Dominique Bertinotti

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dominique Bertinotti
Dominique Bertinotti en septembre 2012.
Dominique Bertinotti en septembre 2012.
Fonctions
Ministre déléguée à la Famille
16 mai 201231 mars 2014
(&&&&&&&&&&&&06841 an, 10 mois et 15 jours)
Président François Hollande
Gouvernement Jean-Marc Ayrault I et II
Prédécesseur Claude Greff
Successeur Laurence Rossignol
Maire du 4e arrondissement de Paris
2 avril 20012 juillet 2012
Élection 18 mars 2001
Réélection 16 mars 2008
Prédécesseur Lucien Finel
Successeur Christophe Girard
Biographie
Date de naissance 10 janvier 1954 (60 ans)
Lieu de naissance Paris (Seine)
Nationalité Française
Parti politique PS
Diplômé de Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Profession Maître de conférences à l'université Paris VII
Ministres de la Famille

Dominique Bertinotti, née le 10 janvier 1954 à Paris (Seine), est une femme politique française, maître de conférences à l'université Paris VII - Diderot.

Membre du Parti socialiste, elle est maire du 4e arrondissement de Paris de 2001 à 2012, ministre déléguée à la Famille dans les gouvernements Ayrault I et II du 16 mai 2012 au 31 mars 2014 et conseillère d'État depuis juillet 2014.

Biographie[modifier | modifier le code]

  • 1954 : Naissance dans le 16e arrondissement de Paris, habite en Seine-Saint-Denis pendant 20 ans.
  • 1977 : Agrégée d'histoire. Elle débute sa carrière comme professeur dans un collège de l'Oise, puis au collège Jean-Baptiste Clément à Dugny en Seine-Saint-Denis.
  • 1984 : Thèse de troisième cycle en histoire contemporaine.
  • Depuis 1989 : Maître de conférences d’histoire contemporaine à l'université Paris VII.
  • 1993-1997 : Chargée de conférences de méthode « lecture de textes historiques » (SAS histoire) à l’Institut d'études politiques de Paris.
  • 1988 : Travaux de doctorat d’État sous la direction de René Rémond, président de la Fondation nationale des sciences politiques. Sujet : « La vision de la France chez François Mitterrand, de 1945 à 1981 (à travers ses œuvres et son action politique) ». Entretiens réalisés auprès de François Mitterrand.
  • 1992-1995 : Chargée de mission auprès de François Mitterrand à l'Élysée : suivi des archives présidentielles ; rédaction de notes historiques pour les écrits personnels de François Mitterrand sur les thématiques de politique étrangère et de défense.
  • 1994-1995 : Participe activement à la création d’une fondation qui deviendra l’Institut François-Mitterrand.
  • Mai 1995-janvier 1996 : Avenue Frédéric-le-Play : collabore à la rédaction et à la relecture des ouvrages de François Mitterrand : De l’Allemagne, de la France et Mémoires interrompus, publiés après sa mort, aux Éditions Odile Jacob.
  • 1995 : Nommée par François Mitterrand mandataire des archives présidentielles des deux septennats : suivi du fonds constitué de plus de 10 000 cartons et examen des dérogations en collaboration avec les Archives nationales.
  • 1996-2001 : Secrétaire générale de l’Institut François-Mitterrand. Membre du conseil d’administration de l’Institut depuis 2001.
  • 1993 : Première candidature aux élections législatives dans la 1re circonscription de Paris.
  • 1995 : Tête de liste socialiste lors des élections municipales, elle recueille 48 % des voix et devient conseillère de Paris.
  • 2001 : Élue maire du 4e arrondissement de Paris qui pour la première fois bascule à gauche (54 % des voix).
  • 2006-2007 : Membre active de la campagne présidentielle de Ségolène Royal et mandataire financière de la candidate du PS.
  • 2008 : Réélue maire du 4e arrondissement avec près de 62 % des voix.
  • 2010 : Publication de Être maire à Paris, livre d'entretiens, préface de Théo Klein, Éditions Téraèdre.
  • 2011 : Directrice de campagne de Ségolène Royal lors des « primaires socialistes de 2011 ». Membre du groupe chargé du projet présidentiel de François Hollande.
  • 2012 : ministre déléguée à la Famille. Elle quitte ses fonctions de maire d'arrondissement et est remplacée par Christophe Girard.
  • 2014 : nommée au Conseil d'État[1].

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Membre de la section du PS du 4e arrondissement de Paris depuis 1988, Dominique Bertinotti se présente pour la première fois aux élections législatives de 1993 dans la 1re circonscription de Paris où elle obtient, dans un contexte défavorable à la gauche, un score de 45 % au second tour de face à Laurent Dominati.

Tête de liste socialiste (listes « Paris s’éveille, Bertrand Delanoë ») dans le 4e arrondissement de Paris lors des élections municipales de 1995, elle recueille 48 % des voix et devient Conseillère de Paris. De 1995 à 2001, elle joue un rôle d’opposition actif et suit les principaux dossiers du 4e arrondissement.

En 2001, la liste « Changeons d’ère » qu’elle conduit dans le 4e arrondissement obtient 54 % des voix. Dominique Bertinotti devient alors maire du 4e arrondissement le 2 avril 2001.

De 2001 à 2007, Dominique Bertinotti engage le 4e arrondissement dans 5 directions prioritaires : développer la démocratie locale, réaffirmer la vocation résidentielle de l’arrondissement, créer un meilleur environnement urbain pour améliorer la qualité de vie, favoriser la solidarité dans l’arrondissement et enfin dynamiser la vie économique et culturelle.

Au sein du Parti socialiste, Dominique Bertinotti devient membre suppléant au Conseil national de 2001 à 2003. En désaccord avec l'appel au « non » de Laurent Fabius sur le référendum sur la Constitution européenne, elle quitte le courant fabiusien en septembre 2004.

Elle est à l’initiative du groupe « Nouvelle Voix », créé au sein du parti socialiste en 2005 avec Gaëtan Gorce, Christophe Caresche et Jean-Louis Bianco. Ce regroupement de parlementaires, d’élus et de responsables fédéraux tente de donner une voix différente à la politique socialiste. Dominique Bertinotti travaille alors sur les sujets relatifs au modèle social français, à l’exclusion et à la précarité, à la politique de proximité et à l’enseignement supérieur et la recherche. La majorité de ce groupe rejoint Ségolène Royal en août 2006 au moment de la campagne interne. Membre actif de la campagne de Ségolène Royal, elle devient mandataire financière de la candidate à l’élection présidentielle le 28 novembre 2006.

Dominique Bertinotti habite dans le 4e arrondissement depuis 1976 et continue à enseigner l'histoire contemporaine à l'Université.

Aux dernières élections municipales de mars 2008, la liste qu'elle conduisait a obtenu 60,95 % des suffrages au second tour, contre 39,05 % à Vincent Roger UMP.

En 2010, elle a fait paraître le livre Être maire à Paris, livre d'entretiens avec Jean Ferreux aux éditions Tétraèdre.

Le 22 novembre 2013, elle annonce qu'elle souffre d'un cancer du sein[2],[3],[4],[5].

Prise de position[modifier | modifier le code]

Dominique Bertinotti a pris parti pour une reconnaissance dans la loi de l'homoparentalité[6]. Elle a, dans ce cadre, rencontré l'association nationale Le Refuge[7], le 13 juillet 2012[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexe[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :