Baleix

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Baleix
L'entrée du village.
L'entrée du village.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Arrondissement Pau
Canton Pays de Morlaàs et du Montanérès
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Morlaàs
Maire
Mandat
Vincent Roustaa
2014-2020
Code postal 64460
Code commune 64089
Démographie
Gentilé Baleichois
Population
municipale
149 hab. (2014)
Densité 23 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 22′ 45″ nord, 0° 07′ 43″ ouest
Altitude Min. 225 m
Max. 354 m
Superficie 6,47 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte administrative des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Baleix

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Baleix

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Baleix

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Baleix

Baleix est une commune française, située dans le département des Pyrénées-Atlantiques en région Nouvelle-Aquitaine.

Le gentilé est Baleichois[1].

Le village.
Autre vue du village.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Située dans le Montanérès, la commune domine depuis son coteau, la vallée de Lées, à vingt kilomètres à l'est de Pau.

Accès[modifier | modifier le code]

Baleix est desservie par les routes départementales 7 et 145.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Situé dans le bassin versant de l'Adour, Baleix est traversée[2] par le Léez[3], tributaire de l'Adour, et par son affluent, le ruisseau de Pédebosc.

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Baleix apparaît sous les formes Bales (XIe siècle[9], cartulaire de Lescar[10]), Balas (XIIe siècle[9], d'après Pierre de Marca[11]), Balestoos (XIIIe siècle[9], fors de Béarn[12]), Baleixs et Balesis (respectivement 1385[9] et 1402[9], censier de Béarn[12]), Baleyxs, Balechs et Balex (respectivement 1538[9] pour les deux premières formes et 1548[9], réformation de Béarn[13]) et Baleix, (XVIIIe siècle[14], carte de Cassini).

Étymologiquement, Baleix vient du gascon[14] Balèch qui signifie « plateau ».

Les toponymes Abarades et Abats sont mentionnés en 1863 (dictionnaire topographique Béarn-Pays basque[9]).

Les Artics était un écart de Baleix, mentionné en 1769[9] dans le terrier de Baleix[15].

Le hameau la Bielle est mentionné en 1863[9] par le dictionnaire topographique, tout comme la Haille (Hailhe en 1769[9] dans le terrier[15] de Baleix), le Pimi (Lou Pimy dans le terrier de 1769[9]), la Lanusse, Trémoulets (sous la forme Le Trémoulet). Le même dictionnaire signale les écarts Peyreblanque et la Vignasse.

Les Plagnius est un écart cité sous les graphies Plagniux et le Plagniu en 1769,[9] (terrier de Baleix[15]). D'autres hameaux, Gaguette, le Turocq de Naudy, et la Turbecolle (la Turequolle en 1769[9] dans le terrier de Baleix[15]) apparaissent dans le dictionnaire de 1863[9].

Histoire[modifier | modifier le code]

Paul Raymond[9] note que Baleix comptait en 1385 vingt-deux feux et dépendait du bailliage de Pau. Ce fief ressortait à la vicomté de Béarn.

L'occupation de la commune est ancienne puisqu'on y a découvert un camp retranché entouré d'un fossé avec des restes visibles de terrassements.

Pendant la période médiévale, la commune était membre de la commanderie de l'ordre de Malte de Caubin et Morlaàs.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995 2001 Jean Balespouey    
2001 2008 Gérard Balespouey    
2008 en cours Vincent Roustaa DVD Employé
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Baleix fait partie de quatre structures intercommunales[16] :

  • la communauté de communes du Pays de Morlaàs ;
  • le SIVOM du canton de Montaner ;
  • le syndicat d'énergie des Pyrénées-Atlantiques ;
  • le syndicat intercommunal d’alimentation en eau potable Luy - Gabas - Léès.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[17]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[18],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 149 habitants, en augmentation de 13,74 % par rapport à 2009 (Pyrénées-Atlantiques : 2,53 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
301 290 348 358 428 413 451 450 443
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
432 388 396 372 368 375 328 320 282
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
280 270 251 202 201 194 176 158 156
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
152 141 150 126 122 120 126 143 149
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[19] puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique

Baleix fait partie de l'aire urbaine de Pau.

Économie[modifier | modifier le code]

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Baleix présente un ensemble de maisons et de fermes[8],[7],[5],[21],[22],[23],[6] des XVIIIe et XIXe siècles, inscrites à l'Inventaire général du patrimoine culturel[24].

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Martin[25] date partiellement du XIIe siècle. Elle recèle du mobilier (des lambris de revêtement[26],[27], un maître-autel et son retable[28],[29],[30], deux reliefs sculptés représentant des anges adorateurs[31], des fauteuils de célébrant[32],[33], un bénitier de milieu[34], une cuve baptismale à infusion[35], un confessionnal[36], des retables de sainte Lucie et de saint Roch[37], deux gradins d'autel[38], un ensemble d'autels secondaires[39], deux bras de lumière[40], un tabernacle à ailes[41], un autel tombeau[42] et deux retables[43]), un tableau[44], des statues (un saint évêque[45], deux bustes d'anges[46], deux statuts représentant sainte Lucie et saint Roch[47], deux anges adorateurs[48], deux statues en pendant[49], un ensemble de six statuettes représentant quatre saintes et deux anges[50] et une Vierge à l'Enfant[51]) et des objets (six chandeliers[52], une croix de sacristie[53], un chandelier pascal[54], une croix de procession[55], deux croix d'autel[56], plusieurs ensembles de chandeliers d'autel[57],[58],[59] et un ostensoir[60]) inscrits à l'inventaire général du patrimoine culturel. Un portail[61] en marbre gris et une croix de cimetière[62] sont également référencés.

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Équipements[modifier | modifier le code]

Sports et équipements sportifs

En 2005 et 2007, la commune a été traversée par les concurrents du Tour de France.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gentilé sur habitants.fr
  2. Notice du Sandre sur Baleix, consultée le 3 mars 2009
  3. Noté Lées par le Sandre
  4. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p et q Géoportail - IGN, « Géoportail » (consulté le 10 décembre 2012)
  5. a et b « La maison du lieu-dit Castille », notice no IA00027133, base Mérimée, ministère français de la Culture
  6. a et b « La ferme dite maison Arnautou au lieu-dit Clos », notice no IA00027129, base Mérimée, ministère français de la Culture
  7. a et b « La maison du lieu-dit Jean David », notice no IA00027134, base Mérimée, ministère français de la Culture
  8. a et b « La ferme du lieu-dit Sarthou », notice no IA00027135, base Mérimée, ministère français de la Culture
  9. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p et q Paul Raymond, Dictionnaire topographique Béarn-Pays basque
  10. Cartulaire de l'évêché de Lescar, publié dans les preuves de l'Histoire de Béarn de Pierre de Marca
  11. D'après Pierre de Marca, Histoire de Béarn
  12. a et b Manuscrit du XIVe siècle - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  13. Réformation de Béarn, collection manuscrite du XVIe au XVIIIe siècle, Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques.
  14. a et b Michel Grosclaude (préf. Pierre Bec), Dictionnaire toponymique des communes du Béarn, Pau, Escòla Gaston Febus, , 416 p. (ISBN 9782350680057, notice BnF no FRBNF35515059)., page 201
  15. a, b, c et d Manuscrit du XVIIIe siècle - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  16. Cellule informatique préfecture 64, « Base communale des Pyrénées-Atlantiques - Intercommunalité » (consulté le 27 mai 2014)
  17. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  18. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  19. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  21. « La ferme dite maison Bourdallé », notice no IA00027132, base Mérimée, ministère français de la Culture
  22. « La ferme Coulomé », notice no IA00027131, base Mérimée, ministère français de la Culture
  23. « La ferme dite maison Bélengou », notice no IA00027130, base Mérimée, ministère français de la Culture
  24. « Les maisons et fermes anciennes », notice no IA00027127, base Mérimée, ministère français de la Culture
  25. « L'église Saint-Martin », notice no IA00027128, base Mérimée, ministère français de la Culture
  26. « Le lambris de revêtement de l'église Saint-Martin », notice no PM64000550, base Palissy, ministère français de la Culture
  27. « Les lambris de hauteur de l'église Saint-Martin », notice no IM64000026, base Palissy, ministère français de la Culture
  28. « L'ensemble du maître-autel de l'église Saint-Martin », notice no IM64000016, base Palissy, ministère français de la Culture
  29. « Le maître-autel et son retable, dans l'église Saint-Martin », notice no PM64000062, base Palissy, ministère français de la Culture
  30. « Le retable architecturé du maître-autel de l'église Saint-Martin », notice no IM64000020, base Palissy, ministère français de la Culture
  31. « Deux reliefs sculptés de l'église Saint-Martin », notice no IM64000040, base Palissy, ministère français de la Culture
  32. « Le fauteuil de célébrant de l'église Saint-Martin », notice no IM64000039, base Palissy, ministère français de la Culture
  33. « Le fauteuil de célébrant et les bancs de chœur de l'église Saint-Martin », notice no IM64000027, base Palissy, ministère français de la Culture
  34. « Le bénitier de milieu de l'église Saint-Martin », notice no IM64000037, base Palissy, ministère français de la Culture
  35. « La cuve baptismale à infusion de l'église Saint-Martin », notice no IM64000036, base Palissy, ministère français de la Culture
  36. « Le confessionnal de l'église Saint-Martin », notice no IM64000035, base Palissy, ministère français de la Culture
  37. « Les retables de sainte Lucie et de saint Roch, dans l'église Saint-Martin », notice no IM64000031, base Palissy, ministère français de la Culture
  38. « Les deux gradins d'autel de l'église Saint-Martin », notice no IM64000030, base Palissy, ministère français de la Culture
  39. « Les autels secondaires de l'église Saint-Martin », notice no IM64000029, base Palissy, ministère français de la Culture
  40. « Les deux bras de lumière de l'église Saint-Martin », notice no IM64000028, base Palissy, ministère français de la Culture
  41. « Le tabernacle à ailes de l'église Saint-Martin », notice no IM64000018, base Palissy, ministère français de la Culture
  42. « L'autel tombeau de l'église Saint-Martin », notice no IM64000017, base Palissy, ministère français de la Culture
  43. « Les deux retables de l'église Saint-Martin », notice no PM64000063, base Palissy, ministère français de la Culture
  44. « Le tableau de l'église Saint-Martin », notice no IM64000023, base Palissy, ministère français de la Culture
  45. « La statue d'un saint évêque de l'église Saint-Martin », notice no PM64000552, base Palissy, ministère français de la Culture
  46. « Les deux bustes d'anges de l'église Saint-Martin », notice no PM64000064, base Palissy, ministère français de la Culture
  47. « Les statues de sainte Lucie et saint Roch, dans l'église Saint-Martin », notice no IM64000032, base Palissy, ministère français de la Culture
  48. « Les statues d'anges adorateurs de l'église Saint-Martin », notice no IM64000022, base Palissy, ministère français de la Culture
  49. « Les statues en pendant de l'église Saint-Martin », notice no IM64000021, base Palissy, ministère français de la Culture
  50. « L'ensemble de six statuettes de l'église Saint-Martin », notice no IM64000019, base Palissy, ministère français de la Culture
  51. « La statue de la Vierge à l'Enfant de l'église Saint-Martin », notice no PM64000551, base Palissy, ministère français de la Culture
  52. « Les six chandeliers de l'église Saint-Martin », notice no PM64000549, base Palissy, ministère français de la Culture
  53. « La croix de sacristie de l'église Saint-Martin », notice no IM64000042, base Palissy, ministère français de la Culture
  54. « Le chandelier pascal de l'église Saint-Martin », notice no IM64000038, base Palissy, ministère français de la Culture
  55. « La croix de procession de l'église Saint-Martin », notice no IM64000041, base Palissy, ministère français de la Culture
  56. « Les deux crois d'autel de l'église Saint-Martin », notice no IM64000034, base Palissy, ministère français de la Culture
  57. « Deux chandeliers d'autel de l'église Saint-Martin », notice no IM64000033, base Palissy, ministère français de la Culture
  58. « Les chandeliers d'autel datant de 1740-1750, de l'église Saint-Martin », notice no IM64000025, base Palissy, ministère français de la Culture
  59. « Les six chandeliers d'autel datant de 1760-1780, de l'église Saint-Martin », notice no IM64000024, base Palissy, ministère français de la Culture
  60. « L'ostensoir de l'église Saint-Martin », notice no IM64000043, base Palissy, ministère français de la Culture
  61. « Le portail de l'église Saint-Martin », notice no IM64000015, base Palissy, ministère français de la Culture
  62. « La croix de cimetière de l'église Saint-Martin », notice no IM64000014, base Palissy, ministère français de la Culture

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Carte archéologique de la Gaule - Pré-inventaire archéologique publié sous la responsabilité de Michel Provost - Pyrénées-Atlantiques

Article connexe[modifier | modifier le code]