Lons

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Lons
Lons
Mairie.
Blason de Lons
Blason
Lons
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Arrondissement Pau
Intercommunalité Communauté d'agglomération Pau Béarn Pyrénées
Maire
Mandat
Nicolas Patriarche
2020-2026
Code postal 64140
Code commune 64348
Démographie
Gentilé Lonsois
Population
municipale
13 707 hab. (2019 en augmentation de 13,22 % par rapport à 2013)
Densité 1 189 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 18′ 57″ nord, 0° 24′ 34″ ouest
Altitude Min. 158 m
Max. 207 m
Superficie 11,53 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Pau
(banlieue)
Aire d'attraction Pau
(commune du pôle principal)
Élections
Départementales Canton de Lescar, Gave et Terres du Pont-Long
(bureau centralisateur)
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Lons
Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques
Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Lons
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lons
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lons
Liens
Site web http://www.mairie-lons.fr/

Lons (prononcer [lɔ̃s]; en béarnais Lons ou Louns) est une commune française située dans le département des Pyrénées-Atlantiques, en région Nouvelle-Aquitaine.

Le gentilé est Lonsois[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Lons se trouve dans le département des Pyrénées-Atlantiques, en région Nouvelle-Aquitaine[2].

Elle se situe à 5,5 km par la route[Note 1] de Pau[3], préfecture du département. La commune fait en outre partie du bassin de vie de Pau[2].

Les communes les plus proches[Note 2] sont[4] : Billère (1,8 km), Laroin (2,8 km), Lescar (2,8 km), Jurançon (3,6 km), Pau (3,7 km), Gelos (4,8 km), Artiguelouve (5,2 km), Bizanos (5,7 km).

Sur le plan historique et culturel, Lons fait partie de la province du Béarn, qui fut également un État et qui présente une unité historique et culturelle à laquelle s’oppose une diversité frappante de paysages au relief tourmenté[5].

Communes limitrophes de Lons[6]
Serres-Castet Montardon
Lescar Lons Pau
Laroin Jurançon
(par un quadripoint)
Billère

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Les terres de la commune sont arrosées[7] par le gave de Pau et par ses affluents, les ruisseaux la Herrère, le Mohedan et l'Ousse des Bois, elle-même rejointe sur la commune par le canal du Moulin et son tributaire, le ruisseau le Lau (alimenté par le ruisseau Lescoure).

Des affluents du Luy de Béarn, l'Aïgue Longue[8] (alimenté par le ruisseau le Lata sur la commune) et l'Uzan, coulent également sur le territoire de Lons.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique altéré », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[9]. En 2020, la commune ressort du même type de climat dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique et les climats de montagne et semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[10].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 3]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[9]

  • Moyenne annuelle de température : 13 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 1,5 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 6,3 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 4] : 14 °C
  • Cumuls annuels de précipitation : 1 265 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 11,7 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 8,5 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[12] complétée par des études régionales[13] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Pau-Uzein », sur la commune d'Uzein, mise en service en 1921[14] et qui se trouve à 10 km à vol d'oiseau[15],[Note 5], où la température moyenne annuelle évolue de 13,2 °C pour la période 1971-2000[16], à 13,4 °C pour 1981-2010[17], puis à 13,8 °C pour 1991-2020[18].

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Réseau Natura 2000[modifier | modifier le code]

Le réseau Natura 2000 est un réseau écologique européen de sites naturels d'intérêt écologique élaboré à partir des Directives « Habitats » et « Oiseaux », constitué de zones spéciales de conservation (ZSC) et de zones de protection spéciale (ZPS)[Note 6]. Un site Natura 2000 a été défini sur la commune au titre de la « directive Habitats »[20],[Carte 1] :

  • le « gave de Pau », d'une superficie de 8 194 ha, un vaste réseau hydrographique avec un système de saligues[Note 7] encore vivace[21] et une au titre de la « directive Oiseaux »[20],[Carte 2] :
  • le « barrage d'Artix et saligue du gave de Pau », d'une superficie de 3 360 ha, une vaste zone allongée bordant les saligues du gave[Note 8], et incluant des terres agricoles et urbaines en amont d'un barrage[22].

Zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique[modifier | modifier le code]

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire. Une ZNIEFF de type 1[Note 9] est recensée sur la commune[23],[Carte 3] : le « lac d'Artix et les saligues aval du gave de pau » (779,72 ha), couvrant 12 communes du département[24] et une ZNIEFF de type 2[Note 10],[23],[Carte 4] : le « réseau hydrographique du gave de Pau et ses annexes hydrauliques » (3 000,84 ha), couvrant 71 communes dont 10 dans les Landes, 59 dans les Pyrénées-Atlantiques et 2 dans les Hautes-Pyrénées[25].

Autres milieux naturels[modifier | modifier le code]

Espace James Chambaud.

Lons est fréquemment qualifiée de « ville verte ». En effet, avec environ 80 hectares d'espaces verts, la commune de Lons propose un cadre de vie naturel verdoyant, arboré et boisé.

Le Lanot du Castet (La petite lande du château) est un espace naturel et agricole situé en grande partie sur la commune de Lons. D’une superficie de plus de 50 hectares d’un seul tenant, ce poumon vert se situe entre le quartier du Tonkin, le chemin des vignes et la voie Nord-Sud. Lieu prisé des Lonsois, il se compose de bois de feuillus, de prairies fleuries, de champs avec talus et fossés, d’une petite rivière, de coteaux et d’une saulaie sauvage. C’est un corridor écologique à la faune et à la flore remarquables, ainsi qu'une liaison douce entre les communes de Lescar, Billère et Lons.

La ville de Lons propose des chemins de promenade (guide du « Par-ci Par-Lons »).

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Lons est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 11],[26],[27],[28]. Elle appartient à l'unité urbaine de Pau, une agglomération intra-départementale regroupant 55 communes[29] et 200 666 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[30],[31].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Pau, dont elle est une commune du pôle principal[Note 12]. Cette aire, qui regroupe 228 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[32],[33].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires artificialisés (79,1 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (59,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones urbanisées (50,3 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (24,4 %), terres arables (10,6 %), forêts (7 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (4,4 %), zones agricoles hétérogènes (2,9 %), eaux continentales[Note 13] (0,4 %)[34].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 5].

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

  • Le Bourg ;
  • Le Mail, quartier commercial comprenant un hypermarché, des commerces et des hôtels ;
  • Le Perlic, ZAC créée à partir de 1975 ;
  • Le Pesqué Lourd ;
  • Pont-Long ;
  • Le Tonkin ;
  • La Zone (zone industrielle).

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par les routes nationales 117 et 417.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Lons apparaît sous les formes Lod et Sanctus-Petrus de Alod (respectivement XIe siècle[35] et 1101[35], cartulaire de Lescar[36]), Laoos, Loth et Los (respectivement 1170[35] et XIIe siècle[35] pour les deux dernières formes, cartulaire de Sauvelade[37]), Léos (1385[35], censier de Béarn[38]), Loos et Leoos (respectivement 1540[35] et 1546[35], réformation de Béarn[39]).

Son nom béarnais est Lons[40] ou Louns[41].

Histoire[modifier | modifier le code]

Paul Raymond[35] note qu'en 1385, Lons comptait trente-et-un feux et dépendait du bailliage de Pau. La baronnie de Lons devint un marquisat en 1648 qui englobait Abitain, Anoye, Baleix, Castillon, Juillacq, le Leu (hameau d'Oraàs), Lion, Lons, Maspie, Oraàs, Peyrède (fief d'Oraàs), Sauvagnon et Viellepinte.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Lons Blason
D’argent au pin arraché de sinople fruité du champ adextré d’un étoile d’azur et senestré d’une ourse (pièces de monnaie trouée) de gueules.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
1944 mars 1959 Sylvain Toulet    
mars 1959 mars 1971 Henri Perrot    
mars 1971 mars 1983 Maurice Baudrit    
mars 1983 mars 2014 James Chambaud RPR puis UMP Médecin gastro-entérologue
mars 2014
(réélu en mai 2020[42])
En cours Nicolas Patriarche UMP-LR Chef d'entreprise
Conseiller départemental du canton de Lescar, Gave et Terres du Pont-Long (2015 → )
4e vice-président de la CA Pau Béarn Pyrénées (2017 → )

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La ville de Lons fait partie de sept structures intercommunales[43] :

  • l’agence publique de gestion locale ;
  • la communauté d'agglomération de Pau Béarn Pyrénées ;
  • le SIVU pour le service de soins infirmiers à domicile pour personnes âgées du canton de Lescar ;
  • le SIVU pour le stationnement des gens du voyage Lons - Billère ;
  • le syndicat AEP de la région de Jurançon ;
  • le syndicat d’énergie des Pyrénées-Atlantiques ;
  • le syndicat intercommunal de défense contre les inondations du gave de Pau.

Lons accueille le siège du SIVU pour le stationnement des gens du voyage Lons - Billère.

Historique des logos[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Drapeau de l'Espagne Santoña (Espagne) depuis 1998[44].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[45],[Note 14]

En 2019, la commune comptait 13 707 habitants[Note 15], en augmentation de 13,22 % par rapport à 2013 (Pyrénées-Atlantiques : +2,8 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
778805799887910912891915936
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
962885873902905922907881945
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
9469901 0608961 0031 2601 3781 4902 446
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
2 3212 9803 3656 7179 25411 15411 79912 30412 913
2019 - - - - - - - -
13 707--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[46] puis Insee à partir de 2006[47].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lons fait partie de l'aire urbaine de Pau.

Avec aujourd'hui plus de 12 000 habitants, la Ville de Lons a réussi le pari de devenir une commune pleinement urbaine tout en préservant son cachet et son environnement naturel originel : subtil équilibre entre infrastructures et espaces verts, entre services variés à la population et aménagements de zones d'activités, entre habitat traditionnel et habitat contemporain, Lons est aujourd'hui une commune attractive.

Économie et industrie[modifier | modifier le code]

La commune fait partiellement partie de la zone d'appellation fromagère de l'ossau-iraty.

Elle héberge plusieurs ateliers et usines, dont une usine Candia pour les lais aromatisés.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Église Saint-Julien.

L'église Saint-Jean-Baptiste[48] date de 1846 alors que l'église Saint-Julien[49] a été construite en 1936. On lui reconnaît des influences Art déco. L'église Saint-Julien est inscrite au titre des monuments historiques depuis . Les services de l'État ont en effet reconnu l'église lonsoise comme « ayant un intérêt d'art et d'histoire suffisant pour rendre désirable » sa conservation. La Commission Régionale du patrimoine et des sites avait justifié sa demande d'inscription en raison de la qualité du décor intérieur de l'église St-Julien.

L'Espace James Chambaud, équipement culturel communal[modifier | modifier le code]

Équipement communal à vocation communautaire, l'Espace James-Chambaud est composé de trois entités, une salle de spectacle d'une jauge modulable de 300 à 750 places, d'une école de musique municipale de 300 élèves et du service culturel de la mairie de Lons. Une saison culturelle pluridisciplinaire et accessible à tous est proposé par l'Espace James-Chambaud. Ce dernier a ouvert ses portes le , pour un week-end inaugural avec un concert du chanteur Cali. Ils se sont produits à l'Espace James Chambaud : Cali, Faada Freddy, Arno, Rosemary Standley...

Médiathèque de Lons.

Médiathèque[modifier | modifier le code]

Ouverte en 2008, la médiathèque de Lons a intégré le réseau de lecture publique de la Communauté d'agglomération Pau-Pyrénées le . La médiathèque de Lons offre un choix de plus de 50 000 documents : livres, CD, DVD, un coin presse ainsi qu'un accès à de nombreuses ressources électroniques : catalogue en ligne, encyclopédies en ligne, bibliothèque numérique et plus largement Internet.

Équipements[modifier | modifier le code]

Éducation

La commune dispose de trois écoles maternelles (école Lartigue, Perlic Sud, Sylvain-Toulet), trois écoles primaires (école Lartigue, Perlic Nord et Henri-Perrot), ainsi que d'une école municipale de musique et d'une école municipale de théâtre. Après la réhabilitation de l'école Perlic Sud en 2016, le groupe scolaire Perlic Nord sera démoli puis reconstruit, pour une ouverture à la rentrée 2018, afin de créer une nouvelle école adaptée aux usages pédagogiques actuels et prendre en compte la croissance démographique du nord de la commune.

Sports et équipements sportifs

La Commune de Lons dispose de nombreuses installations sportives, dont certaines, comme la piscine Aqualons, constituent des références à l'échelle de l'agglomération paloise. Au-delà des équipements, le Service Municipal des Sports et les associations proposent une large palette d'activités sportives. Les équipements sportifs sont principalement répartis sur trois secteurs géographiques : le Bourg, la Plaine des Sports, le Perlic. L'ensemble des installations sportives de la commune est entretenu et géré par les services municipaux et notamment par le Service des Sports qui organise leur utilisation.

La piscine Aqualons[modifier | modifier le code]

Ouverte en 1992, dans un cadre verdoyant, Aqualons est un lieu qui allie natation (650 m2 de plan d'eau, 8 lignes d'eau), bien-être (bain bouillonnant, hammam, douche déferlante, nage à contre-courant, pataugeoire...), sensations (toboggan de 45 m...) et musculation (espace de remise en forme). L'association Barracudas, basée à Aqualons, forte de plus de 600 adhérents, propose également des activités telles que la natation sportive, l'aquagym...

Complexe sportif du Moulin[modifier | modifier le code]

Le complexe sportif du Moulin est situé au centre de la commune (mail de Coubertin) et dispose de : une salle omnisport, une salle des arts martiaux, un trinquet, deux squashs, un mur d'escalade, un terrain d'honneur (utilisé par le Football Club de Lons) et le terrain du Moulin.

Plaine des Sports de Lons.

Plaine des Sports de Lons[modifier | modifier le code]

La Plaine des Sports est un lieu fédérateur de la commune, située au centre de la ville, elle propose de nombreuses activités sportives en plein air dans un cadre verdoyant et arboré. Elle est souvent qualifiée de « vitrine de la ville » car elle représente à elle seule la « ville verte » qu'est Lons. Elle dispose de d'un terrain de football à 7, deux terrains stabilisés de football, des terrains de mini-basket et de handball, un parcours course d'orientation, d'un parcours C.R.A.P.A. (avec un parcours de santé), d'un parcours d'équitation, d'un boulodrome, d'un Roller / Skate Park, d'un City Stade, d'un fronton, d'un terrain de Beach-volley et d'une aire de Fitness

Salle Jean-René Bellocq (Complexe Sportif Georges Martin).

Complexe sportif Georges Martin[modifier | modifier le code]

Le complexe sportif Georges Martin est situé dans le bourg de Lons (bas de ville) et dispose de : une salle omnisports « Jean-René Bellocq » (surnommée la salle penchée), deux terrains de tennis couverts (résine dure), 3 terrains de tennis non couverts (1 synthétique, 1 enrobé, 1 résine dure), une salle polyvalente « Gérard Forgues », terrains d'honneur de rugby, terrain d'entraînement de rugby, terrain « baby » de rugby, terrain mini-poussins de rugby et un terrain réservé au rugby féminin.

Le Lons rugby féminin, anciennement RC Lons jusqu'en 2015, est un club de rugby à XV féminin participant au championnat de France de rugby à XV féminin.

Stade du Perlic[modifier | modifier le code]

Il dispose d'un terrain de Football et de deux terrains de tennis non couverts en libre accès.

Mini-golf[modifier | modifier le code]

Installé dans un sous bois, le mini-golf du Moulin propose 18 pistes.

Transports urbains[modifier | modifier le code]

Lons est desservie par le réseau de bus Idelis :

  • Ligne T2 Lons — Perlic Sud ↔ Pau — Stades du Hameau
  • Ligne T4 Lons — Perlic / Billère — J. Gois ↔ Pau — Cité Multimédia
  • Ligne 7 Lescar — Soleil ↔ Bizanos — Beau Soleil / Artigueloutan — Salle des Fêtes
  • Ligne 8 Poey-de-Lescar — Z.A. D817 / Lescar — Collège S. Palay ↔ Idron — Mairie
  • Ligne 12 Lescar — Quartier Libre ↔ Pau — Porte des Pyrénées
  • Ligne 13 Lescar — Soleil ↔ Pau — EFS
  • Ligne E Lons — Perlic Sud ↔ Pau — Pôle Bosquet

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Nées au XXe siècle[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Les distances sont mesurées entre chefs-lieux de communes par la voie routière et évaluées à l'aide d'un calculateur d'itinéraires.
  2. Les distances sont mesurées entre chefs-lieux de communes à vol d'oiseau.
  3. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[11].
  4. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  5. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  6. Dans les sites Natura 2000, les États membres s'engagent à maintenir dans un état de conservation favorable les types d'habitats et d'espèces concernés, par le biais de mesures réglementaires, administratives ou contractuelles[19].
  7. La saligue est un mot patois (langage local) qui désigne la végétation typique qui habille toutes les zones marécageuses du gave de Pau.
  8. La saligue est un mot patois (langage local) qui désigne la végétation typique qui habille toutes les zones marécageuses du gave de Pau.
  9. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  10. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  11. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  12. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  13. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  14. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  15. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  • Cartes
  1. « Sites Natura 2000 de types sites d'intérêt communautaire (SIC) (Directive Habitats) de la commune de Lons », sur www.geoportail.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Sites Natura 2000 de types zones de protection spéciale (ZPS) (Directive Oiseaux) », sur www.geoportail.gouv.fr (consulté le ).
  3. « ZNIEFF de type I sur la commune de Lons », sur www.geoportail.gouv.fr (consulté le ).
  4. « ZNIEFF de type II sur la commune de Lons », sur www.geoportail.gouv.fr (consulté le ).
  5. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gentilé sur habitants.fr
  2. a et b « Métadonnées de la commune de Lons », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  3. Stephan Georg, « Distance entre Lons et Pau », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  4. « Communes les plus proches de Lons », sur www.villorama.com (consulté le ).
  5. Frédéric Zégierman, Le guide des pays de France - Sud, Paris, Fayard, (ISBN 2-213-59961-0), p. 30.
  6. Carte IGN sous Géoportail
  7. Notice du Sandre sur Lons, consultée le 22 février 2009
  8. Noté Aygue Longue par le Sandre
  9. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le ).
  10. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le ).
  11. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  12. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  13. [PDF]« Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (oracle) Nouvelle-Aquitaine », sur nouvelle-aquitaine.chambres-agriculture.fr, (consulté le ).
  14. « Station météofrance Pau-Uzein - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  15. « Orthodromie entre Lons et Uzein », sur fr.distance.to (consulté le ).
  16. « Station météorologique de Pau-Uzein - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le ).
  17. « Station météorologique de Pau-Uzein - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le ).
  18. « Station météorologique de Pau-Uzein - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le ).
  19. Réseau européen Natura 2000, Ministère de la transition écologique et solidaire
  20. a et b « Liste des zones Natura 2000 de la commune de Lons », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  21. « site Natura 2000 FR7200781 - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  22. « site Natura 2000 FR7212010 - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  23. a et b « Liste des ZNIEFF de la commune de Lons », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  24. « ZNIEFF le « lac d'Artix et les saligues aval du gave de pau » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  25. « ZNIEFF le « réseau hydrographique du gave de Pau et ses annexes hydrauliques » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  26. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  27. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  28. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  29. « Unité urbaine 2020 de Pau », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  30. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  31. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  32. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Pau », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  33. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  34. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  35. a b c d e f g et h Paul Raymond, Dictionnaire topographique Béarn-Pays basque
  36. Cartulaire de l'évêché de Lescar, publié dans les preuves de l'Histoire de Béarn de Pierre de Marca
  37. Cartulaire de l'abbaye Notre-Dame de Sauvelade, publié par extraits dans les preuves de l'Histoire de Béarn de Pierre de Marca
  38. Censier de Béarn, Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques, manuscrit de 1385.
  39. Réformation de Béarn, Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques, coll. « manuscrits du XVIe au XVIIIe siècle ».
  40. Ostau Bearnes, « Toponymie des communes béarnaises selon la graphie classique » [PDF] (consulté le ).
  41. Institut béarnais et gascon, « Toponymie des communes béarnaises selon la graphie moderne » [PDF] (consulté le ).
  42. Sophie Kalisz, « Second mandat pour Nicolas Patriarche », Sud Ouest édition Dordogne/Lot-et-Garonne, , p. 30.
  43. Cellule informatique préfecture 64, « Base communale des Pyrénées-Atlantiques - Intercommunalité » (consulté le ).
  44. Annuaire des villes jumelées
  45. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  46. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  47. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  48. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur l'église Saint-Jean-Baptiste
  49. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur l'église Saint-Julien

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :