Vignes (Pyrénées-Atlantiques)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vignes.
Vignes
La mairie de Vignes.
La mairie de Vignes.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Arrondissement Pau
Canton Artix et Pays de Soubestre
Intercommunalité Communauté de communes du canton d'Arzacq
Maire
Mandat
Christian Lescoulie
2014-2020
Code postal 64410
Code commune 64557
Démographie
Population
municipale
411 hab. (2014)
Densité 52 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 31′ 37″ nord, 0° 24′ 40″ ouest
Altitude Min. 102 m
Max. 243 m
Superficie 7,97 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte administrative des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Vignes

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Vignes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vignes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vignes

Vignes est une commune française située dans le département des Pyrénées-Atlantiques, en région Nouvelle-Aquitaine.

Le gentilé est Vignois.

Entrée dans Vignes.
L'église Assomption-de-la-Bienheureuse-Vierge-Marie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Vignes est située au nord-est du département, au nord du Béarn et de la ville de Pau, éloignée de vingt kilomètres.

Accès[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par les routes départementales D 32 et D 944.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Les terres de la commune sont arrosées[1] par deux affluents de l'Adour, le Louts et Luy, dont les cours tumultueux rendent les plaines avoisinantes sensibles à d'importantes inondations.

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

  • Église ;
  • Grand-Route ;
  • Labaquère ;
  • Lacarrère ;
  • Lahon ;
  • Lapause ;
  • Larrouzé ;
  • Longy ;
  • Nabailh ;
  • Plaa.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Vignes apparaît sous les formes Binhe (1379[2]) Vinhes (1385[3], censier de Béarn[4]) et Binhes (1513[3], notaires de Garos[5]).

Son nom béarnais est Vinhas.

Histoire[modifier | modifier le code]

Paul Raymond[3] note qu'en 1385 Vignes dépendait du bailliage de Pau et comptait 25 feux.

Paroisse dont l'existence est attestée en 1385, la paroisse de Vignes constitue jusqu'à la fin de l'Ancien Régime une enclave du Béarn à l'intérieur de la vicomté de Louvigny[2]. Elle est desservie par le curé d'Arzacq voisine et patronné à la fin du XVIIIe siècle par les ducs de Gramont[6].

Le 14 septembre 2007, le centre-bourg rénové a été inauguré en présence de Marc Cabane, préfet des Pyrénées-Atlantiques, de Jean-Jacques Lasserre, président du conseil général, de Bernard Dupont, conseiller général et de Christian Lescoulié, maire.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995 2008 Christian Lescoulie    
2008 2014 Christian Lescoulie DVG  
Les données manquantes sont à compléter.

Liste des maires (1800-1898) [7]:

  • BETHEDER LARROZE Bernard 1800-1803
  • LABARTHE Jean 1808-1814
  • CORBUN Bernard 1817-1819
  • LASMARIGUES Bernardin 1821-1837
  • DOMERCQ Jacques 1838-1847
  • DESCOMPTS dit TARDAN 1849-1864
  • LASMARIGUES Jacques 1865-1886
  • LOUBIX Jean 1888-1891
  • LASMARIGUES Jacques 1892-1896
  • DUCLOS Jean 1896-1898

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Vignes appartient à trois structures intercommunales[8] :

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[10],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 411 habitants, en diminution de -3,97 % par rapport à 2009 (Pyrénées-Atlantiques : 2,53 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
407 406 423 465 514 477 459 462 470
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
438 404 392 381 354 354 309 336 295
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
271 282 291 247 232 230 217 216 216
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
236 263 337 349 361 341 412 408 411
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Le noyau initial[2] qui comportait église, basse-cour, motte et fossé, au lieu-dit Lacarrère, date du Xe siècle.

Vignes possède également des fermes[13] des XVIe, XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles. Le lavoir[14] du lieu-dit Nabailh (XIXe siècle) tout comme la maison de maître[15] du lieu-dit Larrouzé (XVIIIe et XIXe siècles).

C'est également sur son territoire que l'on trouve les Arènes du Soubestre, propriété de la communauté de communes du canton d'Arzacq dont la reconstruction a été achevée en 2006.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

L'église Assomption-de-la-Bienheureuse-Vierge-Marie[16],[17] fut reconstruite vers 1910, à la suite du déplacement de la mairie et du centre du village du lieu-dit Lacarrère le long de la route départementale qui venait d'être aménagée (actuellement D 944)[18],[19].

Liste des vicaires (1737-1789)[20] :

  • LAFORCADE 1737-1738 ;
  • TAPIE 1741-1746 ;
  • TOUYA 1748-1758 ;
  • CASTETZ 1760-1761 ;
  • TEXIER 1762-1763 ;
  • COUZE/GOUZE 1764-1768 ;
  • LARTIGUE 1774-1786 ;
  • LATORTE 1788-1789.

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Équipements[modifier | modifier le code]

Éducation

La commune dispose d'une école primaire[21].

Communication

Depuis novembre 2006, la commune dispose de l'antenne de la cyber-base des 2 Luys[22], financée avec le concours de la communauté de communes du canton d'Arzacq, le conseil général des Pyrénées-Atlantiques et la Caisse des Dépôts et des Consignations.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Notice du Sandre sur Vignes
  2. a, b et c Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur l'ensemble du Xe siècle
  3. a, b et c Paul Raymond, Dictionnaire topographique Béarn-Pays basque
  4. Censier de Béarn, manuscrit de 1385, Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques.
  5. Notaires de Garos - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  6. Cf. P. Dutech, Lo noste Béarn, 2003, p.418
  7. Registres d'état civil
  8. Cellule informatique préfecture 64, « Base communale des Pyrénées-Atlantiques - Intercommunalité » (consulté le 20 juin 2014)
  9. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  13. [1][2][3][4] Ministère de la Culture, base Mérimée - Notices sur les fermes
  14. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur le lavoir
  15. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur la maison de maître du lieu-dit Larrouzé
  16. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur l'église Assomption-de-la-Bienheureuse-Vierge-Marie
  17. Photo de l'église
  18. [5][6][7] Ministère de la Culture, base Palissy - Notices sur le mobilier de l'église Assomption-de-la-Bienheureuse-Vierge-Marie
  19. Ministère de la Culture, base Palissy - Notice sur les verrières de l'église Assomption-de-la-Bienheureuse-Vierge-Marie
  20. Registres paroissiaux d'état civil
  21. Site de l'école primaire
  22. Article publié par le centre de ressources des Espaces Numériques Publics de Wallonie sur cette cyber-base (en date du 6/2/2008)

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]