Sendets (Pyrénées-Atlantiques)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sendets.
image illustrant une commune des Pyrénées-Atlantiques
Cet article est une ébauche concernant une commune des Pyrénées-Atlantiques.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Sendets
L'église Notre-Dame.
L'église Notre-Dame.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Arrondissement Pau
Canton Pays de Morlaàs et du Montanérès
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Pau Béarn Pyrénées
Maire
Mandat
Michel Plissonneau
2014-2020
Code postal 64320
Code commune 64518
Démographie
Population
municipale
935 hab. (2014)
Densité 121 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 18′ 02″ nord, 0° 15′ 32″ ouest
Altitude Min. 235 m – Max. 266 m
Superficie 7,73 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte administrative des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Sendets

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Sendets

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sendets

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sendets
Liens
Site web http://www.sendets-64.fr/

Sendets est une commune française située dans le département des Pyrénées-Atlantiques, en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village.
Terrain de football.
Le clocher.

Situation[modifier | modifier le code]

Commune de l'aire urbaine de Pau située dans son unité urbaine, à cinq kilomètres à l'est de Pau.

Accès[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la route départementale 36.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Les terres de la commune sont arrosées par l'Oussère, affluent du gave de Pau. Cette rivière prend sa source à Soumoulou. Elle traverse les communes de Soumoulou, Nousty, Artigueloutan et Andoins et se nomme alors L’Aygue-Longue. En traversant Sendets elle devient Oussère et change une troisième fois de nom en arrivant à Pau où elle prend celui d’Ousse des bois.

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

  • Borde de Nougé ;
  • Marque Darre ;
  • Marque Debat ;
  • Marque Dessus ;
  • Prat ;
  • Sarthou.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Sendets apparaît sous les formes Sendeds et Sendez (XIIe siècle[1] pour ces deux formes, cartulaire de Morlaàs),Sendegs et Scendetz (respectivement 1385[1] et 1402[1], censier de Béarn[2]) et Saint-Detz (1675[1], réformation de Béarn[3]).

Pour Michel Grosclaude, le nom de la commune vient probablement d'un nom d’homme basco-aquitain Sende et du suffixe basco-aquitain –tz.

Son nom béarnais est Sendèts.

Histoire[modifier | modifier le code]

De l’âge de fer à l’époque romaine

On trouve à Sendets une motte féodale, construite sur un tumulus proto-historique appelée castéra de Lahitau ou de Larouturou, ainsi qu’un camp militaire de petite dimension répertorié sur la carte de Cassini.

XIIe siècle

Le nom de Sendetz apparaît pour la première fois dans le cartulaire de Morlaàs. On y trouve deux citations :

  • Cens dû au prieuré de Sainte-Foi par Jean, fils de Durand Arsivus de Sendetz (page 44. XXXIII) ;
  • un Vilemo de Sendetz vend une terre aux moines de Sainte-Foi (page 51. XXXVIII).
XIVe siècle

En 1385, Gaston Phœbus fait recenser les villages du Béarn. Paul Raymond[1] note qu'en 1385, Sendets comptait onze feux et dépendait du bailliage de Pau. Sendets appartenait à la baronnie de Coarraze. La commune faisait partie de l'archidiaconé de Vic-Bilh, qui dépendait de l'évêché de Lescar et dont Lembeye était le chef-lieu[1].

XVe siècle

Scendetz : 13 feux, au censier, à la fin du siècle.

XVIe siècle

En 1549, Scendetz compte 14 feux au censier.

XVIe au XVIIIe siècle

Sendets est alors un fief noble du Béarn. Le posséder donne droit d’entrée aux États du Béarn (parlement fondé à la mort de Gaston Phœbus qui au cours des siècles avait acquis des pouvoirs étendus).

Isaac de Navailles le reçoit en héritage de son père Jean de Navailles, syndic du Béarn, et est admis aux États le 27 août 1553.Mais cette succession est annulée l’année suivante et c’est Pierre de Navailles, son fils, qui finalement en hérite. Il est reçu aux États du Béarn, le 16 septembre 1569.

À la fin du XVIIe siècle, Sendetz compte vingt-six feux et cent-neuf âmes.

En 1718, Sendets est propriété de Louis de Lorraine, duc de Pons. La seigneurie de Sendets est vendue, avec celle d’Ousse à Raymond de Perpignaà, secrétaire du roi au Parlement de Navarre. Le nouveau seigneur est reçu aux États le 5 août 1727. Il transmet sa charge à son fils M. de Perpigna qui est reçu le 17 janvier 1742. Fils et héritier du précédent, Joseph de Perpignaà conseiller au parlement de Navarre est reçu le 25 janvier 1759. C’est lui que la Révolution chasse de Sendets en 1789.

Sendets devient alors une commune.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires de Sendets
Période Identité Étiquette Qualité
1792 1793 Lacaze dit Cazenave    
1793 1796 Pierre Vergès    
1797 1826 Pierre Caubet    
1826 1834 Jean Junca    
1834 1840 Bertrand Prat    
1841 1846 Jean Cazenave    
1846 1848 Jean Saint-Martin    
1848 1860 Bertrand Prat    
1860 1864 Jean Cazenave    
1864 1870 Pierre Cassou    
1870 1871 Jean Mousset    
1871 1872 Jean Lanne Pondet    
1873 1876 Jean Mousset    
1876 1881 Denis Cazenave    
1881 1900 Léon Salles    
1900 1904 Loustalan    
1904 1906 Bernard Domeq    
1906 1908 Jean Dorgan    
1908 1912 Léon Salles    
1912 1929 Romain Cazenave    
1929 1939 Jean Dorgan    
1939 1945 Jean Cazaban-Larraby    
1945 1965 Marcel Lacaze    
1965 1989 Jean Nougué    
1989 2001 Henri Donnadieu    
2001 en cours Michel Plissonneau PS  
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Sendets fait partie de cinq structures intercommunales[4] :

  • la communauté d'agglomération de Pau Béarn Pyrénées ;
  • le syndicat d'aménagement hydraulique du bassin de l'Ousse ;
  • le syndicat d'énergie des Pyrénées-Atlantiques ;
  • le syndicat intercommunal pour la construction et le fonctionnement du C.E.S. de Bizanos ;
  • le syndicat mixte d'eau et d'assainissement de la vallée de l'Ousse.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Drapeau de l'Espagne Alfajarín (Espagne) depuis 1994[5]. Il s'agit d'un jumelage collectif unissant du côté français les communes d'Idron, Ousse et Sendets à la commune espagnole d'Alfajarín.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du milieu des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[7],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 935 habitants, en augmentation de 10,52 % par rapport à 2009 (Pyrénées-Atlantiques : 2,53 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
253 275 285 318 445 485 529 531 551
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
563 567 560 525 550 526 533 531 580
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
530 518 512 411 420 407 409 379 400
1962 1968 2008 2013 2014 - - - -
359 407 837 916 935 - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Sendets est animé par de nombreuses associations culturelles, sportives et un Comité des fêtes.

Économie[modifier | modifier le code]

La commune fait partiellement partie de la zone d'appellation de l'ossau-iraty.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Les vestiges d'un ensemble fortifié[10] dit Castéra, datant du haut Moyen Âge, témoignent du passé ancien de la commune.

On trouve, au lieu-dit Borde de Nougé, une croix de chemin[11] répertoriée par le ministère de la Culture.

Sendets présente un ensemble de maisons et de fermes[12] anciennes des XVIIIe et XIXe siècles.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

L'église Notre-Dame[13] fut détruite vers 1853 et remplacée, à cette même époque, par l'église de l'Assomption-de la-Bienheureuse-Vierge-Marie[14].

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Équipements[modifier | modifier le code]

Transports urbains[modifier | modifier le code]

Sendets est desservie par le réseau de bus Idelis.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Paul Raymond, Dictionnaire topographique Béarn-Pays basque
  2. Censier de Béarn, manuscrit de 1385, Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques.
  3. Réformation de Béarn, collection manuscrite du XVIe au XVIIIe siècle, Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques.
  4. Cellule informatique préfecture 64, « Base communale des Pyrénées-Atlantiques - Intercommunalité » (consulté le 20 juin 2014)
  5. Annuaire des villes jumelées
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  10. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur l'ensemble fortifié
  11. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur la croix de chemin
  12. [1][2][3][4][5][6] Ministère de la Culture, base Mérimée - Notices sur les maisons et fermes anciennes
  13. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur l'église Notre-Dame
  14. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur l'église de l'Assomption-de-la-Bienheureuse-Vierge-Marie

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]