Bonneuil-en-France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bonneuil-en-France
L'église Saint-Martin.
L'église Saint-Martin.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Val-d'Oise
Arrondissement Sarcelles
Canton Garges-lès-Gonesse-Est
Intercommunalité Communauté d'Agglomération Val de France à compter du 1er janvier 2014
Maire
Mandat
Jean-Luc Herkat
2014-2020
Code postal 95500
Code commune 95088
Démographie
Gentilé Bonneuillois
Population
municipale
712 hab. (2011)
Densité 151 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 58′ 00″ N 2° 26′ 00″ E / 48.9667, 2.433348° 58′ 00″ Nord 2° 26′ 00″ Est / 48.9667, 2.4333  
Altitude 55 m (min. : 35 m) (max. : 59 m)
Superficie 4,71 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bonneuil-en-France

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bonneuil-en-France
Liens
Site web bonneuil-en-france.net

Bonneuil-en-France est une commune française située dans le département du Val-d'Oise en région Île-de-France. Ses habitants sont appelés les Bonneuilleux[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Bonneuil-en-France fait partie de la banlieue nord de Paris et plus largement dans le Val-d'Oise, département de la Grande Couronne de l'Île-de-France. Elle est à 11 kilomètres du boulevard des Maréchaux à Paris, et à 14,2 kilomètres au nord-est de la cathédrale Notre-Dame de Paris, centre de la capitale française[2]. Drancy se trouve à sept kilomètres de l'Aéroport Roissy Charles de Gaulle[3] et de sa zone aéroportuaire. Elle est proche de la Plaine Saint-Denis et fait partie de la zone économique de l'aéroport du Bourget.

La commune est située dans le pays de France[4], dans sa partie méridionale fortement urbanisée.

Bonneuil-en-France est limitrophe de cinq communes[5],[6]. Elle est voisine de Garges-lès-Gonesse, d'Arnouville, de Gonesse, communes du Val-d'Oise et de Dugny et du Blanc-Mesnil, communes de la Seine-Saint-Denis.

Communes limitrophes de Bonneuil-en-France
Arnouville Gonesse
Garges-lès-Gonesse Bonneuil-en-France
Dugny (Seine-Saint-Denis) Le Blanc-Mesnil (Seine-Saint-Denis)

Géologie et hydrologie[modifier | modifier le code]

La commune de Bonneuil faisant partie de la plaine de France, son sol est composé de Limons, marnes. L'altitude de la commune est de 35 mètres pour le point le plus bas et de 59 mètres pour le point le plus haut.

À Bonneuil-en-France, on trouve trois petites rivières, tout d'abord le Petit Rosne et la Morée, qui se jettent dans le Croult[7],[8]. Et le Croult, qui se jette dans la Seine[9].
La Morée a été couverte au XIXe siècle, elle forme la limite entre Bonneuil-en-France et Dugny[10].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de Bonneuil-en-France est semblable au climat de Paris. La ville possède donc un climat de type océanique dégradé, l'influence océanique est prépondérante à l'influence continentale. De manière générale, les étés sont plutôt frais (18 °C en moyenne), et les hivers sont plutôt doux (°C en moyenne) avec des pluies de même importance en toute saison (en précipitations), plus faibles (647 millimètres) que sur les côtes.

La localisation de la commune au sein de l'urbanisation dense de l'agglomération parisienne explique une légère élévation de la température d'un ou deux degrés en fonction des conditions climatiques par rapport aux zones rurales d'Île-de-France, en particulier par temps calme et anticyclonique. Cet écart est particulièrement notable au lever du jour. La température moyenne annuelle est de 12 °C, le mois le plus le froid est janvier avec + 4 °C. Les mois les plus chauds sont juillet et août avec une moyenne à 19 °C (moyenne journalière). Le nombre moyen de jours où la température dépasse 25 °C est de 43, dont 9 au-delà de 30 °C[11].

Nuvola apps kweather.png  Relevés des températures, des précipitations et de l'ensoleillement au Bourget (Seine-Saint-Denis) 1971-2000[12],[13],[Note 1]
Mois Janv Fév Mars Avr Mai Juin Juil Août Sept Oct Nov Déc Année
Températures minimales moyennes (°C) 0,9 1,3 2,9 5 8,3 11,2 12,9 12,7 10,6 7,7 3,8 1,7 6,6
Températures moyennes (°C) 4 4,5 7,3 9,7 13,7 16,5 18,9 18,8 15,5 11,5 7 5 11,9
Températures maximales moyennes (°C) 6 7,6 10,8 14,4 18,2 21,5 24 23,8 20,9 16 10,1 6,8 15
Moyennes mensuelles de précipitations (mm) 54.3 46.1 53.5 46.5 63.3 57.8 53.6 51.6 53.8 55.5 55.8 55.6 647.3
Moyennes mensuelles d'ensoleillement (h) 55.6 87.5 129.4 172.8 201.4 218.8 239.1 221.1 173.3 125.8 75.2 50.6 1749.5
Ville Ensoleillement
(h/an)
Pluie
(mm/an)
Neige
(j/an)
Orage
(j/an)
Brouillard
(j/an)
Moyenne nationale 1 973 770 14 22 40
Bonneuil-en-France 1 749 647 env. 15 env. 19 env. 13
Paris 1 630 642 15 19 13
Nice 2 668 767 1 31 1
Strasbourg 1 633 610 30 29 65
Brest 1 492 1 109 9 11 74


Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La rue de Gonesse (ou RD 47e) à Bonneuil-en-France.

Réseau routier[modifier | modifier le code]

La commune de Bonneuil-en-France est desservie par la RD 317 au niveau du lieu-dit du Pont-Yblon et par la RD 47e, annexe de la RD 47, qui traverse le centre-ville et sert de point de liaison entre la RD 370 au nord-est à Gonesse et la RD 84 à l'ouest à Garges-lès-Gonesse.

En raison des trottoirs rétrécis de la commune, la traversée de Bonneuil-en-France est soumise à des restrictions de circulation concernant les véhicules de plus de 3,5 t, aux véhicules de marchandises (sauf livraisons) et aux véhicules transportant une caravane. De même, dans Bonneuil-en-France, cette voie est limitée à 30 km/h.

Le village de Bonneuil-en-France est également situé à proximité de l'autoroute A1, l'Autoroute du Nord, qui est l’autoroute française la plus fréquentée[14], et de l'autoroute A104, qui est un tronçon de la Francilienne.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Aujourd'hui Bonneuil-en-France est en zone 4 de la carte orange. La ville est desservie par plusieurs lignes de bus :

Ces lignes de bus permettent notamment de rejoindre les gares de Villiers-le-Bel - Gonesse - Arnouville et de Garges-Sarcelles (RER D), situées respectivement à 3 km et 4 km du centre-ville de Bonneuil-en-France ou encore la gare du Bourget (RER B) et la station de métro La Courneuve - 8 mai 1945 (ligne 7), situées respectivement à 4 km et 6 km de la zone dite du Pont-Yblon à Bonneuil.

Les projets de transports[modifier | modifier le code]

Il existe dans les communes limitrophes plusieurs projets de transports qui profiteraient également aux Bonneuillois. La ligne rouge du Grand Paris Express passera même sur le territoire communal d'ici 2025[17]. Aucune station n'est prévue à Bonneuil-en-France, mais la station Aéroport du Bourget ne devrait pas être trop éloignée du village et accessible facilement en bus à partir du quartier du Pont-Yblon[15]. Pareillement, la station Triangle de Gonesse devrait bénéficier aux habitants de la commune.

La création du barreau de Gonesse à partir de 2014 devrait aussi permettre aux Bonneuillois de se déplacer plus aisément.

De plus, un hypothétique prolongement de la ligne 7 du métro de Paris est possible au nord, jusqu'au Musée de l'air et de l'espace au Bourget et bénéficierait aux Bonneuillois du quartier Pont-Yblon.

Transports aériens[modifier | modifier le code]

La tarmac de l'Aéroport de Paris Le Bourget
Article détaillé : Aéroport du Bourget.

L'aéroport de Paris-Le Bourget est situé sur le territoire de la commune. Il est géré par Aéroports de Paris. L'aéroport est ouvert au trafic national et international commercial non régulier, aux avions privés, à l'aviation générale, aux IFR et aux VFR avec certaines restrictions. Il est le premier aéroport d'aviation d'affaires en Europe[18].

Situé à treize kilomètres au nord-est de Paris, il occupe une superficie de 550 hectares, répartis sur quatre communes et deux départements : la Seine-Saint-Denis (Le Bourget et Dugny) et le Val-d'Oise (Bonneuil-en-France et Gonesse)[19].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Plan de Bonneuil-en-France :
1.Le Centre-ville.
2.Le quartier d'habitats du Pont-Yblon.
3.ZAC du Pont-Yblon.
4.L'aéroport du Bourget.
5.Zones industrielles.
6.Espace rural.

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

La commune ne possède pas à proprement parler de quartiers mais l'on distingue tout de même deux zones d'habitat séparées par l'aéroport du Bourget. Le premier au nord se trouve être le centre-ville de Bonneuil-en-France et le second au sud, à proximité de la RD 317, est le quartier d'habitats dit du Pont-Yblon[20].

Occupation des sols à Bonneuil-en-France en 2008
Type d’occupation Pourcentage Superficie
(en hectares)
Espace urbain construit 43,5 % 206,36
Espace urbain non construit 6,5 % 30,68
Espace rural 50,1 % 237,61
Source : Iaurif[21]

En 2008, Bonneuil-en-France a une surface totale de 474,64 hectares. Ses 474,64 ha sont peu répartis pour l'habitat individuel et l'habitat collectif, qui couvrent respectivement 6,56 ha et 2,17 ha. Ils sont également couvert par les voies de transports (rues, voies ferrées...) avec 99,80 ha, par les entreprises (incluant bureaux, commerces...) avec 47,39 ha et par les chantiers avec 47,44 ha. Les espaces verts couvrent 19,56 ha de la commune soit près de 41 % de son territoire et les cultures couvrent 42,61 ha soit près de 9 % de son territoire. Les équipements sportifs ouverts couvrent eux 2,73 ha et quant aux autres équipements (de loisir et culturel, de santé, d'enseignement...) ils occupent 0,52 ha de la ville[22].

Logement[modifier | modifier le code]

Bonneuil-en-France comptait 283 logements en 2008, dont 91,3 % en résidences principales. Parmi les Bonneuillois étant en résidences principales, 63,5 % des habitants sont propriétaires de leur logement, alors que 31,5 % sont locataires, 5 % de la population est quant à elle logée gratuitement[23].

Toujours en 2008, 17,3 % des logements étaient composés de deux pièces, 16,9 % des logements de trois pièces, 21,5 % des logements de quatre pièces et des logements de cinq pièces (39,2 %). Les logements plus petits, les studios (5,0 %) sont moins nombreux[23].

Projets d'aménagement[modifier | modifier le code]

Au début de l'année 2010, trois architectes ont été chargés de l'aménagement de la zone de Paris Le Bourget, le cabinet du secrétaire d'État à la région capitale Christian Blanc a alors déclaré que la zone est considérée comme un des projets phares du Grand Paris. La maîtrise d'ouvrage de ces travaux sera assurée par la Communauté d'agglomération de l'aéroport du Bourget qui regroupe les communes du Bourget, de Drancy et de Dugny, en association avec les villes du Blanc-Mesnil et de Bonneuil-en-France[24]. Environ 60 % de l'aéroport du Bourget se trouve dans le Val-d'Oise et une très grande partie se trouve plus spécifiquement sur le territoire de Bonneuil-en-France, la commune est donc grandement concernée par ce projet. D'autant qu'elle dispose de terrains disponibles[25].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Bonneuil-en-France provient peut-être de l'anthroponyme gaulois Bonos ou de l'adjectif latin bonus, bon, et du gaulois ialo, champ, ou clairière.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les origines : préhistoire et époque gallo-romaine[modifier | modifier le code]

Des objets datant de la Préhistoire et la Protohistoire et plus précisément de l'Holocène ont été retrouvés sur le territoire communal de Bonneuil-en-France. Pour le Néolithique ce sont des outils en silex, tels qu'un ciseau, une lame retouchée, un grattoir et un perçoir qui ont été découverts. Pour le bronze final, ce sont des fosses et des silos à grain datés par des tessons de céramique qui ont été mis au jour lors de travaux d'aménagement de l'aéroport du Bourget. Enfin pour La Tène (second âge du fer), une forge est attestée par la présence de scories, de fragments métalliques et d'une pierre ayant servi d'enclume. Une nécropole a également été trouvée au lieu-dit des Hazerets et couvre une période allant du IVe siècle au IIe siècle avant J.C. Les archéologues y ont découvert plusieurs sépultures[10].

L'occupation du lieu continue à l'époque gallo-romaine et est attestée par la découverte d'une villa gallo-romaine, active du Ier siècle au Ve siècle[26], mise en évidence par un sol de tuile plate et du mobilier en céramique trouvés. De même, sur la nécropole, les Gallo-Romains ont installé un cimetière à incinérations au IIIe siècle[10].

Moyen Âge et Ancien-Régime[modifier | modifier le code]

Carte de Cassini, Bonneuil-en-France et ses environs vers 1780.

Aux époques mérovingienne et caroligienne, le territoire de la commune est toujours habité. Le village s'étend alors entre 6 et 9 hectares. Le cimetière a été utilisé entre le VIIIe siècle et le XIe siècle[10]. Bonogilum est attesté en 832 comme une localité où l'abbaye de Saint-Denis possède des terres. Les moines y creusent des viviers et s'y fournissent en poisson[26],[27].

La seigneurie de Bonneuil est acquise en 1379, par le Pierre de Chastel ou du Castel, homme fortuné de Saint-Denis ayant été clerc des comptes. Au début du XVe siècle, elle serait tenue par Pierre d'Harsicourt, chevalier de Charles VII. Puis il en est dépossédé par Henri VI d'Angleterre vers 1425. Au XVIe siècle, le château passe à la famille de Thou, notamment Christophe de Thou, puis, en 1643 la seigneurie passe par alliance à la famille de Harlay[10],[27].

Durant les guerres de religion, des cabanes en bois sont édifiées afin de soigner les blessés pendant une bataille. Leur emplacement conserve le nom des "Lazarets", devenu par déformation le lieu-dit "Hazerets". Comme Gonesse et les villages environnants, Bonneuil est connu à l'époque pour la fabrication de pains, « les croquants de Bonneuil » acheminés vers Paris, et sa vocation céréalière[26].

L'industrialisation et l'aéroport[modifier | modifier le code]

Article connexe : Aéroport du Bourget.
Bonneuil-en-France - La rue de Dugny vers 1900

Le village, bien qu'entouré de villes très urbanisées, résiste à la pression urbaine et conserve un certain caractère rural. Une partie importante du territoire de la commune est occupée par l'aéroport du Bourget, ce qui semble-t-il a ralenti le développement de Bonneuil-en-France[26].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie de Bonneuil-en-France.

Bonneuil-en-France fait partie du canton de Garges-lès-Gonesse Est. Ce canton est formé par la partie est de la ville de Garges-lès-Gonesse et de Bonneuil-en-France et il a pour Conseiller Général Hussein Mokhtari (PS) élu en 2004, réélu en 2008 et 2011. Bonneuil-en-France fait partie de la huitième circonscription du Val-d'Oise.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

À l’élection présidentielle française de 2007[28], le premier tour a vu arriver en tête Nicolas Sarkozy avec 36,78 % soit 135 voix, suivi de Ségolène Royal avec 22,62 % soit 83 voix, puis de Jean-Marie Le Pen avec 17,98 % soit 66 voix, et enfin de François Bayrou avec 11,99 % soit 44 voix, aucun autre candidat ne dépassant le seuil des 5 %. Au second tour, les électeurs ont voté à 62,29 % soit 218 voix pour Nicolas Sarkozy contre 37,71 % soit 132 voix pour Ségolène Royal [29], résultat plus marqué à droite que la moyenne nationale qui est, au second tour, de 53,06 % pour Nicolas Sarkozy et 46,94 % pour Ségolène Royal. Pour cette élection présidentielle, le taux de participation a été élevé. On compte au premier tour, 434 inscrits sur les listes électorales bonneuilleuses, 85,71 % soit 372 voix ont participé aux votes, le taux d’abstention fut de 14,29 % soit 62 voix, 1,34 % soit 5 voix ont effectué un vote blanc ou nul et enfin 98,66 % soit 367 voix se sont exprimées.

À l'élection régionale de 2010 en Île-de-France[30], le premier tour a vu arriver en tête la liste conduite par Valérie Pécresse (LMAJ) avec 28,89 % soit 39 voix, suivi de la liste conduite par Jean-Paul Huchon (LSOC) avec 28,15 % soit 38 voix, puis celle conduite par Marie-Christine Arnautu (LFN) avec 15,56 % soit 412 voix, aucun autre candidat ne dépassant le seuil des 10 %. Au second tour, les électeurs ont voté à 58,28 % soit 95 voix pour la liste de Jean-Paul Huchon contre 41,72 % soit 68 voix pour la liste Valérie Pécresse, résultat proche de la moyenne régionale[31], qui est, au second tour de 56,69 % pour la liste de Jean-Paul Huchon contre 43,31 % pour la liste Valérie Pécresse.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le Conseil municipal de Bonneuil-en-France comporte 15 mandats. Il est présidé par le maire Jean-Luc Herkat[32],[33].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 en cours
(au avril 2014)
Jean-Luc Herkat UMP  

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Bonneuil-en-France fait partie du Syndicat Intercommunal pour l'Aménagement Hydraulique des vallées du Croult et du Petit Rosne (SIAH) et depuis 1995 la commune accueille la station d’épuration du Syndicat, baptisée en 2003 Bernard Cholin[34],[35]. Elle a été mise en place pour dépolluer les eaux usées avant de les rejeter dans la rivière. L'objectif du SIAH est donc de lutter contre la pollution de l'eau mais aussi de lutter contre les inondations plus ou moins importantes dont a été victime la vallée du Petit Rosne[36],[37].

Sécurité et instances judiciaire et administrative[modifier | modifier le code]

Bonneuil-en-France fait partie de la juridiction d’instance de Gonesse, et de grande instance ainsi que de commerce de Pontoise[38],[39].

Le taux de criminalité de la circonscription de police de Gonesse (incluant Gonesse, Goussainville, Arnouville-lès-Gonesse et Bonneuil-en-France[40]) est de 98,99 actes pour 1000 habitants (crimes et délits, chiffres 2008) ce qui le situe au-delà de la moyenne nationale (83/1000) et très légèrement supérieur à la moyenne départementale (88,15/1000). Néanmoins pour le village, ces résultats sont à nuancer puisque la population de la ville représente à peine plus de 1 % de la population de la circonscription[Note 2]. Le taux de résolution des affaires par les services de police n'est en revanche que de 28,02 %, ce qui est légèrement inférieur à la moyenne du département de 28,83 %[41].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Bonneuilen-France n'appartient à aucune intercommunalité, néanmoins, en janvier 2013, la commune pourrait intégrer la Communauté d'agglomération de l'aéroport du Bourget en Seine-Saint-Denis. La municipalité a refusé le rattachement à la communauté d'agglomération Val de France proposé par le préfet. La communauté d'agglomération valdoisienne comprend Arnouville, Garges-lès-Gonesse, Sarcelles et Villiers-le-Bel et les conseillers municipaux de Bonneuil ont alors annoncé leur volonté de s'associer aux communes de l'agglomération de l'aéroport du Bourget, auxquelles la ville de Bonneuil-en-France se sent plus proche ; puisque plus du tiers de l'Aéroport du Bourget se trouve en fait sur son territoire[42]. Dans un premier temps, c'est aux Préfets des deux départements de prendre une décision pour étendre le périmètre de la communauté d'agglomération et ce sera ensuite aux conseils municipaux et communautaires de se prononcer[43].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 712 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 3],[Note 4].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
516 426 511 405 443 482 421 416 402
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
387 375 394 333 354 348 343 350 292
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
337 310 335 329 541 639 574 326 610
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
654 597 561 529 707 774 749 730 713
2011 - - - - - - - -
712 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[44] puis Insee à partir de 2004[45].)
Histogramme de l'évolution démographique


Enseignement et jeunesse[modifier | modifier le code]

Bonneuil-en-France est en zone C, sous la direction de l'Académie de Versailles.

La commune de Bonneuil-en-France gère une école primaire, faisant office de maternelle. L'école compte environ 80 élèves répartis dans quatre classes[46].

Les collègiens et lycéens de Bonneuil-en-France dépendent respectivement du collège Jean Moulin d'Arnouville et du lycée René Cassin à Gonesse qui accueille les filières générales (L, ES, S) et technologiques (STG, ST2S)[47],[48].

Sports[modifier | modifier le code]

Bonneuil-en-France possède un complexe sportif de plein air qui comprend un terrain multisports, une table de tennis de table et une aire de jeux pour les enfants[49].

Au sein de la commune, il est possible de pratiquer le football[50].

Cultes[modifier | modifier le code]

Les Bonneuilleux disposent d'un lieu de culte catholique avec l'église Saint-Martin[51]. Elle dépend du diocèse de Pontoise.

Plusieurs lieux de cultes protestant, israélites et musulmans se trouvent dans les villes voisines de Garges-lès-Gonesse, de Gonesse et du Blanc-Mesnil.

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2008, le revenu fiscal médian par ménage était de 20 326 €, ce qui plaçait Bonneuil-en-France au 5 912e rang parmi les 31 604 communes de plus de 50 ménages en métropole[52].

Les taux communaux de la fiscalité directe locale étaient les suivants en 2009[53],[54] :

À ces taux, il convient d'ajouter ceux appliqués par d'autres collectivités et par l'État pour déterminer les sommes payées par les contribuables.

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2008, 505 Bonneuilleux avaient entre 15 et 64 ans, les actifs ayant un emploi représentaient 76,6 % de la population boneuilleuse, les retraités représentaient 5,1 % des Bonneuilleux, 23,4 % de la population était considéré comme autres inactifs et 61 Bonneuilleux étaient chômeurs, ce qui donne un taux de chômage de 12,2 % pour la commune contre 8,4 % pour le département la même année. Et enfin la population estudiantine représentait 6,7 % des Bonneuilleux[55],[56].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

En 2004 à Bonneuil-en-France, 11 entreprises ont été créées, la ville se place à la 4 148e place au niveau national sur la création d'entreprise, cette année-là[57]. Le nombre total d'établissements est d'environ 66 (en 2004). Les industries des biens de consommation représentent 6,1 % avec quatre établissements, les industries des biens d'équipement représentent une part de 4,5 % avec trois entreprises. L'industrie des biens intermédiaires comporte six entreprises soit 9,1 %, l'énergie avec une seule entreprise représente 1,5 %, la construction avec ses dix entreprises représente 15,2 %, le commerce représente pas moins de 22,7 % du nombre total d'entreprises avec quinze établissements, le transport comprend seize établissements soit 24,2 %. Les activités immobilières ne totalisent qu'une seule entreprise soit 1,5 %, les services aux entreprises représentent 7,6 % avec cinq établissements, les services aux particuliers comprennent trois entreprises soit 4,5 % et enfin pour ce qui touche au dernier type d'établissement à savoir l'éducation, la santé et l'action sociale on dénombre deux entreprises soit 3,0 % du nombre d'établissements total.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Martin.

Bonneuil-en-France ne compte aucun monument historique classé ou inscrit sur son territoire.

  • Église Saint-Martin : Elle fut construite de 1768 à 1773, l'ancienne église située aux Hazerets menaçant de s'effondrer. Cette dernière, quant à elle, avait été construite au XIVe siècle et était un édifice de style gothique. La façade occidentale de la nouvelle église a probablement été dessinée par l'architecte Pierre Contant d'Ivry vers le milieu du XVIIIe siècle et présente un style classique. Elle est de plan cruciforme, sans bas-côtés, avec un chevet en hémicycle. Comme particularité, l'édifice est orientée inversement à la règle générale, qui veut que le chevet soit situé à l'est. Le clocher latéral se situe au-dessus du croisillon nord du transept. L'église a fait l'objet d'une restauration en 2006. Bien que plutôt simple d’extérieur, elle possède un intéressant mobilier, parmi lequel l'on peut citer deux bas-reliefs en bois sculpté : Le premier représente la charité de Saint-Martin, et le second les objets utilisés pendant les célébrations liturgiques. Le retable, pour épouser la forme de l'abside, est quelque peu incurvé. La pietà de Bonneuil-en-France de style néoclassique représente la Vierge Marie quelque peu accroupie pour aider l'enfant Jésus à se tenir debout sur un globe[51],[58],[59].
  • Dans le cimetière de Bonneuil-en-France, l'on voit deux sépultures qui se distinguent de par leur création. La première est la tombe de la famille Poiret, la stèle est inspirée de l'Antiquité, chose fréquente dans la première moitié du XIXe siècle. La seconde est la chapelle funéraire Maure-Sauton, datée de la fin du XIXe siècle ou du début du XXe siècle, elle est composée de granits de différentes couleurs mais principalement rougeâtres, de bronze et de vitraux[58].
  • Patrimoine aéronautique : De par son nom, l'aéroport du Bourget est surtout associé à la commune du Bourget, particulièrement parce que l'aérogare se trouve dans cette dernière. Par conséquent, les plus beaux éléments du patrimoine aéronautique se trouve au Bourget et à Dugny, où se trouve notamment le musée de l'air et de l'espace.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les valeurs d'insolation sur la période 1961/1990 (héliographes Jordan puis Campbell-Stokes) présentent des écarts de mesure avec celles relevées depuis l'implantation des héliographes à fibre optique Cimel.
  2. En 2007, la population de la Gonesse est de 26 262 habitants, celle de Goussainville est de 30 310 habitants, celle d'Arnouville est de 13 215 et enfin celle de Bonneuil-en-France est de 711 habitants
  3. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  4. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Gentilé sur le site habitants.fr »
  2. « Site calculant l'orthodromie d'après les longitudes et latitudes des communes sélectionnées », sur www.lion1906.com (consulté le samedi 11 septembre 2010)
  3. « Site calculant l'orthodromie d'après les longitudes et latitudes des communes sélectionnées », sur www.lion1906.com (consulté le samedi 11 septembre 2010)
  4. « Site de la plaine de France »
  5. « Site de localisation des villes », sur www.lion1906.com (consulté le samedi septembre 2010)
  6. « Site de géolocalisation », sur www.mappy.com (consulté le samedi septembre 2010)
  7. « Fiche cours d'eau - Le Rosne (F7060600) », sur Sandre, portail national d’accès aux référentiels sur l’eau (consulté le 09 janvier 2012)
  8. « Fiche cours d'eau - La Morée (F7075000) », sur Sandre, portail national d’accès aux référentiels sur l’eau (consulté le 09 janvier 2012)
  9. « Fiche cours d'eau - Le Crould (F70-0410) », sur Sandre, portail national d’accès aux référentiels sur l’eau (consulté le 09 janvier 2012)
  10. a, b, c, d et e « Archéologie & histoire de Bonneuil-en-France », sur Site du Conseil général du Val-d'Oise
  11. Météo France
  12. « Site de météorologie et de climatologie », sur http://www.lameteo.org/
  13. « Site de climatologie et de météorologie », sur http://www.infoclimat.fr/accueil/
  14. Jamila Aridj, « Ces pilleurs d'autoroute qui cisaillent les câbles électriques », sur le site du magazine Le Point,‎ 4 juin 2008 (consulté le 8 janvier 2012)
  15. a et b [PDF]« Plan 152 », sur Site de la RATP
  16. [PDF]« Plan réseau TransVO », sur Site de Veolia Transport
  17. « D'un rer à l'autre », sur Site du Conseil général du Val-d'Oise (consulté le 09 janvier 2012)
  18. « [PDF] Plaquette de présentation de l'Aéroport Paris-Le Bourget »
  19. « Aéroport du Bourget », sur Site municipal de Bonneuil-en-France
  20. « Requalification de la RD 317 au Pont-Yblon », sur Site municipal de Bonneuil-en-France
  21. « Fiche communale d'occupation des sols, vue satellite simplifiée », sur site de l'Institut d'aménagement et d'urbanisme de l'Île-de-France,‎ 2008 (consulté en septembre 2010)
  22. « Fiche communale d'occupation des sols, plan détaillé », sur site de l'Institut d'aménagement et d'urbanisme de l'Île-de-France,‎ 2008 (consulté en septembre 2010)
  23. a et b « Logements - Commune : Bonneuil-en-France (95088) », sur Site de l'INSEE
  24. « Grand Paris : trois architectes chargés de l'aménagement de Paris Le Bourget », sur Le Point, archive de janvier 2010
  25. « La filière aéronautique prend son envol », sur Conseil régional du Val-d'Oise
  26. a, b, c et d « Bonneuil-en-France », sur Topic Topos, patrimoine des communes de France
  27. a et b Source : Abbé Lebeuf, Histoire de la banlieue ecclésiastique de Paris, 1755 )
  28. « Résultats électoraux du premier tour et du second tour », sur journal Le Figaro
  29. « Résultats électoraux indexés », sur ministère de l'intérieur
  30. « Résultats électoraux du premier tour et du second tour », sur ministère de l'intérieur
  31. « Résultats électoraux indexés », sur ministère de l'intérieur
  32. « Votre équipe municipale », sur Site municipal de Bonneuil-en-France
  33. « Bonneuil-en-France - Val-d'Oise - Résultats des élections », sur linternaute.com, L'encyclopédie des villes
  34. « Station d'épuration », sur Site municipal de Bonneuil-en-France
  35. « Station d'épuration », sur Site du Syndicat Intercommunal pour l'Aménagement Hydraulique des vallées du Croult et du Petit Rosne
  36. « Missions du SIAH - Lutter contre les inondations », sur Site du Syndicat Intercommunal pour l'Aménagement Hydraulique des vallées du Croult et du Petit Rosne
  37. « Missions du SIAH - Lutter contre la pollution », sur Site du Syndicat Intercommunal pour l'Aménagement Hydraulique des vallées du Croult et du Petit Rosne
  38. Site du Conseil général - Administration du Val-d'Oise
  39. Ministère de la justice - Conseil Départemental de l'Accès au Droit du Val-d'Oise
  40. Préfecture et services de l'État dans le Val-d'Oise
  41. « Délinquance : Palmarès 2005 du Val-d'Oise », sur Lefigaro.fr
  42. Bénédicte Agoudesté, « Bonneuil préfère s'associer au Bourget plutôt qu'à Garges-Sarcelles », Le Parisien,‎ 26 août 2011
  43. « Au conseil municipal », sur Site municipal de Drancy
  44. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  45. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  46. « L'école primaire », sur Site municipal de Bonneuil-en-France
  47. « Le collège », sur Site municipal de Bonneuil-en-France
  48. « Le lycée », sur Site municipal de Bonneuil-en-France
  49. « Le complexe sport », sur Site municipal de Bonneuil-en-France (consulté le 07 janvier 2012)
  50. « Liste des associations bonneuilleuses », sur Site municipal de Bonneuil-en-France
  51. a et b « Notre église », sur Site municipal de Bonneuil-en-France
  52. « CC-Résumé statistique/com,dep,zone empl », sur site de l'Insee (consulté le 6 novembre 2010)
  53. « Site officiel de la direction générale des Impôts »
  54. « Impôts sur la commune du Bonneuil-en-France » (consulté le 08 janvier 2012)
  55. INSEE, « Commune Bonneuil-en-France - Emploi, population active »
  56. INSEE, « Département Val-d'Oise - Emploi, population active »
  57. « Entreprises Bonneuil-en-France », sur L'encyclopédie des villes sur le site lejournaldunet.com
  58. a et b Dominique Foussard et Yves Breton, « Le patrimoine des communes du Val-d’Oise : Bonneuil-en-France », Collection Le Patrimoine des Communes de France, Paris, Flohic Éditions, vol. I,‎ octobre 1999, p. 293-294 (ISBN 2-84234-056-6).
  59. Dominique Foussard, « Bonneuil-en-France - Saint-Martin », Églises du Val-d’Oise : Pays de France, vallée de Montmorency, Gonesse, Société d’histoire et d’archéologie de Gonesse et du Pays de France,‎ 2008, p. 64-65 (ISBN 9782953155402).