Diusse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Diusse
La cave coopérative vinicole du Vic-Bilh.
La cave coopérative vinicole du Vic-Bilh.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Arrondissement Pau
Canton Terres des Luys et Coteaux du Vic-Bilh
Intercommunalité Communauté de communes du canton de Garlin
Maire
Mandat
Michèle Plante
2014-2020
Code postal 64330
Code commune 64199
Démographie
Population
municipale
141 hab. (2014)
Densité 27 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 33′ 50″ nord, 0° 09′ 48″ ouest
Altitude Min. 119 m
Max. 249 m
Superficie 5,31 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte administrative des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Diusse

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Diusse

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Diusse

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Diusse

Diusse est une commune française, située dans le département des Pyrénées-Atlantiques en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Entrée dans Diusse.
Vignobles de Diusse.

Situation[modifier | modifier le code]

Diusse est située à l'extrême nord-est du département, à l'est de Garlin.

Accès[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par les routes départementales 205 et 317.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Les terres de la commune sont arrosées[1] par un affluent de l'Adour, le Léez, et par son tributaire, le Larcis.

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

  • Le Château
  • Lamarrigue
  • Moulin de Lagraulet

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Diusse apparaît sous les formes Sanctus Johannes de Diossa (1104[2], cartulaire de Lescar[3]), Diuse (1402[2], censier de Béarn[4]) et Diussa (1546[2], réformation de Béarn[5]).

Le toponyme Lagraulet est mentionné par le dictionnaire topographique Béarn-Pays basque de 1863[2], et ce nom désignait une lande de la commune de Diusse.

Histoire[modifier | modifier le code]

Paul Raymond[2] note qu'en 1385, Diusse dépendait du bailliage de Lembeye et comptait huit feux.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Date d'élection Identité Qualité
Les données antérieures à 1995 ne sont pas encore connues.
1989 Jean-Louis Malabirade
1995 Michel Birot
2001 Michel Birot
2008 Michèle Plante

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Diusse fait partie de six structures intercommunales[6] :

  • la communauté de communes du canton de Garlin ;
  • le SIVU de la voirie de la région de Garlin ;
  • le SIVU du Lées et affluents ;
  • le syndicat d’énergie des Pyrénées-Atlantiques ;
  • le syndicat d'irrigation de la vallée des Lées ;
  • le syndicat intercommunal d’alimentation en eau potable Luy - Gabas - Lées.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[8],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 141 habitants, en diminution de -8,44 % par rapport à 2009 (Pyrénées-Atlantiques : 2,53 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
223 139 305 391 400 368 357 315 322
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
329 306 304 307 286 285 295 278 279
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
247 240 203 199 180 200 192 164 162
1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014 -
145 200 187 166 179 156 141 141 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

La commune fait partie des zones d'appellation d'origine contrôlée (AOC) du madiran, du pacherenc-du-vic-bilh et du béarn.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

On trouve à Diusse une demeure de notable dite château de Disse[11] dont les origines remontent au XVIIe siècle. Cette demeure a été affranchie des droits seigneuriaux en 1685 par le seigneur de Diusse en faveur des Brumont, seigneurs de Disse, qui y résident jusqu’en 1837. Depuis les nombreux aménagements et transformations se sont succédé aussi bien dans la maison que dans le parc. La terrasse et le jardin à la française s’étendent au sud du château et offrent une vue splendide sur toute la vallée des Pyrénées. Une partie des bâtiments attenants au château accueille un centre d’aide par le travail qui exploite quinze hectares de vigne qui produisent trois grands AOC : Madiran, Pacherenc du Vic-BIlh et Rosé du Béarn. Le ministère de la Culture a répertorié certains mobiliers présents dans le château, dont une fontaine de table[12] (calcaire taillé et cuivre repoussé) et six tableaux[13] de René-Marie Castaing.

Diusse présente un ensemble de fermes et de maisons[14] datant des XVIIIe et XIXe siècles.

Enfin, au lieu-dit Moulin de Lagraulet, se trouvent les vestiges d'un moulin[15] du XIXe siècle.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Diusse est aussi réputée pour son église romane classée (XIe et XIIe siècles), l'église Saint-Jean-Baptiste[16]. Elle entra dans l’histoire quand le vicomte de Béarn et le comte d’Armagnac jurèrent en 1104 sur son autel, « de se garder la paix et la trêve de Dieu ». Elle recèle du mobilier[17], des peintures monumentales[18], un tableau[19], des statues[20] et des objets[21] inscrits à l'inventaire général du patrimoine culturel.

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Équipements[modifier | modifier le code]

éducation

La commune dispose d'un groupe scolaire[22], comptant quatre classes du primaire.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Notice du Sandre sur Diusse, consultée le 18/11/08
  2. a, b, c, d et e Paul Raymond, Dictionnaire topographique Béarn-Pays basque
  3. Cartulaire de l'évêché de Lescar, publié dans les preuves de l'Histoire de Béarn de Pierre de Marca
  4. Censier de Béarn, manuscrit de 1385, Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques.
  5. Réformation de Béarn, collection manuscrite du XVIe au XVIIIe siècle, Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques.
  6. Cellule informatique préfecture 64, « Base communale des Pyrénées-Atlantiques - Intercommunalité » (consulté le 6 juin 2014)
  7. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  11. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur le château de Disse
  12. Ministère de la Culture, base Palissy - Notice sur la fontaine de table du château
  13. Ministère de la Culture, base Palissy - Notice sur les tableaux de René-Marie Castaing
  14. [1][2][3][4] Ministère de la Culture, base Mérimée - Notices sur les maisons et fermes anciennes
  15. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur le moulin
  16. [5][6] Ministère de la Culture, base Mérimée - Notices sur l'église Saint-Jean-Baptiste
  17. [7][8][9][10][11][12][13][14][15][16][17][18][19][20][21][22][23] Ministère de la Culture, base Palissy - Notices sur le mobilier de l'église Saint-Jean-Baptiste
  18. [24][25] Ministère de la Culture, base Palissy - Notices sur les peintures monumentales de l'église Saint-Jean-Baptiste
  19. Ministère de la Culture, base Palissy - Notice sur le tableau de l'église Saint-Jean-Baptiste
  20. [26] Ministère de la Culture, base Palissy - Notices sur les statues de l'église Saint-Jean-Baptiste
  21. [27][28][29][30][31][32][33][34][35][36][37][38][39][40][41][42] Ministère de la Culture, base Palissy - Notices sur les objets référencés de l'église Saint-Jean-Baptiste
  22. Communauté de communes du canton de Garlin - Notice sur les écoles primaires du canton

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]