Mourenx

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Mourenx
Mourenx
Hôtel de ville, entrée par la place du travail.
Blason de Mourenx
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Arrondissement Pau
Intercommunalité Communauté de communes de Lacq-Orthez
(siège)
Maire
Mandat
Patrice Laurent
2020-2026
Code postal 64150
Code commune 64410
Démographie
Gentilé Mourenxois
Population
municipale
6 122 hab. (2019 en diminution de 9,57 % par rapport à 2013)
Densité 966 hab./km2
Population
agglomération
14 133 hab. (2018)
Géographie
Coordonnées 43° 22′ 46″ nord, 0° 36′ 25″ ouest
Altitude Min. 95 m
Max. 182 m
Superficie 6,34 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Mourenx
(ville-centre)
Aire d'attraction Mourenx
(commune-centre)
Élections
Départementales Canton du Cœur de Béarn
(bureau centralisateur)
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mourenx
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mourenx
Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques
Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Mourenx
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Mourenx
Liens
Site web http://www.mourenx.fr/

Mourenx (prononcer [muʁɛ̃ks] ; en béarnais Morencs ou Mouréncs) est une commune française, située dans le département des Pyrénées-Atlantiques en région Nouvelle-Aquitaine.

Le gentilé est Mourenxois[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Mourenx se trouve dans le département des Pyrénées-Atlantiques, en région Nouvelle-Aquitaine[2].

Elle se situe à 27 km par la route[Note 1] de Pau[3], préfecture du département, bureau centralisateur du canton du Cœur de Béarn dont dépend la commune depuis 2015 pour les élections départementales[2] La commune est par ailleurs ville-centre du bassin de vie de Mourenx[2].

Les communes les plus proches[Note 2] sont[4] : Noguères (1,3 km), Os-Marsillon (1,3 km), Pardies (2,2 km), Abidos (2,6 km), Lahourcade (2,8 km), Bésingrand (3,3 km), Artix (3,6 km), Lagor (3,9 km).

Sur le plan historique et culturel, Mourenx fait partie de la province du Béarn, qui fut également un État et qui présente une unité historique et culturelle à laquelle s’oppose une diversité frappante de paysages au relief tourmenté[5].

Communes limitrophes de Mourenx[6]
Os-Marsillon
Lagor
(par un quadripoint)
Mourenx Noguères
Lahourcade

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Carte en couleur présentant le réseau hydrographique de la commune
Réseaux hydrographique et routier de Mourenx.

La commune est drainée par la Baïse de Lasseube, la Baysère, le Luzoué, un bras de la Baÿse, un bras du ruisseau le Luzoué, et par divers petits cours d'eau, constituant un réseau hydrographique de 9 km de longueur totale[7],[Carte 1].

La Baïse de Lasseube, d'une longueur totale de 40,6 km, prend sa source dans la commune de Gan et s'écoule du sud-est vers le nord-ouest. Elle traverse la commune et se jette dans le gave de Pau à Abidos, après avoir traversé 14 communes[8].

La Baysère, d'une longueur totale de 20,4 km, prend sa source dans la commune de Monein et s'écoule du sud vers le nord. Elle traverse la commune et se jette dans la Baïse sur la commune, après avoir traversé 6 communes[9].

Le Luzoué, d'une longueur totale de 19,7 km, prend sa source dans la commune de Monein et s'écoule du sud vers le nord. Il traverse la commune et se jette dans le gave de Pau à Mont, après avoir traversé 9 communes[10].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique altéré », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[11]. En 2020, la commune ressort du même type de climat dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique et les climats de montagne et semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[12].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 3]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[11]

  • Moyenne annuelle de température : 13,5 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 1,2 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 6,4 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 4] : 14,2 °C
  • Cumuls annuels de précipitation : 1 232 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 11,9 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 8,2 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[14] complétée par des études régionales[15] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Lagor », sur la commune de Lagor, mise en service en 1962[16] et qui se trouve à 4 km à vol d'oiseau[17],[Note 5], où la température moyenne annuelle est de 13,9 °C et la hauteur de précipitations de 1 111,5 mm pour la période 1981-2010[18]. Sur la station météorologique historique la plus proche, « Pau-Uzein », sur la commune d'Uzein, mise en service en 1921 et à 14 km[19], la température moyenne annuelle évolue de 13,2 °C pour la période 1971-2000[20], à 13,4 °C pour 1981-2010[21], puis à 13,8 °C pour 1991-2020[22].

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Réseau Natura 2000[modifier | modifier le code]

Le réseau Natura 2000 est un réseau écologique européen de sites naturels d'intérêt écologique élaboré à partir des Directives « Habitats » et « Oiseaux », constitué de zones spéciales de conservation (ZSC) et de zones de protection spéciale (ZPS)[Note 6]. Un site Natura 2000 a été défini sur la commune au titre de la « directive Habitats » : le « gave de Pau »[24], d'une superficie de 8 194 ha, un vaste réseau hydrographique avec un système de saligues[Note 7] encore vivace[25],[Carte 2].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Mourenx est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 8],[26],[27],[28]. Elle appartient à l'unité urbaine de Mourenx, une agglomération intra-départementale regroupant 9 communes[29] et 14 288 habitants en 2017, dont elle est ville-centre[30],[31].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Mourenx, dont elle est la commune-centre[Note 9]. Cette aire, qui regroupe 4 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[32],[33].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires artificialisés (55,4 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (53,5 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones urbanisées (36,7 %), zones agricoles hétérogènes (22,5 %), forêts (21,5 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (14,6 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (4,1 %), terres arables (0,6 %)[34].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 3].

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

  • Les Amasses
  • Coueyto
  • Village
  • Bois
  • Hameau.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par les routes départementales 33 et 281, à proximité immédiate de la sortie 9 (Artix) de l'autoroute A64.

Risques majeurs[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune de Mourenx est vulnérable à différents aléas naturels : météorologiques (tempête, orage, neige, grand froid, canicule ou sécheresse), inondations et séisme (sismicité moyenne). Il est également exposé à deux risques technologiques, le transport de matières dangereuses et le risque industriel[35]. Un site publié par le BRGM permet d'évaluer simplement et rapidement les risques d'un bien localisé soit par son adresse soit par le numéro de sa parcelle[36].

Risques naturels[modifier | modifier le code]

La commune fait partie du territoire à risques importants d'inondation (TRI) de Pau, regroupant 34 communes concernées par un risque de débordement du gave de Pau, un des 18 TRI qui ont été arrêtés fin 2012 sur le bassin Adour-Garonne[37]. Les événements antérieurs à 2014 les plus significatifs sont les crues de 1800, crue la plus importante enregistrée à Orthez (H = 15,42 m au pont d'Orthez), du , exceptionnelle par son ampleur géographique, des 27 et , la plus grosse crue enregistrée à Lourdes depuis 1875, du , du (10,46 m à Orthez pour Q = 725 m3/s), du , du (3,40 m à Rieulhès pour Q = 504 m3/s) et du . Des cartes des surfaces inondables ont été établies pour trois scénarios : fréquent (crue de temps de retour de 10 ans à 30 ans), moyen (temps de retour de 100 ans à 300 ans) et extrême (temps de retour de l'ordre de 1 000 ans, qui met en défaut tout système de protection)[38]. La commune a été reconnue en état de catastrophe naturelle au titre des dommages causés par les inondations et coulées de boue survenues en 1982, 1983, 2006, 2008, 2009, 2018, 2019 et 2021[39],[35].

Carte des zones d'aléa retrait-gonflement des sols argileux de Mourenx.

Le retrait-gonflement des sols argileux est susceptible d'engendrer des dommages importants aux bâtiments en cas d’alternance de périodes de sécheresse et de pluie[40]. 43,1 % de la superficie communale est en aléa moyen ou fort (59 % au niveau départemental et 48,5 % au niveau national)[Carte 4]. Depuis le , en application de la loi ELAN, différentes contraintes s'imposent aux vendeurs, maîtres d'ouvrages ou constructeurs de biens situés dans une zone classée en aléa moyen ou fort[Note 10],[41].

Risque technologique[modifier | modifier le code]

La commune est exposée au risque industriel du fait de la présence sur son territoire de six entreprises soumises à la directive européenne SEVESO, classées seuil haut[42] : Société béarnaise de synthèse SA (SBS) (activités soumises à autorisation notamment pour l'emploi ou le stockage d'hydrocarbures oxygénés et de produits de toxicité aiguë), Lubrizol France SAS (pour l'emploi ou le stockage de liquides et gaz inflammables et d'hydrocarbures sulfurés), Noveal SA (pour l'emploi ou le stockage de solides inflammables, d'hydrocarbures, de colorants et pigments, de matières plastiques et de produits de toxicité aiguë), Finorga SAS (pour l'emploi ou le stockage de liquides et solides inflammables, de produits de toxicité aiguë et la fabrication de produits pharmaceutiques), Cerexagri S.A.S (pour la fabrication de produits phytosanitaires ou biocides et l'emploi ou le stockage de produits dangereux pour l'environnement aquatique), Arkema - Site de Mourenx (pour l'emploi ou le stockage de soude ou potasse caustique, d'hydrocarbures, d'acides, de liquides combustibles et de produits de toxicité aiguë)[43].

Toponymie et étymologie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Mourenx apparaît sous les formes Morengs (XIe siècle[44], d'après Pierre de Marca[45]), Morenx (XIIIe siècle[44], fors de Béarn[46]), Morencx (1385[44], censier de Béarn[46]) et Morenx (1546[44], réformation de Béarn[47].

Selon Michel Grosclaude du village voisin de Sauvelade, le nom serait basé sur un nom très ancien désignant un relief arrondi par analogie avec lo mor / lo morre, « le museau », que l'on retrouve aussi dans Morlaàs ou Morlanne ainsi que de nombreux autres lieux.

Son nom béarnais est Morencs[48] ou Mouréncs[49].

Le patronyme Moureu, célèbre dans la commune, n'a pas la même origine ; toujours selon Grosclaude, il signifierait « brun de peau ».

Les Amasses, désignant une école située sur la commune, est un toponyme mentionné en 1766[44] dans le terrier de Mourenx[50]).

Histoire[modifier | modifier le code]

Le bourg[modifier | modifier le code]

Mourenx existe depuis le XIIe siècle[réf. nécessaire].

Paul Raymond[44] note que la commune comptait une abbaye laïque, vassale de la vicomté de Béarn.
En 1385, on y comptait 27 feux, la paroisse dépendant du bailliage de Lagor et Pardies. La seigneurie de Mourenx dépendait des marquis de Gassion.

La ville nouvelle[modifier | modifier le code]

En 1949, afin d’exploiter un gisement de gaz et de pétrole, de premiers forages sont effectués à Lacq. En 1956, on décide d’implanter un grand complexe industriel. Le bassin de Lacq doit alors faire face à l’arrivée de milliers d’ouvriers. L’implantation de nouveaux logements dans les villages du bassin de Lacq ne suffit plus pour accueillir les milliers d’immigrants venus en Béarn pour travailler sur le complexe. La "Ville Nouvelle" de Mourenx surgit alors de terre. Elle accueille bientôt 10 000 habitants là où il n’y avait que des marécages dix ans auparavant.

Les architectes de Mourenx, René André Coulon, Jean-Benjamin Maneval et Philippe Douillet, vont suivre les principes d’urbanisation des villes nouvelles anglaises en adoptant le modèle de « l’unité de voisinage ». Chaque îlot, marqué par sa propre tour, est refermé en partie sur lui-même pour former une sorte de cour-jardin autour de laquelle les bâtiments se disposent »[51]. Chaque unité possède ses espaces publics, ses commerces, son école, etc. L’ensemble de la « Ville nouvelle » s’organise autour d’une grande place centrale et de deux axes perpendiculaires. Selon Éric Lapierre, architecte et historien, Mourenx « est d’un intérêt capital pour l’histoire de l’urbanisme français de cette époque ».

Plus de 3 000 logements ont ainsi été bâtis entre 1957 et 1961. Du centre vers la périphérie, on trouve trois types d’habitations : des barres (immeubles de quatre étages) et tours (généralement de 12 étages), des logements individuels (maisons accolées) et des grands pavillons (maisons d’ingénieurs).

La ville de Mourenx est la première ville nouvelle créée en France (1957) pour répondre aux besoins en logements créés par l'exploitation du gaz de Lacq. La ville a fait l'objet d'un article dans la revue française de sociologie par Henri Lefebvre[52].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mourenx-Ville-Nouvelle est créée en 1958 pour loger le personnel de la zone industrielle de Lacq.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La ville est en 1974 cofondatrice du « District de la zone de Lacq », avec 16 autres communes. Cette structure se transforme en communauté de communes, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre, le qui prend la dénomination de communauté de communes de Lacq.

Celle-ci fusionne avec sa voisine pour former, le , la communauté de communes de Lacq-Orthez, dont Mourenx est le siège.

Mourenx fait également partie en 2020 des structures intercommunales suivantes[53] :

  • le syndicat d'énergie des Pyrénées-Atlantiques ;
  • le syndicat mixte d'eau et d'assainissement Gave et Baïse ;
  • le syndicat mixte pour le traitement des boues.
  • l'Agence publique de gestion locale

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Lors du premier tour élections municipales de 2020 dans les Pyrénées-Atlantiques, la liste DVG menée par le maire sortant remporte la majorité absolue des suffrages exprimés avec 1 413 voix (50,30 %), devançant de 17 voix la liste PS de son prédécesseur, David Habib, qui a obtenu 1 396 voix, soit 49,70 %, lors d'un scrutin marqué par 48,83 % d'abstention[54].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires de Mourenx
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1959 mars 1977 Louis Blazy   Retraité de l'enseignement
mars 1977 juin 1995 André Cazetien PCF Retraité de l'enseignement
juin 1995 mars 2014 David Habib PS Cadre d'entreprise
Conseiller général de Lagor (1992 → 2002)
Député des Pyrénées-Atlantiques (3e circ.) (2002 → )
Président de la CC de Lacq (2002 → 2013)
Président de la CC de Lacq-Orthez (2014 → 2014)
mars 2014 En cours Patrice Laurent PS puis DVG[55] Technicien en recherche et développement
Conseiller régional d'Aquitaine (2010 → 2015)
Conseiller régional de Nouvelle-Aquitaine (2015 → 2021)
Vice-président (2014 → 2020) puis président (2020 → ) de la CC de Lacq-Orthez
Réélu pour le mandat 2020-2026[56],[57]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Politique de développement durable[modifier | modifier le code]

Distinctions et labels[modifier | modifier le code]

Dans son palmarès 2020, le Conseil national de villes et villages fleuris de France a attribué trois fleurs à la commune[60].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[61]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[62].

En 2019, la commune comptait 6 122 habitants[Note 11], en diminution de 9,57 % par rapport à 2013 (Pyrénées-Atlantiques : +2,8 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
339326280414383405407410361
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
369345364370354362346310309
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
311319305280263270270215218
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
8 66010 7349 4699 0367 4607 5767 6187 5507 068
2015 2019 - - - - - - -
6 5366 122-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[63] puis Insee à partir de 2006[64].)
Histogramme de l'évolution démographique

Éducation[modifier | modifier le code]

La commune dispose de trois écoles élémentaires et de trois écoles maternelles (écoles Victor Hugo (élémentaire uniquement), Charles de Bordeu, Pauline Kergomard (maternelle uniquement) et Charles Moureu (au bourg)), d'un collège et lycée (collège et lycée Albert-Camus[65]), d'une section d'enseignement général et professionnel adapté (SEGPA au collège Pierre-Bourdieu) et d'un lycée professionnel (lycée Pierre-et-Marie-Curie[66]).

Sport et équipements sportifs[modifier | modifier le code]

Remarque[modifier | modifier le code]

L'extraordinaire bond démographique constaté entre 1954 et 1962 (38 fois plus d'habitants) s'explique par la construction de la ville nouvelle et de ses 3 000 logements entre 1957 et 1961, pour faire face à l'exploitation du gaz de Lacq[67].

Économie[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la zone d'appellation d'origine contrôlée (AOC) du Béarn et de celle de l'Ossau-iraty.

Mourenx accueille une usine Sanofi, fabriquant notamment la Dépakine, un médicament utilisé contre l'épilepsie. En raison de ces nombreuses activités chimiques, Mourenx fait l'objet d'un plan de prévention des risques technologiques, lié aux activités chimiques installées sur la commune[68], tout comme les villes de Bésingrand, Os-Marsillon,Abidos, Noguères, Pardies et Artix.

D'après un article de Mediapart daté du , les rejets de bromopropane (cancérigène) des cheminées de cette usine Sanofi atteignent 190 000 fois la limite autorisée par arrêté préfectoral. D'autres composés organiques volatils dangereux sont également rejetés en fort excès[69]. Le , Sanofi a annoncé la fermeture de l'usine, en raison des rejets anormaux de bromopropane constatés, à la suite d'un dépôt de plainte de l'association France Nature Environnement[70],[71].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Mourenx-Ville-Nouvelle.

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

La galerie d'art de Mourenx a accueilli des peintres, sculpteurs et photographes tels que Jean-Michel Othoniel, Roland Castro et Donnadieu Rémy.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

L'église Sainte-Madeleine[72] située au bourg date des XVIIe et XVIIIe siècles. Elle recèle une croix de procession[73] classée au titre d'objet aux monuments historiques.

La mosquée Badr, inaugurée le [74].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

L’école sur la place du village à Mourenx-bourg, en face de la maison natale de Charles Moureu.

Nées au XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Charles Moureu, né en 1862 à Mourenx et décédé en 1929 à Biarritz, est un savant chimiste principalement connu pour la découverte du phénomène d'autoxydation et des antioxygènes. Membre de l’Institut et de l’Académie nationale de médecine, et professeur au Collège de France, il a notamment écrit : Notions fondamentales de la chimie organique.

Nées au XXe siècle[modifier | modifier le code]

René Vidal, né en 1946 à Biars-sur-Cère, est un peintre français installé à Mourenx depuis 1978.

Nicolas Rey-Bèthbéder, né en 1970 à Mourenx, est un lexicographe et écrivain de langue occitane.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
Parti : au 1er de gueules à deux têtes de vaches contournées d’argent, au 2e de sable à, l’immeuble d’argent à la flamme de gueules et à, la roue de moulin d’argent, en pointe, brochant sur l’immeuble.
Commentaires : La vache d'or représente le Béarn, la vache de sable "l'or noir" de Lacq ou plus exactement son gaz naturel, la roue dentée l'industrie, la tour (la plus grande de la ville) dite tour des célibataires et la flamme évoque les torchères qui brûlent jour et nuit[75].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Les distances sont mesurées entre chefs-lieux de communes par la voie routière et évaluées à l'aide d'un calculateur d'itinéraires.
  2. Les distances sont mesurées entre chefs-lieux de communes à vol d'oiseau.
  3. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[13].
  4. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  5. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  6. Dans les sites Natura 2000, les États membres s'engagent à maintenir dans un état de conservation favorable les types d'habitats et d'espèces concernés, par le biais de mesures réglementaires, administratives ou contractuelles[23].
  7. La saligue est un mot patois (langage local) qui désigne la végétation typique qui habille toutes les zones marécageuses du gave de Pau.
  8. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en , en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  9. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  10. Dans les zones classées en aléa moyen ou fort, différentes contraintes s'imposent :
    • au vendeur d'informer le potentiel acquéreur du terrain non bâti de l’existence du risque RGA ;
    • au maître d’ouvrage, dans le cadre du contrat conclu avec le constructeur ayant pour objet les travaux de construction, ou avec le maître d'œuvre, le choix entre fournir une étude géotechnique de conception et le respect des techniques particulières de construction définies par voie réglementaire ;
    • au constructeur de l'ouvrage qui est tenu, soit de suivre les recommandations de l’étude géotechnique de conception, soit de respecter des techniques particulières de construction définies par voie réglementaire.
  11. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  • Cartes
  1. « Carte hydrographique de Mourenx » sur Géoportail (consulté le 10 août 2021)..
  2. « Sites Natura 2000 de types sites d'intérêt communautaire (SIC) (Directive Habitats) de la commune de Mourenx », sur www.geoportail.gouv.fr.
  3. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  4. « Cartographie interactive de l'exposition des sols au retrait-gonflement des argiles », sur infoterre.brgm.fr (consulté le )

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gentilé sur habitants.fr
  2. a b et c « Métadonnées de la commune de Mourenx », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  3. Stephan Georg, « Distance entre Mourenx et Pau », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  4. « Communes les plus proches de Mourenx », sur www.villorama.com (consulté le ).
  5. Frédéric Zégierman, Le guide des pays de France - Sud, Paris, Fayard, (ISBN 2-213-59961-0), p. 30.
  6. Carte IGN sous Géoportail
  7. « Fiche communale de Mourenx », sur le système d'information pour la gestion des eaux souterraines en Aquitaine (consulté le ).
  8. Sandre, « la Baïse de Lasseube ».
  9. Sandre, « la Baysère ».
  10. Sandre, « le Luzoué ».
  11. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le ).
  12. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le ).
  13. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  14. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  15. [PDF]« Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (oracle) Nouvelle-Aquitaine », sur nouvelle-aquitaine.chambres-agriculture.fr, (consulté le ).
  16. « Station Météo-France Lagor - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  17. « Orthodromie entre Mourenx et Lagor », sur fr.distance.to (consulté le ).
  18. « Station Météo-France Lagor - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  19. « Orthodromie entre Mourenx et Uzein », sur fr.distance.to (consulté le ).
  20. « Station météorologique de Pau-Uzein - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le ).
  21. « Station météorologique de Pau-Uzein - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le ).
  22. « Station météorologique de Pau-Uzein - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le ).
  23. Réseau européen Natura 2000, Ministère de la transition écologique et solidaire
  24. « Liste des zones Natura 2000 de la commune de Mourenx », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  25. « site Natura 2000 FR7200781 - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  26. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  27. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  28. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  29. « Unité urbaine 2020 de Mourenx », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  30. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  31. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  32. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Mourenx », sur insee.fr (consulté le ).
  33. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  34. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  35. a et b « Les risques près de chez moi - commune de Mourenx », sur Géorisques (consulté le )
  36. BRGM, « Évaluez simplement et rapidement les risques de votre bien », sur Géorisques (consulté le )
  37. « Liste des territoires à risque important d'inondation (TRI) de 2012 sur le bassin Adour-Garonne », sur https://www.occitanie.developpement-durable.gouv.fr/ (consulté le )
  38. « Cartographie des risques d'inondations du TRI de Pau », sur www.nouvelle-aquitaine.developpement-durable.gouv.fr (consulté le )
  39. « Dossier départemental des risques majeurs des Pyrénées-Atlantiques », sur www.pyrenees-atlantiques.gouv.fr (consulté le ), chapitre Risque inondation.
  40. « Retrait-gonflement des argiles », sur le site de l'observatoire national des risques naturels (consulté le )
  41. « Sols argileux, sécheresse et construction », sur www.ecologie.gouv.fr (consulté le )
  42. « Dossier départemental des risques majeurs des Pyrénées-Atlantiques », sur www.pyrenees-atlantiques.gouv.fr (consulté le ), chapitre Risque industriel.
  43. « Sites classés Seveso seuil haut dans les Pyrénées-Atlantiques », sur www.georisques.gouv.fr (consulté le )
  44. a b c d e et f Paul Raymond, Dictionnaire topographique du département des Basses-Pyrénées, Paris, Imprimerie Impériale, , 208 p. (BNF 31182570, lire en ligne)..
  45. D'après Pierre de Marca, Histoire de Béarn
  46. a et b Manuscrit du XIVe siècle - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  47. Réformation de Béarn, Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques, coll. « manuscrits du XVIe au XVIIIe siècle ».
  48. Ostau Bearnes, « Toponymie des communes béarnaises selon la graphie classique » [PDF] (consulté le ).
  49. Institut béarnais et gascon, « Toponymie des communes béarnaises selon la graphie moderne » [PDF] (consulté le ).
  50. Manuscrit du XVIIIe siècle - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  51. (Éric Lapierre, 2000)
  52. Henri Lefebvre, « Les nouveaux ensembles urbains: Un cas concret: Lacq-Mourenx et les problèmes urbains de la nouvelle classe ouvrière », Revue Française de Sociologie, vol. 1,‎ (DOI 10.2307/3319928, lire en ligne, consulté le ).
  53. https://www.banatic.interieur.gouv.fr/V5/recherche-de-groupements/result-recherche.php?arch=01/10/2020&dcou= Outil de recherche BANATIC], consulté le .
  54. « Résultats des municipales à Mourenx : Patrice Laurent le maire sortant est réélu dès le premier tour : Patrice Laurent, maire sortant de Mourenx a été réélu au premier tour », France 3 Nouvelle-Aquitaine,‎ 15 mars 2020 mis à jour le 20 juin 2020 (lire en ligne, consulté le ).
  55. « Mourenx : Patrice Laurent s’est mis "en dehors" du parti pour le PS 64 : La fédération du PS 64 réaffirme son soutien à la liste de David Habib pour les municipales à Mourenx et a saisi le bureau national qui doit se réunir mardi prochain pour statuer sur le "cas" Patrice Laurent », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  56. Mathias Kern, « Municipales à Mourenx : le maire sortant, Patrice Laurent, dévoile sa liste : Premier rendez-vous de campagne pour le maire sortant de Mourenx, Patrice Laurent. Comme pour David Habib, son seul opposant déclaré à ce jour, Patrice Laurent a choisi ce mercredi soir, la salle de spectacle de la MJCL, en plein cœur de la ville, pour dévoiler sa liste. La salle a fait le plein », France Bleu Béarn,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  57. Dominique Guirauton, « Mourenx : Patrice Laurent reconduit à la mairie dans un climat tendu : Le maire a été élu dans un climat tendu. L’opposition, conduite par Lindsey Deary après la démission de David Habib, a quitté la salle du Conseil, lors de la nomination des adjoints », Sud-Ouest,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  58. Annuaire des villes jumelées
  59. http://www.mourenx.fr/ma-ville/le-jumelage.html
  60. Site des villes et villages fleuris, consulté le .
  61. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  62. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  63. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  64. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  65. Site du collège Albert Camus
  66. Site du lycée Pierre et Marie Curie
  67. L'aventure de Lacq en dix images, Le Mag no 80, supplément au journal Sud Ouest du , p. 10-11.
  68. Arrêté préfectoral prescrivant l'élaboration d'un plan de prévention des risques technologiques
  69. Jade Lindgaard, « Des rejets toxiques à des niveaux astronomiques dans l’usine Sanofi de Lacq », sur Mediapart, (consulté le ).
  70. « Rejets toxiques : Sanofi annonce l’arrêt immédiat de la production de son usine de Mourenx », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  71. « Sanofi annonce l'arrêt immédiat de l'activité de son usine fabriquant la Dépakine », sur francetvinfo.fr, (consulté le ).
  72. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur l'église Sainte-Madeleine
  73. Ministère de la Culture, base Palissy - Notice sur la croix de procession de l'église Sainte-Madeleine
  74. Assignation à résidence à Mourenx : "Pas de radicalisation au sein de notre mosquée" « Copie archivée » (version du 18 novembre 2015 sur l'Internet Archive).
  75. Mairie de Mourenx, service Culture et Communication, place François-Mitterrand, 64150 Mourenx

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :