Laroin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Laroin
La mairie de Laroin.
La mairie de Laroin.
Blason de Laroin
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Arrondissement Pau
Canton Billère et Coteaux de Jurançon
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Pau Béarn Pyrénées
Maire
Mandat
Bernard Soudar
2014-2020
Code postal 64110
Code commune 64315
Démographie
Population
municipale
1 038 hab. (2014)
Densité 147 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 18′ 20″ nord, 0° 26′ 26″ ouest
Altitude Min. 151 m – Max. 312 m
Superficie 7,04 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte administrative des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Laroin

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Laroin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Laroin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Laroin
Passerelle au-dessus du Gave.

Laroin est une commune française, située dans le département des Pyrénées-Atlantiques en région Nouvelle-Aquitaine.

Le gentilé est Laroinais[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts.
Le stade de Laroin.
L'église Saint-Vincent-de-Xaintes.

Situation[modifier | modifier le code]

Commune de l'aire urbaine de Pau située dans son unité urbaine dans Miey de Béarn (milieu du Béarn).

Accès[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par les routes départementales 217 et 509.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Laroin est traversée[2] par le gave de Pau et son affluent, le ruisseau Las Hies, lui-même rejoint sur la commune par le ruisseau l'Arribeu. Un affluent de l'Ousse des Bois, le canal du Moulin, coule également sur les terres de Laroin.

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

  • Dupla.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Laroin est mentionné au XIe siècle[3] par Pierre de Marca[4] et apparaît sous les formes Laroenh (1243[3], cartulaire d'Ossau[5]), Laroeinh (1540[3], réformation de Béarn[6]), lo cami de la nau de Laroinh (1645[3], censier de Lescar[7], indication désignant le bac existant entre Lescar et Laroin sur le gave de Pau) et Laroing (fin XVIIIe siècle, carte de Cassini).

Prononciation locale : larwén.

On peut proposer une étymologie basque et considérer Laroin comme composé de Lar (réduction de larre = lande) et oin (pied) : l’ensemble signifiant "au pied de la lande". Laroin serait alors l’équivalent des formations romanes comme Pédegert, Pédelanne, etc.[8]

Histoire[modifier | modifier le code]

Très ancien, Laroin était déjà peuplé à l’époque gallo-romaine. Il ne reste aujourd’hui sur le coteau dominant la vallée du gave que des ruines d’une tour en galets et un puits au fond duquel on a retrouvé des amphores aquitano-romaines.

À partir du Xe siècle, l’évêque de Lescar est le seigneur de Laroin et de Saint-Faust jusqu’à la Révolution. En 1385, Laroin, réunie à Saint-Faust, comptait 80 feux et dépendait du bailliage de Pau.

Ce n’est qu’en 1774[3] que le village érigé en cure (sous la protection de saint Vincent), et autrefois uni à Saint-Faust et Monhauba[9], prend son indépendance grâce à monsieur de Noé.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
Écartelé : au 1er de gueules au pressoir à vis d’argent, au 2e d’argent à l’hameçon de gueules et au poisson d'argent dans l’hameçon, au 3e d’argent à la vache de gueules, au 4e de gueules au panier de châtaignier avec anse d’argent.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires de Laroin
Période Identité Étiquette Qualité
1977 1983 Louis Marque    
1983 1989 Jean Birade    
1989 2008 Bernard Soudar    
2008 2014 Bernard Soudar PS Conseiller général depuis 2004
2014 2020 Bernard Soudar PS Conseiller général depuis 2004
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune appartient à l'aire urbaine de Pau et est membre de six structures intercommunales[10]  ;

Communauté d'Agglomération Pau Béarn Pyrénées

  • le syndicat AEP de la région de Jurançon ;
  • le syndicat d’énergie des Pyrénées-Atlantiques ;
  • le syndicat intercommunal d’eau et d’assainissement Gave et Baïse ;
  • le syndicat intercommunal de défense contre les inondations du gave de Pau ;
  • le syndicat mixte du bassin du gave de Pau.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Drapeau de l'Espagne Lumbier (Espagne) depuis 1991[11].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[13],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 038 habitants, en augmentation de 9,03 % par rapport à 2009 (Pyrénées-Atlantiques : 2,53 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
516 495 554 572 583 605 598 567 574
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
513 506 536 521 516 453 492 459 475
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
473 475 494 433 410 406 383 357 394
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
426 490 601 721 805 849 901 940 1 038
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Laroin fait partie de l'aire urbaine de Pau.

Économie[modifier | modifier le code]

La commune fait partie des zones AOC du vignoble du Jurançon et du Béarn et, partiellement, de la zone d'appellation de l'ossau-iraty.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Vincent-de-Xaintes[16] fut reconstruite en 1903. Elle recèle un bénitier[17] de marbre blanc, inscrit à l'inventaire des monuments historiques.

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Équipements[modifier | modifier le code]

éducation

La commune dispose d'une école primaire.

sports et équipements sportifs

Le marathon de Pau emprunte les routes de Laroin en provenance de Gan, avant de revenir sur Pau.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gentilé sur habitants.fr
  2. Notice du Sandre sur Laroin, consultée le 2 décembre 2008
  3. a, b, c, d et e Paul Raymond, Dictionnaire topographique du département des Basses-Pyrénées, Paris, Imprimerie Impériale, , 208 p. (notice BnF no FRBNF31182570, lire en ligne).
  4. D'après Pierre de Marca, Histoire de Béarn
  5. Cartulaire d'Ossau ou livre rouge, manuscrit du XVe siècle, Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques.
  6. Réformation de Béarn, collection manuscrite du XVIe au XVIIIe siècle, Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques.
  7. Manuscrit de 1642 - Archives de la mairie de Lescar
  8. Michel Grosclaude (préf. Pierre Bec), Dictionnaire toponymique des communes du Béarn, Pau, Escòla Gaston Febus, , 416 p. (ISBN 9782350680057, notice BnF no FRBNF35515059).
  9. Monhauba : ancienne annexe de Saint-Faust, détruite par une inondation du gave de Pau en 1778
  10. Cellule informatique préfecture 64, « Base communale des Pyrénées-Atlantiques - Intercommunalité » (consulté le 11 juin 2014)
  11. Annuaire des villes jumelées
  12. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  16. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur l'église Saint-Vincent-de-Xaintes
  17. Ministère de la Culture, base Palissy - Notice sur le bénitier de l'église Saint-Vincent-de-Xaintes

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]