Lourdios-Ichère

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lourdios-Ichère
Lourdios-Ichère
La mairie et l'école de Lourdios-Ichère.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Arrondissement Oloron-Sainte-Marie
Canton Oloron-Sainte-Marie-1
Intercommunalité Communauté de communes du Haut Béarn
Maire
Mandat
Marthe Clot
2017-2020
Code postal 64570
Code commune 64351
Démographie
Population
municipale
155 hab. (2015 en augmentation de 2,65 % par rapport à 2010)
Densité 9,5 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 03′ 00″ nord, 0° 39′ 50″ ouest
Altitude Min. 369 m
Max. 1 627 m
Superficie 16,24 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte administrative des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Lourdios-Ichère

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Lourdios-Ichère

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lourdios-Ichère

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lourdios-Ichère

Lourdios-Ichère est une commune française située dans le département des Pyrénées-Atlantiques, en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans la vallée d'Aspe.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est arrosée par les affluents du gave d'Aspe suivants :

  • le ruisseau d'Espalungue et son affluent :
  • le gave de Lourdios et ses affluents :
    • le ruisseau Arric et ses affluents :
      • le ruisseau de la Mure
      • l'arrèc de la Raché
    • l'arrèc de Laünde.

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

  • Ichère ;
  • Lourdios : Église, Lacoste, Layens, Lunde, Raché.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Lourdios-Ichère[1]
Issor
Arette Lourdios-Ichère Sarrance
Osse-en-Aspe

Toponymie[modifier | modifier le code]

Monument aux morts de Lourdios-Ichère.
Église de Lourdios-Ichère.
Une fontaine de Lourdios-Ichère.
Sentiers par Lourdios-Ichère.
Lourdios-Ichère vue de haut.

Le toponyme Lourdios apparaît[2] sous la forme Ordios (1695, dénombrement d'Aspe[3]).

Lourdios dérive de l'hydronyme L'Ordios, qui est le gave, torrent, traversant la commune et lui ayant donné son nom. L'article a été intégré au toponyme francisé.

Michel Grosclaude propose deux hypothèses, toutes deux avec une origine basque/aquitanique :

  • radical urd, replat, plateau avec le suffixe aquitain ossum ;
  • radical ardi, tas de pierres, avec le même suffixe[4].

Son nom gascon est Ardiòs e Ishèra o L'Ordiòs-Ishèra.

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune est créée en 1820 par la réunion du quartier de Lourdios situé sur la commune d'Osse-en-Aspe et du quartier d'Ichère qui dépendait de Sarrance.

En 2017, à l'occasion de l'élection présidentielle de 2017, la commune se fait connaître sur le plan national, le candidat Jean Lassalle (Résistons !) étant maire du village depuis quarante ans[5]. Au premier tour, il y réalise son meilleur pourcentage, avec 68,60 % des voix (83)[6], loin devant les autres candidats[7]. Nationalement, Lassalle réunit 1,5 % des votants exprimés[8].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1977 2017 Jean Lassalle UDF, MoDem, Résistons ! Député depuis 2002
Conseiller général de 1982 à 2015
Candidat à l'élection présidentielle de 2017
Démissionnaire pour cumul des mandats
2017 en cours Marthe Clot Inconnu Adjointe au maire jusqu'en 2017

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de cinq structures intercommunales[9] :

  • la communauté de communes du Haut Béarn ;
  • le SIVU de Lourdios ;
  • le syndicat d’énergie des Pyrénées-Atlantiques ;
  • le syndicat de regroupement pédagogique d'Issor et de Lourdios-Ichère ;
  • le syndicat mixte du Haut-Béarn.

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Finances locales[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1831. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[11].

En 2015, la commune comptait 155 habitants[Note 1], en augmentation de 2,65 % par rapport à 2010 (Pyrénées-Atlantiques : +2,53 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1831 1836 1841 1846 1851 1856 1861 1866 1872
681 636 661 636 642 639 653 594 568
1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911 1921
526 526 510 532 512 438 416 407 340
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
310 292 279 252 222 205 184 172 158
1990 1999 2006 2007 2012 2015 - - -
175 150 147 146 157 155 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie de la commune est essentiellement orientée vers l'agriculture et l'élevage (bovins et ovins). La fabrication de fromages fermiers au lait de brebis, de l'appellation d'origine contrôlée ossau-iraty, est également une des ressources de la population de la commune.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

  • Ferme Casteig, XVIIIe siècle (étable, porcherie, poulailler).
  • Écomusée de la vallée d'Aspe, sur les traces d'un instituteur du XIXe siècle, Jean Barthou.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Isidore, XVIIe siècle, rénovée au XIXe siècle.

Équipements[modifier | modifier le code]

La commune possède une école primaire.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Paul Raymond, Dictionnaire topographique du département des Basses-Pyrénées, Paris, Imprimerie Impériale, , 208 p. (notice BnF no FRBNF31182570, lire en ligne).
  3. Manuscrits des XVIIe et XVIIIe siècles - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  4. Michel Grosclaude (préf. Pierre Bec), Dictionnaire toponymique des communes du Béarn, Pau, Escòla Gaston Febus, , 416 p. (ISBN 9782350680057, notice BnF no FRBNF35515059), p. 52.
  5. Benjamin Ourticq, « Comment Lourdios-Ichère vit la campagne de Jean Lassalle », sur La République des Pyrénées, (consulté le 18 avril 2018).
  6. Mathilde Damgé, « Présidentielle 2017 : les villes et villages où les candidats ont fait leurs plus gros scores », sur Le Monde, (consulté le 18 avril 2018).
  7. « Résultats de l'élection présidentielle 2017 », sur Ministère de l'Intérieur, (consulté le 18 avril 2018).
  8. Maxime Gravier, « Au QG de Lassalle, on regrette que « les Français n'aient pas assez faim » », sur Les Inrocks, (consulté le 18 avril 2018).
  9. Cellule informatique préfecture 64, « Base communale des Pyrénées-Atlantiques - Intercommunalité » (consulté le 14 juin 2014)
  10. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]