Transport

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Transport (biologie)
La police française utilise plusieurs types de transports lors de ses déplacements.

Le transport désigne le type de déplacement d'objets, de marchandises, ou d'individus (humains ou animaux) d'un endroit à un autre. Ces modes de transport incluent l'aviation, le chemin de fer, le transport routier, le transport maritime, le transport par câble, l'acheminement par pipe-line et le transport spatial. Le mode dépend également du type de véhicule ou d'infrastructure utilisé. Les méthodes de transport peuvent inclure l'automobile, la bicyclette, le bus, le train, le camion, la marche à pied, l'hélicoptère, ou l'avion. Le type de transport peut se caractériser par son appartenance au secteur public ou privé.

En France en 2014, selon l'ADEME, les transports sont responsables de « 32 % de la consommation d’énergie finale, de 35 % des émissions de CO2 ; "83 % du trafic voyageur se fait en voiture particulière » (bien qu'elle soit « le mode de déplacement le moins efficace d’un point de vue énergétique »). « Lors d’une 'journée normale', 72 % des déplacements se font en voiture ; la façon dont on achète et on utilise les véhicules » a changé (ex : le poids moyen du véhicule a augmenté de « 330 kg en 30 ans »[1].

Définition[modifier | modifier le code]

Le mode de transport le plus ancien est le transport à dos d'homme (ici un sherpa portant des planches), limité par le poids ou l'encombrement des objets ou personnes à transporter, et source de diverses pathologies quand les charges sont trop lourdes.

Le déplacé peut être : quelque chose de nombrable, dénombrable ou discret (ex : des containers) ; quelque chose de continu (ex. : matériau extrudé ou fluide) ; ou un animal, quelqu'un ou un groupe d'individu (morts ou vivants). Lors du parcours, le point départ et d'arrivée peut-être choisi ou imposé par un prestataire du transport. Pour l'arrivée, le mot (« destination ») est plus précis et utilisé quasi uniquement dans ce secteur.

Un mobile-support-contenant de transport est le plus souvent nécessaire : véhicule - sauf dans les tuyaux de transports. Des infrastructures lourdes sont toujours nécessaires (port, gares, routes, canaux, ligne de chemin de fer, circuit, piste, etc.). On peut les séparer en catégories: infrastructures de voies de communication, infrastructures de destination, infrastructures de triage et d'intermodalité. Le pilotage peut être individuel, automatique, centralisé, semi-automatique. Le parcours peut-être figé / captif ou prisonnier d'une voie / libre (bateau, avion). Il peut également être uni-séquentiel ou multi-séquentiel (suppose alors des temps imposés d'attente). L'énergie consommée peut être contenue dans le mobile (autonomie énergétique continue ou partielle), semi-autonome, ou dépendant énergétiquement de l'extérieur (cabines de téléphérique, trains électriques, etc). Les combinaisons sont aussi de mise. L'apport énergétique nécessite un réseau énergétique d'approvisionnement.

Dans un même mobile de transport, plusieurs sources d'énergie peuvent être utilisées de manière simultanée (conjointes), séquentielle, alternative, transitoire (accélérations, décélérations). L'énergie cinétique peut faire l'objet de récupérations partielles. L'énergie interne n'est pas toujours utilisable sous forme primaire. Elle nécessite alors un système de conversion d'énergie (exemple: moteur diesel). L'interface entre voie et mobile est souvent constituée d'une ou de plusieurs roues. Le secteur du transport est une composante économique majeure. Il engloutit à lui seul 32% de l'énergie totale consommée en France en 2011[2].

Par assimilation, des actions de déplacement et de conduction ont été dénommées « transports », comme le transport d'électricité (qui s'effectue sur des réseaux de câbles électriques), de gaz, de pétrole (au travers de conduites, les pipelines). En ce qui concerne le « transport » d'informations et les télécommunications, il vaut mieux utiliser le mot « transmission »[3].

L'article qui suit concerne par conséquent, non seulement le transport per se, mais aussi ce qui conduit (oléoducs, gazoducs, câbles électriques), transmet (les courants forts ou les courants faibles tels que les signaux, messages, informations…), fournit et approvisionne (gaz, électricité, eau, pétrole…).
Les voies de communication font partie des infrastructure et réseaux de transport, comme les ouvrages d'art (ponts, tunnels ..) et les bâtiments (gares, parkings…) associés. Elles contribuent au phénomène dit de fragmentation écopaysagère que la Trame verte et bleue cherche à compenser en France. Le transport motorisé est par ailleurs une des sources majeures de pollution ; par exemple, en France, il représente environ 30 % des émissions de gaz à effet de serre[4]

Enjeux[modifier | modifier le code]

Les bovins ont été parmi les premiers animaux domestiqués pour la traction et le transport de charges plus ou moins lourdes (en attelage), nécessitant souvent l'entretien de réseaux de chemins éventuellement drainés, damés et empierrés.

Le transport est un service (public ou privé selon les cas) nécessaire ou utile pour de nombreux actes et activités de la vie courante. Le type de transport et son caractère plus ou moins intermodal ont des impacts importants en termes de consommation d'espace et d'énergie, ainsi qu'en termes d'émissions de polluants et de gaz à effet de serre (et donc en matière de santé environnementale). Il est aussi devenu un secteur économique fortement lié à l'industrie du transport qui s'est fortement développée simultanément dans les domaines public et privé depuis la révolution industrielle. Ce développement a contribué au phénomène de mondialisation, ainsi qu'au développement du tourisme de destinations lointaines.

Le transport est un enjeu stratégique majeur, fragilisé par la montée rapide des coûts énergétiques et la raréfaction de certaines ressources (foncières notamment). Les investissements énormes qui y sont liés, sont à mettre en perspective des services rendus dans le modèle économique global où la mobilité joue un rôle majeur. Les transitions énergétiques attendues semblent imposer avant tout une utilisation économe des ressources, ce qui implique d'inventer des transports du futur innovants, aux rendements globaux très améliorés, pour ne pas mettre en péril jusqu'aux ressources nécessaires à la transition (on parle de « transport intelligent » et « dé-carboné »). Un des enjeux est donc sa durabilité qui implique aussi une opinion publique informée et consciente des enjeux globaux et locaux du transport.

Généralités[modifier | modifier le code]

Le transport routier, encore en plein développement dans une grande partie du monde, est un mode de transport parmi les plus utilisés, mais source de pollution routière, d'intenses émissions de gaz à effet de serre, de fragmentation des paysages et milieux, d'accidents, il est confronté à ses limites (engorgements, empreinte écologique, périurbanisation…)[réf. nécessaire].

Les moyens techniques ont permis l'invention de quatre types de transport, s'ajoutant donc à celui assuré par l'humain ou l'animal. Chacun de ces types de transport, incluant transport de personnes et de marchandises, peut être subdivisé en deux sous-types :

  • le transport terrestre (routier, ferroviaire) ;
  • le transport aérospatial (aérien et spatial) ;
  • le transport aquatique (maritime - y compris sous-marin - fluvial) ;
  • le transport par câble (suspendu ou double contact).

Histoire[modifier | modifier le code]

La roue et la traction animale ont permis des formes d'habitation itinérante (de la roulotte tirée par des chevaux au camping-car).

Actuellement, un être humain parcourt en moyenne 4 500 kilomètres par an, contre 1 500 il y a 150 ans[5].

Invention humaine[modifier | modifier le code]

Avant la domestication, le transport des marchandises est géré par les humains. Les termes utilisés dans ce cas sont le « port », le « portage »… Il « tire », il « pousse » et il propulse (une brouette, une bicyclette, un pousse-pousse...) dès lors qu'il invente la roue. À la fin du XXe siècle, les Véhicule à propulsion humaine atteignent des records.

Traction et portage animal[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Traction animale.

À partir de la domestication, l'animal devient le système de « portage » (Bête de somme avec un bât), de propulsion ou de traction, d'une « charge », ou d'un « véhicule » (chars, charrettes, chariots, carrioles, voiturettes, voitures...). Si le véhicule est tiré par un cheval, il s'agit d'un véhicule hippomobile. Historiquement, la propulsion animale a été prédominante pendant des millénaires, et retrouve des utilisations justifiées. Dans un autre registre, les pigeons ont été élevés par des Colombophilie, pour transporter des messages, ou des mammifères marins par l'armée pour récupérer des objets.

Propulsion naturelle[modifier | modifier le code]

Graphique reprenant les dix plus grands pays producteurs d'automobile en 2007 : Japon à environ 10 millions, Chine et Allemagne environ 6 millions, États-Unis et Corée du Sud à plus de 3 millions, puis France, Brésil, Espagne, Inde et Royaume-Uni autour de 2 millions
Les dix plus grands pays producteurs d'automobiles en 2007.

Les cours d'eau permettent les échanges avec la force du courant, et l'itinéraire de la rivière. La marine à voile a longtemps assuré une part importante du commerce. Le vent contribue avec les insectes et notamment les abeilles la pollinisation, en transportant le pollen ou à déplacer les planeurs.

Motorisation[modifier | modifier le code]

C'est le résultat de l'invention de la chaudière à vapeur et de la machine à vapeur (Denis Papin), puis de la locomotive, de l'automobile ... dès lors que la vapeur est utilisée pour mouvoir un véhicule ; en même temps, différents types de carburants sont inventés ou utilisés, pour améliorer la puissance des moteurs, plus tard pour les rendre moins gourmands : le gaz, l'essence et le pétrole dans le moteur à combustion interne utilisé sur les véhicules automobiles, l'électricité de la pile électrique, la pile nucléaire dans de rares sous-marins, la pile à combustible, pour fournir de l'électricité au travers de turbines ou directement à un bobinage (moteur électrique), enfin déjà ou dans le futur, de l'hydrogène.

Fonctions[modifier | modifier le code]

Le transport de personnes et le transport de marchandises se distinguent. Le transport de personnes, comme le transport de marchandises, peut être effectué pour compte propre, lorsqu'il n'a pas pour objet de transporter autrui dans un but lucratif, ni ses marchandises. Il est dénommé transport pour compte d'autrui, ou « transport public », dès lors que ce ne sont plus ses propres biens qui sont transportés. Le transport de personne peut être « individuel » ou « collectif », dans le cas des transports en commun. Toutes ces catégories de transports se combinent entre elles, et contribuent à la description d'un des métiers du transport : par exemple le transport collectif de personnes (autocaristes), ou son transport individuel (taxi) ; le transport de marchandises pour compte d'autrui (transporteur de marchandises) ou le transport de marchandises pour compte propre (« louageur »)... Les personnes physiques, comme les personnes morales ou les états (au travers de leurs services publics) peuvent exercer ces activités réglementées de transporteurs.

Transport de personnes[modifier | modifier le code]

On distingue souvent les transports urbains des grands axes interurbains, périurbains.

Transports urbains[modifier | modifier le code]

Le train apparu plus récemment, et de plus en plus rapide est un autre mode de transport en commun ou de marchandises, réputé[réf. nécessaire] avoir faible empreinte écologique, et moins contribuer que les routes au morcellement écopaysager, sauf dans le cas des lignes TGV clôturées qui ne peuvent être traversées par de nombreux animaux.

En Europe, au milieu des années 1990, Les transports urbains consommaient environ 30 % de l'énergie totale utilisée dans la plupart des villes ; et 80 % des transports urbains par véhicules à moteur étaient encore effectués en voiture[6].

En France, selon un rapport de l'Insee de 1999 :

  • 36 % des actifs travaillent dans leur commune résidentielle. Ils sont à l'origine de 8 % des distances parcourues, avec un déplacement ne dépassant pas 8 km ;
  • 33 % des actifs parcourent moins de 10 km, ils sont à l'origine de 13 % des distances parcourues en France ;
  • 17 % des actifs travaillent entre 10 et 20 km de leur domicile. Ils réalisent 18 % des distances parcourues ;
  • 9 % des actifs se déplacent sur 20 à 40 km réalisant 17 % des déplacements en France ;
  • enfin, seulement 5 % des actifs réalisent 44 % des distances parcourues pour se rendre à leur lieu de travail.

Transports interurbains[modifier | modifier le code]

Marchandises[modifier | modifier le code]

Animaux[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Transport d'animaux.

Le 13 décembre 1968 fut signé à Paris la Convention européenne sur la protection des animaux en transport international, qui réglemente le transport des animaux[7].

Le 22 décembre 2004 l'union européenne a effectué une refonte totale des règles en matière de bien-être des animaux pendant leur transport. Dans cette nouvelle réglementation, elle identifie tous les intervenants et leurs responsabilités respectives, elle renforce les mesures de surveillance et prévoit des règles plus strictes pour les longs trajets et les véhicules utilisés[8],[9].

L'union européenne a également mit en place un système appelé TRACES, (TRAde Control and Expert System) qui assure la traçabilité et le contrôle de l'ensemble des produits d'origine animale et des animaux vivants lors de leurs mouvements et importations en Europe. Néanmoins, certaines organisations de protection des animaux, notamment le PMAF, dénoncent les conditions de transports des animaux sur de longues distances, parfois d'un pays à un autre pour des raisons économiques, pour être engraissés ou abattus[10].

Militaire[modifier | modifier le code]

Toutes les armées (armée de terre, armée de l'air, marine, gendarmerie) disposent de moyens de transports, pour transporter leurs personnels, leurs armes et leurs munitions. Outre leurs moyens propres, le service du train et le génie interviennent dans la logistique (transports, entreposage) pour stocker, transporter et détruire, améliorer ou construire des infrastructures.

Sanitaire[modifier | modifier le code]

Le transport sanitaire est l'opération qui consiste à transporter un malade ou un blessé dont l'état justifie le recours à un transport adapté et assisté.

Moyens[modifier | modifier le code]

Modes de transport[modifier | modifier le code]

Les modes de transport sont généralement classifiés selon les voies de communication utilisées: transports terrestres (routier et ferroviaire ou guidés), les transports maritime et fluvial, le transport aérien. Le choix d'un mode de transport peut être effectué en fonction de la disponibilité du moyen de transport, de ses qualités (capacité, rapidité, sécurité, conformité au réglementations applicables aux marchandises, au commerce ...), et de son coût, par exemple. Pour le transport de marchandises dangereuses ou sensibles, la notion de sûreté est aussi prise en compte.

Multimodal[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Transport intermodal et Intermodalité.
Transport combiné, élément de la chaine du transport multimodal.

Pour aller d'un point à un autre, il est souvent nécessaire de combiner ces différents modes de transport. Il s'agit alors de transport multimodal, ou intermodal, ou plurimodal, ou combiné. L'expression transport intermodal désigne surtout le transport de marchandise, pour le transport de voyageurs on utilisera la notion plus générale d'intermodalité ou de multimodalité. Cette combinaison de plusieurs modes de transports s'est nettement modifiée grâce à l'arrivée d'internet et des technologies de l'information (TIC) mobiles comme le téléphone portable. En effet, l'enchaînement de plusieurs modes nécessite la connaissance de nombreuses données (horaires, localisations, correspondances) qui peuvent être apportées par les TIC. Il y a alors un décloisonnement possible de toutes les solutions de mobilité : covoiturage, autopartage, transport public, vélo en libre service. Cette "nouvelle" mobilité est appelée mobilité 2.0 ou 3ème mode (après le transport public et la voiture individuelle privée).

Réseau de transport[modifier | modifier le code]

Les réseaux de transport tendent à suivre les réseaux urbains.

  • le réseau polarisé intégral (ou unipolaire) : un pôle central avec des lignes de transports radiales autour de ce centre.
  • le réseau bipolaire : une ligne forte entre ces deux pôles avec des lignes secondaires de rabattement sur cette ligne.
  • le réseau multipolaire : pas de ligne privilégié, ce modèle tend à évoluer au fur et à mesure de la hiérarchisation des réseaux de transport[11]

Réglementation[modifier | modifier le code]

Contrat de transport de marchandises[modifier | modifier le code]

Le transport maritime (plus de 80 % du transport de marchandise dans le monde), et fluvial permettent en exploitant le principe d'Archimède de transporter des masses plus importantes en consommant moins d'énergie.
Les trains de marchandises, plus lourds et plus lents voyagent préférentiellement de nuit. Ils sont un des éléments d'une chaine logistique multimodale plus large.

Le contrat de transport de marchandises pour compte d'autrui (ou transport public) est un contrat commercial tel que défini par les articles 1101 et suivants du Code civil . Il est matérialisé par un document dénommé différemment selon le mode de transport. Ce document va faire référence un contrat conclu entre les parties : Donneur d'ordre, transporteur, expéditeur, destinataire, remettant, réceptionnaire et pour l'international on ajoutera, le vendeur, l'acheteur, l'exportateur et l'importateur. Exemple : une entreprise (donneur d'ordre), demande à une société de transport (transporteur) de charger des marchandises chez son fournisseur (expéditeur) pour les livrer sur une base logistique (réceptionnaire) qui fait de l'entreposage pour une grande enseigne commerciale (destinataire). En France, le contenu de ce contrat est libre, toutefois il ne doit pas être léonin (déséquilibré) ainsi que réalisable. De ce contrat vont naître des obligations pour les parties qui sont régies par des textes, décrets ou des conventions.

En transport routier de marchandises : deux possibilités :

  • National : le document se nomme légalement lettre de voiture car le transporteur, toujours d'après le Code civil est un voiturier. Dans une législation antérieure, aujourd'hui abrogée, il y avait le récépissé pour les livraisons dans un rayon de 30 km. Par confusion, on parle aussi de bon de livraison. Ce dernier existe bien, mais il constitue un accusé de réception des marchandises qui fait partie du contrat entre le vendeur et l'acheteur de celles-ci.
En France, le contrat de transport est régi par les articles 1782 et suivants du Code civil au livre III, titre VIII, chapitre III : Du louage d'ouvrage et d'industrie, Section 2 : Des voituriers par terre et par eau. Ces articles traitent notamment de la responsabilité qui incombe au transporteur quant aux biens qui lui sont confiés ; les articles 133-1 à 133-9 du Code de commerce. On retrouve, entre autres : la prescription d'un an pour les litiges ainsi que le règlement de la prestation; les réserves qui doivent être notifiées par lettre recommandée, au plus tard, trois jours au lendemain de la livraison; les deux cas d'exonération de la responsabilité du transporteur, la force majeure, le vice propre de la marchandise. (Il en existe un troisième qui est la faute d'un tiers mais ne se trouve pas dans ces articles). Il y a surtout le droit de "rétention" des marchandises en cas de créance non réglée, même antérieure au transport dont les marchandises font l'objet ; les articles 132-8 et 132-9 du Code de commerce. L'article 132-8 qui fait "trembler" les donneurs d'ordre, même les plus puissants. C'est la modification de l'article 101 du code de commerce qui est entré en application, alors que Jean-Claude Gayssot était ministre des transports. Ce qui lui valut, et lui vaut encore de porter le nom de "Loi Gayssot". En fait, le donneur d’ordre, le commissionnaire (intermédiaire), l'expéditeur et le destinataire sont tous garants du payement du prix du transport. En d'autres termes, si celui qui devait payer ne paye pas, alors le transporteur peut réclamer cette somme aux autres protagonistes. L'article 132-9 stipule quelles sont les rubriques indispensables sur la lettre de voiture ; le contrat types, décret n°99-269 du 6 avril 1999, à défaut de contrat écrit entre les parties, il s'applique. Presque tout y est décrit, le choix du matériel de transport, délais d'acheminement, de chargement et de déchargement, les responsabilités, litiges, indemnisation, etc...
  • International : le document se nomme légalement lettre de voiture internationale pour les transports internationaux par route. Ces derniers sont régis, pour un certain nombre de pays, par la Convention de Genève aussi dénommée Convention relative au contrat de transport international de marchandise par route, abrégé en C.M.R., d'où le nom d'usage (mais non juridique) de C.M.R. donné à ces lettres de voitures internationales. À défaut de contrat entre les parties, c'est cette convention qui s'applique, à condition que le pays de départ ou celui d'arrivée soit signataire de celle-ci. Si ces deux pays sont signataires, elle s'applique. Presque tout y est décrit comme dans le contrat type français, le choix du matériel de transport, délais d'acheminement, les responsabilités, litiges, indemnisation, etc... Cette convention étant plus ancienne, concernant les délais, on parle de délais raisonnables. Elle a subi une modification majeure concernant la limite d'indemnisation en cas de perte. En effet sur la version initiale, il était écrit à l'article 23 alinéa 3 : « Toutefois, l’indemnité ne peut dépasser 25 francs par kilogramme du poids brut manquant. Le franc s’entend du franc-or, d’un poids de 10/31 de gramme au titre de 0,900 ». Elle était fondée sur le cours de l'or, depuis 1978 il est écrit : « Toutefois, l’indemnité ne peut dépasser 8,33 unités de compte par kilogramme du poids brut manquant. » Les « unités de compte » sont les droits de tirage spéciaux. Sa dernière modification réside dans le fait qu'elle accepte la dématérialisation des documents, donc de la lettre de voiture. Enfin, elle est aussi régulièrement modifiée parce que de plus en plus de pays en sont signataires.

En transport aérien de marchandises, le document se nomme lettre de transports aérien abrégée par LTA. Airwaybil en anglais soit AWB. Il existe trois conventions. La plus ancienne est la convention de Varsovie, mais il y a aussi la convention de Montréal et la convention IATA, Association internationale du transport aérien. En transport maritime de marchandises, le document se nomme un connaissement, ou bill of lading, en anglais. National : la loi du 18 juin 1968 ; International : la plus ancienne, la convention de Bruxelles, aussi la convention de Hambourg.

Le contrat de transport de marchandises est matérialisé par un document qui doit mentionner la date à laquelle il a été établi, le nom et adresse du transporteur (+siret ou ID TVA) et nom et adresse du commissionnaire de transport, le nom et adresse de l'expéditeur (ou du remettant), le nom et adresse du destinataire, la date de prise en charge, ce qui est transporté (nombre de de colis, nature des marchandises, poids, volumes, ou mètres linéaires), des mentions concernant la dangerosité, les sommes à encaisser, des instructions particulières de livraison, les incoterms...

Type du transport[modifier | modifier le code]

Le réseau routier de transport automobile est confronté aux fleuves et petits bras de mer qui peuvent être traversés par de grands ponts, des tunnels, des bacs ou des ferrys
L'avion est un mode de transport en très forte croissance depuis la seconde moitié du XXe siècle, mais dont les impacts écologiques et climatiques sont importants (Ex : À raison de 3,15 kg CO2/kg de kérosène, les vols européens émettent environ 80 Mt CO2 par an en 2007[12]
Le pipe-line permet de transporter rapidement de grandes quantités de liquides et gaz, ici en Alaska
Le bus, éventuellement alimenté en agrocarburant, gaz naturel, hydrogène, électricité est, après le train le mode de transport le plus économe en énergie et en infrastructures routières (par passager transporter)
Les transports sont un des facteurs de globalisation et mondialisation, qui affectent l'environnement global et local, de jour comme de nuit (avec la pollution lumineuse et les collisions accidentelles avec la faune[réf. nécessaire]
Les transports motorisés ont entrainé le développement d'une ingénierie urbaine, logistique et routière de plus en plus complexe
Les embouteillages, ainsi que la perte de temps et la pollution qu'ils génèrent font partie des conséquences de la généralisation et densification du transport routier au XXe siècle

Selon l'appartenance des moyens de transport (véhicule, conducteur), le type du transport de marchandises est différent. Le transport de marchandises est dénommé :

  • Transport pour compte propre, en mettant en place ses propres moyens, constitués d'un véhicule et d'un conducteur, même loués en exclusivité, pour transporter ses propres marchandises, ou des marchandises dont on a la garde, à condition que le transport ne soit qu'un accessoire ou un complément à l'activité principale portant sur les dites marchandises (transformation, par exemple) ;
  • Transport pour compte d'autrui ou transport public (qu'il ne faut pas confondre avec transport en commun), en mettant en place ses propres moyens, ou des moyens sous-traités, pour transporter les marchandises d'autrui.

Intervenants extérieurs et intermédiaires[modifier | modifier le code]

Le transport de marchandises mobilise des intervenants spécialisés, généralement commerçants :

  • Les commissionnaire de transport, dont le rôle est de mettre en œuvre les transporteurs, moyennant le règlement d'une commission. En transport routier, le commissionnaire de transport peut sous-traiter (pour plus de 15 % de son chiffre d'affaires) le transport qui lui est confié.
  • Les transitaires ou agents chargés d'effectuer les opérations de mise sous douane ou de dédouanement, c'est-à-dire des déclarations de douane pour le compte d'autrui, éventuellement des déclarations complémentaires particulières, pour le comptes des expéditeurs, des transporteurs, des commissionnaires ou des destinataires.

Exploitation et exploitants[modifier | modifier le code]

La gestion d'un outil de transport s'appelle "exploitation". Lorsque l'exploitant gère le véhicule et l'infrastructure, le transport est dit "intégré". Par exemple, jusqu'à récemment, le chemin de fer français était géré par la SNCF (Société nationale des chemins de fer français) dans son intégralité (moyens et infrastructure). Pour désendetter l'entreprise publique, l'état a depuis séparé la fonction exploitation, tenue par la S.N.C.F. et la gestion des infrastructures, qui a été confiée au Réseau ferré de France.

L'exploitation des moyens de transport n'est donc pas la gestion des l'infrastructure (voies de navigation, voies de circulation, voies aériennes). Elle nécessite souvent des compétences particulières, et conduit à la spécialisation des organisations dont elle est à la charge : ainsi, la RATP (Régie autonome des transports parisiens) exploite le métropolitain ou métro, le R.E.R. (Réseau express régional), le tramway parisien, et les autobus de la capitale et de sa banlieue, alors que les infrastructures sont entretenues par la S.N.C.F., la commune, la communauté de commune, le département, la région ou l'état, et par des sociétés sous-traitantes.

Effets[modifier | modifier le code]

Sécurité[modifier | modifier le code]

La vitesse de circulation, variable, est en soi un facteur de risque qui fait de la sécurité des transports un enjeu important. Les questions de sécurité sont complexes et prennent en compte l'ensemble des éléments constituant un transport : le véhicule, le conducteur, la marchandise, les personnes transportées, les animaux et les infrastructures.

Le Transport de matières dangereuses est réglementé, pour des raisons de sécurité. Au-delà, et depuis le 11 septembre, l'ouvrage de référence, réglementant le transport de marchandises dangereuses (A.D.R.) [13] aborde aussi les questions de sûreté, afin de limiter les risques d'attentats perpétrés avec des matières et des produits détournés de leur moyen de transport. Sur tous les véhicules qui transportent des matières dangereuses, figurent sur une plaque orange un code d'identification du danger, appelé parfois code Kemler et un numéro ONU qui indiquent quels types de matières est transportées dans le véhicule.

Environnement[modifier | modifier le code]

Les transports en commun et moindrement le covoiturage peuvent diminuer les embouteillages, l'emprise urbaine et la pollution, tout en améliorant la sécurité.

Le transport consomme la plus grande part du pétrole mondial, en produisant du dioxyde de carbone et de nombreux produits nocifs, pour certains responsables de la détérioration de la couche d'ozone et de l'effet de serre. C'est pourquoi, des politiques d'économie d'énergie liées aux transports sont mise en œuvre, parfois avec difficultés, au niveau global.

Selon l'OCDE les transports génèrent :

  • 23 % des émissions mondiales de CO2 pour un total de 7 milliards de tonnes de CO2 par an ;
  • la pollution automobile compte pour plus de 40 % de ces émissions ;
  • le parc automobile devrait encore être multiplié par 3 de 2000 à 2050 pour atteindre 2 milliards de véhicules légers.

Pour mémoire, la quantité de dioxyde de carbone émise pour un même trajet diffère selon le mode de transport. Pour le trajet Londres-Édimbourg (600 km), le département britannique des transports[14] a calculé des quantités d'émissions moyennes par modes de transports et par passager :

  • en voiture : 71 kg (pour une moyenne de 1,56 passagers par voiture, soit 111 kg par voiture) ;
  • en avion : 96,4 kg ;
  • en train express : 12 kg ;
  • en autocar : 9,2 kg.

Pour les villes françaises, selon l'ADEME (France), un kilogramme d'équivalent pétrole (kep) permet de déplacer une personne :

  • 18 kilomètres en voiture ;
  • 31 kilomètres en 2 roues motorisé ;
  • 47 kilomètres en bus francilien ;
  • 64 kilomètres en métro de province ;
  • 140 kilomètres en métro parisien.

Les stratégies d'économies d'énergies sont techniques, fondées sur l'utilisation de sources d'énergie alternatives (comme l'électricité, le gaz naturel pour véhicules, le GPL, les bioénergies...) mais nécessitent de mettre au point des systèmes adaptés.

Pour l'électricité il s'agit d'améliorer les capacités de stockage de l'électricité (s’effectuant généralement dans des batteries) par rapport à la densité énergétique, le volume, et le poids des batteries pour créer des véhicules viables d'utilisation. Des progrès ont déjà été fait en matière d'autonomie des batteries et aujourd'hui il existe déjà des applications de la technologie électrique au transport, tant au niveau du fret (des camions électriques actuellement commercialisées ont des autonomies et capacités de contenance suffisantes pour être utilisés au transport de marchandises[15]) qu'au niveau du transport de personnes (transport individuel avec des voitures électriques ou transport en commun avec par exemple des bus électriques[16]).

Pour les énergies de type gaz naturel ou GPL la difficulté d'application de cette énergie dans les transports fut la garantie de sécurité par rapport aux risques qu'ils pouvaient comporter, risques aujourd'hui canalisés dans les systèmes de technologie récente. Pour les bioénergies la question se pose plus par rapport à la possibilité de produire à partir de la biomasse suffisamment et de manière renouvelable l'énergie nécessaire au transport. L'économie d'énergie est aussi basée sur des stratégies de réduction de la consommation en énergie des véhicules, et aussi, indirectement, sur la réduction de la vitesse autorisée (voir réglementation routière, en France). D'autres stratégies consistent à réduire le poids de véhicules en utilisant des matériaux plus légers (matériaux composites), comme ceux utilisés dans l'aéronautique.

Les stratégies comportementales visent au transfert modal vers le transport actif, non motorisé. La réintroduction de la propulsion humaine en particulier le vélo en ville est développée dans plusieurs pays d'Europe depuis les années 1970, en particulier aux Pays-Bas. La marche à pied, les déplacements en roller ou trottinette, à vélo permettent le transfert d'un temps subi de transport passif, vers un temps choisi d'activité physique bénéfique pour la santé.

Divers États et/ou collectivités encouragent aussi le transport intermodal et l'utilisation des transports en commun, soit par l'incitation (campagnes dites de « sensibilisation »), soit par la dissuasion : péages, réduction du stationnement et des voies de circulation automobiles (Paris, par exemple).

Des progrès ont été accomplis en matière de carburants (désoufré, agrocarburant), filtres et pots catalytiques, et de nombreux pays ont interdit l'essence plombée, mais ces efforts ne compensent pas les effets de l'augmentation du nombre de véhicules dans le monde. Les transports terrestres motorisés et par voies d'eau sont aussi de par les infrastructures qu'il nécessitent le premier facteur de fragmentation écologique des paysages, reconnu comme un des premiers facteurs de recul de la biodiversité. La pollution lumineuse et la mortalité animale due aux véhicules induite y ajoutent leurs effets.

Les progrès environnementaux sont rendus difficiles par le fait que les décisions relatives aux politiques de transport et aux formes urbaines se manifestent sur un pas de temps très long et sont confrontées à une inertie structurelle (il est rare qu'on supprime une route existante) : qu'il s'agisse d'infrastructures nouvelles à implanter, d'organisation de la vie économique et sociale à faire évoluer, d'impacts environnementaux à maîtriser, on raisonne au moins en décennies et non en années.

Aspects politiques[modifier | modifier le code]

Aménagement du territoire[modifier | modifier le code]

Le transport est un composant important de l'aménagement du territoire et de l'urbanisme, notamment par la problématique du désenclavement.

Se pose ainsi la question de savoir où diriger les investissements : pour augmenter la capacité des axes saturés ou pour desservir les zones les moins bien reliées au reste du territoire. La première option permet de répondre aux besoins de la population mais au risque d'aggraver les déséquilibres territoriaux. Le deuxième choix peut être vu comme un investissement à plus long terme pour induire une "revitalisation" de ces zones délaissées mais le risque d'échec est important, l'effet d'entrainement des infrastructures ayant rarement été probant lors des précédentes opérations de ce type[17].

Droit à un transport « soutenable »[modifier | modifier le code]

Le droit au transport suppose que l'individu peut exiger une action effective de l’État ou de la société pour satisfaire ses besoins vitaux en déplacement. La liberté de circulation des personnes est un des droits fondamentaux, reconnu notamment par la Déclaration universelle des droits de l'homme. Il ne doit cependant pas contredire ou compromettre d'autres droits, dont à la santé, sécurité et à un environnement sain. Il implique donc un transport durable, et en particulier que le transport ne conduise pas aux pollutions chroniques et aux embouteillages par embolie urbaine causée par un nombre croissant ou excessif de véhicules, ou au morcellement croissant des habitats naturels induit par les routes.

L'accessibilité dans les transports définit par exemple la possibilité pour tous d'accéder aux systèmes de transport qui renvoie en partie à la question des personnes à mobilité réduite (voir l'article Accessibilité aux personnes handicapées) et des pays en développement où le modèle routier du XXe siècle pose de graves problèmes dans les conurbations parfois de millions à dizaines de millions d'habitants, en Afrique, Inde, Indonésie et Chine notamment[18] ; si la Chine atteint seulement 50 % du taux de motorisation français (+/- 300 voitures pour 1000 habitants), avant 2050 la chine devrait supporter 500 millions de voitures en circulation, et il faudrait environ 3 milliards de voitures si le monde entier devait s'aligner sur les Français (à comparer au 880 millions de véhicules estimées en circulation dans le monde en 2005)[19]. Le transport pose des problèmes d'inégalités (subies ou voulues, géographiques, écologiques et sociales)[20] : tous les territoires ne sont pas desservis de la même manière par les réseaux de transport, ni touchés par leurs conséquences négatives (bruits, pollution, accident, emprises, etc). Les réseaux de transports sont dangereux pour les enfants, personnes âgées et handicapés.
Le droit au transport questionne aussi le coût du transport pour les personnes à faible revenu. Certains groupes comme le « collectif sans ticket » militent pour la gratuité des transports en commun. Plusieurs études (dont de l'Ademe en 2007 en France, dans le cadre du PREDIT) et diverses expériences ont conclu que la gratuité des transports en commun présentait un intérêt social, mais aussi environnemental et sanitaire[21] Par exemple, à Châteauroux, la gratuité a plus que doublé la fréquentation du réseau de bus (voyages/hab/an) et augmenté le remplissage (nombre de voyageur/km). Aubagne va accueillir le premier tramway gratuit de France en 2014.

Économie[modifier | modifier le code]

Avec les conquêtes et colonisations, et surtout après l'invention des transports motorisés, alors que les transports consomment de plus en plus de ressources, une économie des transports s'est progressivement institutionnalisée en devenant l'une des sciences de gouvernement[22]. Des économistes spécialisés donnent des conseils qui prennent une importance croissante face aux choix et décisions publiques[22]. Dans l'administration centrale et décentralisée (de l'équipement et de l'Industrie notamment), les ingénieurs-économistes conseillent le prince et les collectivités sur les choix modaux, intermodaux et la planification des réseaux d'infrastructures de transports[22] (autour notamment des corps des mines et du corps des ponts et chaussées et des directions de l'équipement et du ministère de l'équipement au XXe siècle en France) alors qu'une expertise universitaire et citoyenne associative se développent également. Le secteur des carrières et granulats et celui du BTP jouant aussi un rôle important, y compris en termes de lobbying.

En France existe un site Données et Statistiques du Ministère du transport, de l'équipement, du tourisme et de la mer[23] fournit des données chiffrées sur les activités du transport de marchandises[24].

Milliers de tonnes transportées 2001 2002 2003 2004 2005
Fer 80 910 82 825 78 261 74 243 65 769
Voie navigable 24 775 26 527 27 230 27 500 28 936
Route compte d'autrui 1 133 003 1 129 152 1 115 750 1 200 249 1 212 448
Route compte propre 783 301 839 199 798 392 806 475 784 915
Total 2 021 989 2 077 703 2 019 633 2 108 467 2 092 068

En termes d'investissements publics, la route reste surfavorisée ; par exemple, en France, 64 % des investissements faits en 2004 en transports ont concerné la route, contre 15 % pour le rail et 1 % pour la voie d'eau[25].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Source : Johan Ransquin, chef du service transports et mobilités de l’Ademe, interrogé par Camille Cordonnier avant le salon de l'Automobile de Paris, le 01/10/2014 Dépêche n°487607 intitulée "véhicule du futur n'est pas qu'une voiture, c'est aussi une organisation" (Sophie Garrigou, Ademe)
  2. SOES – bilan énergétique de la France en 2011 (1) Key World Energy Statistics 2011, AIE
  3. Vocabulaire des techniques de l'information et de la communication, page 232
  4. Article "transports" de l'Encyclopédia universalis, consulté 2011-08-27
  5. Dominique DRON
  6. Évaluation DOBRIS Agence européenne pour l’environnement 1994
  7. Convention européenne sur la protection des animaux en transport international
  8. Règlement (CE) n° 1/2005 du Conseil, du 22 décembre 2004, relatif à la protection des animaux pendant le transport.
  9. Mémento sur le transport d'animaux vivants sur routes
  10. http://pmaf.org/s-informer/nos-campagnes/transport.html
  11. http://www.histoire.ac-versailles.fr/old/pedagogie/premieres/conf1/AUPHAN.htm
  12. Source : Eurocontrol, Rapport PRR 2008, en zone européenne
  13. United Nations Economic Commission for Europe - A.D.R. restructurée en vigueur au 1er janvier 2005 http://www.unece.org/trans/danger/publi/adr/adr2005/05ContentsF.html
  14. Département britannique des transports http://www.transport2000.org.uk/factsandfigures/Facts.asp#Pollution,emissionsandclimatechange
  15. http://www.voitureelectrique.net/camions-electriques
  16. http://www.avem.fr/index.php?page=bus
  17. Analyser les mobilités et le rayonnement des villes pour révéler les effets territoriaux des grandes infrastructures de transport in Les Cahiers Scientifiques du Transport, No 33, 1998 BERION, P.
  18. ALLAIRE J., La motorisation du transport de personnes en Chine, entre croissance économique et soutenabilité, Cahier de Recherche LEPII n°34, janvier 2004.
  19. Source : [www.worldwatch.org Wolrd watch institute]
  20. Grégory Launay, 2009, quoi ressemble le parc automobile mondial ? ; GNESG, mis à jour 26 décembre 2009, consulté 2011-08-27
  21. Transports en commun gratuits : impacts sur l’environnement, Changements Climatiques.wordpress.com
  22. a, b et c Mazoyer, Harold (2011), les calculs de la puissance Socio-histoire d’une science de gouvernement : l’économie des transports (1960-1982), thèse de doctorat en Science politique, de l'Université Lumière Lyon 2 : Institut d'études politiques de Lyon
  23. Statistiques http://www.statistiques.equipement.gouv.fr/
  24. Évolution du transport nationale de 2001 à 2005, http://www.statistiques.equipement.gouv.fr/rubrique.php3?id_rubrique=223
  25. Rapport IFEN, L'Environnement en France, édition 2006

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sites institutionnels[modifier | modifier le code]

Transport et environnement[modifier | modifier le code]