Hachette Livre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hachette.
logo
Logo de Hachette Livre
Repères historiques
Création 1826
Fondateur(s) Louis Hachette
Fiche d’identité
Forme juridique Autre SA à conseil d'administration
Statut Groupe d'édition
Siège social 58, rue Jean Bleuzen, Vanves
Drapeau de la France France
Direction Arnaud Nourry
Collection(s) Hachette Tourisme, Hachette Littératures, Hachette Pratique, Hachette Education, Hachette Collection
Langue(s) de
publication
Français
Société mère Lagardère Publishing (Lagardère SCA)
Filiale(s) Dilibel, Diffulivre, Marabout, Larousse, Armand Colin, Stock, JC Lattès, Hatier, Grasset, Fayard, Dunod, Calmann-Lévy, Mille et une nuits, Hachette Jeunesse, Pika Édition, LGF (à 60 %, Le Livre de poche et Audiolib).
Effectif 7 300 (2011)
Site officiel www.hachette.com
Données financières
Chiffre d’affaires en diminution 2038 millions d' (2009)[1]
Principaux concurrents
Groupe Madrigall, La Martinière, Editis, Média-Participations

Hachette Livre est un groupe d'édition français. Créé en 1826 par Louis Hachette, il fait partie de Lagardère SCA depuis 1981. Au fil de ses acquisitions, il est devenu le premier éditeur en France et le deuxième en Espagne. Il fait partie des dix principaux conglomérats d'édition avec 2,1 milliards d'euros de chiffre d'affaires annuel[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Affiche-catalogue de L. Hachette et Cie pour les livres d'étrennes de 1869.
La librairie Hachette à l'angle du no 79 boulevard Saint-Germain et de la rue Hautefeuille, Paris 6e, 1909
Article détaillé : Louis Hachette.

Débuts[modifier | modifier le code]

Fondée initialement en 1826, la librairie Louis Hachette devient en 1864 le premier éditeur européen, spécialisé dans l'ouvrage scolaire, universitaire et les guides de voyages. En 1870, la Librairie L. Hachette et Cie est en situation de quasi-monopole pour les manuels scolaires, mais une nouvelle loi l'oblige à se diversifier[3]. En 1896, Hachette possède 1 200 bibliothèques de gare puis en perd une partie au profit d'un immense réseau de distribution, les Messageries Hachette. En 1900, la maison reprend à Armand Colin ses collections scolaires. En 1902, lancement de La Vie heureuse. En 1914, la maison de Jules Hetzel, l'éditeur de Jules Verne est intégrée au groupe. Le chiffre d'affaires atteint 60 millions de francs-or. Les locaux s'étendent entre la rue Pierre-Sarrazin, les boulevards Saint-Germain et Saint-Michel. En 1917, le rachat des actifs de Pierre Lafitte est entériné.

L'entre deux guerres[modifier | modifier le code]

En 1919, Hachette devient une société anonyme, puis, en 1922, grâce à Paribas, entre en bourse avec un capital émis de 33 millions. Durant les années 1920-1930, la production de livres triple car Hachette investit la littérature générale et le secteur jeunesse, puis reprend la distribution en exclusive de Gallimard (1932) et de Fasquelle (1935), à travers un département de plus en plus central, les Messageries Hachette, qui comprend également des titres de presse. En 1934, l'éditeur s'associe à Paul Winkler pour le lancement du Journal de Mickey. Durant la Seconde Guerre mondiale, la famille Hachette perd le contrôle de ses filiales à l'étranger et de sa distribution mais reprend la tête de son groupe en 1945.

L'expansion mondiale[modifier | modifier le code]

Ancien logo de la maison d'édition.

Surnommé « la pieuvre verte[4] », Hachette assume, depuis la fin du XIXe siècle, la distribution des livres et de la presse en France. En 1953, en créant avec Henri Filipacchi la collection Le Livre de poche à travers sa filiale la Librairie générale française, elle fédère les fonds de plus de 37 maisons d'éditions jusqu'au début des années 1970. Elle finit par racheter Tallandier, puis Grasset (1954), Fayard (1958), Fasquelle (1959) et Stock (1961). En 1972, Gallimard décide d'assurer sa propre distribution et pocketisation. Dans les années qui suivent, le cours de l'action Hachette s'effrite. En 1977, le dernier héritier Hachette, Ithier de Rauquemaurel (1914-1996)[5], quitte la présidence, remplacé par Simon Nora, puis par Jacques Marchandise (1908-2002)[6]. Après une vague de licenciements, Hachette est racheté en décembre 1980 par un groupe industriel, Matra, ce qui est une première en France, puis passe ensuite sous la direction de Jean-Luc Lagardère en 1981. En 1987, ce dernier créé l'entité Groupe Livre Hachette[7].

Une vague d'acquisition a lieu à l'international en 1988 : c'est d'abord le groupe espagnol Salvat, puis l'américain Grolier, et enfin les britanniques Orion, Cassell, et Octopus.

En 1996, Groupe Livre Hachette fusionne avec Hatier, le chiffre d'affaires monte à 4,6 milliards de francs mais l'année suivante, Havas Publications Édition, via le Groupe de la Cité, devient le numéro un français du livre et de la presse.

En 2004, à la suite de l'éclatement de la holding Vivendi, Hachette acquiert les Éditions Larousse, Dunod, Dalloz, Armand Colin, le britannique Hodder Headline, puis en 2006, l'activité d'édition papier de Time Warner.

Depuis 2009, le chiffre d'affaires d'Hachette Livre tend à stagner, voire à reculer : selon Publishers Weekly, il accuserait une contraction de plus de 10 % entre 2013 et 2014[8].

Le 15 Octobre 2009, Hachette et Phoenix Publishing & Media Group (PPMG), un important éditeur chinois (son chiffre d'affaires dépasse 1 milliard d'euros en 2008), annoncent la mise en place d'une joint-venture commune en Chine détenue à 50% pour PPMG, 1% par Yilin (une filiale de PPMG) et 49% par Hachette [9].

En août 2014, le projet d'achat de l'éditeur américain indépendant The Perseus Books Group est suspendu[10].

Hachette reste le premier distributeur de livres en France et dans le monde francophone. À partir de son Centre de distribution du livre (CDL) de Maurepas jugé « très performant »[11], et de ses centres régionaux à Nantes, Lyon et en Suisse, Belgique et Canada, il distribue environ 250 millions de livres par an.

Ses archives, accessibles jusqu'en 1984 sont, fait rare, classées « archives historiques » depuis un arrêté du 29 mars 2002[12] et sont conservées depuis 1995 à l'Institut mémoires de l'édition contemporaine[13].

Accords sur les contenus numériques[modifier | modifier le code]

Hachette, parmi d'autres éditeurs de livres numériques, est accusé de s'être entendu avec Apple pour « pouvoir fixer eux-mêmes les prix des livres numériques, par le biais du "contrat d'agence" » imposé à d'autres distributeurs comme Amazon augmentant le prix de chaque livre de 1 à 3 dollars pour l'acheteur. Le 11 avril 2012, Hachette trouve un accord avec le Département de la Justice des États-Unis, permettant aux distributeurs de choisir leurs prix et imposant aux éditeurs de cesser leur accord avec Apple.

En 2011, Google et Hachette Livre annoncent la signature d'un accord sur la numérisation d’œuvres épuisées de la maison d’édition française par le géant américain[14].

Acquisitions récentes[modifier | modifier le code]

Le , Disney revend le catalogue de titres adultes et hors fiction de Hyperion à Hachette Book Group et reprend les franchises et publications internes[15].

En juin 2014, Hachette annonce l'acquisition de l'activité édition de Perseus Books, le sixième éditeur généraliste américain[16], éditant 700 livres par an pour un montant inconnu[17]. En août 2014, Hachette abandonne l'acquisition de Perseus Books, dans un contexte de grande tension avec Amazon[18].

En octobre 2014, Hachette acquiert 24 % dans l'éditeur russe Azbooka-Atticus, après avoir déjà acquit 25 % de cet éditeur en 2011[19].

Sociétés d'édition d'Hachette Book Group[modifier | modifier le code]

Algérie[modifier | modifier le code]

Brésil[modifier | modifier le code]

  • Escala Educacional
  • Larousse do Brasil

Chine[modifier | modifier le code]

  • Hachette-Phoenix (凤凰阿歇特; 2010)

Espagne[modifier | modifier le code]

  • Bruño
  • Salvat Editores (1869 – rachat 1988)
  • Grupo Anaya (Anaya, Alianza Editorial, Piramide, Cátedra, CGA...)
  • SPES (Dictionnaires)

États-Unis[modifier | modifier le code]

France[modifier | modifier le code]

Italie[modifier | modifier le code]

  • Hachette Fascicoli (1999)

Japon[modifier | modifier le code]

Mexique[modifier | modifier le code]

  • Larousse México S.A. de C.V.
  • Grupo Patria Cultural (2007; filiale d'Anaya)

Pologne[modifier | modifier le code]

  • Wiedza i Życie[21], devenue en 2001 Hachette Polska[22] (conservé comme nom de collection)
  • Larousse Polska[23] intégré en 2008 dans Hachette Polska

Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

Hachette UK Company, dont :

  • Chambers (1819 - rachat 2006)
  • Octopus Publishing Group (~1970 - rachat 2001)
    • Bounty (Années 1980)
    • Brimax
    • Conran
    • Hamlyn
    • Mitchell Beazley
    • Miller's
    • Philip's
  • Watts Publishing Group
  • Hachette Partworks
  • Hodder Headline
  • Orion Publishing Group

Siège social[modifier | modifier le code]

Le siège jusqu'en 2015 au 43 quai de Grenelle, Paris 15e.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Fabrice Piault, « Le classement 2012 de l'édition mondiale », Livres-Hebdo, no 915,‎ , p. 14 (ISSN 0294-0000)
  2. André Schiffrin, L'Argent et les mots, Paris, La Fabrique, 2010, p. 13. et Livres Hebdo, supplément "100 premiers éditeurs mondiaux", juin 2011.
  3. « Réseau de bibliothèques de gare et du métropolitain, et messageries Hachette dans l’aire parisienne (1870-1914) » par Karine Taveaux, In: Christian Delporte (dir.), Médias et villes (XVIIIe-XXe siècle), Tours, Presses universitaires François-Rabelais, 1999, p. 73-86.
  4. Jean-Marie Charon, sociologue, chercheur au CNRS, Centre d’Étude des Mouvements Sociaux (CNRS-EHESS), « Stratégies pluri-médias des groupes de presse », Les Cahiers du journalisme n° 20,‎ (consulté le 8 avril 2010) : « Dans les années 1950, puis 1960, un groupe comme Hachette – « la pieuvre verte », disait-on à l’époque [...] », p. 65.
  5. « Décès d'Ithier de Roquemaurel, ancien PDG d'Hachette », In: Libération, 7 novembre 1996.
  6. « Jacques Marchandise », Nécrologie, In: Les Echos, 3 octobre 2002.
  7. « Histoire d'Hachette »
  8. Cette contraction doit s'entendre compte tenu de la baisse de l'euro et de la hausse du dollar : cf. « The World's 57 Largest Book Publishers, 2015 », In: publishersweekly.com, en ligne.
  9. « Hachette Livre signe un partenariat avec Phoenix Publishing & Media Group (PPMG) pour la création d'une société commune en Chine », sur lagardere.com,‎ (consulté le 20 décembre 2015)
  10. « Hachette Calls Off Perseus Book Purchase », In: The Wall Street Journal, 7 août 2014.
  11. « La société Hachette au XXe siècle » par Philippe Schuwer, In: Dictionnaire encyclopédique du livre, Paris, Cercle de la librairie, 2005, tome II, p. 451.
  12. Arrêté du 29 mars 2002 portant classement d'archives historiques, JORF no 85 du 11 avril 2002, p. 6406, texte no 32, NOR MCCB0200244A, sur Légifrance.
  13. « Le Fonds Hachette classé Monument historique », La Lettre, Institut mémoires de l'édition contemporaine, no 1,‎ été-automne 2003, p. 17 (ISSN 1165-3752, lire en ligne).
  14. Accord Hachette - Google : Mitterand « se félicite »
  15. Hachette To Buy Disney’s Hyperion Adult Trade Imprint
  16. Perseus Books entrera dans le giron du groupe Hachette, Clément Solym, Actualitté, 25 juin 2014
  17. Hachette Books to buy Perseus Books, Reuters, 24 juin 2014
  18. Hachette Book Group drops plan to buy Perseus, Andrew Callus et Supantha Mukherjee, Reuters, 8 août 2014
  19. Hachette poursuit son engagement en Russie avec Azbooka-Atticus, Nicolas Gary, Actualitté, 28 octobre 2014
  20. http://www.actuabd.com/La-bataille-d-Asterix-La-contre-offensive-d-Albert-Uderzo
  21. « WiŻ ».
  22. « Hachette ».
  23. « Larousse ».
  24. http://www.chantier-58-bleuzen.vanves.fr/projet/projet.htm
  25. http://www.livreshebdo.fr/article/arnaud-nourry-inaugure-et-baptise-le-nouveau-siege-dhachette-livre

Bibliographie[modifier | modifier le code]