Sallespisse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sallespisse
La mairie de Sallespisse.
La mairie de Sallespisse.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Arrondissement Pau
Canton Artix et Pays de Soubestre
Intercommunalité Communauté de communes de Lacq-Orthez
Maire
Mandat
Francis Grinet
2014-2020
Code postal 64300
Code commune 64501
Démographie
Population
municipale
604 hab. (2014 en augmentation de 2,55 % par rapport à 2009)
Densité 40 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 31′ 29″ nord, 0° 42′ 43″ ouest
Altitude Min. 78 m
Max. 180 m
Superficie 15,16 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte administrative des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Sallespisse

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Sallespisse

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sallespisse

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sallespisse

Sallespisse est une commune française située dans le département des Pyrénées-Atlantiques, en région Nouvelle-Aquitaine.

Le gentilé est Sallespissien[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La salle polyvalente.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée[2] par un affluent du gave de Pau, le ruisseau de Rontun, et par un tributaire du Luy de Béarn, le ruisseau du Pas de Salles.

Le ruisseau le Rontun, en gascon lo Hrontun porte un nom qui en fait un cours d'eau servant de limite, en effet le nom dérive du latin frons, frontalis, avec un suffixe adjectif -un. On pense que cela avait un rapport avec l'ancienne limite entre le Béarn primitif (Vernarni) et le pays des Tarbelles (Tarbelli), dont la capitale était Dax.

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

Une abbaye laïque porta le nom de Rontun, elle constituait une paroisse au sud, elle fut détruite pendant les guerres de religions et ne représente plus que le quartier sud du village.

  • Bielle ;
  • Castetbon ;
  • Lasserre ;
  • Village.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Sallespisse apparaît[3] sous les formes Salespisso (1304, titres de Béarn[4]), Salespisses (1307, cartulaire d'Orthez[5]), Sales-Pissos (1346, titres de Béarn[4]), Salespissoo (1385, censier de Béarn[6]), Salas-Pisso (1476, notaires de Castetner[7]), Salespis (1583, titres de Garos[8]), Sales et Rontum et Salles-Pisse (respectivement 1546 et 1675, réformation de Béarn[9]).

Sallespisse a comme origine le mot germanique saal 'château' avec un nom d'homme latin Piccius[10].

Son nom béarnais est Salas, pron. [sales], sans déterminant, comme en témoigne aujourd'hui le ruisseau frontalier lo Pas de Salas. Pour la distinction avec les très nombreux lieudits « Salles », on y accole le nom de l'ancien village de Rontun, aujourd'hui inclus dans la commune, en gascon : Salas e Hrontun.

Histoire[modifier | modifier le code]

Paul Raymond[3] note qu'en 1385 la commune dépendait du bailliage de Pau et comptait 27 feux.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1977 1983 Louis Pétriat    
1983 1989 Fernand Hilloulin    
1989 1995 Fernand Hilloulin    
1995 2001 Jean-Pierre Lapouble    
2001 2008 Jean-Pierre Lapouble    
2008 2014 Yves Fourcade    
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Sallespisse appartient à trois structures intercommunales[11] :

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[13].

En 2014, la commune comptait 604 habitants[Note 1], en augmentation de 2,55 % par rapport à 2009 (Pyrénées-Atlantiques : +2,6 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
661 707 736 747 843 851 866 854 875
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
833 772 792 693 683 680 659 692 652
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
625 676 648 607 602 565 552 463 436
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
454 482 496 533 573 564 582 585 598
2014 - - - - - - - -
604 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

La commune fait partie de l'aire urbaine d'Orthez.

Économie[modifier | modifier le code]

L'activité est tournée essentiellement vers l'agriculture (élevage, polyculture).

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

La commune est une étape sur la via Lemovicensis (ou voie de Vézelay), nom latin d'un des quatre chemins de France du pèlerinage de Compostelle.

Église paroissiale Saint-Jean-Baptiste[16].

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Équipements[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'une école primaire (école communale Daniel Argote).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Le comte Amaury de Bigault de Cazanove : de 1879 à 34 ans, et pratiquement jusqu'à sa mort en 1916, le château de Salles a abrité ce châtelain poète, dont les vers n'ont pas laissé une grande mémoire, sauf qu'il prétendait à l'époque se mesurer aux poètes orthéziens, dont Francis Jammes bien plus jeune. Roger Gonot le surnomme malicieusement « un chevalier servant de la Muse ».

Le personnage était né en 1845 au château d'Avize, à Avize (51), près d'Épernay où sa famille vivait du commerce du champagne. Après la guerre de 1870 où il s'est engagé, il s'est trouvé désœuvré et, marié à une Béarnaise de Lescar, il s'établit à Sallespisse, comme « gentilhomme poète ». Son style est plutôt parnassien, son modèle est François Coppée.

Roger Gonot (1923-2004), d'origine ardennaise, agrégé de lettres classiques, professeur de lettres, de latin et de grec au lycée d'Orthez, auteur spécialiste des frères Reclus, fut conseiller municipal de la commune.

André Cazenave, né le 30 juin 1949 à Sallespisse est un joueur de rugby à XV qui fut finaliste du championnat de France de rugby à XV en 1979 et 1981 avec Bagnères-de-Bigorre.

Daniel Argote (1910-1944) : instituteur et résistant.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gentilé sur habitants.fr
  2. Fiche du Sandre sur Sallespisse
  3. a et b Paul Raymond, Dictionnaire topographique du département des Basses-Pyrénées, Paris, Imprimerie Impériale, , 208 p. (notice BnF no FRBNF31182570, lire en ligne).
  4. a et b Titres de la vicomté de Béarn - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  5. Cartulaire d'Orthez, dit Martinet, manuscrit du XIVe au XVIIe siècle - Archives de la mairie d'Orthez
  6. Censier de Béarn, manuscrit de 1385, Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques.
  7. Notaires de Castetner - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  8. Titres de Garos - Archives de la mairie d'Orthez
  9. Manuscrit du XVIe au XVIIIe siècles - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  10. Michel Grosclaude (préf. Pierre Bec), Dictionnaire toponymique des communes du Béarn, Pau, Escòla Gaston Febus, , 416 p. (ISBN 9782350680057, notice BnF no FRBNF35515059), p. 300.
  11. Cellule informatique préfecture 64, « Base communale des Pyrénées-Atlantiques - Intercommunalité » (consulté le 20 juin 2014)
  12. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.
  16. Base Mérimée - Notice sur l'église paroissiale Saint-Jean-Baptiste

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]