Aste-Béon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune des Pyrénées-Atlantiques
Cet article est une ébauche concernant une commune des Pyrénées-Atlantiques.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Béon.
Aste-Béon
Façade sud du château de Béon.
Façade sud du château de Béon.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Arrondissement Oloron-Sainte-Marie
Canton Oloron-Sainte-Marie-2
Intercommunalité Communauté de communes de la Vallée d'Ossau
Maire
Mandat
Jean-Michel Barrabourg
2014-2020
Code postal 64260
Code commune 64069
Démographie
Gentilé Astois/Béonnais
Population
municipale
244 hab. (2014)
Densité 13 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 01′ 24″ nord, 0° 24′ 42″ ouest
Altitude Min. 438 m – Max. 1 800 m
Superficie 19,05 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte administrative des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Aste-Béon

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Aste-Béon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Aste-Béon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Aste-Béon

Aste-Béon est une commune française, située dans le département des Pyrénées-Atlantiques en région Nouvelle-Aquitaine.

Le gentilé est Astois et Béonnais[1].

Elle est composée de la réunion de deux villages distants de deux kilomètres : Aste et Béon.

Maison dans le village d'Aste.
L'église Saint-Jean-Baptiste, à Béon.
Église de Béon : claveau sculpté primitif représentant les quatre évangélistes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Elle se situe au cœur de la vallée d'Ossau.

Accès[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la route départementale 240.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Située dans le bassin versant de l'Adour, la commune est traversée par le gave d'Ossau (affluent du gave d'Oloron) et par ses affluents, les ruisseaux le Lamay et l'Arrigast.

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Aste est mentionné en 1385[4] (censier de Béarn[5]) et apparaît sous la forme Asta (1487[3], notaires d'Ossau[6]). Son origine est basque, de aitz/as, « pointe rocheuse »[4].

Le toponyme Béon apparaît sous les formes Beoo (1328[4], traité d’Ossau-Val de Tena, 1374[3], contrats de Luntz[7] et 1385[4], censier de Béarn[5]), Beo de la Bag d'Ossau (1427[3], contrats de Carresse[8]), Sent Felix de Béon (1654[3], insinuations du diocèse d'Oloron[9]) et Béon sur la carte de Cassini (fin XVIIIe siècle[4]. Il vient peut-être d'une racine oronymique pré-indo-européenne *ben[4].

Son nom béarnais est Asta-Bion.

Le Port de Béon désigne un hameau, déjà mentionné en 1756 par le dénombrement d'Aste[10] sous la graphie le parsan du Port.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1385, Aste comptait 18 feux et dépendait du bailliage d'Ossau[3].

À cette même date, Béon comptait également 18 feux et relevait du même bailliage. Le fief de Béon dépendait de la vicomté de Béarn.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995 2001 Jean Vertut   - style="vertical-align: top" 2001 2014 Augustin Médevielle UMP  
2014 en cours Jean-Michel Barrabourg    

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de trois structures intercommunales[11] :

La commune fait partie du Pays d'Oloron et du Haut-Béarn.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du milieu des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[13],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 244 habitants, en diminution de -13,48 % par rapport à 2009 (Pyrénées-Atlantiques : 2,53 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
473 244 483 323 520 610 564 597 605
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
604 588 606 465 475 471 482 443 414
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
400 410 371 356 331 344 324 271 275
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
267 235 196 211 159 231 246 282 244
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie de la commune est historiquement orientée vers l'agriculture et l'élevage. La commune fait partie de la zone d'appellation de l'ossau-iraty.

En 1769, Jean-Joseph d'Augerot, greffier en chef du Parlement de Navarre, fit construire une forge en vallée d'Ossau à Béon. La forge de Béon utilisa le minerai d'anciennes mines situées à Aste[16];

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Le château de Béon remonte au XIVe siècle[17]. Il fut remanié au XVIIe siècle avant d'être laissé à l'abandon jusqu'aux années 1980. Durant toute son histoire, il demeura la possession de la maison de Béon, jusqu'à sa lente extinction au XIXe siècle. Inscrit au monuments historiques depuis mars 2005, il est aujourd'hui complètement restauré.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Jean-Baptiste d'Aste[18], à Aste, tient ses origines de la fin du XIXe siècle et est référencée à l'Inventaire général du patrimoine culturel. Elle recèle un calice[19], classé à titre d'objet. L'église de Béon date, quant à elle, des XIIe et XIVe siècles.

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

La réserve naturelle de nidification des vautours fauves, créée par arrêté ministériel du 11 décembre 1974, se situe sur le territoire des communes d'Aste-Béon, Bielle, Bilhères et Castet. Le musée qui lui est associé, dénommé la Falaise aux Vautours[20], se trouve à l'entrée du village d'Aste-Béon.

Le Pène de Béon culmine à 1 251 mètres[2].

La commune est traversée du nord au sud par le GR de Pays du tour de la vallée d'Ossau[2],[21].

Équipements[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Brigitte Jobbé-Duval, Dictionnaire des noms de lieux - Pyrénées-Atlantiques, Archives et Culture, (ISBN 978-2-35077-151-9)
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u, v, w et x Géoportail - IGN, « Géoportail » (consulté le 15 avril 2012)
  3. a, b, c, d, e et f Paul Raymond, Dictionnaire topographique du département des Basses-Pyrénées, Paris, Imprimerie Impériale, , 208 p. (notice BnF no FRBNF31182570, lire en ligne).
  4. a, b, c, d, e et f Michel Grosclaude (préf. Pierre Bec), Dictionnaire toponymique des communes du Béarn, Pau, Escòla Gaston Febus, , 416 p. (ISBN 9782350680057, notice BnF no FRBNF35515059), n° 152.
  5. a et b Censier de Béarn, manuscrit de 1385, Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques.
  6. Notaires d'Ossau, aux Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques.
  7. Contrats retenus par Luntz, notaire de Béarn, aux Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques.
  8. Contrats retenus par Carresse, notaire de Béarn, manuscrits du XVe siècle, aux Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques.
  9. Manuscrits du XVIIe siècle, aux Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques.
  10. Manuscrits du XVIIe siècle et du XVIIIe siècle - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  11. Cellule informatique préfecture 64, « Base communale des Pyrénées-Atlantiques - Intercommunalité » (consulté le 25 mai 2014)
  12. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  16. Voir à ce sujet l'article Forges de la vallée de l’Ouzom.
  17. « Le château de Béon », notice no PA64000053, base Mérimée, ministère français de la Culture
  18. « L'église Saint-Jean-Baptiste », notice no IA64000527, base Mérimée, ministère français de la Culture
  19. « Le calice de l'église Saint-Jean-Baptiste », notice no PM64000057, base Palissy, ministère français de la Culture
  20. Site de La Falaise aux Vautours
  21. Le GRP sur le site de la communauté de communes

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]