Ricqlès

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ricqlès est une marque d'origine française de produits alimentaires à base de menthe, alcoolisés ou non.

Histoire[modifier | modifier le code]

Albert Guillaume illustre cette carte postale publicitaire en 1903.
Publicité parue dans L'Illustration du 30 octobre 1915.
Flacon d'alcool de menthe Ricqlès.

L'origine de cette marque remonte aux débuts du règne de Louis-Philippe : venu des Pays-Bas, issu d'une communauté juive très ancienne, naturalisé français, anobli, Samuel Heymann de Ricqlès (?-1853) avait fondé à Lyon une entreprise destinée à développer l'élevage du vers à soie ; il s'intéresse à la botanique, notamment au mûrier, source alimentaire pour les vers. En 1838, il conçoit un alcoolat à partir de la menthe poivrée, que ses trois fils vont commercialiser. Un premier brevet est déposé en 1849. Après la mort de Samuel, l'un de ses fils, Édouard de Ricqlès (1826-?), dépose le titre, le flacon et la marque de l’« Alcool de menthe de Ricqlès » au greffe du tribunal de commerce de Lyon en octobre 1857[1].

Il est commercialisé sous la forme de petites bouteilles cachetées et sert de fortifiant pour lutter contre les troubles digestifs, la mauvaise haleine, les états nauséeux et migraineux : ce produit destiné à l'hygiène n'est pas vendu à l'origine dans les débits de boissons mais dans les officines[2].

La société De Ricqlès et Cie, qui regroupe les trois fils de Samuel, est fondée en 1869. La marque reçoit plusieurs prix lors d'expositions. L'alcool de menthe de Ricqlès gagne en réputation dans les colonies et à l'exportation. Ils ouvrent une succursale à Paris. En 1900, le bureau parisien se situait au 12 rue Richer, mais deux ans plus tôt, l'usine déménage de Lyon pour Saint-Ouen, sous la direction d'Henri-Édouard de Ricqlès (1859-?)[3].

Vers la fin du XIXe siècle, la société Ricqlès développe une campagne publicitaire qui associe humour et dessinateurs réputés. Durant la Première Guerre mondiale, les poilus prennent l'habitude d'avoir dans leur paquetage ce produit, réputé antiseptique.

Durant l'entre-deux-guerres, sous la direction d'Armand-Édouard de Ricqlès (1871-?)[4], l'usine déménage à Melun. Sous le gouvernement de Vichy, Ricqlès est aryanisé, les biens de la famille sont spoliés, puis leur sont rendus après 1945. Les héritiers Ricqlès décident de diversifier la marque et d'acquérir d'autres sociétés de confiserie.

En 1958, le soda Ricqlès, sans alcool, est fabriqué par les brasseries de la Meuse dans leur usine de Vivor, puis dans celle de Vittel à partir de 1959. Elle rachète l'usine Car, située également dans la région d'Uzès, en 1962, qui fabrique les fameux Car en sac.

En 1970, la société fusionne avec les réglisseries Zan et prend le nom de Ricqlès-Zan-Car avant d'être rachetée en 1987 par la société allemande Haribo.

En 1996, le groupe Pernod-Ricard rachète les licences concernant la partie soda mentholé et en confie la fabrication à Orangina. En 2001, Cadbury Schweppes rachète Ricqlès, avec d'autres marques comme Orangina, Pampryl, Champomy. Dr Pepper Snapple Group absorbe Cadbury Schweppes en 2008.

En ce qui concerne l'alcoolat de menthe, ce produit appartient à la société Vie & Santé[5].

Gamme de produits[modifier | modifier le code]

Ces trois types de produits appartiennent chacun à une entreprise différente :

  • l'alcool de menthe Ricqlès original (Vie et santé),
  • le Ricqlès, un soda à la menthe (softdrink du groupe Dr Pepper),
  • les bonbons Ricqlès commercialisés par Haribo, parfumés à la menthe forte.

Slogans[modifier | modifier le code]

  • Ricqlès, la menthe forte qui réconforte
  • Le glouglou qui fait glagla
  • Ricqlès, sa fraîcheur vous prend de vitesse
  • En état de menthe

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Ricqlès : un juif hollandais émigré à Lyon l'a "inventé", par Noémie Grynberg, sur www.israelvalley.com, Chambre de commerce France-Israël, en ligne.
  2. La Médecine et l'hygiène à l'Exposition maritime internationale du Havre par Augustin Durand, Le Havre, Leclerc, 1868, p. 21.
  3. Archives nationales de France, Base Léonore, cote 19800035/0237/31540.
  4. Archives nationales de France, Base Léonore, cote 19800035/1276/47086.
  5. Information sur les produits de la société des Laboratoires Vie et santé, en ligne.