Dugny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Dugny-sur-Meuse.
Dugny
La mairie de Dugny
La mairie de Dugny
Blason de Dugny
Blason
Logo
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-Saint-Denis
Arrondissement Bobigny
Canton Le Bourget
Intercommunalité Communauté d'agglomération de l'aéroport du Bourget[Note 1]
Maire
Mandat
André Veyssière
2014-2020
Code postal 93440
Code commune 93030
Démographie
Gentilé Dugnysiens
Population
municipale
10 783 hab. (2011)
Densité 2 772 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 57′ 00″ N 2° 25′ 00″ E / 48.95, 2.4167 ()48° 57′ 00″ Nord 2° 25′ 00″ Est / 48.95, 2.4167 ()  
Altitude Min. 33 m – Max. 47 m
Superficie 3,89 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Dugny

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Dugny
Liens
Site web ville-dugny.fr

Dugny est une commune française située dans le département de Seine-Saint-Denis en région Île-de-France. Ses habitants sont appelés les Dugnysiens[1].

Petit village jusqu'à la Révolution française, la commune de Dugny subit de nombreux dégâts et destructions à l'époque contemporaine. En 1814 et 1815, lors de la première restauration, Dugny est occupée par les armées alliées (russe, prussienne et autrichienne) qui y font des dégâts, les batailles du Bourget de 1870 détruisent en partie la commune et les bombardements aériens qui visent l'aéroport du Bourget, lors de la Seconde Guerre mondiale, rasent la ville à plus de 90 %.

L'histoire et le patrimoine de la ville sont fortement liés à l'aviation. L'aéroport du Bourget et le musée de l'air et de l'espace couvrent une partie du territoire dugnysien. La base aérienne 104 était implantée à Dugny depuis la Première Guerre mondiale et elle accueillait depuis 1953, l'Établissement d'aéronautique navale de Dugny-Le Bourget. Elle a définitivement fermé en 2011. Ses installations accueilleront Eurocopter, usine actuellement implantée à La Courneuve.

Dugny forme avec Drancy et le Bourget, la communauté d'agglomération de l'aéroport du Bourget, intercommunalité qui a notamment pour projet de créer un pôle de développement centré sur l'aéroport du Bourget.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Vue de la commune de Dugny en rouge sur la carte de la « Petite Couronne » d'Île-de-France

Dugny est une commune de la banlieue nord de Paris, elle se situe à 8 kilomètres des boulevards des Maréchaux à Paris, et à 11,6 kilomètres au nord-est de la cathédrale Notre-Dame de Paris, centre de la capitale française[2]. Dugny se situe à une dizaine de kilomètres de l'Aéroport Roissy Charles de Gaulle[3] et de sa zone aéroportuaire. Elle se trouve proche de la Plaine Saint-Denis et fait partie de la zone économique de l'aéroport du Bourget.

La commune est située dans le pays de France[4], dans sa partie méridionale, et qui est aujourd'hui fortement urbanisée.

Dugny est limitrophe de six communes. Elle est voisine de Stains, de La Courneuve, du Bourget et du Blanc-Mesnil, communes de la Seine-Saint-Denis et de Bonneuil-en-France et de Garges-lès-Gonesse, communes du Val-d'Oise[5].

Communes limitrophes de Dugny
Garges-lès-Gonesse Bonneuil-en-France Bonneuil-en-France
Stains Dugny Le Blanc-Mesnil
La Courneuve Le Bourget Le Blanc-Mesnil

Géologie et hydrologie[modifier | modifier le code]

À l'époque glaciaire, les berges et les lits de la Marne et de la Seine recouvraient sans doute la ville[6]. Aussi, le sol de la commune est-il composé en partie de limons et de marnes.

Le Petit Moulin de Dugny au début du XX.

Dugny est baignée par de nombreux petits cours d'eau qui ont été pour la quasi-totalité busés et enterrés au cours du XXe siècle[7]. Les plus importants sont le Croult, qui prend sa source à Goussainville, traverse Dugny sur une étendue de 1 580 mètres et se jette dans la Seine, à Saint-Denis et la Morée, qui prend sa source au Tremblay-en-France et se jette dans le Croult à Dugny. Sa longueur dans la traverse de Dugny est de 2 600 mètres. Le Croult est encore visible à Dugny dans le parc Georges-Valbon[7],[8],[9]. La Morée forme la limite entre Dugny et Bonneuil-en-France et est aujourd'hui busée[10]. On peut également citer la Vieille Mer, petite rivière alimentée par les eaux du Croult, qui prend naissance à Dugny. Elle traverse le département de la Seine-Saint-Denis sur un tronçon de 7 km avant de se jeter dans la Seine. Cette rivière est, sans doute, la troisième en importance en Seine-Saint-Denis après la Seine et la Marne. Le cours d'eau a été canalisé et busé entièrement entre 1954 et 1964[11].

D'autres cours d'eau plus modestes traversaient la ville mais ont disparu et ont été transformés en conduit d'assainissement, comme la Molette, qui prend naissance à Rosny-sous-Bois, et reçoit les égouts de cette commune et de différentes routes nationales comme ceux de la route nationale 3 et de la route nationale 2[12]. Ce ruisseau formait la limite entre les communes de la Courneuve et de Dugny et se jetait dans le Rouillon, cours d’eau fait de main d’homme, aujourd'hui disparu, était alimenté par une prise d’eau dans le Croult, dite le « trou provendier »[7].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de Dugny est semblable à celui de Paris. La ville possède donc un climat de type océanique dégradé : l'influence océanique est prépondérante sur celle continentale. De manière générale, les étés sont plutôt frais (18 °C en moyenne), et les hivers sont plutôt doux (°C en moyenne), avec toutefois des pluies de même importance en toute saison (en précipitation) et des pluies plus faibles (647 millimètres) que sur les côtes[13].

La température moyenne annuelle est de 12 °C, le mois le plus le froid est janvier avec + °C. Les mois les plus chauds sont juillet et août avec une moyenne à 19 °C (moyenne journalière).

Nuvola apps kweather.png  Relevés des températures, des précipitations et de l'ensoleillement au Bourget (Seine-Saint-Denis) 1971-2000[14],[15],[Note 2]
Mois Janv Fév Mars Avr Mai Juin Juil Août Sept Oct Nov Déc Année
Températures minimales moyennes (°C) 0,9 1,3 2,9 5 8,3 11,2 12,9 12,7 10,6 7,7 3,8 1,7 6,6
Températures moyennes (°C) 4 4,5 7,3 9,7 13,7 16,5 18,9 18,8 15,5 11,5 7 5 11,9
Températures maximales moyennes (°C) 6 7,6 10,8 14,4 18,2 21,5 24 23,8 20,9 16 10,1 6,8 15
Moyennes mensuelles de précipitations (mm) 54.3 46.1 53.5 46.5 63.3 57.8 53.6 51.6 53.8 55.5 55.8 55.6 647.3
Moyennes mensuelles d'ensoleillement (h) 55.6 87.5 129.4 172.8 201.4 218.8 239.1 221.1 173.3 125.8 75.2 50.6 1749.5
Ville Ensoleillement
(h/an)
Pluie
(mm/an)
Neige
(j/an)
Orage
(j/an)
Brouillard
(j/an)
Moyenne nationale 1 973 770 14 22 40
Le Bourget 1 749 647 env. 15 env. 19 env. 13
Paris 1 630 642 15 19 13
Nice 2 668 767 1 31 1
Strasbourg 1 633 610 30 29 65
Brest 1 492 1 109 9 11 74


Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La RD114 et le bus 133.

Réseaux routiers[modifier | modifier le code]

La ville est principalement accessible par la RD 114 puis par la RD 50 qui se raccorde à celle-ci et va en direction du Bourget. Dugny est frontalière à la RN 2 et à la RN 17 au quartier du Pont-Yblon[16],[17]. Elle est également située à proximité de l'A1, l'Autoroute du Nord, qui est l’autoroute française la plus fréquentée[18].

Les rues du centre-ville viennent presque toutes se raccorder à la RD 114 et se terminent souvent en impasse[16].

Transports en communs[modifier | modifier le code]

Dugny est en zone 3 des transports en commun d'Île-de-France. La ville est desservie par quatre lignes de bus du réseau RATP[16]. Deux au niveau de centre-ville (les bus 133 et 249) et deux au quartier du Pont-Yblon (les bus 152 et 350). Par ailleurs, une navette communale scolaire relie d'ailleurs le centre-ville et le quartier du Pont-Yblon[16]. Ces lignes de bus permettent de relier Dugny à différentes gares et plus particulièrement les gares du Bourget et La Courneuve - Aubervilliers sur la ligne B du RER et la gare de Garges - Sarcelles sur la ligne D du RER[16].

Les projets de transports[modifier | modifier le code]

Il existe plusieurs projets de transports en commun à Dugny et dans les villes limitrophes. L'un des plus importants est l'ouverture en 2014 du premier tronçon de la Tangentielle Nord[19]. La ligne de la tangentielle Nord, qui longera la ligne de Grande Ceinture utilisée par les trains de fret, devrait ouvrir à partir de 2014 pour le tronçon central Épinay-sur-Seine RER CLe Bourget RER B[20]. Dugny sera donc desservie par la gare de Dugny - La Courneuve. Cette station se situera à la limite des deux communes, à proximité du parc et à environ 1 km au nord de l'Autoroute A1 à La Courneuve[21],[22]. Cela permettra notamment aux Dugnysiens un accès plus facile à la gare du Bourget.

Un hypothétique prolongement de la ligne 7 du métro de Paris est possible au nord, jusqu'au Musée de l'air et de l'espace au Bourget et bénéficierait aux Dugnysiens puisqu'une station serait prévue à la Gare du Bourget[23], accessible en bus ou avec la future Tangentielle Nord. De même, la première station sera à proximité du quartier du Pont-Yblon.

De plus, la Ligne rouge du Grand Paris Express prévue pour 2025 comprendra deux arrêts au Bourget, une située à l'aéroport du Bourget et l'autre à la gare du Bourget qui servira de point de départ et de terminus à certaines missions[24]. La première station desservira notamment le quartier du Pont-Yblon à Dugny.

Transports aériens[modifier | modifier le code]

Le tarmac de l'Aéroport de Paris-Le Bourget.
Article détaillé : Aéroport du Bourget.

L'aéroport de Paris-Le Bourget est situé sur le territoire de la commune. Il est géré par Aéroports de Paris. L'aéroport est ouvert au trafic national et international commercial non régulier, aux avions privés, à l'aviation générale, aux IFR et aux VFR avec certaines restrictions. Il est le premier aéroport d'aviation d'affaires en Europe[25]. Situé à treize kilomètres au nord-est de Paris, il occupe une superficie de 550 hectares, répartis sur quatre communes et deux départements : la Seine-Saint-Denis (Le Bourget et Dugny) et le Val-d'Oise (Bonneuil-en-France et Gonesse)[26].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Plan de Dugny :
1. Quartier du centre-ville
2. Quartier du Pont-Yblon
3. Partie sud de l'Aéroport du Bourget
4. Parc d'activités
5. Partie est du Parc Georges-Valbon

Quartiers[modifier | modifier le code]

Dugny est divisée en deux quartiers d'habitation. Le quartier principal qui s'étend le long de la route départementale 114 et le quartier du Pont-Yblon qui longe la route nationale 2. Les deux quartiers sont séparés par l'Aéroport du Bourget[17].

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Occupation des sols à Dugny en 2008
Type d’occupation Pourcentage Superficie
(en hectares)
Espace urbain construit 60,3 % 233,44
Espace urbain non construit 21,2 % 81,85
Espace rural 18,5 % 71,64
Source : Iaurif[27]

En 2008, Dugny a une surface totale de 386,93 hectares. Ses 383,93 ha sont répartis pour l'habitat individuel et l'habitat collectif, qui couvrent respectivement 15,09 ha et 29,80 ha. Ils sont également couvert par les voies de transports (rues, voies ferrées...) avec 112,88 ha, et par les entreprises (incluant bureaux, commerces...) avec 39,89 ha. Les espaces verts couvrent 75,74 ha de la commune soit près de 19,6 % de son territoire. Les équipements sportifs ouverts couvrent eux 6,27 ha et quant aux autres équipements (de loisir et culturel, de santé, d'enseignement...) ils occupent 16,70 ha de la ville[28].

Logements[modifier | modifier le code]

Différents types de logements à Dugny.

Dugny comptait 4 047 logements en 2008[29], dont 95,8 % en résidences principales. Parmi les Dugnysiens étant en résidences principales, 14,9 % des habitants sont propriétaires de leur logement, alors que 75,8 % sont locataires dont 63,7 % locataires d'un logement HLM, 9,3 % de la population est quant à elle logée gratuitement[30]. En 2006, parmi les résidences principales la part de logements sociaux à Dugny est de 68,5 % contre 33,2 % pour le département de la Seine-Saint-Denis[31],[32].

En 2008, 21,4 % des logements étaient composés de deux pièces, 38,9 % des logements de trois pièces et 26,2 % des logements de quatre pièces. Les logements plus grands, de cinq pièces (8,0 %), de six pièces ou plus (2,6 %), et les plus petits, les studios (2,9 %) sont moins nombreux[29].

Projets d'aménagement[modifier | modifier le code]

Depuis 2007, le projet d'aménagement de la zone dite des « chapeaux chinois » est en cours d'aménagement. D'une surface de 10,35 ha et située à l'entrée de la ville, la zone accueillera la nouvelle gare de Dugny - La Courneuve ou du moins sera située à proximité. Le projet prévoit la construction d'un peu plus de 300 logements dont 20 % de logements sociaux, l'implantation de commerces, la création d'un nouveau groupe scolaire et l'installation d'un lieu de prière de religion musulmane[33]. Ce programme se poursuit dans le cadre de la mise en place du Grand Paris.

Dès projets d'aménagement sont également en cours dans le centre-ville de Dugny, la mairie prévoit ainsi de rénover les rues Guynemer et Guénard et créer près de 150 nouveaux logements[34].

Au début de l'année 2010, trois architectes ont été chargés de l'aménagement de la zone de Paris Le Bourget, le cabinet du secrétaire d'État à la région capitale Christian Blanc a alors déclaré que la zone est considérée comme un des projets phares du Grand Paris. La maîtrise d'ouvrage de ces travaux sera assurée par la Communauté d'agglomération de l'aéroport du Bourget qui regroupe les communes du Bourget, de Drancy et de Dugny, en association avec les villes du Blanc-Mesnil et de Bonneuil-en-France[35].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Dugny viendrait du gallo-romain Duniacum qui signifie domaine de Dunius, son propriétaire[36]. Plus tard, le site est surnommé Dugny-en-France, du fait de la plaine de France dans laquelle elle se situe.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les origines de Dugny[modifier | modifier le code]

Une fouille de sauvetage effectuée en 1998 a permis de mettre à jour deux enclos circulaires et sont datables de l'holocène et plus spécifiquement de la protohistoire (à l'âge du bronze ou à l'âge du fer). On pense qu'ils délimitaient des tertres et même si aucune inhumations ou incinérations de l'époque n'a été découverte, la fonction funéraire du lieu semble certaine. Quatre sépultures datées de l'époque mérovingienne ont néanmoins été retrouvées sur ce même lieu, de même que des bijoux qui sont datables de la fin du VIIe siècle ou du début du VIIIe siècle[37],[38]. À cette même époque, le territoire de Dugny est situé sur un plateau entouré de marais, au carrefour de sept rivières[36]. La première apparition de Dugny dans les documents paraît dater de 832[39].

À l'époque féodale et sous l'Ancien Régime[modifier | modifier le code]

Carte de Cassini du Bourget et ses environs vers 1780.

En 1119, Dugny appartient au prieuré de Saint-Martin-des-Champs puis aux Montmorency avant d'être cédée à l'Abbaye de Saint-Denis en 1216[36].
En 1443, Henri VI, roi d'Angleterre, confisque la terre de Dugny à Jacques de Luiller resté fidèle à Charles VII, pour la donner à un Français qui avait embrassé son parti[39].

Au XVIe siècle, des aménagements ont lieu sur le Croult et l'on voit au XVIIe siècle siècle, la création de trois moulins. Ces derniers ne survivront pas à l'avènement des minoteries industrielles[39].

Au XVIIe siècle, Dugny dépend du département de Gonesse qui fournit le blé et le pain pour la population parisienne. Le village compte alors 200 habitants[36]. À cette même époque, le hameau du Bourget, qui n'est alors constitué que d'une seule rue, est rattaché à Dugny, ainsi que le hameau du Pont-Yblon qui ne constitue lui qu'un groupement de maisons[39].

De la Révolution française à la fin de la Belle Époque[modifier | modifier le code]

Dugny au début XXe siècle.

En 1789, c'est la fin de l'Ancien Régime, les privilèges sont abolis par la Révolution. Cette même année, Dugny organise des élections, c'est Pierre Trossu qui est élu[40]. En 1790, Le Bourget, qui dépendait à ce moment-là de Dugny, se sépare de sa tutelle pour devenir une commune autonome[41].

En 1814 et 1815, lors de la Restauration, Dugny est occupé par les armées alliées (russe, prussienne et autrichienne) qui y font des dégâts[36]. Les jours paisibles reviennent peu à peu à Dugny, la commune devient un lieu de villégiature et de plaisance pour les Parisiens. Dès 1858, le village est plutôt bien desservie grâce au chemin de fer et à la gare du Bourget. Dugny passe de 328 habitants en 1806 à 611 en 1866.

Mais la guerre franco-prusse de 1870 vient changé les choses et plus particulièrement le siège de Paris, le territoire de Dugny est alors occupé par les prussiens et subit des tirs de l'artillerie française implantée au Bourget[36],[42]. De même, lors de la première bataille du Bourget mais surtout lors de la deuxième bataille du Bourget, qui ont respectivement lieu du 28 au 30 octobre 1870 et le 21 décembre 1870, les affrontements provoquent d'importants dégâts sur la commune. Sous le feu des canons, l'église est détruite et le village ravagé[36],[43].

A la Belle Époque, la commune se reconstruit peu à peu et le XXe siècle va marquer un tournant dans l'histoire du village. Au début du siècle, Dugny, qui est encore un village de campagne, se transforme peu à peu en une petite ville de la banlieue parisienne[44].

1914-1945 : l'influence de l'aéroport[modifier | modifier le code]

La Cité de l'Eguillez construite en 1932.

Au XXe siècle, l'histoire de Dugny, comme celle du Bourget, est liée à celle de l'aérodrome puis aéroport du Bourget. Même si il est, à l'époque, principalement situé sur la commune de Dugny, l'aéroport a pris le nom du Bourget, lieu où se trouvait la gare de chemin de fer[45],[46],[47]. Les évènements se déroulant sur l'aéroport sont donc associés le plus souvent à la ville du Bourget. Il en va ainsi pour l'arrivée de Charles Lindbergh à l'aéroport du Bourget et qui réalise ainsi la première traversée aérienne de l'Atlantique Nord entre New York et Paris le [48], ou encore pour le retour d'Édouard Daladier en France, le après la signature des accords de Munich, où une foule énorme vient le saluer à l'aéroport du Bourget[49].

Parallèlement, le département achète les terres labourables pour y construire des logements HBM. Avec cela la population change, elle se militarise notamment de par la présence de l'aéroport du Bourget sur le territoire communal et elle devient de plus en plus ouvrière de par les nombreux sites industriels qui ouvrent au nord de Paris.

En 1932, La cité de l'Esguillez est édifiée par les architectes Georges Albenque et Eugène Gonnot pour l'Office public d'HBM de la Seine[50]. En 1933, la cité du Pont-Yblon est bâtie par l'architecte Germain Dorel, composée de 334 logements. Cet ensemble HBM, isolé du centre de Dugny par l'aérodrome, accueillant exclusivement des militaires à partir de 1934, intègre alors un dispensaire et un groupe scolaire[51],[52].

Au cours de la Seconde Guerre Mondiale, les Allemands prennent possession de l’aéroport et l’agrandissent considérablement. Le 16 août 1943, les forces américaines et anglaises bombardent les pistes mais la base aérienne reste occupée jusqu’à sa libération[46],[48]. Ce bombardement du , appelé opération Starkey, destiné à détruire l'aéroport, rase la commune à 95 ou 98 %[53],[54].

De la libération à nos jours[modifier | modifier le code]

Pour avoir subi pas moins de quinze bombardements, la ville de Dugny est alors décorée de la croix de guerre avec palmes le [44],[53]. De même, l'aéroport du Bourget, sérieusement endommagé pendant la Seconde Guerre mondiale est reconstruit à l'identique, et sert d'aéroport civil de Paris jusque dans les années 1970. La création du nouvel aéroport de Roissy libère de la place au Bourget et le regroupement des collections dispersées dans une partie du hall de l'aéroport est étudié. C'est à partir de 1973 que le musée de l'air et de l'espace déménage progressivement de Chalais-Meudon à l'aéroport du Bourget. Le premier hall, le hall B, est inauguré en 1975 peu avant le salon du Bourget[55].

Parallèlement, la ville de Dugny, qui a été en grande partie détruite, se reconstruit peu à peu. Finalement, seul le quartier du Pont-Yblon avait été en quelque sorte préservé[44]. En plus de sa reconstruction, la ville doit aussi faire face à un développement démographique qui est la conséquence d'une demande de construction très rapide de logements entre les années 1950 et les années 1970, en partie pour loger les rapatriés d'Algérie mais aussi la population issue du grand bidonville de Saint-Denis-La Courneuve qui a été démantelé. Ces années voient aussi l’arrivée de nouvelles populations immigrées[44].

Avant le , la ville de Dugny est une commune du département de la Seine mais celui-ci est supprimé, en application de la loi du portant sur la réorganisation de la région parisienne et intégré dans le département de Seine-Saint-Denis[56].

En 1973, c'est la fin des Trente Glorieuses, il marque aussi pour Dugny et de manière plus générale pour la banlieue nord de Paris, le début des difficultés économiques. La crise du pétrole, la désindustrialisation de la région parisienne et, à une échelle plus locale, la cessation des activités de l'aéroport du Bourget provoquent un taux de chômage explosif[44].

En novembre 2005, comme de nombreuses communes de l'agglomération parisienne et celles des grandes villes de province, des faits de délinquance touchent la ville mais restent plus modérés que dans d'autres communes du département, même voisines, telle Le Blanc-Mesnil. Il n'y a pas eu de violences accrues à Dugny comme le montre la chronologie des émeutes de 2005 en France. Néanmoins, cet épisode relayé par les médias de nombreux pays montre alors l'état de ghettoïsation ethnique et sociale de nombreux secteurs de banlieue et l'incapacité du pouvoir politique à faire face à l'échec de l'intégration d'une importante population immigrée[57].

La base aérienne 104 implantée à Dugny depuis la Première Guerre mondiale en bordure des pistes de l'aéroport du Bourget, et qui accueillait depuis 1953, l'Établissement d'aéronautique navale de Dugny-Le Bourget, ferme définitivement le [58]. Ses installations accueilleront Eurocopter, qui quitte notamment son usine de La Courneuve[59],[60].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

André Veyssière, maire de Dugny depuis 1989.

Dugny fait partie du canton du Bourget. Le canton du Bourget est formé par les villes du Bourget, de Dugny et par la partie nord de Drancy et a pour Conseiller Général Vincent Capo-Canellas (Nouveau Centre) depuis 2003, réélu en 2008 dès le premier tour[61],[62],[63]. Vincent Capo-Canellas, devenu Sénateur de la Seine Saint-Denis le 25 septembre 2011 est remplacé au Conseil général par sa suppléante, Elisa Carcillo, adjointe au maire de Drancy[64],[65],[66],[67]. La commune de Dugny fait partie avec les cantons du Blanc-Mesnil, de Stains et, depuis 2012, de La Courneuve de la quatrième circonscription de la Seine-Saint-Denis[68]. Marie-George Buffet (PC) en est la députée[69].

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Dugny a été un temps un bastion communiste de la « ceinture Rouge » de la région parisienne[40]. Depuis 1989, le maire de Dugny est André Veyssière (RPR puis UMP)[40], bien que la ville vote majoritairement socialiste aux dernières élections régionales et nationales.

À l’élection présidentielle française de 2007[70], le premier tour voit arriver en tête Ségolène Royal avec 33,71 % soit 1 433 voix, suivi de Nicolas Sarkozy avec 25,52 % soit 1 085 voix, puis de François Bayrou avec 14,11 % soit 600 voix, et enfin de Jean-Marie Le Pen avec 12,66 % soit 538 voix, aucun autre candidat ne dépassant le seuil des 10 %. Au second tour, les électeurs ont voté à 56,22 % soit 2 313 voix pour Ségolène Royal contre 43,78 % soit 1 801 voix pour Nicolas Sarkozy, alors que la moyenne nationale est, au second tour, de 53,06 % pour Nicolas Sarkozy et 46,94 % pour Ségolène Royal[71]. Pour cette élection présidentielle, le taux de participation est élevé. On compte au premier tour, 5 265 inscrits sur les listes électorales dugnysiennes, 81,94 % soit 4 314 voix ont participé aux votes, le taux d’abstention est de 18,06 % soit 951 voix, 1,46 % soit 63 voix ont effectué un vote blanc ou nul et enfin 98,54 % soit 4 251 voix se sont exprimées.

À l'élection régionale de 2010 en Île-de-France[72], le premier tour voit arriver en tête la liste conduite par Jean-Paul Huchon (LSOC) avec 23,57 % soit 358 voix, suivi de la liste conduite par Marie-Christine Arnautu (LFN) avec 17,38 % soit 264 voix, puis celle conduite par Valérie Pécresse (LMAJ) avec 17,18 % soit 261 voix. Au second tour, les électeurs votent à 67,31 % soit 1143 voix pour la liste de Jean-Paul Huchon contre 32,69 % soit 555 voix pour la liste Valérie Pécresse, résultat plus contrasté que la moyenne régionale[73], qui est, au second tour de 56,69 % pour la liste de Jean-Paul Huchon contre 43,31 % pour la liste Valérie Pécresse.

À l’élection présidentielle française de 2012, le premier tour porte François Hollande en tête avec 40,65 % soit 1 460 voix, Nicolas Sarkozy n'arrivant que quatrième avec 14,28 % soit 513 voix, devancé par Marine Le Pen avec 18,28 % soit 671 voix et Jean-Luc Mélenchon avec 17,79 % soit 639 voix, aucun autre candidat ne dépassant le seuil des 10 %. Au second tour, les électeurs ont plébiscité François Hollande avec 2 504 voix soit 69,73 %, contre 30,27 % soit 1 087 voix pour Nicolas Sarkozy. Pour cette élection présidentielle, le taux de participation reste assez élevé. On compte au premier tour, 5 294 inscrits sur les listes électorales dugnysiennes, 69,46 % soit 3 677 voix ont participé au vote[74].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le Conseil municipal de Dugny comporte 33 mandats dont neuf maire-adjoints et vingt-trois conseillers municipaux. Il est présidé par le maire André Veyssière[75].

Partage des sièges au sein du Conseil municipal de Dugny, mandature 2014-2020[75].
Groupe Président Effectif Conseillers communautaires Statut
« Continuons Ensemble » (UMP, UDI, MoDem, divers droite, divers gauche, sans étiquette) André Veyssière 26 7 majorité
« Ensemble, construisons un nouveau Dugny » (Parti Socialiste, EELV) Janine Lopez 4 1 opposition
« Dugny, coeur à gauche, c'est l'humain d'abord » (Parti Communiste) Michel Delplace 3 1 opposition

Liste des Maires[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des maires de Dugny.

Quatre maires se sont succédé à Dugny depuis 1944[40] :

Liste des maires successifs[40]
Période Identité Étiquette Qualité
1944 1944 François Larivière PCF Président du Comité Local de Libération
1944 1945 Emmanuel Lambert ... ...
1945 1965 François Larivière PCF ...
1965 1989 Félix Lacan PCF ...
1989 en cours
(au 1er avril 2014)
André Veyssière RPR puis UMP Vice-président de la Communauté d'Agglomération de l'Aéroport du Bourget
Réélu pour le mandat 2014-2020[76]

Sécurité, police et gendarmerie[modifier | modifier le code]

Dugny fait partie de la juridiction d’instance d'Aubervilliers[77], de la juridiction de grande instance de Bobigny et du tribunal de commerce de Bobigny[78],[79].

Sur son territoire, Dugny accueille une caserne de la Garde républicaine, la caserne de Rose à l'emplacement de l'ancienne Base aérienne 104[80].

Caserne de Rose - Garde Républicaine

Tout comme pour Paris, mais aussi pour les autres communes de la Seine-Saint-Denis, les communes des Hauts-de-Seine et les communes du Val-de-Marne, la sécurité et la police dépendent avant tout de la Préfecture de police de Paris et dépendent ensuite du maire de la commune et du préfet de la Seine-Saint-Denis[81].

Dugny, le Bourget et la Courneuve font partie de la circonscription de police de la Courneuve[82]. En 2008, la circonscription de police de la Courneuve a un taux de criminalité moyen de 113,38 crimes et délits pour 1 000 habitants[83]. Le taux d'insécurité au sein de la circonscription de la Courneuve est largement supérieur à la moyenne nationale en 2008 qui est de 83 ‰, et supérieur à la moyenne départementale de 95,67 ‰ pour la même année[84],[85]. Ainsi, le commissariat de la Courneuve arrive en 4e position sur les 21 circonscriptions de police de la Seine-Saint-Denis en termes de délinquance[83]. La circonscription de la Courneuve a donc l'un des moins fort taux de criminalité du département. Néanmoins, pour la ville, ces résultats sont à nuancer puisque la population de Dugny représente moins de 20 % environ de celle, totale, de la circonscription[Note 3].

La commune a installé un système de vidéosurveillance en juin 2011. Cette opération a pour but de préserver la sécurité des citoyens, de maintenir un climat de sécurité auprès de la population et d'empêcher tout fait de délinquance[86].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Les villes de Drancy et du Bourget ont créé, fin 2006, une communauté de communes qui porte le nom de communauté de communes Drancy-Le Bourget, et dont le premier conseil communautaire a eu lieu le . Le , Dugny rejoint la communauté, qui prend le nom de communauté de communes de l'aéroport du Bourget[87],[88].

À compter du , cette communauté de communes se transforme en communauté d'agglomération[89].

Le conseil communautaire compte 34 membres : 7 Dugnysiens, 10 Bourgetins et 17 Drancéens ; leurs actions concernent près de 90 000 citoyens. La communauté d’agglomération de l’aéroport du Bourget permet aux villes de Drancy, de Dugny et du Bourget de bénéficier de services qu’elles ne pourraient pas développer seules, et de peser davantage sur les décisions d’aménagement du territoire francilien [90].

La communauté d'agglomération gère les conservatoires, le réseau des médiathèques, les piscines, les installations d’athlétisme, les ordures ménagères, les équipements de petite enfance, l’eau, la politique de la ville, l’achat des repas pour la restauration collective, la gestion commune de maison de l’emploi, etc. Elle cherche également à développer les actions coordonnées de développement économique, les études et actions de promotion économiques, l’élaboration d’un schéma de cohérence territoriale, les études d’aménagement d’intérêt communautaire, le développement durable, l’informatique, la téléphonie, etc[87],[88].

L’objectif est de créer entre Saint-Denis et Roissy un pôle de développement centré sur l’aéroport du Bourget au cœur de la plaine de France[90]. Le , la communauté d'agglomération pourrait accueillir une nouvelle commune, celle de Bonneuil-en-France dans le Val-d'Oise, village de 710 habitants en 2009[91]. La municipalité a refusé le rattachement à la communauté d'agglomération Val de France proposé par le préfet. La communauté d'agglomération valdoisienne comprend Arnouville, Garges-lès-Gonesse, Sarcelles et Villiers-le-Bel ; les conseillers municipaux de Bonneuil ont alors annoncé leur volonté de s'associer aux communes de l'agglomération de l'aéroport du Bourget, auxquelles la ville de Bonneuil-en-France se sent plus proche puisque plus du tiers de l'aéroport du Bourget se trouve en fait sur son territoire[92]. Dans un premier temps, c'est aux préfets des deux départements de prendre une décision pour étendre le périmètre de la communauté d'agglomération et ce sera ensuite aux conseils municipaux et communautaires de se prononcer[93].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Au 11 février 2012, Dugny est jumelée avec[94] :

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 10 783 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de plus de 10 000 habitants ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[Note 4],[Note 5].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
270 333 328 344 460 532 592 548 564
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
533 594 611 489 517 601 643 611 643
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
644 618 615 1 380 3 315 4 307 4 289 1 391 6 960
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
6 185 7 860 8 094 8 451 8 361 8 641 10 336 10 603 10 527
2011 - - - - - - - -
10 783 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[95] puis Insee à partir de 2004[96].)
Histogramme de l'évolution démographique


Les ménages[modifier | modifier le code]

En 2008, le nombre total de ménages dugnysiens est de 3 883[97]. Ces ménages ne sont pas tous égaux en nombre d'individus. Certains de ces ménages comportent une personne, d'autres deux, trois, quatre, cinq voire plus de six personnes. Voici ci-dessous, les données en pourcentage de la répartition de ces ménages par rapport au nombre total de ménages.

Personnes par ménage (2007) 1 2 3 4 5 6 ou plus
Dugny 27,7 % 26,2 % 17,7 % 15,3 % 7,4 % 5,7 %
Paris 52,4 % 25,9 % 10,5 % 7,1 % 2,7 % 1,4 %
Moyenne nationale 31,0 % 31,1 % 16,2 % 13,8 % 5,5 % 2,4 %
Sources des données : INSEE[97]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Le collège Jean-Baptiste Clément à Dugny.

Dugny est en zone C, sous la direction de l'académie de Créteil[98].

La commune compte quatre écoles maternelles (Irène et Frédéric Joliot-Curie, Jean Jaurès, Marcel Cachin, Colonel Fabien), quatre écoles élémentaires (Jean Jaurès, Henri Wallon, Paul Langevin, Colonel Fabien), un collège (Jean-Baptiste Clément), un lycée polyvalent hôtelier (Rabelais) et un lycée privé (Robert Schuman)[99],[100].

Le lycée professionnel privé Robert Schuman propose diverses filières, des sections maintenance (MEI), électronique (SEN) et production informatisée (TU)[101].

Un lycée devrait voir le jour en 2012 au Bourget, notamment du fait de la saturation du lycée Eugène Delacroix à Drancy[102]. Le futur lycée accueillera les élèves du Bourget, de Dugny et une partie des Drancéens. Il est prévu pour accueillir 665 élèves en filières générales et technologiques[103].

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Chaque mercredi, les jeunes Dugnysiens peuvent aller dans des espaces de jeux situés dans divers maisons de quartiers (salles de quartiers Allende et Thorez) et dans le préau de la maternelle Colonel Fabien dans le quartier du Pont-Yblon. Elles sont aussi accessibles pendant les vacances scolaires[104].

Dans le quartier du Pont-Yblon, un espace de rencontre est également mis à la disposition des 15-25 ans. Il propose diverses activités et permet l'aide à la rédaction de CV et de lettre de motivation et à la réalisation de projets[105]. Un point accueil jeunesse a ouvert en janvier 2012 dans le centre-ville de Dugny et a pour but l’orientation et l’insertion professionnelle des 18-25 ans[106].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

La fête de l'Huma en 2006 à Dugny.

Dugny accueille sur son territoires des festivités d'envergure nationale et internationale. Les deux plus célèbres sont la fête de l'Humanité qui a lieu chaque année au mois de septembre au parc Georges-Valbon, dans l'aire des vents à Dugny[107], et le salon international de l'aéronautique et de l'espace de Paris-Le Bourget qui a lieu au mois de juin à l'aéroport du Bourget tous les deux ans (années impaires)[108].

Pour la fête nationale, un feu d'artifice est organisé dans l'aire des vents du parc Georges-Valbon, le 13 juillet au soir[109]. En 2011, la municipalité a organisé une fête de quartiers, « Dugny fête ses quartiers », où elle a célébré ses différents quartiers et les différentes cultures qui composent la commune[110].

Santé[modifier | modifier le code]

Il existe à Dugny un centre municipal de la santé. Y sont pratiqués de la médecine générale et spécialisée, des soins infirmiers et des prélèvements de laboratoire, des soins dentaires et de la kinésithérapie[111].

Sports[modifier | modifier le code]

Les salles sportives municipales David Douillet

La commune de Dugny dispose d'un stade (Alain Mimoun), de deux gymaneses (Alain Mimoun et Jean Jaurès), des terrains de Tennis (Tennis Club de Dugny) et des salles de sports (salles sportives municipales David Douillet)[112].

Dans le cadre de la communauté d'agglomération de l'aéroport du Bourget, les Dugnysiens peuvent accéder aux stades nautiques du Bourget et de Drancy aux mêmes tarifs que les habitants de ces mêmes communes[113].

Médias[modifier | modifier le code]

La commune de Dugny édite un journal trimestriel, « Dugny, une ville qui vous informe ». C'est un journal d'informations locales d'une quarantaine de pages en couleur. Il est possible de le consulter via le site de la ville[114].

Dugny dispose d'un portail institutionnel[115], site sur lequel il est possible de s'informer sur l'actualité de la ville, mais également sur ses infrastructures et son histoire.

La commune a adhéré au SIPPEREC, syndicat intercommunal de la périphérie de Paris pour l'électricité et les réseaux de communication, afin de procéder à l'étude de la mise en place du câble sur la commune dans les prochaines années[116].

Cultes[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Denis à Dugny.

Les Dugnysiens disposent de lieux de culte catholique et musulman :

Dugny est une commune qui dépend du secteur pastoral du Blanc-Mesnil au sein du diocèse de Saint-Denis dont le lieu de culte au Bourget est l'église Saint-Denis-de-Dugny[117],[118].

La ville dispose également d'une salle de prières de confession musulmane, gérée par l'association culturelle des musulmans de Dugny. L'association, crée en 1989, gère des activités cultuelles (organisation du culte), mais aussi culturelles (enseignement de l'arabe et de l'histoire de la civilisation musulmane)[119],[120].

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2009, le revenu fiscal médian par ménage était de 13 702 €, ce qui plaçait Dugny au 29 885e rang parmi les 31 604 communes de plus de 50 ménages en métropole[121].

Les taux communaux de la fiscalité directe locale étaient les suivants en 2009[122] :

À ces taux, il convient d'ajouter ceux appliqués par d'autres collectivités et par l'État pour déterminer les sommes payées par les contribuables.

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2008, 7 012 Dugnysiens avaient entre 15 et 64 ans, les actifs ayant un emploi représentaient 62,6 % de la population dugnysienne, les retraités représentaient 4,4 % des Dugnysiens, 10,3 % de la population était considéré comme autres inactifs et 876 Dugnysiens étaient chômeurs, ce qui donne un taux de chômage de 12,5 % pour la commune contre 11,8 % pour le département la même année[121]. Et enfin la population estudiantine représentait 10,2 % des Dugnysiens[123],[124].

Répartition des emplois par domaines d'activité en 2008

  Agriculture Industrie Construction Commerce Services
Dugny 0,09 % 6,08 % 4,52 % 50,43 % 38,86 %
Moyenne nationale 3,48 % 15,40 % 6,45 % 13,32 % 61,40 %
Sources des données : INSEE[125]

Répartition des emplois par catégories socioprofessionnelles en 2008

  Agriculteurs Artisans, commerçants,
chefs d'entreprise
Cadres, professions
intellectuelles
Professions
intermédiaires
Employés Ouvriers
Dugny 0,0 % 2,3 % 9,0 % 25,2 % 41,9 % 21,6 %
Moyenne Nationale 2,4 % 6,4 % 12,1 % 22,1 % 29,9 % 27,1 %
Sources des données : INSEE[125]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

En 2004 à Dugny, 22 entreprises ont été créées, la ville se place à la 2 213e place au niveau national sur la création d'entreprise, cette année-là[126]. Le nombre total d'établissements est d'environ 602 (en 2004). Les établissements de l'industrie agricole et alimentaire représentent 3,2 % du nombre total d'entreprises avec un nombre de cinq établissements, les industries des biens de consommation représentent 1,9 % avec trois établissements, les industries des biens d'équipement représentent une part de 1,3 % avec deux entreprises. L'industrie des biens intermédiaires comporte cinq entreprises soit 3,2 %, la construction avec ses treize entreprises représente 8,3 %, le commerce représente pas moins de 26,7 % du nombre total d'entreprises avec quarante-trois établissements, le transport comprend dix-sept établissements soit 10,9 %. Les activités immobilières totalisent trois entreprises soit 1,9 %, les services aux entreprises représentent 16,7 % avec vingt-six établissements, les services aux particuliers comprennent dix-sept entreprises soit 10,9 % et enfin pour ce qui touche au dernier type d'établissement à savoir l'éducation, la santé et l'action sociale on dénombre vingt-deux entreprises soit 14,1 % du nombre d'établissements total.

Patrimoine et culture[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine aéronautique[modifier | modifier le code]

L'entrée du Musée de l'air et de l'espace.

Tout comme l'histoire de la ville, le patrimoine de Dugny est intimement lié au patrimoine aéronautique. En effet, l'aéroport du Bourget couvre à peu près la moitié du territoire dugnysien et une grande partie des collections du musée de l'air et de l'espace est située à Dugny[17],[127],[128]. Bien qu'ils sont tous deux, de par leurs noms, associés à la ville du Bourget.

L'aéroport du Bourget est le premier aéroport parisien à avoir été construit et il est aujourd'hui le premier aéroport d'affaires européen[25], il accueille, tous les deux ans (mois de juin des années impaires), le salon international de l'aéronautique et de l'espace.

Le musée de l'air et de l'espace est le plus important musée aéronautique de France. Lors de son déménagement au Bourget en 1975, le musée occupait une partie de l'esplanade ainsi qu'un hangar, au sud de l'aérogare[129]. En 1977, la disparition du trafic commercial entraîne une reconversion rapide de l’aéroport dans l’aviation d’affaires, et libère de l'espace pour l'extension du musée qui ouvre. C'est en 1987 que l'aérogare, en partie désaffectée depuis 1977, devient « La Grande Galerie », qui présente une grande collection d’avions originaux des débuts de l’aviation et de la « Première Guerre mondiale »[55],[128],[130]. Le musée a eu une fréquentation de 274 678 visiteurs en 2008, le classant à la 24e place des musées français les plus visités[131].

Monuments commémoratifs[modifier | modifier le code]

Monument aux morts, place du 16 août 1943.
Article connexe : François Cretté-Palluel.

Sur la place du 16 août 1943, on trouve un monument aux morts, sur lequel est écrit « À la glorieuse mémoire des enfants de Dugny morts pour la France ».

Au cimetière de Dugny, on trouve aussi une stèle commémorative, dressé en souvenir des bombardements du 13 août 1943, il rend hommage aux deux-cents victimes qui n'avaient pas quitter les lieux, le bombardement avait touché trois abris sur cinq. On voit aussi dans ce cimetière, de nombreuses tombes d'inconnus mort lors de ce tragique événement.

La tombe de François Cretté de Palluel est un des éléments du patrimoine dugnysien. Avant tout parce que l'homme est un personnage important de la commune. Riche propriétaire et savant agronome, il contribue au progrès agricole de la commune et fait partie de la première municipalité de Dugny pendant la Révolution française. Il est incarcéré comme suspect, avec son père et son frère, en 1794, il doit en partie sa libération aux démarches des habitants de Dugny[132].

Espaces verts[modifier | modifier le code]

Parc Georges Valbon
Article détaillé : Parc Georges-Valbon.

Une partie du territoire communal est occupée par le parc départemental Georges-Valbon. Le Parc Georges-Valbon ou anciennement appelé parc départemental de La Courneuve (avant 2010) est un site du Réseau Natura 2000. Il a été officiellement rebaptisé parc Georges-Valbon le samedi , en hommage au premier président du Conseil général de Seine-Saint-Denis[133]. Il est le plus grand parc d'Île-de-France avec une superficie de 415 hectares[134]. La partie dugnysienne du parc se compose de l'aire des Vents et du bassin du Brouillard[17].

Dugny dispose également d'autres espaces verts, on trouve les jardins de la Morée au nord de la commune et le square Jean Jaurès à proximité de l'aire des Vents[17].

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

L'espace culture Victor Hugo et la médiathèque Anne Franck

La ville dispose d'un conservatoire municipal. Celui-ci abrite une école municipale de musique, de danse et de théâtre[135]. Dugny possède également d'une salle de spectacle, la salle Henri Salvador, qui propose des séances de cinéma[136].

Dugny dispose également de l'espace culturel Victor Hugo[137],[138]. La médiathèque de Dugny, médiathèque Anne Frank, est située au premier étage de l'espace culturel et elle est d'une superficie de 540 m².

La ville de Dugny dispose de nombreuses médiathèques administrées par la Communauté d'agglomération de l'aéroport du Bourget[137]. La médiathèque Georges Brassens d'une surface de 4 000 m², a été inaugurée le 28 avril 2007. Elle a coûté 13 millions d'euros, dont 5,6 de subventions. C'est l'une des très rares médiathèques ou bibliothèques françaises à être ouverte 7 jours sur 7. La médiathèque fait trois étages et comprend au sous-sol un auditorium. L'accueil et la section jeunesse (650 m²) se trouve au rez-de-chaussée, les documentaires pour adultes au 1er étage, la fiction pour adulte, la musique et les films au second étage (soit 1 600 m² pour la section adulte) et les services administratifs et scientifiques au 3e étage. Au total, elle donne accès à 65 000 livres, 8 000 DVD et 6 500 CD, et comprend 65 postes informatiques connectés à Internet ainsi que 10 postes de recherche documentaire. Elle constitue l'élément central d'un réseau de six médiathèques de quartier (quatre à Drancy, une au Bourget et celle de Dugny citée précédemment). Les quatre médiathèques drancéennes de proximité sont celles de l'Économie, du Bois de Groslay, de l'Avenir et de Gaston Roulaud.

Architecture[modifier | modifier le code]

La Cité du Pont-Yblon construite par Germain Dorel en 1933.

L'architecture de Dugny est avant-tout marquée par le logement social et la présence militaire. De plus, après la Seconde Guerre mondiale la commune est détruite à 95 ou 98 %[53],[54], les bâtiments de la commune datent donc majoritairement du XXe siècle et du XXIe siècle.

Les cités de l'Eguillez et du Pont-Yblon, construite respectivement en 1932 et 1933, sont le parfait exemple de l'histoire et de l'architecture de la ville. Elles s'inscrivent dans le plan des constructions d'urgence édifiées pendant l'entre-deux-guerres et sont des Habitations à Bon Marché. La première bénéficiait de la proximité de la cité-jardin, détruite pendant les bombardements qui ont touché la ville en 1943 et elle témoigne du Dugny ouvrier[50]. La seconde, éloignée du centre-ville par l'aéroport, était destinée à recevoir les familles de gardes mobiles et un groupe scolaire et un dispensaire y sont intégrés ; elle témoigne alors du Dugny militaire[51],[52]. Ce côté militaire se remarque aussi par la présence de la caserne militaire de Rose[80].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Shirley & Dino aux césars.

Nées à Dugny[modifier | modifier le code]

Autres résidents dugnysiens[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Dugny 93 pointe.svg

Les armes de la commune de Dugny se blasonnent ainsi :
Ecartelé : au premier et au quatrième d'azur au clou d'argent accompagné de trois fleurs de lys d'or, au deuxième et au troisième de gueules à l'anille d'argent accompagnée de neuf épis de blé d'or, formant trois fleurs de lys ordonnées 2 et 1[140],[141].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le patrimoine des Communes de la Seine-saint-Denis, Flohic éditions, 1994, (ISBN 2-908958-77-5).
  • État des communes du département de la Seine à la fin du XIXe siècle, Monographie sur Dugny, éditions Montévrain

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Jusqu'à la dissolution de la communauté d'agglomération le 31 décembre 2015 compte tenu de la création de la Métropole du Grand Paris le 1er janvier 2016.
  2. Les valeurs d'insolation sur la période 1961/1990 (héliographes Jordan puis Campbell-Stokes) présentent des écarts de mesure avec celles relevées depuis l'implantation des héliographes à fibre optique Cimel.
  3. En 2006, la population de la Courneuve est de 37 034 habitants, celle du Bourget est de 12 720 habitants et enfin celle de Dugny est de 10 603 habitants.
  4. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  5. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Carte d'identité de la ville », sur le site de la mairie de Dugny (consulté le 5 février 2012).
  2. « Orthodromie d'après les longitudes et latitudes des communes sélectionnées », sur le site lion1906.com de Lionel Delvarre (consulté le 5 février 2012)
  3. « Orthodromie d'après les longitudes et latitudes des communes sélectionnées », sur le site lion1906.com de Lionel Delvarre. (consulté le 5 février 2012)
  4. « Carte d'identité », sur le site de l'établissement public d'aménagement Plaine de France,‎ (consulté le 5 février 2012)
  5. « Cartes des limites administratives d'Île-de-France - Limites administratives des communes et départements », sur Institut d'aménagement et d'urbanisme - Île-de-France (consulté le 05 février 2012)
  6. Raymond Liegibel, Regards sur Drancy : Une commune dans l'Histoire de France, Société Drancéenne d'Histoire et d'Archéologie, 350 p., p. 14
  7. a, b et c État des communes du département de la Seine à la fin du XIXe siècle : Monographie sur Dugny, Montévrain
  8. « Fiche cours d'eau - Le Crould (F70-0410) », sur Sandre, portail national d’accès aux référentiels sur l’eau (consulté le 5 février 2012)
  9. « Fiche cours d'eau - La Moree (F7075000) », sur Sandre, portail national d’accès aux référentiels sur l’eau (consulté le 5 février 2012)
  10. « Archéologie & histoire de Bonneuil-en-France », sur le site du conseil général du Val-d'Oise (consulté le 5 février 2012)
  11. Patrice Dupont et Thierry Maytraud, « La dé-couverte d'une rivière urbaine : Le projet de la Vieille mer en Seine-Saint-Denis », dans Les cahiers de l'IAURIF : Le fleuve, un système, des territoires, des acteurs, Paris, IAURIF,‎ novembre 2004 (ISSN 0153-6184), chap. 141, p. 82-86
  12. « Histoire d'une rivière disparue - Où est passée la Molette ? », sur le site de la mairie de Dugny (consulté le 5 février 2012)
  13. « Climat de l'Île-de-France », sur le site météo-paris.com, site personnel de Guillaume Séchet (consulté le 30 janvier 2012)
  14. « Climatologie : Le Bourget - Températures moyennes depuis 1781 », sur le site lameteo.org, site personnel de Frédéric Decker (consulté le 30 janvier 2012)
  15. « Le Bourget, Seine-Saint-Denis(93), 52m - [1961-1990 »], sur le site de l'association Infoclimat (consulté le 30 janvier 2012)
  16. a, b, c, d et e « Transports à Dugny », sur le site de la mairie de Dugny (consulté le 10 janvier 2012)
  17. a, b, c, d et e « Plan de la ville », sur le site de la mairie de Dugny (consulté le 10 janvier 2012)
  18. Jamila Aridj, « Ces pilleurs d'autoroute qui cisaillent les câbles électriques », sur le site du magazine Le Point,‎ 2008 (consulté le 28 mai 2010)
  19. « Le tronçon Epinay/sur/Seine – Le Bourget », sur le site de la Tangentielle Nord (consulté le 6 février 2012)
  20. « Créer une liaison ferroviaire attractive dans le nord de l'Ile-de-France », sur le site de la Tangentielle Nord (consulté le 6 février 2012)
  21. « Ouverture de la gare de Dugny-La Courneuve », sur le site de la mairie de Dugny (consulté le 5 février 2012)
  22. « Les travaux commune par commune », sur le site de la Tangentielle Nord (consulté le 6 février 2012)
  23. « Prolongement de la ligne 7 », sur le site de la communauté d'agglomération Plaine-Commune (consulté le 21 février 2009)
  24. « Grand Paris Express », sur le site de la RATP (consulté le 5 février 2012)
  25. a et b [PDF] Aéroports de Paris, « Plaquette de présentation de Paris-Le Bourget », sur le site de la mairie du Bourget (consulté le 5 février 2012)
  26. « Aéroport du Bourget », sur le site de la mairie de Bonneuil-en-France (consulté le 5 février 2012)
  27. « Fiche communale d'occupation des sols, vue satellite simplifiée », sur le site de l'Institut d'aménagement et d'urbanisme de l'Île-de-France,‎ 2008 (consulté le 5 février 2012)
  28. « Fiche communale d'occupation des sols, plan détaillé », sur le site de l'Institut d'aménagement et d'urbanisme de l'Île-de-France,‎ 2008 (consulté le 5 février 2012)
  29. a et b « LOG2 - Logements par type, catégorie et nombre de pièces - Niveau agrégé », sur le site de l'Insee,‎ 2008 (consulté le 8 janvier 2012)
  30. « PRINC2 - Résidences principales par type de logement, nombre de pièces et statut d'occupation - Niveau agrégé », sur le site de l'Insee,‎ 2008 (consulté le 8 janvier 2012)
  31. « Commune : Dugny », sur le site du système d'information géographique du secrétariat général du comité interministérielle de la Ville (ministère de la Ville) (consulté le 05 février 2012)
  32. « Département : Seine-Saint-Denis », sur le site du système d'information géographique du secrétariat général du comité interministérielle de la Ville (ministère de la Ville) (consulté le 05 février 2012)
  33. « L'aménagement de la zone des "Chapeaux chinois". », sur le site de la mairie de Dugny (consulté le 3 janvier 2012)
  34. « Construction de logements en centre-ville. », sur le site de la mairie de Dugny (consulté le 3 janvier 2012)
  35. « Grand Paris : trois architectes chargés de l'aménagement de Paris Le Bourget », sur le site du magazine Le Point,‎ janvier 2010 (consulté le 3 janvier 2012)
  36. a, b, c, d, e, f et g « Les origines de Dugny », sur le site de la mairie de Dugny (consulté le 3 janvier 2012)
  37. Pascal Métrot et Cécile Buquet, Dugny, av. du Maréchal Leclerc de hautecloque (RD 50) 93 09 030 (Seine-Saint-Denis). DFS de fouille d'évaluation archéologique (22/12/1997 - 31/05/1998), Conseil général de la Seine-Saint-Denis,‎ 2002
  38. Laëtitia Bouniol & Josabeth Millereux-Le Béchennec, Dugny. Rue de la Luzernière 93 030 (Seine-Saint-Denis). Rapport de diagnostic archéologique, Conseil général de la Seine-Saint-Denis,‎ 2007
  39. a, b, c et d Jean Lebeuf, Histoire de la banlieue ecclésiastique de Paris, vol. 6, Prault,‎ 1755, p. 250-268
  40. a, b, c, d et e « Les maires depuis 1789 », sur le site de la mairie de Dugny (consulté le 06 février 2012)
  41. « Des origines jusqu’au début de l’ère industrielle », sur le site de la mairie du Bourget (consulté le 08 janvier 2012)
  42. [PDF]« Plan de ville de 1882 », sur Mairie de Dugny
  43. Raymond Liegibel, Regards sur Drancy : Une commune dans l'histoire de France, Société Drancéenne d'Histoire et d'Archéologie,‎ 1979, 349 p., p. 264-278
  44. a, b, c, d et e « Dugny à l’ère contemporaine », sur le site de la mairie de Dugny (consulté le 06 février 2012)
  45. « L'aéronautique navale fait ses adieux à l'établissement de Dugny », sur Mer et Marine, site de toute l'actualité maritime (consulté le 10 janvier 2012)
  46. a et b « Histoire de l'aéroport du Bourget », sur le site officiel du musée de l'air et de l'espace (consulté le 10 janvier 2012)
  47. « Le « port aérien » du Bourget », sur le site du comité départemental du tourisme de la Seine-Saint-Denis (consulté le 10 janvier 2012)
  48. a et b « Le Bourget, une ville liée à l'histoire de l'aéronautique », sur le site de la mairie du Bourget (consulté le 10 janvier 2012)
  49. « De la conférence de Munich à la Seconde Guerre mondiale », sur Chemins de mémoire, site gouvernemental (consulté le 30 janvier 2012)
  50. a et b « Cité-jardin de L'Eguiller ou de L'Esguillez - Dugny », sur l'atlas du patrimoine de la Seine-Saint-Denis, édité par le conseil général (consulté le 05 février 2012)
  51. a et b « La cité du Pont-Yblon à Dugny », sur le site du comité départemental du tourisme de la Seine-Saint-Denis (consulté le 05 février 2012)
  52. a et b Jean-Barthélémi Debost (coord.), Éléments d'architecture des années 1930 - Dugny, Le Blanc-Mesnil, Le Bourget, Conseil général de la Seine-Saint-Denis,‎ 2004, 6 p.
  53. a, b et c « Dugny », sur le site du comité départemental du tourisme de la Seine-Saint-Denis (consulté le 05 février 2012)
  54. a et b « Le temps et la ville - transformations », sur le site du ministère des Affaires étrangères (consulté le 05 février 2012)
  55. a et b « Histoire », sur le site officiel du musée de l'air et de l'espace (consulté le 8 janvier 2012)
  56. « Le département de la Seine en 1968 lors de sa suppression officielle », sur le site de l'observatoire du Grand Paris (consulté le 05 février 2012)
  57. Sebastian Roché, « Des émeutes en 2005, quelles émeutes ? », sur le site du quotidien Le Figaro (consulté le 8 janvier 2012)
  58. « Fermeture de l'Établissement d'aéronautique navale de Dugny-Le Bourget », sur le site du ministère de la Défense (consulté le 11 janvier 2012)
  59. Nathalie Perrier, « La base aérienne de Dugny, c'est fini : Ce site où s'était posé Lindbergh après sa traversée de l'Atlantique de 1927 et qui était la base de l'aéronautique navale depuis 1953 ferme aujourd'hui ses portes. », Le Parisien, édition Seine-Saint-Denis,‎ 30 juin 2011 (lire en ligne)
  60. Nathalie Perrier, « Eurocopter, c'est gagné ! : L’usine de pales d’hélicoptères d’Eurocopter, avec ses 700 emplois, ne sera pas délocalisée en Allemagne : elle restera en Seine-Saint-Denis et déménagera de La Courneuve à Dugny. », Le Parisien, édition Seine-Saint-Denis,‎ 31 mars 2011 (lire en ligne)
  61. « Résultats des élections cantonales - Seine-Saint-Denis (93) -Drancy- Canton de Le Bourget (09) », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 06 février 2012)
  62. « Résultats des élections cantonales - Seine-Saint-Denis (93) -Dugny- Canton de Le Bourget (09) », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 06 février 2012)
  63. « Résultats des élections cantonales - Seine-Saint-Denis (93) -Le Bourget- Canton de Le Bourget (09) », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 06 février 2012)
  64. « Fiche sénatoriale de Vincent Capo-Canellas », sur le site du Sénat (consulté le 06 février 2012)
  65. « Vos élus », sur le site du Conseil général de la Seine-Saint-Denis (consulté le 06 février 2012)
  66. « Vincent Capo-Canellas démissionne, Elisa Carcillo le remplace », sur le site du journal Le Parisien, archives Aulnay-sous-Bois,‎ 22 octobre 2011 (consulté le 06 février 2012)
  67. « Vos élus - Elisa Carcillo : 5e adjointe », sur le site de la mairie de Drancy (consulté le 06 février 2012)
  68. « Carte des circonscriptions - Seine-Saint-Denis », sur le site de l'Assemblée nationale (consulté le 06 février 2012)
  69. « Résultats des élections législatives 2007 - Seine-Saint-Denis (93) - 4ème circonscription », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 06 février 2012)
  70. « Résultats de l'élection présidentielle 2007 - Seine-Saint-Denis (93) - Dugny », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 6 février 2012)
  71. « Résultats de l'élection présidentielle 2007 - France entière », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 6 février 2012)
  72. « Résultats de l'élection régionale 2010 - Île-de-France - Seine-Saint-Denis (93) - Dugny », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 6 février 2012)
  73. « Résultats de l'élection régionale 2010 - Île-de-France », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 6 février 2012)
  74. « Dugny », Ministère de l'Intérieur,‎ 6 mai 2012 (consulté le 22 juillet 2012)
  75. a et b « L'équipe municipale 2008/2014 », sur le site de la mairie de Dugny (consulté le 06 février 2012)
  76. CG et Marie-Pierre Bologna, « 18 maires déjà sur le pont », Le Parisien, édition Seine-Saint-Denis,‎ 31 mars 2014, p. IV
  77. « Tribunal d'instance », sur le site de la mairie d'Aubervilliers (consulté le 26 janvier 2012)
  78. « Arrondissement judiciaire de Bobigny », sur le site du ministère de la Justice (consulté le 26 janvier 2012)
  79. « Ressort territorial », sur le site du greffe du tribunal de commerce de Bobigny (consulté le 26 janvier 2012)
  80. a et b « Quartiers et casernes », sur le site de la gendarmerie nationale (consulté le 26 janvier 2012)
  81. « La préfecture de police, au service du public de l'agglomération parisienne », sur Préfecture de police (consulté le 26 janvier 2012)
  82. « Commissariat de La Courneuve », sur le site de la préfecture de Seine-Saint-Denis (consulté le 11 janvier 2012)
  83. a et b [PDF]« Classement par tranche de population suivant le taux de criminalité globale pour 1 000 habitants », sur le site du journal Le Monde (consulté le 26 janvier 2012)
  84. Jean-Marie Leclerc, « La nouvelle carte de France de l'insécurité », sur le site du journal Le Figaro,‎ 16 avril 2009 (consulté le 11 janvier 2012)
  85. Jean-Marie Leclerc, « Tous les chiffres de la délinquance 2008 », sur le site du journal Le Figaro,‎ 16 avril 2009 (consulté le 11 janvier 2012)
  86. « L'installation de la vidéo protection au service des dugnysiens », Dugny, une ville qui vous informe, no 46,‎ juin 2011 (lire en ligne)
  87. a et b [PDF] « communauté d'agglomération de l'aéroport du Bourget », sur le site de l'nstitut d'Aménagement et d'Urbanisme - Île-de-France (consulté le 26 janvier 2012)
  88. a et b « La communauté d'agglomération de l'aéroport du Bourget », sur le site de la mairie de Dugny (consulté le 26 janvier 2012)
  89. « Trois agglomérations sont nées », Le Parisien, édition de la Seine-Saint-Denis,‎ 4 janvier 2010, p. III (ISSN 0767-3558)
  90. a et b « La communauté d’agglomération de l’aéroport du Bourget », sur le site de la mairie du Bourget (consulté le 8 janvier 2012)
  91. « 95088-Bonneuil-en-France - Population légales 2009 de la commune », sur le site de l'Insee (consulté le 31 janvier 2012)
  92. Bénédicte Agoudesté, « Bonneuil préfère s'associer au Bourget plutôt qu'à Garges-Sarcelles », Le Parisien,‎ 26 août 2011
  93. « Au conseil municipal », sur le site de la mairie de Drancy (consulté le 26 janvier 2011)
  94. « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures », sur le site du ministère des affaires étrangères (consulté le 11 février 2012)
  95. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  96. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  97. a et b « MEN1 - Ménages par taille du ménage et catégorie socioprofessionnelle de la personne de référence », sur le site de l'Insee (consulté le 15 janvier 2012)
  98. « Créteil », sur le site du ministère de l’Éducation nationale (consulté le 05 janvier 2012)
  99. « Les écoles maternelles et élémentaires », sur le site de la mairie de Dugny (consulté le 05 février 2012)
  100. « Le collège et les lycées », sur le site de la mairie de Dugny (consulté le 05 février 2012)
  101. « Filières », sur le site du lycée Robert Schuman (consulté le 05 février 2012)
  102. « Le lycée Eugène Delacroix affiche complet », sur le site de la mairie de Drancy (consulté le 05 février 2012)
  103. « Le projet du nouveau lycée qui ouvrira en 2012 a été choisi », sur le site de la mairie du Bourget (consulté le 05 février 2012)
  104. « Des espaces jeux pour les enfants », sur le site de la mairie de Dugny (consulté le 20 janvier 2012)
  105. « Accueil des 15-25 ans au Pont-Yblon », sur le site de la mairie de Dugny (consulté le 20 janvier 2012)
  106. « Ouverture d’un Point Accueil Jeunesse (PAJ) », sur le site de la mairie de Dugny (consulté le 20 janvier 2012)
  107. « Pour se rendre à la fête », sur le site du journal l'Humanité (consulté le 05 février 2012)
  108. « Salon international de l'aéronautique et de l'espace de Paris-Le Bourget », sur le site du salon du Bourget (consulté le 26 janvier 2012)
  109. « Fête nationale 2011 à Dugny », sur le site du comité départemental du tourisme de la Seine-Saint-Denis (consulté le 10 février 2012)
  110. « Les cultures à l'honneur ! », sur le site de la mairie de Dugny (consulté le 10 février 2012)
  111. « Les professionnels du centre municipal de santé », sur le site de la mairie de Dugny (consulté le 07 février 2012)
  112. « Les équipements sportifs », sur le site de la mairie de Dugny (consulté le 05 février 2012)
  113. « Piscine pour tous ! », sur le site de la mairie de Dugny (consulté le 05 février 2012)
  114. « Les publications municipales », sur le site de la mairie de Dugny (consulté le 05 février 2012)
  115. « Site municipal de Dugny », sur le site de la mairie de Dugny (consulté le 05 février 2012)
  116. « Le syndicat - Les adhérents », sur le site du SIPPEREC (consulté le 05 février 2012)
  117. « Paroisses, lieux de culte », sur le site du diocèse de Saint-Denis (consulté le 08 janvier 2012)
  118. « Horaires des messes 2011-2012 », sur le site du secteur pastoral du Blanc-Mesnil, Le Bourget, Dugny et St Louis de Drancy,‎ 16 septembre 2011 (consulté le 08 janvier 2012)
  119. « Salle de prières de confession musulmane de Dugny : décisions du Conseil Municipal (07/01/2010) », sur le site de la mairie de Dugny (consulté le 10 février 2012)
  120. « Association Culturelle des Musulmans de Dugny », sur le site de l'Association Culturelle des Musulmans de Dugny (consulté le 10 février 2012)
  121. a et b INSEE, « Chiffres clés - Résumé statistique par commune, département, zone d'emploi - multi-sources » (consulté le 10 février 2012)
  122. « Impôts sur la commune de Dugny », sur le site de la SARL Batir technologies (consulté le 5 janvier 2012)
  123. « Commune : Dugny (93030) - EMP T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité », sur le site de l'Insee (consulté le 10 février 2012)
  124. « Département Seine-Saint-Denis (93) - EMP T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité », sur le site de l'Insee (consulté le 10 février 2012)
  125. a et b Données démographiques d'après l'Insee
  126. « L'encyclopédie des villes, entreprises à Dugny »
  127. « Hangars du Bourget, dits hangars Lossier - Dugny », sur l'atlas du patrimoine de la Seine-Saint-Denis édité par le conseil général
  128. a et b « Présentation du musée », sur le site du musée de l'air et de l'espace (consulté le 10 janvier 2012)
  129. « Le musée de l'air et de l'espace », sur le site du musée de l'air et de l'espace (consulté le 10 janvier 2012)
  130. « Le Musée de l’Air et de l’Espace (MAE) du Bourget », sur le site du musée de l'air et de l'espace (consulté le 10 janvier 2012)
  131. [PDF] « Chiffres clés 2010 : Statistiques de la culture », sur le site du ministère de la culture et la communication (consulté le 17 janvier 2012)
  132. « François Cretté de Palluel (1741 - 1798) », sur le site de l'Assemblée nationale (consulté le 10 février 2012)
  133. « La Courneuve : Le parc départemental baptisé Georges Valbon », Le Parisien, édition de la Seine-Saint-Denis,‎ 11 janvier 2009
  134. « Le parc Georges Valbon », sur parcsinfo.seine-saint-denis.fr, un site du Conseil général de la Seine-Saint-Denis (consulté le 10 février 2012)
  135. « Le conservatoire », sur le site de la mairie de Dugny (consulté le 10 février 2012)
  136. « Le cinéma », sur le site de la mairie de Dugny (consulté le 10 février 2012)
  137. a et b « Présentation des médiathèques », sur le site des médiathèques de la Communauté d'agglomération de l'aéroport du Bourget (consulté le 10 février 2012)
  138. « Médiathèque », sur le site de la mairie de Dugny (consulté le 10 février 2012)
  139. Julien Laurens, « L'incroyable parcours de Djimi Traoré », sur le site du journal Le Parisien,‎ 25 mai 2005 (consulté le 10 février 2012)
  140. « Dugny », sur le site OLDJP, la banque du blason 2 (consulté le 18 janvier 2012)
  141. « Les armoiries de Dugny-en-France », sur le site de la mairie de Dugny (consulté le 21 janvier 2012)