Musée de la Romanité de Nîmes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Musée de la Romanité de Nîmes
Musée de la Romanité - Vue d'ensemble.jpg
Informations générales
Ouverture
Collections
Collections
Localisation
Pays
Région
Commune
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Nîmes
voir sur la carte de Nîmes
Red pog.svg

Le musée de la Romanité de Nîmes est un musée situé face à l'amphithéâtre romain de Nîmes, dans le département du Gard et la région Occitanie (anciennement Languedoc-Roussillon). Il ouvre le 2 juin 2018.

Au cœur de la cité nîmoise, face aux célèbres arènes bimillénaires, ce musée archéologique présente les collections extraordinaires de la ville, qui s’animent grâce à 65 dispositifs multimédia (réalité augmentée, technologies audiovisuelles monumentales…)

Tout débute autour du sanctuaire de la source, à l’origine de la ville, évoquée par les vestiges d’un fronton monumental qui orne l’atrium central du Musée. L’escalier majestueux à double révolution entraine le visiteur à l’époque gauloise, puis l’immerge au cœur de la vie quotidienne romaine, à la découverte de la ville et ses habitants il y a près de 2000 ans. Il traversera ensuite le Moyen Âge, jusqu’à l’époque contemporaine, pour découvrir l’extraordinaire influence de la Romanité au fil des siècles.

Dans son écrin d’architecture contemporaine imaginé par Elizabeth de Portzamparc, une toge de verre plissée dont les lames de verre évoquent une mosaïque, ce lieu de vie est à la fois musée scientifique et innovant, restaurant, jardin méditerranéen, rooftop à 360° sur les plus beaux joyaux nîmois.

À la suite d'un concours d'architecture confrontant en phase finale trois architectes, Rudy Ricciotti, Elizabeth de Portzamparc et Richard Meier, les trois projets ont été exposés en mai 2012 au Carré d'Art et le jury a choisi le projet d'Elizabeth de Portzamparc[1]. La pierre inaugurale du musée est posée le 11 mai 2015[2]. Le 15 décembre de la même année, des pièces archéologiques monumentales de la collection et autour desquelles le musée est construit, telles que les mosaïques de Bellérophon et des bornes milliaires, jusque-là exposées au musée archéologique du cloître des Jésuites, sont transférées au chantier du musée à l'aide de grues[3],[4]. Le 2 mai 2016 le projet du musée remporte le prix "Future Heritage Award", qui récompense la plus belle création contemporaine créant un futur héritage culturel[5]. Après plus de cinq années d'études et de travaux, le musée ouvre au public le 2 juin 2018.

Historique de la construction[modifier | modifier le code]

Date Étape
Lancement du concours international d'architecture[6].
Jury de concours pour l'analyse des 103 dossiers de candidature reçus et choix de 3 équipes.
Jury de concours pour le choix du projet lauréat.
Conseil municipal exceptionnel entérinant le choix du projet lauréat.
début 2013 Dépôt du permis de construire.
Rapport et conclusions du commissaire enquêteur à la suite de l'enquête publique.
Délivrance du permis de construire.
2014 Démolitions et préparation des travaux[7].
Démarrage de la construction et pose de la première pierre.
fin 2016 Livraison du bâtiment et installation des collections.
juin 2018 Ouverture au public[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Sophie Flouquet, « Nîmes, les nouveaux habits de la romanité », Le Journal des arts no 373, juillet/septembre 2012

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]