Salies-de-Béarn

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Salies-de-Béarn
Salies-de-Béarn
Vue sur Salies-de-Béarn.
Blason de Salies-de-Béarn
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Arrondissement Oloron-Sainte-Marie
Intercommunalité Communauté de communes du Béarn des Gaves
(siège)
Maire
Mandat
Thierry Cabanne
2020-2026
Code postal 64270
Code commune 64499
Démographie
Gentilé Salisiens
Population
municipale
4 589 hab. (2018 en diminution de 3,75 % par rapport à 2013)
Densité 88 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 28′ 17″ nord, 0° 55′ 31″ ouest
Altitude Min. 28 m
Max. 202 m
Superficie 52,08 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Salies-de-Béarn
(ville isolée)
Aire d'attraction Salies-de-Béarn
(commune-centre)
Élections
Départementales Canton d'Orthez et Terres des Gaves et du Sel
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Salies-de-Béarn
Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques
Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Salies-de-Béarn
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Salies-de-Béarn
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Salies-de-Béarn
Liens
Site web http://www.salies-de-bearn.fr/

Salies-de-Béarn /sa.lis.də.be.aʁn/ est une commune française située dans le département des Pyrénées-Atlantiques, en région Nouvelle-Aquitaine.

Le gentilé est Salisiens[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Salies-de-Béarn se trouve dans le département des Pyrénées-Atlantiques, en région Nouvelle-Aquitaine[2].

Elle se situe à 66 km par la route[Note 1] de Pau[3], préfecture du département, à 45 km d'Oloron-Sainte-Marie[4], sous-préfecture, et à 18 km d'Orthez[5], bureau centralisateur du canton d'Orthez et Terres des Gaves et du Sel dont dépend la commune depuis 2015 pour les élections départementales[2]. La commune est par ailleurs ville-centre du bassin de vie de Salies-de-Béarn[2].

Les communes les plus proches[Note 2] sont[6] : Bellocq (5,2 km), Carresse-Cassaber (5,6 km), Castagnède (5,8 km), Auterrive (5,9 km), Ramous (6,0 km), Oraàs (6,1 km), Puyoô (6,2 km), Escos (6,3 km).

Sur le plan historique et culturel, Salies-de-Béarn fait partie de la province du Béarn, qui fut également un État et qui présente une unité historique et culturelle à laquelle s’oppose une diversité frappante de paysages au relief tourmenté[7].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Carte en couleur présentant les réseau hydrographique de la commune
Réseaux hydrographique et routier de Salies-de-Béarn.

La commune est drainée par le Saleys, le ruisseau de Beigmau, le ruisseau des Augas, l’Arriou de Mondran, le ruisseau de Bernatère, le ruisseau de Cassiau, le ruisseau de Laborde, le ruisseau de Lastéulères, le ruisseau de Lescudé, le ruisseau de l'Espérance, le ruisseau de Montségur, le ruisseau de Pédescaus, et par divers petits cours d'eau, constituant un réseau hydrographique de 67 km de longueur totale[9],[Carte 1].

Le Saleys, d'une longueur totale de 48,7 km, prend sa source dans la commune d'Ogenne-Camptort et s'écoule du sud-est vers le nord-ouest. Il traverse la commune et se jette dans le gave d'Oloron à Carresse-Cassaber, après avoir traversé 13 communes[10].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat des marges montargnardes », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[11]. En 2020, la commune ressort du type « climat de montagne » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Pour ce type de climat, la température décroît rapidement en fonction de l'altitude. On observe une nébulosité minimale en hiver et maximale en été. Les vents et les précipitations varient notablement selon le lieu[12].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[13]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[11]

  • Moyenne annuelle de température : 13,8 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 1,2 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 6,3 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 3] : 14 °C
  • Cumuls annuels de précipitation : 1 273 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 12,5 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 8 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[14] complétée par des études régionales[15] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Bellocq-Puyoo », sur la commune de Bellocq, mise en service en 1987[16]et qui se trouve à 5 km à vol d'oiseau[17],[Note 4], où la température moyenne annuelle est de 14,2 °C et la hauteur de précipitations de 1 181,9 mm pour la période 1981-2010[18]. Sur la station météorologique historique la plus proche, « Pau-Uzein », sur la commune d'Uzein, mise en service en 1921 et à 41 km[19], la température moyenne annuelle évolue de 13,2 °C pour la période 1971-2000[20], à 13,4 °C pour 1981-2010[21], puis à 13,8 °C pour 1991-2020[22].

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Réseau Natura 2000[modifier | modifier le code]

Le réseau Natura 2000 est un réseau écologique européen de sites naturels d'intérêt écologique élaboré à partir des Directives « Habitats » et « Oiseaux », constitué de zones spéciales de conservation (ZSC) et de zones de protection spéciale (ZPS)[Note 5]. Deux sites Natura 2000 ont été définis sur la commune au titre de la « directive Habitats »[24],[Carte 2] :

  • le « château d'Orthez et bords du gave », d'une superficie de 4 300 ha, un agrosystème favorable à la présence de Chiroptères[25] ;
  • « le gave d'Oloron (cours d'eau) et marais de Labastide-Villefranche », d'une superficie de 2 547 ha, une rivière à saumon et écrevisse à pattes blanches[26] ;

Zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique[modifier | modifier le code]

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire. Une ZNIEFF de type 1[Note 6]est recensée sur la commune[27],[Carte 3] : le « vallon du Bernatère et arriou de Poursuibes » (17,5 ha), couvrant 2 communes du département[28] et une ZNIEFF de type 2[Note 7],[27],[Carte 4] : le « bois de Baillenx et de Coulomme » (157,08 ha)[29].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Salies-de-Béarn est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 8],[30],[31],[32]. Elle appartient à l'unité urbaine de Salies-de-Béarn, une unité urbaine monocommunale[33] de 4 638 habitants en 2017, constituant une ville isolée[34],[35].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Salies-de-Béarn, dont elle est la commune-centre[Note 9]. Cette aire, qui regroupe 6 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[36],[37].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (60,8 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (62,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones agricoles hétérogènes (42,7 %), forêts (33,3 %), prairies (11,9 %), terres arables (6,2 %), zones urbanisées (5,9 %)[38].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 5].

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

  • Antys ;
  • Arribourdes ;
  • Beigmau ;
  • Bellecave ;
  • Bitaine ;
  • Bois ;
  • Caumia ;
  • Cazenave ;
  • Coulomme ;
  • Esperbasque ;
  • Lasbordes ;
  • Lescudé ;
  • Mondran ;
  • Padu ;
  • Peyrelade ;
  • Saint-Martin du Cout ;
  • la Ville.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par les routes départementales 30, 330, 430 et 933.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestations anciennes[modifier | modifier le code]

Le toponyme Salies apparaît sous les formes Salinœ (Xe siècle[39], cartulaire de Bigorre[40]), Vicaria de Salies (XIe siècle[39], cartulaire de Lescar[41]), Terra de Salinis (1120[39], collection Duchesne volume CXIV[42]), Villa quœ dicitur Salies (1127[39], titres de Sauvelade[43]) et Villa quœ dicitur Saline in Aquensi pago (1235[39], réformation de Béarn[44]). Des déclarations de mouvements de terrain ont été déposées au cours de l'année 2014.

Autres toponymes[modifier | modifier le code]

Antin, hameau de Salies, est attesté sous les formes Los Antiis (1428[39], contrats de Carresse[45]), Los Anthiis (1535[39], réformation de Béarn[44]), Danty (1770[39], titres de Salies[46]) et Les Antins (fin XVIIIe siècle[39], carte de Cassini).

Le toponyme Coulomme apparaît sous les formes la maison noble de Colomme (1673[39], réformation de Béarn[44]) et Coullomme (1773[39], dénombrement de Salies[47]).

Le toponyme Esperbasque apparaît sous les formes l'ostau d'Esperbasco (1385[39], censier de Béarn[48]) et Esperabasco (1546[39], réformation de Béarn[44]).

Saint-Martin, village de Salies, apparaît sous les formes l'ostau de Sent-Marthii (1385[39], censier de Béarn[48]) et Sent-Marthii de Salies (1440[39], notaires de Labastide-Villefranche[49]).

Graphie béarnaise[modifier | modifier le code]

Son nom béarnais est Salias[50] ou Salîes[51].

Histoire[modifier | modifier le code]

DE COUSTALLE DE LARROQUE.jpg

Antiquité[modifier | modifier le code]

Les origines de Salies-de-Béarn remonteraient en réalité à l’Age du Bronze, soit environ 1500 ans avant J.-C.. A cette époque, le Sel de Salies-de-Béarn était déjà extrait par évaporation de l’eau salée dans des pots en céramiques découverts lors de fouilles archéologiques[52]. L'habitat est alors sans doute centré autour de la Houn Salade, soit la Fontaine Salée d’où de l'eau salée jaillit naturellement .

Le Sel de Salies-de-Béarn était sans doute acheminé le long du piémont pyrénéen par le Cami Salié, l'antique Chemin du Sel reliant Salies-de-Béarn à Toulouse et la Méditerranée[52].

L'histoire de Salies-de-Béarn est "Une histoire qui ne manque pas de sel"[53].

Moyen-Age[modifier | modifier le code]

Paul Raymond[39] note qu'en 1385, Salies comptait deux-cent-quarante-sept feux et constituait un bailliage et une notairie limités à la commune.

Espebasque était un fief[39] vassal de la vicomté de Béarn, dépendant du bailliage de Salies, et la seigneurie de Saint-Martin appartenait au marquisat de Gassion.

En 1790, le canton de Salies était constitué des communes d'Auterrive, Bellocq, Bérenx, Carresse-Cassaber, Castagnède, Labastide-Villefranche, Lahontan, Léren, L'Hôpital-d'Orion, Oraàs, Orion, Saint-Dos, Saint-Pé-de-Léren, Salies-de-Béarn et Salles-Mongiscard.

Selon la légende, un sanglier serait à l'origine de la ville au XVIIe siècle : blessé par des chasseurs, il serait allé mourir dans les marais au milieu des forêts qui recouvraient la région. Les chasseurs l'ayant retrouvé plusieurs jours après dans un bon état de conservation découvrirent à cette occasion que le marais contenait du sel. Le sel était alors fort prisé à l'époque et une bourgade se forma autour de cette découverte exceptionnelle. Depuis lors, l'emblème de la ville est un sanglier.

En réalité, le lieu est nommé Salinae dès le Xe siècle au cartulaire de Bigorre.

En fait, de l'eau dix fois plus salée que celle de l'océan est exploitée depuis plus de 3 500 ans. On en trouve de nombreux témoignages au musée du sel de Salies-de-Béarn.

Depuis 1587, ce sont les « voisins de la fontaine salée » qui sont les propriétaires "Part-prenants"[54] de génération en génération de l'eau salée et de différents bâtiments. L'exploitation familiale et artisanale a laissé place à une production semi artisanale de sel alimentaire et de bains au sein des salines, aujourd'hui gérées par la compagnie Fermière[55].

Sous l'occupation, pendant la Seconde Guerre mondiale, la ligne de démarcation passait sur le territoire de la commune de Salies-de-Béarn, en particulier par le quartier des Antys (direction Orion)

Salies-de-Béarn connut son apogée au XIXe siècle et pendant la première moitié du XXe siècle, les thermes étaient réputés et de grands hôtels de luxe accueillaient une clientèle européenne (hôtel du Parc, hôtel de France et d'Angleterre).

Le docteur Brice de Coustalé de Larroque (1812-1882)[56], originaire de Salies-de-Béarn, Médecin par quartier de l'empereur Napoléon III et de la famille impériale, attira une riche clientèle contribuant ainsi à la notoriété de la station thermale dont il vante les vertus thérapeutiques[57].

Depuis la fin du XXe siècle, la fréquentation thermale et touristique[58] semble repartir à la hausse grâce à l'espace de balnéothérapie, au golf et au développement des hôtels, gîtes et chambres d'hôtes.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
écartelé, au premier de gueules à un sameau d'argent pendant à un bâton d'or, au chef cousu d'azur chargé de trois étoiles d'or, au second d'azur à un annelet d'argent, au troisième d'argent à trois fleurs de lys de sable rangées en fasce, au quatrième d'or à deux vaches de gueules accornées, onglées, colletées et clarinées d'azur passant l'une sur l'autre[59].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Situation administrative[modifier | modifier le code]

Salies-de-Béarn a fait partie de l'arrondissement de Pau jusqu'au . À cette date, elle appartient désormais à celui d'Oloron-Sainte-Marie[60].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1939 1967
(décès)
Alex de Coulomme-Labarthe
[réf. nécessaire]
DVG puis
Centriste
Conseiller général du canton de Salies-de-Béarn (1951 → 1967)
1967 mars 1989 Jean Lacarrère[61]    
mars 1989 mars 2008 Lucien Basse-Cathalinat RPR puis UMP Pharmacien
Conseiller général du canton de Salies-de-Béarn (1988 → 2008)
mars 2008 2020 Claude Serres-Cousiné PS Retraité de la fonction publique
Conseiller général du canton de Salies-de-Béarn (2008 → 2015)
2020 En cours Thierry Cabanne SE  
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Salies-de-Béarn fait partie de cinq structures intercommunales[62] :

  • la communauté de communes de Salies-de-Béarn est accessible ;
  • le SIGOM ;
  • le syndicat d’énergie des Pyrénées-Atlantiques ;
  • le syndicat intercommunal d’alimentation en eau potable du Saleys et des gaves ;
  • le syndicat intercommunal des gaves et du Saleys.

La commune accueille le siège de la communauté de communes de Salies-de-Béarn ainsi que celui du syndicat intercommunal d’alimentation en eau potable du Saleys et des gaves.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Salies-de-Béarn est jumelé avec les villes suivantes :

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[63]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[64].

En 2018, la commune comptait 4 589 habitants[Note 10], en diminution de 3,75 % par rapport à 2013 (Pyrénées-Atlantiques : +2,37 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
5 5156 2058 5777 2088 4208 6347 8527 3106 714
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
5 5035 2985 3285 1205 1405 2966 1476 2436 137
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
5 9945 8845 8575 0715 1935 0965 3625 3884 979
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
5 5355 5825 3554 9574 9744 7594 7934 8034 812
2013 2018 - - - - - - -
4 7684 589-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[65] puis Insee à partir de 2006[66].)
Histogramme de l'évolution démographique
Vue du centre-ville.

Économie[modifier | modifier le code]

Depuis l’antiquité, Salies-de-Béarn, la cité du sel, doit sa renommée à cette source d’eau salée unique née d’une curiosité géologique formée il y a 200 millions d’années. L'économie de la ville repose sur le thermalisme et sur la production du sel de Salies-de-Béarn. Présent naturellement sous les Pyrénées depuis des millions d'années, le Sel de Salies-de-Béarn est protégé en profondeur dans des eaux dix fois plus salées que l'eau de mer. Il est préconisé dans le cadre de l’IGP Jambon de Bayonne. Les Thermes de Salies-de-Béarn disposent d'un savoir-faire unique depuis plus de 150 ans.

La commune fait partie de la zone d'appellation d'origine contrôlée (AOC) du Béarn. Depuis 1991, l'AOC béarn-bellocq est attribuée aux vins récoltés sur les communes de Bellocq, Lahontan, Orthez (trois fleurs) et Salies-de-Béarn. Elle fait également partie de la zone d'appellation de l'ossau-iraty.

L'indication géographique protégée (IGP) Sel de Salies-de-Béarn a également été approuvée par la Commission européenne le 14 juin 2016[67].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Le kiosque à musique, le chalet, l'Hôtel du Parc

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

  • Le centre-ville, ancien, est intéressant par sa construction centrée sur la place du Bayaà, où se situait la fontaine salée. On y voit de nombreuses maisons à colombages et murs en saillies dans les vieilles ruelles. Une fontaine[69] commémorative du millénaire de la cité fut édifiée en 1927. On trouve rue Larroumette les vestiges du château de Saint-Pé[70].
  • La rue des Docteurs-Foix comporte de belles maisons de maîtres dont le Pavillon Louis XV[71], ancien hôtel particulier de la famille de Coustalé de Larroque.
  • Les grands hôtels témoignent de l'ancien lustre de la ville.
  • Le Musée du Sel qui retrace plus de 4 000 ans d’histoire. Un rez de chaussée dédié aux premières exploitations du sel à l’âge de bronze et époque gallo-romaine jusqu’au Moyen Âge, un premier étage sur les riches heures du thermalisme et un dernier étage axé sur la géologie et fouilles archéologiques.
  • La Crypte du Bayaà, où coule la source
  • La saline et son espace muséographique

Galerie[modifier | modifier le code]

Activités[modifier | modifier le code]

Les Thermes[modifier | modifier le code]

La façade d’inspiration mauresque est mise en valeur par un jardin public romantique où les séquoias côtoient le kiosque à musique, témoins des riches heures de la Belle Époque.

La Voie verte[modifier | modifier le code]

Longue de 8 km, cette ancienne voie de chemin de fer est aménagée pour la balade pédestre ou à vélo au milieu des arbres, de champs, de jardins et du gave.

Le golf[modifier | modifier le code]

Parcours vallonné de 9 trous (18 départs), varié et technique, un parcours compact (d’entraînement) de 9 trous et toute une infrastructure complète (practice, putting green...)

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Vincent.

L'église Saint-Vincent[76]. Il existait déjà une chapelle au XIe siècle. Agrandie du XIVe au XVIe siècles, elle recèle dans ses murs, les stigmates des guerres subies par le Béarn. La nef, à deux travées égales, est du XVe siècle. En 1523, deux armées espagnoles de Charles Quint mettent à sac et incendient la ville et les églises. En 1530, l’abside est reconstruite dans le style gothique flamboyant. Fin du XVIe siècle, les fenêtres sont murées et la tour de défense (le clocher) est percée de meurtrières. L’autel est du XVIIIe siècle.

L'église Saint-Martin est reconstruite en 1530 de style gothique sous la forme d’une croix grecque et subit d’importants travaux en 1743. Elle est restaurée fin du XXe siècle. Construite sur un tertre à l’écart de la ville, elle vaut le déplacement.

Le temple protestant de l’Église réformée de France, de style néo-classique du XIXe siècle est de belle facture.

Orphéon[modifier | modifier le code]

Continuateur du mouvement de masses des sociétés chorales, la commune possède un orphéon, qui a fêté son 150e anniversaire en 2009 et fait partie du patrimoine local[77].

Art en Vrac

Manifestations culturelles[modifier | modifier le code]

Fête du sel[modifier | modifier le code]

Le 2e week-end de septembre, toute la cité du sel vit au rythme de la fête durant 2 jours ; rues et ruelles sont envahies par les artisans, producteurs et marchands.

Les traditions sont à l’honneur avec courses de porteurs de "sameaux", de porteuses de "herrades". Un défilé de chars et le cortège des différentes confréries du département animent le dimanche en plus d'un grand repas sous chapiteau.

Art en Vrac - Avril 2019

Art en Vrac[modifier | modifier le code]

Lors du week-end de Pâques, les ruelles de Salies, le jardin public et parfois même les vignes autour de la cité du sel, s’animent de différents artistes qui exposent leurs œuvres.

Fête des Sottises[modifier | modifier le code]

Une initiation aux arts de la rue, des spectacles pluridisciplinaires et tout public ont lieu en juillet au cours de ce festival.

Piperadère[modifier | modifier le code]

Tous les ans depuis 1998, le 15 août, Salies-de-Béarn accueille la Piperadère, une fête célébrant un plat régional, la piperade. Différentes équipes s'affrontent dans un concours culinaire pour obtenir le trophée du « roi de la piperadère » qui récompense la meilleure piperade[78].

Divers[modifier | modifier le code]

D'autre part, de nombreuses festivités sont organisées tout au long de l'année, telles une fête foraine début juillet, les Casetas, Salies à peindre (concours de peinture), tout cela accompagné de musique locale et de chants. Chaque mois d'octobre, s'y déroule également le festival du film vidéo amateur.*

Sports[modifier | modifier le code]

Rugby Club béarnais Puyoo-Salies-Sauveterre[modifier | modifier le code]

Le RC béarnais est une fusion des clubs de ces trois communes[79].

Carresse Salies FC[modifier | modifier le code]

Le club résulte d'une fusion en 2004 du Caresse Sports (fondé en 1947), des Jeunes Salisiens (fondé en 1942), de l’Avenir salisien (fondé en 1910) et des Jeunes Saint-Martin-Salies (fondé en 1911)[80].

Les Jeunes de Saint-Martin de Salies, sont dans les années 20 l'un des plus beaux patronages paroissiaux du Midi, d'après le journal Les Jeunes[81]. Le patronage subit de fortes pertes durant la Première Guerre mondiale, avec 9 tués dont l'abbé. La patronage reprend ses activités en 1920, avec un nouveau directeur qui lance la section Gymnastique, la clique, et le football.

Équipements[modifier | modifier le code]

Éducation[modifier | modifier le code]

La commune dispose de trois écoles primaires (écoles La Fontaine, Léonard-de-Vinci et Notre-Dame-de-l'Alliance) et de deux collèges (collège Félix-Pécaut et collège Saint-Martin[82]).

Structures de loisirs et d'affaires[modifier | modifier le code]

  • Un cinéma classé « Art et Essai » ;
  • Un centre de congrès.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Naissance à Salies-de-Béarn.
Nées au XVIIIe siècle
Nées au XIXe siècle
  • Joseph Brice de Coustalé de Larroque 1782-1858 Médecin de l'hôpital Necker, père du "Baron Jean Brice de Coustalé de Larroque (1812-1882) Médecin de Napoléon III qui, par ses éminents travaux sur les eaux thermales de SALIES, leur conféra une notoriété mondiale" ;
  • Félix Pécaut, né en 1828 à Salies-de-Béarn et décédé en 1898 à Orthez, est un pédagogue français ;
  • Théodore Monbeig, né en 1875 à Salies-de-Béarn et décédé en 1914 près de Lithang (Chine), est un missionnaire et collecteur botaniste français ;
  • Charles Foix, né en 1882 à Salies-de-Béarn et décédé en 1927, est un neurologue français ;
  • Joseph Morlaas, né en 1895 à Salies-de-Béarn et décédé en 1981, est un médecin français qui a travaillé sur l'apraxie ;
  • Alexandre de Leuchtenberg, né en 1881 à Saint-Pétersbourg et décédé à Salies-de-Béarn en 1942, est un aristocrate russe, chef de la maison de Leuchtenberg ;
  • Al-Cartero pseudonyme de Léonce Lacoarret (1861-1923), médecin ORL, écrivain occitan, ayant une maison à Salies-de-Béarn où il a écrit ses œuvres.
Nées au XXe siècle,

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Les distances sont mesurées entre chefs-lieux de communes par la voie routière et évaluées à l'aide d'un calculateur d'itinéraires.
  2. Les distances sont mesurées entre chefs-lieux de communes à vol d'oiseau.
  3. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  4. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  5. Dans les sites Natura 2000, les États membres s'engagent à maintenir dans un état de conservation favorable les types d'habitats et d'espèces concernés, par le biais de mesures réglementaires, administratives ou contractuelles[23].
  6. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  7. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  8. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  9. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  10. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. « Carte hydrographique de Salies-de-Béarn » sur Géoportail (consulté le 11 août 2021)..
  2. « Sites Natura 2000 de types sites d'intérêt communautaire (SIC) (Directive Habitats) de la commune de Salies-de-Béarn », sur www.geoportail.gouv.fr (consulté le ).
  3. « ZNIEFF de type I sur la commune de Salies-de-Béarn », sur www.geoportail.gouv.fr (consulté le ).
  4. « ZNIEFF de type II sur la commune de Salies-de-Béarn », sur www.geoportail.gouv.fr (consulté le ).
  5. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gentilé sur habitants.fr.
  2. a b et c « Métadonnées de la commune de Salies-de-Béarn », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  3. Stephan Georg, « Distance entre Salies-de-Béarn et Pau », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  4. Stephan Georg, « Distance entre Salies-de-Béarn et Oloron-Sainte-Marie », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  5. Stephan Georg, « Distance entre Salies-de-Béarn et Orthez », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  6. « Communes les plus proches de Salies-de-Béarn », sur www.villorama.com (consulté le ).
  7. Frédéric Zégierman, Le guide des pays de France - Sud, Paris, Fayard, (ISBN 2-213-59961-0), p. 30.
  8. Carte IGN sous Géoportail.
  9. « Fiche communale de Salies-de-Béarn », sur le système d'information pour la gestion des eaux souterraines en région Aquitaine (consulté le ).
  10. Sandre, « le Saleys ».
  11. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le ).
  12. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le ).
  13. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le ).
  14. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  15. [PDF]« Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (oracle) Nouvelle-Aquitaine », sur nouvelle-aquitaine.chambres-agriculture.fr, (consulté le ).
  16. « Station Météo-France Bellocq-Puyoo - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  17. « Orthodromie entre Salies-de-Béarn et Bellocq », sur fr.distance.to (consulté le ).
  18. « Station Météo-France Bellocq-Puyoo - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  19. « Orthodromie entre Salies-de-Béarn et Uzein », sur fr.distance.to (consulté le ).
  20. « Station météorologique de Pau-Uzein - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le ).
  21. « Station météorologique de Pau-Uzein - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le ).
  22. « Station météorologique de Pau-Uzein - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le ).
  23. Réseau européen Natura 2000, Ministère de la transition écologique et solidaire
  24. « Liste des zones Natura 2000 de la commune de Salies-de-Béarn », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  25. « site Natura 2000 FR7200784 - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  26. « site Natura 2000 FR7200791 - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  27. a et b « Liste des ZNIEFF de la commune de Salies-de-Béarn », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  28. « ZNIEFF le « vallon du Bernatère et arriou de Poursuibes » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  29. « ZNIEFF le « bois de Baillenx et de Coulomme » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  30. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  31. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  32. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  33. « Unité urbaine 2020 de Salies-de-Béarn », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  34. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  35. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  36. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Salies-de-Béarn », sur insee.fr (consulté le ).
  37. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  38. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  39. a b c d e f g h i j k l m n o p et q Paul Raymond, Dictionnaire topographique du département des Basses-Pyrénées, Paris, Imprimerie Impériale, , 208 p. (notice BnF no FRBNF31182570, lire en ligne)..
  40. Cartulaire de Bigorre - Manuscrit du XVe siècle - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques.
  41. Cartulaire de l'évêché de Lescar, publié dans les preuves de l'Histoire de Béarn de Pierre de Marca.
  42. Collection Duchesne, volumes 99 à 114, renfermant les papiers d'Oihenart, ancienne bibliothèque impériale - Bibliothèque nationale de France.
  43. Cartulaire de l'abbaye Notre-Dame de Sauvelade, publié par extraits dans les preuves de l'Histoire de Béarn de Pierre de Marca.
  44. a b c et d Manuscrit du XVIe et XVIIIe siècles - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques.
  45. Contrats retenus par Carresse, notaire de Béarn - Manuscrit du XVe siècle - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques.
  46. Titres de la commune - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques.
  47. Manuscrits du XVIIe et XVIIIe siècles - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques.
  48. a et b Censier de Béarn, Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques, manuscrit de 1385..
  49. Notaires de Labastide-Villefranche - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques.
  50. Ostau Bearnes, « Toponymie des communes béarnaises selon la graphie classique » [PDF] (consulté le ).
  51. Institut béarnais et gascon, « Toponymie des communes béarnaises selon la graphie moderne » [PDF] (consulté le ).
  52. a et b « Un sel de légende et de tradition », sur Sel de Salies-de-Béarn, la purété du sel de source (consulté le ).
  53. « Salies-de-Béarn la cité du sel », sur tourisme-bearn-gaves.com.
  54. « La communauté du sel ».
  55. « Mémento du part-prenant ».
  56. « DE COUSTALE DE LARROQUE Étude théorique et clinique des eaux minérales chloro-bromo-iodurées de Salies-de-Béarn », .
  57. « DE COUSTALE DE LARROQUE, Hydrologie médicale. Salies de Béarn et ses eaux chlorurées sodiques (bromo-iodurées) », sur gallica.bnf.fr, .
  58. Fréquentation thermale et touristique sur le site du Béarn des gaves.
  59. Armorial du Béarn, tome I (1696-1701) p.214.
  60. « Arrêté préfectoral portant modification des limites territoriales des arrondissements de Pau, de Bayonne et d'Oloron-Sainte-Marie du département des Pyrénées-Atlantiques » [PDF], sur un site de la préfecture des Pyrénées-Atlantiques, (consulté le ).
  61. Salies-de-Béarn : la piscine Lacarrère inaugurée, La République des Pyrénées, article du 8 juillet 2013.
  62. Cellule informatique préfecture 64, « Base communale des Pyrénées-Atlantiques - Intercommunalité » (consulté le ).
  63. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  64. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  65. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  66. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  67. « Commission Européenne - COMMUNIQUES DE PRESSE - Communiqué de presse - Huit nouvelles dénominations de produits protégées en tant qu’indications géographiques », sur europa.eu (consulté le ).
  68. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur les thermes.
  69. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur la fontaine de la place du Bayaà.
  70. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur le château de Saint-Pé.
  71. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur le Pavillon Louis XV.
  72. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur le casino.
  73. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur le Grand hôtel du Parc.
  74. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur l'hôtel Bellevue.
  75. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur le kiosque à musique.
  76. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur l'église Saint-Vincent.
  77. Page Internet consacrée à la célébration du 150e anniversaire de l'Orphéon de Salies-de-Béarn en 2009..
  78. « La Pipéradère », www.salies-de-bearn.fr.
  79. « https://www.ffr.fr/clubs/rugby-club-bearnais-puyoo-salies-sauveterre », sur Fédération Française de Rugby (consulté le ).
  80. « Le Club - CARRESSE SALIES F. C. - FFF », sur www.fff.fr (consulté le ).
  81. Fédération sportive et culturelle de France, « Les Jeunes des Pyrénées », sur Gallica, Les Jeunes (journal), (consulté le )
  82. Site du collège Félix Pécaut.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alexis Ichas, Historial des gaves, Éditions Atlantica 2008
  • Alexis Ichas, Chroniques béarnaises du gave et du Saleys, Éditions Atlantica 2006
  • Jean Labarthe, Salies-de-Béarn sous la Révolution, Éditions Atlantica 2001
  • Jean Labarthe, Salies-de-Béarn historique et anecdotique, Les Amis du Vieux Salies, 1996
  • Jean Labarthe, Félix Pécaut (1828-1898) sa vie, son œuvre, Les Amis du Vieux Salies, 1996
  • Nelly Hissung-Convert, « L'impôt sur le sel à Salies et Béarn », Revue de Pau et du Béarn, no 36,‎
  • Christophe-Georges Chêne, Dabances deu lauyre, Salies-de-Béarn, Lauyre Escriuts Edicion, 2010, , 75 p. (ISBN 978-2-9536635-0-1)
  • Pascal Moncapjuzan, Autrefois Salies-de-Béarn, Atlantica, 2002 (ISBN 2843945305)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :