Aulus-les-Bains

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Aulus-les-Bains
Aulus-les-Bains
Aulus-Les-Bains, vue depuis la route vers Guzet-Neige
Image illustrative de l’article Aulus-les-Bains
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Ariège
Arrondissement Saint-Girons
Intercommunalité Communauté de communes Couserans-Pyrénées
Maire
Mandat
Patrick Boyer
2020-2026
Code postal 09140
Code commune 09029
Démographie
Gentilé Aulusiens
Population
municipale
161 hab. (2018 en augmentation de 5,23 % par rapport à 2013)
Densité 3,1 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 47′ 30″ nord, 1° 20′ 19″ est
Altitude Min. 719 m
Max. 2 698 m
Superficie 52,24 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton du Couserans Est
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Occitanie
Voir sur la carte administrative de Occitanie (région administrative)
City locator 14.svg
Aulus-les-Bains
Géolocalisation sur la carte : Ariège
Voir sur la carte topographique de l'Ariège
City locator 14.svg
Aulus-les-Bains
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Aulus-les-Bains
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Aulus-les-Bains
Liens
Site web aulus-les-bains.com

Aulus-les-Bains (Aulús en occitan) est une commune française, située dans le département de l'Ariège en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Aulusiens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune touristique et thermale située dans les Pyrénées ariégeoises en Couserans, sur le Garbet. Elle est dominée par le Mont Béas (1 903 m) et riveraine avec l'Espagne (Catalogne - Pallars Sobira) mais sans liaison routière transfrontalière.

La commune fait partie de la communauté de communes Couserans - Pyrénées et du parc naturel régional des Pyrénées ariégeoises.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le Garbet, le ruisseau du Fouillet, la rivière d'Ars, le ruisseau du Riou, le ruisseau d'Escale-de-Hille... figurent parmi les cours d'eau parcourant la commune.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes d’Aulus-les-Bains[1],[2]
Ercé Le Port
Ustou Aulus-les-Bains Auzat
Lladorre (Espagne)
Carte de la commune d'Aulus-les-Bains et des proches communes.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Selon la terminologie définie par l'Insee et le zonage publié en 2020, Aulus-les-Bains est une commune rurale, car elle n'appartient à aucune unité urbaine[Note 1],[3],[4]. La commune est en outre hors attraction des villes[5],[6].

Histoire[modifier | modifier le code]

1272 : Charte entre les habitants d'Aulus-les-Bains et d'Ercé et Roger III vicomte de Couserans.La charte donne droit aux habitants le plein usage des bois, vacants, pâturages contre le paiement de 50 livres annuellement au seigneur. C'est une régression pour les communautés qui jouissaient de ces droits de "temps immémorial".

1347 : Mise en place de l’"Échange fer/charbon" entre le Couserans et la vallée de Vicdessos. Les échanges se font par le Port de Saleix (ou Port de Coumebière).

1349 : Procès relatif à la mine d'Aulus (écrit alors Olis), dans un acte de la communauté de Saint-Bertrand-de-Comminges. Ce procès concerne les mines du site de Castel-Minier situées 3 km au-dessus du village d'Aulus.

14 octobre 1574 : Pillage du village par 400 Huguenots qui ont séjourné un temps au Mas d'Azil.

1600 : Jean de Malus visite les mines d'Aulus.

1822 : La tradition locale attribue au lieutenant Darmagnac la découverte des bienfaits des eaux thermales d’Aulus en 1822 ou 1823 (suivant les sources) sur les conseils de Ma Bouno ou de M Lacrampe (suivant les sources).

1824 : Construction de la première "baraque thermale" à Aulus par Jean-Pierre François Souquet au pied de la Coste : une barraque en planche avec un toit de chaume et une baignoire en bois.

1829, passage à Aulus du pyrénéiste Vincent de Chausenque (témoignage dans son livre Les Pyrénées, ou Voyages pédestres dans toutes les régions de ces montagnes depuis l'Océan jusqu'à la Méditerranée, Paris, Lecointe et Pougin, 1834).

1848 : le docteur Jacques Bordes-Pagès, nommé médecin inspecteur des eaux d'Aulus par le préfet, pour suivre le traitement de syphilitiques de Saint-Lizier envoyés à Aulus.

La station thermale a été créée en 1849 par Jacques Bordes-Pagés (1815-1897) dont il a été le médecin-inspecteur.

En 1877, le premier casino est construit par M. Rumeau, maître de poste à Saint-Girons. Il ouvre ses portes en août, dirigé par M. Lorca, où se produiront les artistes du Théâtre des Variétés de Toulouse pour la première saison. Le propriétaire du " Petit Casino " paya sa bienvenue en versant aux mains de la municipalité d’Aulus les fonds qui devaient servir à la construction et à l’installation du télégraphe, en 1878.

La Société des Tramways Électriques de l'Ariège a exploité une ligne de 16 km hors de réseau de 1914 à 1933 (avec une interruption de 1915 à 1922). Elle reliait Oust à Aulus.

Durant la Seconde Guerre mondiale[7], des juifs avaient été assignés à résidence à Aulus. Le gouvernement de Vichy les fait arrêter le 26 août 1942.

Un incendie détruira le bâtiment thermal en 1947.

2006 : début des fouilles archéologiques du site de Castel Minier.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1977 2001 Jacques Berthoumieux PS  
mars 2001 mars 2008 Jean-Michel Rossell PS  
mars 2008 mai 2020 Michel Veyssierre PCF Retraité

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[9].

En 2018, la commune comptait 161 habitants[Note 2], en augmentation de 5,23 % par rapport à 2013 (Ariège : +0,25 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 0218841 0269918971 0031 011953958
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
898925910951954875893798707
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
739724742613602606590482402
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
292227182208210189203205207
2013 2018 - - - - - - -
153161-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Aulus-les-Bains est une station hydrominérale dont les sources - connues des Romains - n'ont trouvé la notoriété qu'au début du XIXe siècle. On y traite les maladies des voies urinaires, et les maladies métaboliques.

La station compte différents commerces et services liés à l'activité thermale et touristique. L'idée d'une liaison téléportée entre Aulus et Guzet via le col de Latrape a été exprimée en 2018 par les professionnels[12].

Depuis des décennies, le syndicat Sud-Ouest énergie de la CGT propose notamment un projet de barrage hydroélectrique "Aulus -Agneserre"[13].

Culture et festivités[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Adolphe d'Assier (1827-1889), explorateur et écrivain français mort à Aulus, auteur de Un Parisien à Aulus, comédie-vaudeville en 3 actes, 1881 ; et de Souvenirs des Pyrénées - Aulus-les-Bains et ses environs, 3e édition complétement refondue en 1884 première édition 1873.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Institut cartographique de Catalogne, « Visualisateur cartographique Vissir » (consulté le 2 février 2018)
  3. « Base des unités urbaines 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 6 novembre 2020)
  4. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 6 novembre 2020)
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 6 novembre 2020)
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc, Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 6 novembre 2020)
  7. Aulus-les-Bains. Quand Vichy arrêtait les juifs
  8. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  12. « Ils proposent un téléporté entre Aulus et Guzet », La Dépêche du midi,‎ (lire en ligne)
  13. Xavier Hurtevent, « Toulouse. Marché hydraulique : l'ambiance est électrique en Haute-Garonne », La Dépêche du midi,‎ (lire en ligne)

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Une commune rurale est une commune n'appartenant pas à une unité urbaine. Les autres communes sont dites urbaines.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :