Chirurgie de réattribution sexuelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La chirurgie de réattribution sexuelle (ou de réassignation sexuelle, traduction littérale de l’expression anglaise sex reassignment surgery), ou opération de changement de sexe, est la procédure chirurgicale par laquelle les caractéristiques sexuelles d’une personne sont modifiées pour obtenir l’apparence du sexe opposé. D’autres expressions sont parfois utilisées comme « chirurgie de reconstruction génitale » voire « chirurgie d’affirmation sexuelle ». L’expression populaire « changement de sexe » est généralement jugée incorrecte. Les expressions « génitoplastie masculinisante » et « génitoplastie féminisante » sont utilisées dans le milieu médical.

Motivations[modifier | modifier le code]

La réalité de l'acte chirurgical sans aucun antécédent dans l'histoire concerne principalement le transsexualisme pour des raisons thérapeutiques. La signification de cet acte peut être différente pour un homme et pour une femme d’autant plus que les résultats des opérations transgenre ne produisent pas le même résultat sur un homme ou sur une femme (la construction d’un pénis n’a pas les résultats esthétiques et fonctionnels que peut avoir la vaginoplastie). La chirurgie du visage est parfois une part importante de l’opération pour les personnes concernées.

Indications[modifier | modifier le code]

Chez l'adulte, elle ne se fait que sur la demande du patient désirant changer de sexe. Une évaluation psychologique soigneuse de ce dernier est faite afin de s'assurer de la solidité de la demande. Dans tous les cas, un traitement hormonal est mis en route longtemps à l'avance (destiné à faire apparaître certains caractères sexuels secondaires) et le patient doit vivre comme une personne du sexe opposé pendant un certain temps, de manière également à conforter la demande[1].

Chez l'enfant, une chirurgie peut être proposée dans certains cas d'hermaphrodisme.

L'intervention[modifier | modifier le code]

Le résultat de l’opération chirurgicale est l’apparence anatomique externe et le fonctionnement du sexe opposé.

L’opération n’est pas sans danger, les diabètes, l’obésité, certains problèmes de circulation sanguine peuvent augmenter les risques de complications lors de l’anesthésie et les complications post-opératoires. Un traitement hormonal doit également être continué à la suite de l’opération.

Homme vers femme[modifier | modifier le code]

La chirurgie est basée sur la construction d'un vagin, d'un clitoris et des lèvres. Elle peut être complétée par la mise en place d'implants mammaires et d'une correction de la pomme d'Adam.

Femme vers homme[modifier | modifier le code]

L'ablation de l'utérus et des ovaires est obligatoire, en France, afin de pouvoir changer son état-civil et ce qui permettrait d'annuler un risque de cancer de ces organes sous hormonothérapie au long cours[2].

Deux interventions sont possibles : la métoïdioplastie, modification du clitoris hypertrophié sous l'influence de la testostérone [3] et la phalloplastie, construction d'un pénis en utilisant un lambeau cutané, le plus souvent prélevé au niveau d'un bras[4]. Dans ce dernier cas, une prothèse est incluse permettant d'avoir une certaine rigidité. Les grandes lèvres sont utilisées pour la constitution d'une poche scrotale avec la mise en place de deux prothèses testiculaires.

Résultats[modifier | modifier le code]

Les interventions chirurgicales améliorent sensiblement la qualité de vie des personnes si elles sont bien posées et non obligatoires[5].

A contrario, l'examen de plus de 100 études médicales internationales de transsexuels opérés par l'Université de Birmingham (Arif) n'a trouvé aucune preuve scientifique solide que la chirurgie de changement de sexe est cliniquement efficace. L'étude précise qu'il n'existe aucune preuve concluante que les opérations de changement de sexe améliorent la vie des transsexuels, de nombreuses personnes restant gravement perturbés et même suicidaires après l'opération[6].

Précédents historiques[modifier | modifier le code]

La plus ancienne opération connue de changement de sexe d’homme à femme est le cas de Lili Elbe à Berlin en 1930 par le chirurgien Magnus Hirschfeld[7]. Lili Elbe subit quatre autres opérations dont une pour obtenir un utérus mais qui fut un échec. Cette dernière tentative causa sa mort.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Gooren LJ, Care of transsexual persons, N Engl J Med, 2011;364:1251-1257
  2. (en) Mueller A, Gooren L, Hormone-related tumors in transsexuals receiving treatment with cross-sex hormones, Eur J Endocrinol, 2008;159:197-202
  3. (en) Hage JJ, van Turnhout AA, Long-term outcome of metaidoioplasty in 70 female-to-male transsexuals, Ann Plast Surg, 2006;57:312-316
  4. (en) Monstrey S, Hoebeke P, Selvaggi G et al. Penile reconstruction: is the radial forearm flap really the standard technique?, Plast Reconstr Surg, 2009;124:510-518
  5. (en) Lawrence AA, Factors associated with satisfaction or regret following male-to-female sex reassignment surgery, Arch Sex Behav, 2003;32:299-315
  6. (en) Sex changes are not effective, say researchers, theguardian.com, 30 juillet 2004
  7. (en) Magnus Hirschfeld,Chirurgische Eingriffe bei Anomalien des Sexuallebens: Therapie der Gegenwart, pgs 451-455, pg 67

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Changer de sexe : Identités transsexuelles de Stéphanie Nicot, Alexandra Augst-Merelle, Martin Winckler éditions le cavalier bleu, 2006
  • Le Mouvement transgenre : Changer de sexe de Patrick Califia-Rice éditions Epel, 2003