Route nationale 2 (France métropolitaine)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir N2 et Route nationale 2.
Route nationale 2
N 2
Image illustrative de l'article Route nationale 2 (France métropolitaine)
Autres dénominations Route des Flandres
Caractéristiques
Longueur 225 km
Direction sud-ouest/nord-est
Extrémité sud-ouest Paris
Intersections A86 à Bobigny
A104 à Villepinte
N330 à Lagny-le-Sec
N31 à Soissons
A26 E17, D1044 et D1032 à Laon
D1029 E44 et D1043 à La Capelle
Extrémité nord-est Drapeau de la Belgique Belgique Poste de frontière à Bettignies
N6
Villes principales Soissons
Laon
Avesnes-sur-Helpe
Maubeuge
Réseau route nationale
Territoire traversé
3 régions Île-de-France, Picardie, Nord-Pas-de-Calais
6 départements Paris, Seine-Saint-Denis, Seine-et-Marne, Oise, Aisne, Nord


En métropole, la route nationale 2, ou RN 2, est une route nationale française reliant Paris à la frontière franco-belge.

Cette route a autrefois été appelée Route des Flandres.

La RN 2 a fait à la fin des années 1990 l'objet d'une étude pour un quadruplement (en cours de réalisation).

Historique[modifier | modifier le code]

Son tracé a été modifié une première fois dans les années 1970, en raison de la création de l'aéroport Charles-de-Gaulle, entre Le Bourget et Dammartin-en-Goële. L'ancien tracé passait par la Patte d'Oie de Gonesse, Roissy-en-France, Le Mesnil-Amelot et Longperrier.
Il a été renuméroté RN 17 entre le Pont Yblon et la Patte d'Oie de Gonesse, le reste de ce tronçon étant déclassé en RD 902 dans le Val-d'Oise et en RD 401 en Seine-et-Marne.

Cette route restera en quasi-intégralité dans le domaine routier national après 2006. Il n'est prévu le déclassement que de la section urbaine située dans le département de la Seine-Saint-Denis, entre Paris et la Francilienne.

Projets de modernisation[modifier | modifier le code]

Au nord[modifier | modifier le code]

La RN 2 a fait à la fin des années 1990 l'objet d'une étude pour un quadruplement dans sa partie nord.

La traversée du département du Nord ainsi que le nord de l'Aisne est en cours d'aménagement (construction d'échangeurs et de deux voies supplémentaires entre Avesnes-sur-Helpe et la Belgique via Maubeuge, d'ici 2020, avec quelques réserves de la part de certains experts[1]).

Au sud[modifier | modifier le code]

Sur sa section sud, de la limite de l'Île-de-France à la forêt de Retz dans les départements de l'Oise et de l'Aisne, la RN 2 fait l'objet d'un projet de modernisation de 2009 à 2014, comprenant la mise aux normes 2 X 2 voies avec dénivellation des carrefours, et la construction de contournements d'agglomérations, au même gabarit. En 2012, le tronçon Le Plessis-Belleville - Nanteuil-le-Haudouin ainsi que la déviation de cette commune seront aménagés selon cette norme, suivis à l'horizon 2014 par la déviation de Gondreville, puis à l'horizon 2015 de celle de Vaumoise. La traversée des forêts doit en parallèle être sécurisée, avec la mise en place de clôtures et la réalisation de passages pour la traversée des grands animaux. À terme, l'objectif est de relier Paris à Laon par un itinéraire entièrement à 2 X 2 voies avec carrefours dénivelés[2],[3].

Dans l'attente de l'achèvement de ces aménagements, la RN 2 demeure un axe particulièrement accidentogène dans la traversée de l'Oise[4].

Tracé[modifier | modifier le code]

Elle est entièrement à 2×2 voies du Blanc-Mesnil à Nanteuil-le-Haudouin.
La suite du tracé est majoritairement à 2x2 voies jusque Laon.

Voir le tracé de la RN 2 sur GoogleMaps

Impacts environnementaux[modifier | modifier le code]

Les aménagements (doublement ou triplement de la voie) ont ou vont occasionner de nouveaux remembrements (arrachage de haies, suppression de prairies, homogénéisation du paysage, régression du bocage traditionnel de l'Avesnois), en particulier à Beaufort et Limont-Fontaine déjà touchés par des remembrements. Or, les remembrements sont souvent suivis d'une aggravation du ruissellement, des coulées de boues et de phénomènes érosifs qui risquent d'aggraver les apports en nitrates et produits phytosanitaires et d'affecter les masses d'eau, superficielles ou souterraines, localement et en aval.

La nouvelle route, malgré l'aménagement d'un petit écoduc au droit de la forêt risque de fragmenter de manière nouvelle la Haie d'Avesnes qui joue une fonction importante de ZoCoB (zone de connexion biologique) pour le réseau écologique paneuropéen dans une zone considérée comme très importante pour la région en termes d'écopotentialité [5].

Cette nouvelle route « coupera » cinq cours d’eau dont l'Helpe Majeure. Le contrat de rivière des deux Helpes devenu Schéma d'aménagement et de gestion des eaux a classé en entités naturelles patrimonialement intéressantes les bassins versants des deux Helpes et une partie de la Sambre. Une partie est également classée en zone humide prioritaire dans le programme national de restauration et protection des zones humides. Ces cours d'eau ont valeur de corridors biologiques pour la trame bleue[réf. nécessaire].

La circulation croissante est source de pollution de l'eau, de pollution de l'air et de pollution des sols, de bruit, d'écrasements de nombreux animaux (phénomène dit de Roadkill).

De Paris à Mons[modifier | modifier le code]

De Paris à Nanteuil-le-Haudouin[modifier | modifier le code]

Plusieurs lignes de tramway étaient implantées en banlieue parisienne sur la RN 2. On voit ici une motrice électrique de la ligne CO (Le Bourget - Opéra) des TPDS(Compagnie des tramways de Paris et du département de la Seine) après 1913. La circulation sermble bien limitée à cette époque

De Nanteuil-le-Haudouin à Soissons[modifier | modifier le code]

De Soissons à Laon[modifier | modifier le code]

De Laon à Vervins[modifier | modifier le code]

De Vervins à Avesnes-sur-Helpe[modifier | modifier le code]

D'Avesnes-sur-Helpe à Bettignies et à Quévy[modifier | modifier le code]

Voie express[modifier | modifier le code]

Section A104 - Nanteuil-le-Haudouin[modifier | modifier le code]

Contournement de Lévignen[modifier | modifier le code]

Contournement de Villers-Cotterêts[modifier | modifier le code]

Rocade de Soissons[modifier | modifier le code]

Section Soissons - Laon[modifier | modifier le code]

Contournement sud-ouest de Maubeuge[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

Lieux visitables à moins de 14 km de part et d'autre de la route :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

La N2 sur Surma-Route.net

  • (fr)

Références[modifier | modifier le code]

  1. Expertise complémentaire sur le projet 2004 01 20 ; ISIS et CNDP (Commission nationale du débat public), (page 9 sur 37)
  2. [PDF] Préfecture de la région Picardie - RN2 Section Paris Soissons PDMI 2009-2014
  3. [PDF] Préfecture de la région Picardie - Modernisation de la RN2 : la programmation 2009-2014
  4. Le Parisien - N 2 : la nationale de tous les dangers, article du 11 janvier 2011
  5. (fr) Étude éco-potentialité en région Nord Pas-de-Calais (incluant cartographies des corridors et de la naturalité/fragmentation) ; Analyse du fonctionnement écologique du territoire régional par l'écologie du paysage, Biotope-Greet Nord-Pas-de-Calais, DIREN (devenue REAL) Nord Pas de Calais, Conseil régional Nord Pas de Calais, MEDAD (Mise en ligne avril 2008)