Jean Saint-Josse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Josse.
Jean Saint-Josse
Jean Saint-Josse, en 2003
Jean Saint-Josse, en 2003
Fonctions
Député européen
20 juillet 199919 juillet 2004
Président de
Chasse, pêche, nature et traditions
1er septembre 199814 janvier 2008
Prédécesseur André Goustat
Successeur Frédéric Nihous
Maire de Coarraze
En fonction depuis le 18 juin 1995
Prédécesseur Jean Penouil
Biographie
Date de naissance 22 mars 1944 (70 ans)
Lieu de naissance Coarraze (Pyrénées-Atlantiques)
Nationalité Française
Parti politique RPR, CPNT

Jean Saint-Josse, né le 22 mars 1944 à Coarraze (Pyrénées-Atlantiques), est un homme politique français. Après avoir été membre du RPR, il cofonde le parti Chasse, pêche, nature et traditions (CPNT), qu'il préside de 1998 à 2008 et sous les couleurs duquel il se présente à l'élection présidentielle de 2002. Ancien conseiller régional et député européen, il est maire de Coarraze depuis 1995.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après avoir interrompu ses études de sciences économiques pour raison familiale, il devient, comme son père, vendeur de vêtements sur les marchés, jusqu'en 1975. Il est par la suite directeur de la radio NRJ-Pau, puis responsable d'une petite maison d'édition, spécialisée en chasse et traditions.

Admirateur du général de Gaulle, il est soutenu par 10 000 chasseurs, en 1979, pour lutter contre la « directive Oiseaux » de la Commission européenne, qui interdit la chasse aux oiseaux migrateurs pendant les périodes de reproduction et de nidification. Militant du RPR, il est attaché parlementaire du député gaulliste Jean Gougy[1]. Jean Saint-Josse est ensuite président des chasseurs des Pyrénées-Atlantiques et fondateur de l'Union de défense des chasses traditionnelles françaises.

En 1989, trois ans après avoir rendu sa carte du RPR, il participe, aux côtés d'André Goustat, à la fondation de Chasse, pêche, nature et traditions (CPNT), dont il devient le président en 1998. Il est élu conseiller régional d'Aquitaine en 1992 et maire de Coarraze en 1995. La liste qu'il conduit aux élections européennes de 1999 obtient 6,77 % des voix aux élections européennes, faisant jeu égal avec le Parti communiste et devançant le Front national. Avec cinq autres membres de CPNT, il devient ainsi député européen, mandat qu'il conserve jusqu'en 2004.

Jean Saint-Josse est le candidat de CPNT à l'élection présidentielle de 2002. Il se présente comme le défenseur de monde rural, critique l'action des Verts et la construction européenne. Crédité d'un faible score au début de la campagne, il obtient finalement 1 204 689 voix et 4,23 % des suffrages au premier tour, se classant ainsi en 9e position sur un total de 16 candidats et réalisant son meilleur score dans le département des Pyrénées-Atlantiques (9,30 %)[2],[3]. Comme en 1995, il appelle les électeurs à voter pour Jacques Chirac au second tour. Déjà opposant au traité de Maastricht, il se prononce pour le « non » au référendum de 2005 établissant une constitution pour l'Europe.

Toujours président de CPNT, il décide de ne pas se présenter à l'élection présidentielle de 2007, et dirige la campagne de Frédéric Nihous. Le 7 janvier 2008, Jean Saint-Josse annonce qu'il ne brigue pas un troisième mandat de président de CPNT et apporte son soutien à Frédéric Nihous, qui lui succède une semaine plus tard[4]. Il est réélu maire de Coarraze à l'issue des élections municipales de 2008, puis en mars 2014, sa liste ayant obtenu 52,30 % des voix[5].

Détail des mandats et fonctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]