporain sans déformation radicale de l’anglais. Les deux journaux ont une longue histoire de désaccords mais les éditorialistes de talent vont de l’un à l’autre. L’actuel rédacteur en chef de Variety, Peter Bart, lança avec éclat à un reporter « ce ne sont pas du tout des journalistes », bien qu’il ait recruté des collaborateurs du Hollywood Reporter après qu’ils se sont fait un nom.

Le magazine appartient à Reed Business Information, une division du groupe de presse professionnelle Reed Elsevier. Son rédacteur en chef depuis 1987, Peter Bart, a travaillé auparavant aux studios Paramount Pictures et au New York Times. L’édition quotidienne est diffusée à 31 622 exemplaires tandis que l’édition hebdomadaire est diffusée à 30 800 exemplaires (selon l’Audit Bureau of Circulation en date du 31 mars 2005).

La version internet de Variety, créée en 1998, fut l’un des premiers journaux en ligne à faire payer l’accès.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]