Sault-de-Navailles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sault et Navailles (homonymie).
Sault-de-Navailles
Le Luy de Béarn à Sault-de-Navailles.
Le Luy de Béarn à Sault-de-Navailles.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Arrondissement Pau
Canton Artix et Pays de Soubestre
Intercommunalité Communauté de communes de Lacq-Orthez
Maire
Mandat
Alain Bouchecareilh
2014-2020
Code postal 64300
Code commune 64510
Démographie
Population
municipale
861 hab. (2014)
Densité 39 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 33′ 08″ nord, 0° 40′ 18″ ouest
Altitude Min. 53 m
Max. 180 m
Superficie 22,26 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte administrative des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Sault-de-Navailles

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Sault-de-Navailles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sault-de-Navailles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sault-de-Navailles

Sault-de-Navailles est une commune française située dans le département des Pyrénées-Atlantiques, en région Nouvelle-Aquitaine.

Le gentilé est Saultois[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Les terres de la commune sont arrosées[2] par le Luy de Béarn, affluent du Luy et par ses tributaires, les ruisseaux de Cazau, de Lesclauze (et ses affluents, les ruisseaux Dous Berts, Las Grabes et de Hourquet) et de Benzi.

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

  • Bialé de Bas ;
  • Bourg-Neuf ;
  • Ger ;
  • Marcadieu ;
  • Serres ;
  • Vignes.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Sault-de-Navailles apparaît[3] sous les formes Sanctus-Nicolaus de Saltu (1273, registres de Bordeaux[4]), Salt (XIIIe siècle, collection Duchesne volume CXIV[5]), Saltus et Navalliœ (1305, titres de Béarn[6]), la vesiau de Saut (1321, cartulaire d'Orthez[7]), las baronies de Navalhes et d'Essaut (1385, notaires de Navarrenx[8]), Saut-de-Nabalhes (1457, notaires d'Assat[9]), Saut et Nabalhes (1491, titres de Béarn[6]) et Nostre-Done de Bournau de Saud (1505, notaires de Garos[10]).

Sault vient du gascon saut qui signifie 'forêt' (latin saltus). L'ajout de Navailles (las navalhas, terres nouvelles) au toponyme s'explique par le mariage au XIIIe siècle d'une héritière de Sault avec un seigneur de Navailles (cf. Navailles-Angos)[11].

Son nom béarnais est Saut de Navalhas.

Histoire[modifier | modifier le code]

Sault est le siège d'une vicomté à partir du XIe siècle et reçoit le nom de Navailles vers 1250, à la suite d'un mariage avec la maison de Navailles.

La cité se situe en Aquitaine le long du Luy de Béarn, à l'ancienne frontière avec le Béarn, ce qui lui vaut à maintes reprises la sollicitude de ce puissant voisin. Ainsi, durant les XIIIe et XIVe siècles, le vicomte saultois, mettant à profit les affrontements entre le vicomte de Béarn et le duc d'Aquitaine, soutient alternativement l'un ou l'autre.

Le château de Sault, érigé au XIIe siècle, a ainsi subi les assauts de l'un et de l'autre. Il ne reste plus de nos jours de l'édifice qu'une tour et un pan de mur.

La situation administrative de la cité et son statut religieux sont restés complexes au fil de l'histoire. En effet, trois évêchés se sont répartis les paroisses constituant la vicomté, le bourg de Sault étant lui-même partagé en deux paroisses distinctes dépendant l'une de l'évêché de Dax en Gascogne, l'autre de Lescar en Béarn. Paul Raymond[3] note que Sault-de-Navailles fut au début du XIIe siècle le siège d'un archidiaconé du diocèse de Dax.

Le bourg de Sault-de-Navailles s'étire sur plus de 800 mètres. La route qui le traverse monte depuis la vallée ou suit la ligne de crête et vient mourir au pied du château. Les maisons s'installent de part et d'autre de la rue. Durant le Moyen Âge et l'époque moderne, le village possédait deux églises, l'une au pied du château et l'autre dans le bourg. L'église au pied du château fut détruite au XIXe siècle. À son emplacement, se trouve un calvaire. L'église du bourg possède un portail en arc brisé datant du XIVe siècle. De plan classique et rectangulaire, l'édifice aboutit sur une abside tout à fait ordinaire ; l'ensemble s'inscrivant dans un style plutôt roman avec quelques aspects gothiques, notamment le portail.

La commune, membre de la commanderie de Malte de Caubin et Morlaàs, faisait partie de la subdélégation de Saint-Sever (Landes). L'ordre y possédait la chapelle Saint-Jean.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995 2001 Michel Dupuy    
2001 2008 Michel Dupuy    
2008 2014 Alain Bouchecareilh    
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de trois structures intercommunales[12] :

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[14],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 861 habitants, en augmentation de 5,51 % par rapport à 2009 (Pyrénées-Atlantiques : 2,53 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 145 1 186 1 343 1 505 1 518 1 603 1 461 1 489 1 452
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 408 1 303 1 275 1 147 1 210 1 168 1 170 1 046 995
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
966 968 900 938 887 810 834 784 749
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
757 764 763 778 799 785 836 816 861
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

L'activité est tournée essentiellement vers l'agriculture (élevage, polyculture, viticulture).

Un centre de recherches sur les rapaces pyrénéens, ouvert au public, offre des séances d'initiation à la reconnaissance du vautour, des aigles et milans royaux.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

La commune est une étape sur la via Lemovicensis (ou voie limousine ou voie de Vézelay), nom latin d'un des quatre chemins de France du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle.

Église paroissiale de l'Assomption-de-la-Bienheureuse-Vierge-Marie[19].

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Les landes de Sault de Navailles sont un site naturel remarquable géré par le conservatoire d'espaces naturels d'Aquitaine[20]. Paysage et nature sauvage constituent les deux points forts de ce site composé de trois îlots de zones humides peu distants, situés sur le même bassin versant. Témoins des paysages anciens, les landes de Sévignacq, de Touroun sud et de Touroun nord renferment encore aujourd'hui des richesses écologiques insoupçonnées.

Équipements[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'une école primaire publique.

Sports[modifier | modifier le code]

Rugby

L'Union sportive de Sault-de-Navailles a été championne de France de 4e série en 1988 et championne de France de 1re série en 2011.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gentilé sur habitants.fr
  2. Fiche du Sandre sur Sault-de-Navailles
  3. a et b Paul Raymond, Dictionnaire topographique du département des Basses-Pyrénées, Paris, Imprimerie Impériale, , 208 p. (notice BnF no FRBNF31182570, lire en ligne).
  4. Extrait des registres de Bordeaux, publiés dans l'Histoire de Béarn de Pierre de Marca
  5. Collection Duchesne, volumes 99 à 114, renfermant les papier d'Oihenart, ancienne bibliothèque impériale - Bibliothèque nationale de France
  6. a et b Titres de la vicomté de Béarn - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  7. Cartulaire d'Orthez, dit Martinet, manuscrit du XIVe siècle - Archives de la mairie d'Orthez
  8. Notaires de Navarrenx - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  9. Notaires d'Assat - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  10. Notaires de Garos - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  11. Michel Grosclaude, Dictionnaire toponymique des communes du Béarn, edicions reclams Escòla Gaston Febus, 2006 p. 301
  12. Cellule informatique préfecture 64, « Base communale des Pyrénées-Atlantiques - Intercommunalité » (consulté le 20 juin 2014)
  13. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  17. Base Mérimée - Notice sur l'ancien château de Sault
  18. Base Mérimée - Notice sur le château de Vignes
  19. Base Mérimée - Notice sur l'église de l'Assomption-de-la-Bienheureuse-Vierge-Marie
  20. Le site du CEN Aquitaine

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]