Moncla

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Moncla
Moncla
Moncla vers 1770 (carte de Cassini).
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Arrondissement Pau
Intercommunalité Communauté de communes des Luys en Béarn
Maire
Mandat
Jean-Paul Lahore
2020-2026
Code postal 64330
Code commune 64392
Démographie
Population
municipale
84 hab. (2018 en diminution de 16,83 % par rapport à 2013)
Densité 14 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 34′ 57″ nord, 0° 13′ 55″ ouest
Altitude Min. 106 m
Max. 240 m
Superficie 5,83 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton des Terres des Luys et Coteaux du Vic-Bilh
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Moncla
Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques
Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Moncla
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Moncla
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Moncla

Moncla (en béarnais Montclar ou Mouncla) est une commune française située dans le département des Pyrénées-Atlantiques, en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

La mairie.
Le monument aux morts.
L'église Saint-Étienne.

Situation[modifier | modifier le code]

Moncla se situe au nord-est des Pyrénées-Atlantiques à la limite ouest du Vic-Bilh, et à la frontière avec le Gers et les Landes.

Relief

Le paysage s'organise autour d'un coteau et de deux vallées parallèles, globalement nord-sud. La dissymétrie gasconne des vallées est très nette : la pente à l'ouest est très forte et celle de l'est est douce. Si cette approche succincte est très simple, les détails sont beaucoup plus complexes du fait de nombreux petits ruisseaux qui ont modelé les terres.

Les vallées sont profondes, larges d'un kilomètre et se situent à 90 mètres en contrebas des crêtes. Le profil transversal de cet ensemble débute par un versant exposé à l'ouest, en pente douce convexe, qui s'accélère très brutalement.

En revanche, le versant est présente une faible pente, modelé par le colluvionnement. L'origine de cette dissymétrie très générale dans les vallées gasconnes est très controversée, mais semble être de nature climatique.

À ce schéma assez simple se superpose un micro-découpage par de nombreux petits ruisseaux, plus souvent présents en versant est (cas de la Boulise), qui découpent dans ces serres nord-sud, des crêtes secondaires souvent est-ouest, mais pouvant être orientées de façons diverses. Cette morphologie présente donc des répétitions d'ouest en est et nord au sud dans tout le Vic-Bilh. Ces répétitions sont d'ailleurs reprises par la pédologie.

Accès[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la route départementale 143.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

On peut noter un réseau hydrographique[1] assez bien développé sur la commune, ainsi que la présence d'une multitude de petites sources. Il y a trois rivières qui passent à Moncla :

  • Le gros Lées : la rivière la plus importante de Moncla qui coule dans la plaine est. Elle prend sa source aux environs de Lembeye (vingt kilomètres au sud-est) et rejoint le fleuve Adour à quelques kilomètres au sud d'Aire-sur-l'Adour (Landes). Il est lui-même rejoint sur la commune par le ruisseau de Lauret ;
  • Le grand Lées : provenant de Mascaraas puis de Castetpugon, il traverse Moncla dans la plaine ouest et rejoint le Gros Lées à une dizaine de kilomètres au nord de Moncla ;
  • La Boulise : petit ruisseau qui prend sa source à Mascaraàs et rejoint le Gros Lées à Moncla.

Le faible débit de ces rivières ne permet pas de les utiliser comme source d'irrigation. On peut noter une part de terre drainées très importante en 1988 (220 ha pour 244 ha de terres labourables soit 90 %).

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

  • Bascarie ;
  • Bourdet ;
  • Castéra ;
  • Part Darré ;
  • Part Devant ;
  • Pouey ;
  • Vignes.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Moncla[2]
Sarron
(Landes)
Projan
(Gers)
Verlus
(Gers)
Garlin Moncla Portet
Castetpugon

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Moncla est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[3],[4],[5]. La commune est en outre hors attraction des villes[6],[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Moncla apparaît sous les formes Mont-Clar (1343[8], hommages de Béarn[9]), Monclar (1385[8], censier de Béarn[10]), Mont-Claa (1487[8], registre des Établissements de Béarn[11]) et Monclaa (1548[8], réformation de Béarn[12]).

Son nom béarnais est Montclar[13] ou Mouncla[14].

Le toponyme Pouey apparaît sous la forme Poey (1385[8], censier de Béarn[10]).

Histoire[modifier | modifier le code]

Paul Raymond[8] note que la commune comptait une abbaye laïque, vassale de la vicomté de Béarn. En 1385, on y comptait quatre feux..

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
avant 1977   Jules et Auguste Benquet    
1977 1989 Roger Saraillé    
1989 2008 Henri Benquet    
2008
(réélu en mai 2020[15])
En cours Jean-Paul Lahore    

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Moncla fait partie de six structures intercommunales[16] :

  • la communauté de communes du canton de Garlin ;
  • le SIVU de la voirie de la région de Garlin ;
  • le SIVU du Lées et affluents ;
  • le syndicat d’énergie des Pyrénées-Atlantiques ;
  • le syndicat intercommunal d’alimentation en eau potable Luy - Gabas - Lées ;
  • le syndicat intercommunal des Cinq Rivières.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[17]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[18].

En 2018, la commune comptait 84 habitants[Note 2], en diminution de 16,83 % par rapport à 2013 (Pyrénées-Atlantiques : +2,37 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
307318363305315344355332297
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
300332306263266259229226194
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
194179200185167165169149133
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
12011511291107101101101101
2013 2018 - - - - - - -
10184-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[19] puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

La commune fait partie des zones d'appellation d'origine contrôlée (AOC) du madiran, du pacherenc-du-vic-bilh et du béarn.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Dans les cahiers du Vic-Bilh (CVB n°1,1975 ), est mentionné un recensement non exhaustif réalisé au XIXe siècle (1880). Ce recensement déclarait que Moncla était alors une commune essentiellement agricole, et surtout viticole, où l'on pouvait également trouver un grand nombre de tissanderies. Le village comptait 266 habitants et 77 maisons. Il y avait également un moulin, 65 fours, une citerne, 5 puits, 28 mares, 2 fontaines et un ruisseau.

Pour ce qui était des productions agricoles, mis à part la viticulture qui était la production végétale dominante, on pouvait aussi dénombrer 17 chevaux (pour tracter les 9 véhicules à deux roues et les 39 à quatre roues), 100 bêtes à cornes, 50 moutons et 40 porcs. Ce recensement est bien moins précis que ceux fournis par l'INSEE actuellement, néanmoins, il est révélateur de la situation professionnelle et notamment agricole du village à la fin du XIXe siècle.

Évolution des surfaces du vignoble :

  • 1820 : 65 ha ;
  • 1892 : 54 ha ;
  • 1992 : 8 ha.

Une sardinade a lieu au mois d'août.

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Il y peu de traces historiques du village, cependant dans les « cahiers du Vic-Bilh », on peut relever la présence d'une voie romaine (CVB n°8 ), d'un château (le château de Moncla[21] date partiellement du XVIIe siècle - CVB n°9), une maison bourgeoise datant de 1830 (Les Vignes)[22], la maison Bascarie, le pigeonnier -poulailler Soues et des retables du XVIIIe siècle.

L'inventaire général du patrimoine culturel a enregistré un castelnau[23], composé d'une enceinte, d'une motte, d'un fossé et d'une basse-cour, datant des XIVe et, semble-t-il, XVe siècles.

Moncla présente un ensemble de maisons et de fermes[24] datant des XVIIIe et XIXe siècles.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Étienne[25] date du XIXe siècle. Elle recèle du mobilier[26], quatre verrières[27], un tableau[28], des statues[29] et des objets[30] inscrits à l'inventaire général du patrimoine culturel.

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Équipements[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Notice du Sandre sur Moncla, consultée le 19/11/08
  2. Carte IGN sous Géoportail
  3. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 2 avril 2021).
  4. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 2 avril 2021).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 2 avril 2021).
  6. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 2 avril 2021).
  7. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 2 avril 2021).
  8. a b c d e et f Paul Raymond, Dictionnaire topographique du département des Basses-Pyrénées, Paris, Imprimerie Impériale, , 208 p. (notice BnF no FRBNF31182570, lire en ligne)..
  9. Manuscrit de 1343 - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  10. a et b Censier de Béarn, Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques, manuscrit de 1385..
  11. Manuscrits du XVe siècle et du XVIe siècle - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  12. Réformation de Béarn, Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques, coll. « manuscrits du XVIe au XVIIIe siècle »..
  13. Ostau Bearnes, « Toponymie des communes béarnaises selon la graphie classique » [PDF] (consulté le 26 janvier 2019).
  14. Institut béarnais et gascon, « Toponymie des communes béarnaises selon la graphie moderne » [PDF] (consulté le 26 janvier 2019).
  15. « Les élus du premier tour », Sud Ouest édition Dordogne/Lot-et-Garonne, , p. 28.
  16. Cellule informatique préfecture 64, « Base communale des Pyrénées-Atlantiques - Intercommunalité » (consulté le 17 juin 2014).
  17. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  18. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  19. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  21. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur le château de Moncla
  22. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur la maison de notable Les Vignes
  23. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur le castelau
  24. [1][2][3]www.culture.gouv.fr www.culture.gouv.fr www.culture.gouv.fr Ministère de la Culture, base Mérimée - Notices sur les fermes et maisons anciennes
  25. www.culture.gouv.fr www.culture.gouv.fr Ministère de la Culture, base Mérimée - Notices sur l'église Saint-Étienne
  26. [4][5] [6]www.culture.gouv.fr www.culture.gouv.fr www.culture.gouv.fr Ministère de la Culture, base Palissy - Notices sur le mobilier de l'église Saint-Étienne
  27. Ministère de la Culture, base Palissy - Notice sur les verrières de l'église Saint-Étienne
  28. Ministère de la Culture, base Palissy - Notice sur le tableau de l'église Saint-Étienne
  29. www.culture.gouv.fr www.culture.gouv.fr Ministère de la Culture, base Palissy - Notices sur les statues de l'église Saint-Étienne
  30. [7][8][9] [10]www.culture.gouv.fr www.culture.gouv.fr www.culture.gouv.fr www.culture.gouv.fr Ministère de la Culture, base Palissy - Notices sur les objets référencés de l'église Saint-Étienne

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :