Philippe Poutou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections « Poutou » redirige ici. Pour les autres significations, voir Poutou (homonymie).
Philippe Poutou
Image illustrative de l'article Philippe Poutou
Biographie
Date de naissance 14 mars 1967 (47 ans)
Lieu de naissance Drapeau : France Villemomble
Nationalité Française
Parti politique Nouveau Parti anticapitaliste (NPA)
Profession Ouvrier


Philippe Poutou, né le 14 mars 1967 à Villemomble (Seine, actuelle Seine-Saint-Denis), est un ouvrier, un militant politique d'extrême-gauche et un syndicaliste français. Candidat du Nouveau Parti anticapitaliste (NPA) à l'élection présidentielle française de 2012, il recueille 1,15 % des voix.

Biographie[modifier | modifier le code]

Philippe Poutou est né d'un père postier et d'une mère femme au foyer à Villemomble en région parisienne.

Situation professionnelle[modifier | modifier le code]

Sans diplôme, après avoir échoué au bac mécanique, Philippe Poutou a d'abord enchaîné les emplois précaires, comme intérimaire ou surveillant de collège, avant d'être embauché en CDI chez Ford comme réparateur de machines-outils[1].

Il est aujourd'hui ouvrier à l'usine First-Ford de Blanquefort en Gironde, dont il est l'un des responsables syndicaux de la CGT. Il s'est fait connaître pour son implication dans le mouvement contre la fermeture de l'usine de Blanquefort, qui a permis d'empêcher la fermeture et de maintenir 955 emplois[2].

Militantisme politique[modifier | modifier le code]

Parcours militant[modifier | modifier le code]

Philippe Poutou commence à militer au lycée en 1984. Se disant à l'époque « anarchiste, anti-Pinochet, pour Mandela, contre l'apartheid, antinucléaire, baba-cool », il entre avec plusieurs amis à Lutte ouvrière, où il reste militant jusqu'en 1996-1997[3].

Avec d'autres militants, il est exclu de Lutte ouvrière suite à une crise interne liée essentiellement au succès de la campagne d'Arlette Laguiller de 1995 et à l'abandon du projet de construction d'un parti des travailleurs large. Ceux-ci forment alors la Voix des travailleurs, qui intègre en 2000 la Ligue communiste révolutionnaire (LCR).

Militant de la LCR puis du Nouveau Parti anticapitaliste (NPA), il est candidat pour la LCR aux élections législatives de 2007 en Gironde[4], puis conduit la liste du NPA à l'élection régionale de 2010 en Aquitaine, qui recueille 2,52 % des suffrages exprimés[5].

Candidature à l'élection présidentielle de 2012[modifier | modifier le code]

Logo utilisé dans le cadre de sa campagne.
Philippe Poutou à Toulouse, le 17 avril 2012.

Il est désigné candidat du NPA à l'élection présidentielle de 2012 le 25 juin 2011[6] par les délégués à la conférence nationale[7], lançant la course aux 500 parrainages. Il dépose finalement 572 parrainages au conseil constitutionnel le 16 mars 2012, officialisant ainsi sa candidature[8].

Le slogan de la campagne est « Aux capitalistes de payer leurs crises ». Remarqué durant la campagne pour son franc-parler et son naturel, il déclare ne pas souhaiter faire une carrière politique[9].

Totalisant 1,15 % des voix (411 160 voix) au premier tour[10], Philippe Poutou termine huitième de cette élection présidentielle, derrière Nicolas Dupont-Aignan et devant Nathalie Arthaud, réalisant un score inférieur à ceux d'Olivier Besancenot pour la LCR en 2007 (4,08 %) et 2002 (4,25 %).

Publication[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]