Vielleségure

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vielleségure
Image illustrative de l'article Vielleségure
Blason de Vielleségure
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Arrondissement Pau
Canton Le Cœur de Béarn
Intercommunalité Communauté de communes de Lacq-Orthez
Maire
Mandat
Philippe Arriau
2014-2020
Code postal 64150
Code commune 64556
Démographie
Population
municipale
357 hab. (2014)
Densité 25 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 21′ 27″ nord, 0° 40′ 58″ ouest
Altitude Min. 115 m – Max. 275 m
Superficie 14,31 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte administrative des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Vielleségure

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Vielleségure

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vielleségure

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vielleségure
Liens
Site web www.viellesegure.fr

Vielleségure une commune française, située dans le département des Pyrénées-Atlantiques en région Nouvelle-Aquitaine.

Le gentilé est Vielleségurois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Vielleségure est une commune du Béarn, située à dix kilomètres au sud de Lacq.

Accès[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par les routes départementales 110 et 111.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Les terres de la commune sont arrosées[1] par un affluent du gave d'Oloron, le Saleys et par un tributaire du gave de Pau, le Laà, lui-même rejoint sur la commune par les ruisseaux Les Salières et le Bounchoun.

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

  • Béziau de Bas ;
  • Béziau de Haut ;
  • Hourcade ;
  • lou Sales ;
  • Serre de Cherps.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Vielleségure apparaît sous les formes la bastide de Viele-Segure (1343[2], notaires de Pardies[3]), Sent-Bertran de Viele-Segure (vers 1350[2], notaires de Lucq[4]), Bielesegure (1391[2], notaires de Navarrenx[5]) et Bielasegura (1572[2], réformation de Béarn[6]).

Son nom béarnais est Vièlasegura.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les origines de Vielleségure remontent à une période où les Vascons s'opposaient aux Romains sur un site reconnu comme un « éperon barré » édifié sur une motte. Puis une forteresse bâtie au Moyen Âge laissera la place en 1339 à une première bastide construite sur ordre de Gaston II, vicomte de Béarn et comte de Foix. Partie prenante d'un système défensif nécessaire pendant la guerre de Cent Ans, la bastide est modernisée et fortifiée par Gaston III, dit Fébus, sur une ordonnance signée le 26 janvier 1372 dans laquelle il décrit avec précision les fossés, contre-fossés, arrases, chaperons et guérites devant être édifiés. Il crée par la suite une reculhide dont feront partie 142 chefs de foyers désignés comme devant, en contrepartie de la sécurité que leur assure le lieu, participer à sa construction et à son entretien.

Paul Raymond[2] note qu'en 1385, Vielleségure comptait 56 feux et dépendait du bailliage de Lagor et Pardies.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'or, à trois pals de gueules, surchargé d'un trécheur de sable portant onze besants du même, à une tête de loup arrachée de sable, à l'œil flamboyant
Commentaires : Blason adopté par la commune le 08/09/2000, créé par Yves Rosquin selon les règles de symbolique héraldique. Il rappelle la création de la bastide par Gaston II vicomte de Béarn et comte de Foix (d'or à trois pals de gueules, armoiries de Foix), et sa modernisation (enceinte flanquée de onze tours) par Gaston II dit Fébus, auteur du Livre de la Chasse (BNF) faisant encore aujourd'hui référence, grand amateur de la chasse au loup.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires de Vielleségure
Période Identité Étiquette Qualité
1995 2008 Jean-Pierre Élissondo DVG  
2008 2014 Philippe Arriau    
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Vielleségure fait partie de cinq structures intercommunales[7] :

  • l'agence publique de gestion locale ;
  • la communauté de communes de Lacq-Orthez ;
  • le SIVOM de Lagor ;
  • le syndicat intercommunal d'eau et d'assainissement Gave et Baïse ;
  • le syndicat intercommunal de transports scolaires de la vallée du Laà.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[9],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 357 habitants, en diminution de -12,71 % par rapport à 2009 (Pyrénées-Atlantiques : 2,53 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
789 685 751 870 969 971 1 000 943 888
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
828 742 730 689 657 653 641 601 570
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
550 543 541 463 415 390 389 362 358
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2011 2014
393 375 392 370 352 364 404 378 357
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la zone d'appellation d'origine contrôlée (AOC) du Béarn et de celle de l'ossau-iraty.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Bertrand-de-Comminges[12] date partiellement du XIVe siècle et fut remaniée en 1861.

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Équipements[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Notice du Sandre sur Vielleségure, consultée le 10/12/08
  2. a, b, c, d et e Paul Raymond, Dictionnaire topographique Béarn-Pays basque
  3. Notaires de Pardies - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  4. Notaires de Lucq - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  5. Notaires de Navarrenx - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  6. Réformation de Béarn, collection manuscrite du XVIe au XVIIIe siècle, Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques.
  7. Cellule informatique préfecture 64, « Base communale des Pyrénées-Atlantiques - Intercommunalité » (consulté le 20 juin 2014)
  8. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  12. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur l'église Saint-Bertrand-de-Comminges

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]