Ozenx-Montestrucq

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Montestrucq (homonymie).

Ozenx-Montestrucq
Ozenx-Montestrucq
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Arrondissement Pau
Canton Le Cœur de Béarn
Intercommunalité Communauté de communes de Lacq-Orthez
Maire
Mandat
Hélène Marteuilh
2014-2020
Code postal 64300
Code commune 64440
Démographie
Population
municipale
382 hab. (2016 en augmentation de 2,14 % par rapport à 2011)
Densité 23 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 26′ 34″ nord, 0° 47′ 43″ ouest
Altitude Min. 69 m
Max. 188 m
Superficie 16,34 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte administrative des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Ozenx-Montestrucq

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Ozenx-Montestrucq

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ozenx-Montestrucq

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ozenx-Montestrucq

Ozenx-Montestrucq (en béarnais Aussencs-Montestruc ou Ausséncs-Mountestruc) est une commune française, située dans le département des Pyrénées-Atlantiques en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Ozenx-Montestrucq est une commune du Béarn, située au sud d'Orthez.

Accès[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par les routes départementales 23 et 265.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Ozenx-Montestrucq est traversée[1] par un affluent du gave d'Oloron, le Saleys, lui-même rejoint sur la commune par l'Arriougrand, et par un tributaire du Laà à Sainte-Suzanne, le ruisseau l'Ozenx.

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

  • Anglade ;
  • Montestrucq : le Nord ; le Bourg ; Lasserrade ; les Marges ;
  • Ozenx : l'Église, Cap de Coste, Haut d'Ozenx.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes d’Ozenx-Montestrucq[2]
Lanneplaà Orthez Laà-Mondrans
L'Hôpital-d'Orion Ozenx-Montestrucq Loubieng
Orion Orriule Castetbon

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Ozenx apparaît sous les formes Osenx (XIIe siècle[3], cartulaire de Sorde[4]), Osencs (1282[3], cartulaire d'Orthez[5]), Ossenx (1385[3], censier de Béarn[6]), Ozencxs (1476[3], notaires de Castetner[7]), Ozenxs, Osencxs et Oussenxs (respectivement 1536[3], 1556[3] et 1568[3], réformation de Béarn[8]) et Ossenxs (1568[3], titres de Larbaig).

L'hydronyme ruisseau d'Ozenx apparaît en 1538[3] sous la forme arriu d'Osencxs (1538, réformation de Béarn[8]).

Le toponyme Montestrucq apparaît sous les formes Montastruc (1385[3], censier de Béarn[6]), Montatrucq (1793[9] ou an II) et Montestruc (1801[9], Bulletin des lois).

Anglade est mentionné dans le dictionnaire topographique Béarn-Pays basque en 1863[3].

Le nom béarnais de la commune est Aussencs-Montestruc[10] ou Ausséncs-Mountestruc[11].

Histoire[modifier | modifier le code]

Paul Raymond[3] note que la commune d'Ozenx comptait une abbaye laïque, vassale de la vicomté de Béarn.
En 1385, Ozenx comptait tout comme Montestrucq 45 feux et les deux communes dépendaient du bailliage de Larbaig. Au XVIe siècle, Montestrucq fut le chef-lieu d'un bailliage comprenant, outre la commune, l'Hôpital-d'Orion.

Ozenx et Montestrucq se sont réunies le , suite à la loi Marcellin (qui engendrera 38 fusions de communes dans le département des Pyrénées-Atlantiques[12]).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires d'Ozenx-Montestrucq
Période Identité Étiquette Qualité
1995 2001 Joseph Sarthou    
2001 2007 Francis Lalanne    
2007 2008 Joseph Sarthou    
2008 2014 Joseph Sarthou    
2014 En cours Hélène Marteuilh    
Les données manquantes sont à compléter.

Rattachée au canton de Lagor jusqu'en 2015, la commune fait partie désormais du canton du Cœur de Béarn.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Ozenx-Montestrucq fait partie de cinq structures intercommunales[13] :

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[15].

En 2016, la commune comptait 382 habitants[Note 1], en augmentation de 2,14 % par rapport à 2011 (Pyrénées-Atlantiques : +2,65 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
362336336373387389376383352
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
333354362322318328311285297
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
283268286236247238225211200
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
224204363374376370354351385
2016 - - - - - - - -
382--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

L'activité agricole y est dominante.

La commune fait partie de la zone d'appellation du fromage Ossau-Iraty.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

A Ozenx, la maison La Sale remaniée au 19e siècle est la maison d'abbadie de l'abbaye laïque[18], une tour carrée coiffée d'une toiture à l'impériale en zinc y est adossée[19]. L'homme politique Léon Bérard y a séjourné.

La maison Godelimac abritait une source renommée au 19e siècle, aux vertus thérapeutiques contre l'eczéma[20].

Une usine à chaux a fonctionné au début du XXe siècle à Montestrucq. On peut en voir les vestiges, deux tours, au chemin dit de Coyla.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Pierre[21], à Ozenx, fut construite entre 1888 et 1905 en remplacement d'une église trop ancienne. Le maître verrier toulousain Louis-Victor Gesta, bien connu dans la région et au-delà, l'a équipé de vitraux en 1900. Trois de ces fenêtres embellissent le chœur. Deux personnages religieux sont représentés sur de longues et étroites fenêtres, tandis qu'un oculus au milieu projette un rayon de lumière sur le crucifix au-dessus du tabernacle[22]. Le long bâtiment à nef et le clocher au-dessus du porche d'entrée recouvert d'ardoise sont des éléments architecturaux typiques de la région[22].

L'église Saint-Jean Baptiste, à Montestrucq, a été restaurée entre 1945 et 1950. L'élément marquant de l'église est son clocher-porche massif recouvert d'ardoise, avec deux entrées cintrées. Typique de certaines églises de la plaine de Navarrenx, il est équipé de deux contreforts solides. Des traces d’anciennes ouvertures et de meurtrières suggèrent que le clocher est un vestige de l’ancienne place forte de Montestrucq. Autrefois l'emplacement surélevé était certainement entouré de murs et de fossés. Le reste du bâtiment est recouvert de tuiles canal. L'intérieur de l'église abrite des fonds baptismaux en marbre avec un couvercle en cuivre, un bénitier en forme de coquillage, un chemin de croix en plaques de plâtre polychrome[23] et trois vitraux.

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Le bourg de Montestrucq culmine à 180 mètres d'altitude et offre de beaux points de vue sur les côteaux environnants et au-delà sur la chaîne des Pyrénées.

De nombreux bois existent dans les deux villages traversés par le Saleys et autres ruisseaux. Ils accueillent des réserves de chasse. On y trouve quelques palombières au milieu des arbres.

Équipements[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'une école primaire, située dans le bourg de Montestrucq. Elle fait partie d'un regroupement pédagogique avec les écoles de Làa-Mondrans et Loubieng, dit des Quatre moulins.

Un fronton de pelote basque a été réhabilité dans le cadre du réaménagement du bourg. Un terrain de pétanque, une aire de pique-nique y ont été créés.

Une mairie ainsi qu'une salle communale existent dans chacun des villages.

Un château d'eau a été construit dans le bourg de Montestrucq en 1967.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Notice du Sandre sur Ozenx-Montestrucq, consultée le 10/12/08
  2. Carte IGN sous Géoportail
  3. a b c d e f g h i j k et l Paul Raymond, Dictionnaire topographique Béarn-Pays basque
  4. Cartulaire de l'abbaye Saint-Jean de Sorde, publié par extraits dans les preuves de l'Histoire de Béarn de Pierre de Marca
  5. Cartulaire d'Orthez, dit Martinet, manuscrit du XIVe siècle au XVIIe siècle - Archives de la mairie d'Orthez
  6. a et b Censier de Béarn, Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques, manuscrit de 1385.
  7. Notaires de Castetner - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  8. a et b Réformation de Béarn, Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques, coll. « manuscrits du XVIe au XVIIIe siècle ».
  9. a et b Fiche de Montestrucq sur le site du projet Cassini de l'EHESS
  10. Ostau Bearnes, « Toponymie des communes béarnaises selon la graphie classique » [PDF] (consulté le 26 janvier 2019).
  11. Institut béarnais et gascon, « Toponymie des communes béarnaises selon la graphie moderne » [PDF] (consulté le 26 janvier 2019).
  12. « Historique des communes | Insee », sur www.insee.fr (consulté le 22 août 2018)
  13. Cellule informatique préfecture 64, « Base communale des Pyrénées-Atlantiques - Intercommunalité » (consulté le 18 juin 2014)
  14. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  18. « Abbaye laïque d'Ozenx-Montestrucq - Visites en Aquitaine », sur web.archive.org, (consulté le 11 mai 2019)
  19. « Tour de l'abbaye laïque d'Ozenx-Montestrucq - Visites en Aquitaine », sur web.archive.org, (consulté le 11 mai 2019)
  20. « Ozenx-Montestrucq - Visites en Aquitaine », sur web.archive.org, (consulté le 11 mai 2019)
  21. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur l'église Saint-Pierre
  22. a et b « Vitraux de l'église Saint-Pierre d'Ozenx - Visites en Aquitaine », sur web.archive.org, (consulté le 11 mai 2019)
  23. « Église Saint-Jean - Visites en Aquitaine », sur web.archive.org, (consulté le 11 mai 2019)

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]