Alet-les-Bains

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Alet-les-Bains
Alet-les-Bains
Blason de Alet-les-Bains
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Aude
Arrondissement Limoux
Intercommunalité Communauté de communes du Limouxin
Maire
Mandat
Ghislaine Tafforeau
2020-2026
Code postal 11580
Code commune 11008
Démographie
Gentilé Aletois
Population
municipale
386 hab. (2019 en diminution de 13,06 % par rapport à 2013)
Densité 16 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 59′ 51″ nord, 2° 15′ 25″ est
Altitude Min. 180 m
Max. 720 m
Superficie 23,54 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Limoux
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de la Région-Limouxine
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Occitanie
Voir sur la carte administrative de Occitanie
City locator 14.svg
Alet-les-Bains
Géolocalisation sur la carte : Aude
Voir sur la carte topographique de l'Aude
City locator 14.svg
Alet-les-Bains
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Alet-les-Bains
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Alet-les-Bains
Liens
Site web http://communes-du-limouxin.fr/alet

Alet-les-Bains [alɛt le bɛ̃] Écouter est une commune française, située dans le département de l'Aude en région Occitanie. Précédemment incluse dans la communauté de communes du Pays de Couiza, la commune a rejoint au la communauté de communes du Limouxin et du Saint-Hilairois. Alet-les-Bains est connue pour sa source d'eau minérale (l'eau d'Alet).

Sur le plan historique et culturel, la commune fait partie du Razès, un pays historiquement très étendu, qui ne se résume aujourd'hui qu'aux collines de la Malepère et au bas Razès au centre et au sud, limité par le pays de Sault. Exposée à un climat méditerranéen, elle est drainée par l'Aude, le ruisseau de Lavalette, le ruisseau de Véraza et par divers autres petits cours d'eau. La commune possède un patrimoine naturel remarquable : un site Natura 2000 (les « hautes Corbières ») et une zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique.

Alet-les-Bains est une commune rurale qui compte 386 habitants en 2019, après avoir connu un pic de population de 1 336 habitants en 1851. Elle fait partie de l'aire d'attraction de Limoux. Ses habitants sont appelés les Aletois ou Aletoises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Alet-les-Bains est une station thermale[Note 1], ses eaux sont réputées dans le traitement des troubles digestifs. Elle est située à neuf kilomètres au sud de Limoux et au nord de Quillan dans le département de l'Aude dans le grand Sud de la France, en plein cœur du Pays cathare, à une heure trois quarts de la mer et à une heure des stations de sports d'hiver.

Dans la vallée de l'Aude en amont de l'étroit d'Alet le bourg s'est développé dans une cuvette à 210 mètres d'altitude sur la rive droite du fleuve. Il fait partie de la région historique du Razès.

De chaque côté du fleuve et du village, les montagnes culminent à une altitude de 750 mètres.

Il bénéficie d'un accès SNCF par la gare d'Alet-les-Bains sur la ligne Carcassonne - Rivesaltes et est desservi par la route RD 118[Note 2], ancienne route nationale 118 qui remonte la vallée de l'Aude de Carcassonne à Axat; jusqu'aux années cette route traversait le bourg en franchissant l'Aude sur le pont étroit du XVIIe[Carte 1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Alet-les-Bains se situe en zone de sismicité 2 (sismicité faible)[2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est dans la région hydrographique « Côtiers méditerranéens »[3], au sein du bassin hydrographique Rhône-Méditerranée-Corse[4]. Elle est drainée par l'Aude, le ruisseau de Lavalette, le ruisseau de Véraza, le ruisseau de Castillou, le ruisseau de Granès, le ruisseau de Ruines et le ruisseau des Paissieux, constituant un réseau hydrographique de 21 km de longueur totale[5],[Carte 2].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat méditerranéen altéré », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[6]. En 2020, la commune est du type « climat méditerranéen » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Pour ce type de climat, les hivers sont doux et les étés chauds, avec un ensoleillement important et des vents violents fréquents[7].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[Note 3]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré suivant[6].

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000

  • Moyenne annuelle de température : 13,2 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 0,5 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 8,2 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 4] : 15,2 °C
  • Cumuls annuels de précipitation : 745 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 8,8 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 4,7 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[9] complétée par des études régionales[10] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Limoux », sur la commune de Limoux, mise en service en 1945[11] et qui se trouve à 7 km à vol d'oiseau[12],[Note 5], où la température moyenne annuelle est de 13,2 °C et la hauteur de précipitations de 647,7 mm pour la période 1981-2010[13]. Sur la station météorologique historique la plus proche, « Carcassonne », sur la commune de Carcassonne, mise en service en 1948 et à 25 km[14], la température moyenne annuelle évolue de 13,7 °C pour la période 1971-2000[15], à 14,1 °C pour 1981-2010[16], puis à 14,5 °C pour 1991-2020[17].

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Réseau Natura 2000[modifier | modifier le code]

Sites Natura 2000 sur le territoire communal.

Le réseau Natura 2000 est un réseau écologique européen de sites naturels d'intérêt écologique élaboré à partir des directives habitats et oiseaux, constitué de zones spéciales de conservation (ZSC) et de zones de protection spéciale (ZPS)[Note 6]. Un site Natura 2000 a été défini sur la commune au titre de la directive oiseaux : les « hautes Corbières »[19], d'une superficie de 28 398 ha, accueillant une avifaune riche et diversifiée : rapaces tels que les Busards, l'Aigle Royal, le Circaète Jean-le-Blanc, qui trouvent sur place des conditions favorables à la nidification et à leur alimentation du fait de l'importance des milieux ouverts[20].

Zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique[modifier | modifier le code]

Carte de la ZNIEFF de type 2 localisée sur la commune.

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire.

Une ZNIEFF de type 2[Note 7] est recensée sur la commune[21] : les « Corbières occidentales » (59 005 ha), couvrant 66 communes du département[22].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Alet-les-Bains est une commune rurale[Note 8],[23]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[I 1],[24].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Limoux, dont elle est une commune de la couronne[Note 9]. Cette aire, qui regroupe 39 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[I 2],[I 3].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (89,2 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (89,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (52,8 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (36,4 %), zones agricoles hétérogènes (6,2 %), cultures permanentes (3,3 %), zones urbanisées (1,2 %), terres arables (0,1 %)[25].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Ce nom, qu'elle partage avec l'ancienne cité d'Alet à Saint-Malo, a une étymologie discutée, un historien Raymond Lizop fait le rapprochement entre Rennes-le-Château l'ancienne capitale du comté de Razes et Alet-Les-Bains avec ces deux toponymes en Armorique[26] . Elle est citée sous le nom de Vicus Electus en [27] puis Eleit en , Alestum en , Alet en puis Electa en [28]. Cette racine latine[Note 10] évoquerait ses atouts : fertilité et source thermale. Louis Fédié dans son Le comté de Razes et le diocèse d'Alet en récuse cette étymologie en attribuant le nom d'Alektha à un oppidum gaulois transformé en Aletha à l'époque romaine[29].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'abbaye cathédrale[modifier | modifier le code]

Les origines de l'abbaye d'Alet sont inconnues, mais remontent a priori au VIIIe siècle[Note 11],[30],[31]. Elle est vraisemblablement fondée ou refondée[Note 12] par Berà, vicomte du Razès qui obtient de Rome une relique de la Croix. Au XIIe siècle elle est influente et attire bon nombre de pèlerins. Isolé dans son abbaye catholique en pays cathare, Pons Amiel, abbé de 1167 à 1197, fait fortifier la place, sage mais inutile prudence. L'enceinte de remparts, encore visible de nos jours, avec quatre portes est destinée à assurer la défense de l'abbaye et du bourg monastique, elle complète celle édifiée au VIIIe siècle. À la mort de l'abbé, le chapitre désigne pour lui succéder Bernard de Saint-Ferréol. Le cathare Bertrand de Saissac, tuteur du vicomte Raimond-Roger Trencavel (1185 † 1209), contrarié par ce choix, pénètre de force dans l'abbaye, non sans avoir tué quelques moines, fait jeter en prison le nouvel élu, puis exhume et place sur le siège abbatial la dépouille de Pons Amiel. C'est ainsi que sous la macabre présidence d'un cadavre, il fait élire l'abbé Boson, favorable aux Cathares[32]. Bérenger de Barcelone, archevêque de Narbonne, entérina ce choix contre une coquette somme d'argent. Boson ne fut chassé qu'en 1222, après avoir livré Alet au comte de Foix[33].

En 1318, l'abbaye est érigée en évêché, pour poursuivre la lutte contre le catharisme par démembrement de l'archidiocèse de Narbonne. Elle le reste jusqu'à la Révolution. Le diocèse comprend à l'origine 111 paroisses et s'étend jusqu'à Formiguères et Saint-Paul-de-Fenouillet[34]. Initialement l'évêque est élu par les moines bénédictins; en le chapitre est sécularisé. La ville prend le statut de ville royale mais l'évêque reste comte d'Alet.

Au XVIe siècle, sous l'épiscopat d'Antoine Dax les calvinistes, appelés Huguenots par leurs adversaires, incendient et ruinent le palais épiscopal et l'abbaye devenue la cathédrale sainte-Marie de l'évêché d'Alet.

La cathédrale n'est jamais relevée, c'est le réfectoire des moines qui est transformé en Cathédrale et les évêques commendataires résident au château de Cournanel quand ils visitent leur évêché. Au XVIIe siècle, Nicolas Pavillon, évêque d'Alet, disciple de saint Vincent de Paul, grand organisateur, défenseur et soutien des pauvres et qui osa même se dresser contre l'administration de Louis XIV, aurait pu trouver les moyens de restaurer les édifices endommagés mais n'a pas jugé bon de le faire, sans doute pour ne pas choquer les pauvres de son diocèse. Il fonde un séminaire et une institution des Dames Régentes, il favorise la reconstruction du pont qui enjambe l'Aude en 1662 et d'un système d'irrigation perfectionné. Sur sa demande il est inhumé sans épitaphe dans le cimetière paroissial[35].

Le 35e et dernier évêque d'Alet, Charles de La Cropte de Chanterac, ouvre la "Grand Route" Limoux-Quillan et fait construire une partie de l'évêché, rattachée au bâtiment le plus ancien qui date du XIIe siècle, actuellement conservé et aménagé. Par un escalier de pierre appartenant à la vieille abbaye, on accède au premier étage où l'on peut voir la belle et vaste salle synodale et la bibliothèque en trompe-l'œil d'époque. L'évêché et ses jardins de trois hectares occupent en grande partie l'emplacement de l'ancienne abbaye. le concordat de 1801 supprime le siège épiscopal d'Alet.

Lors de la séparation des biens de l'Église et de l'État, le palais épiscopal est acquis par le propre chirurgien du dernier évêque. Sa petite-fille, Élise Dellac, épouse Auguste Saunière, maire d'Alet durant 18 ans. Ce dernier est lui-même le petit-fils d'Étienne Larade, avocat, représentant la Haute-Vallée de l'Aude à l'Assemblée Nationale de 1789.

Leurs descendants conservent la propriété, l'entretiennent et l'occupent jusqu'au milieu du XXe siècle. La famille de l'actuel propriétaire de l'Hôtel de l'Évêché l'achète alors[Note 13].

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Le bourg monastique[modifier | modifier le code]

L'occupation du site à l'époque néolithique se traduit par plusieurs menhirs comme le menhir de Saint-Salvayre; un oppidum gaulois est supposé mais l'occupation romaine serait attestée par plusieurs éléments : maçonneries et constructions autour de la source thermale, cippe qui fait évoquer un culte à Cybèle dans le chœur de l'ancienne cathédrale[36], columbarium en dehors des remparts à une centaine de mètres de la porte Cadène[37], le Pont du diable réputé romain[38],[39]. Ces éléments en faveur de l'antiquité d'Alet-les-Bains ne s'appuient malheureusement sur aucun travail archéologique et sont promus au XIXe et au début du XXe siècle en liaison avec la relance du thermalisme[40].

Situé à l'écart des grandes voies de communications et en dehors des sites connus, aucun élément archéologique ou dans les textes n'est en faveur d'une agglomération avant l'installation du bourg monastique[41] autour de l'abbaye. Sa fondation répond à la politique carolingienne visant à consolider sur ce territoire nouvellement conquis son pouvoir politique, religieux, lutte contre les hérésies et économique par la mise en valeur des terres et le développement d'un réseau routier modifié par l'implantation de l'abbaye. Les abbés puis les évêques sont seigneurs d'Alet depuis la fondation de l'abbaye. Le développement est favorisé par les sources abondantes tant dans l'abbaye et le bourg que pour l'irrigation agricole. La qualité des reliques détenues par la cathédrale, relique de la Vraie Croix attribuée par le pape Léon III[42] attire des pèlerins (cette relique sera volée en 2016[43]) . Les concessions d'immunité de sauveté l'exemption de certaine taxes sont accordées à l'abbaye mais aussi au bourg et aux terres qui en dépendent[44]. Le bourg se développe non seulement avec ceux qui travaillent pour l'abbaye, construction, services mais aussi des artisans et des commerçants qui cherchent à profiter de ces conditions protectrices. Une population juive s'y implante, on en retrouve les marques par les signes gravés sur la maison dite de Nostradamus place de la république et le nom de la rue de la juiverie[45],[46]. Le bourg est strictement contenu et protégé par une enceinte fortifiée complète reconstruite en délimitant un espace clos de 5,5 ha. Ces limites restent inchangées jusqu'à la fin du XVIIIe siècle. L'évaluation du nombre d'habitants à l'époque médiévale tourne autour de 1000 habitants à son apogée au XIVe siècle[47]. Le représentant du seigneur ecclésiastique, abbé puis évêque est le viguier dont la maison est située sur la place principale devenue place de la république. À partir du XIIIe siècle des consuls représentent les laïcs.

Comme le reste de la région, malgré ses remparts, le bourg souffre de la croisade des albigeois en d'autant que sous la pression armée de Bertrand de Saissac l'abbaye et la majorité du bourg étaient devenus favorables aux cathares. En l'abbaye est refondée et ceux des habitants qui avaient fuis réintègrent le bourg. Certains biens, privilèges et revenus sont confisqués au profit de Simon de Montfort et de la couronne[48].

En la transformation de l'abbaye en Évêché ne change pas les droits et privilèges des bourgeois et l'évêque reste le seigneur d'Alet. Une Vierge à l'Enfant en ivoire dans le trésor de l'église Saint-André[49] est réputée avoir été offerte par François Ier pour remercier la ville de sa contribution au paiement de sa rançon après la défaite de la bataille de Pavie[27]. À deux reprises les huguenots en et attaquent et se rendent maîtres de la ville malgré le renforcement des remparts vers [50]. Les destructions touchent non seulement la cathédrale[Note 14], l'église paroissiale[Note 15] mais aussi les remparts et des maisons du bourg qui sont brulées et pillées[51]. Des boulets récupérés dans les murailles sont exposés dans le lapidaire sous le poche de l'église[27].

Entre et Alet connait un déclin relatif avec l'émergence de Quillan et Limoux, la ville dans le périmètre de l'Aude passe de la 13e place à la 38e place[52].

Nicolas Pavillon évêque et comte d'Alet pendant 40 ans de et est très actif et il est crédité des nombreux travaux réalisés à cette époque : reconstruction du pont sur l'Aude[53], amélioration du réseau d'irrigation et de la captation de la source principale, fondation d'un Hôtel-Dieu au cœur du bourg et sur le plan plus religieux la restauration de l'église paroissiale, la fondation d'un Séminaire et de l'institution des régentes chargées de l'instruction des jeunes filles[54],[55]. Sa tombe est dans le cimetière de bourg, sans épitaphe selon son désir, et l'artère principale comme le pont portent son nom.

Au XIXe siècle la ville sort de son enceinte avec le développement du thermalisme et des résidences de villégiature.

Sources et ville thermale[modifier | modifier le code]

Guide pratique du baigneur, l'Aude, ruines d'Alet, gorges de l'Aude, Rennes-les-bains

Si les romains connaissent probablement les sources thermales, il n'y a pas de mention connue ni de preuve archéologique d'établissement thermal avant le XIXe siècle. Dès les sources thermales sont exploitées. Deux établissements de bains sont construits : l'établissement du Parc au sud de la ville, autour de lui se développent des maisons de villégiatures, le deuxième l'établissement municipal au nord de la ville autour duquel se développe l'exploitation de la source et son embouteillage à partir de date d'agrément par le ministère de la santé. Les capacités d'accueil atteignent 400 lits sans compter les 42 chambres de l'établissement thermal en avec la possibilité de 3 000 bains par jour. Un casino est ouvert dès les années et le chemin de fer permet d'amener curistes et touristes à partir de avec quatre allers et retours par jour[56]. La fin du XIXe et le début du XXe siècle correspondent à la période la plus prospère de la ville avec deux médecins, une pharmacie, plusieurs cafés au service d'une population de 1 500 habitants, des touristes et des curistes[57].

En après la fermeture de l'usine d'embouteillage en et de l'établissement thermal peu de temps après, il est possible de se baigner dans l'eau thermale de la piscine municipale qui date des années et de boire l'eau de la source qui coule librement au lavoir bien qu'elle ne soit pas déclarée potable en l'absence de travaux sur le point de captage[58].

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune d'Alet-les-Bains est membre de la communauté de communes du Limouxin[I 4], un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé le dont le siège est à Limoux. Ce dernier est par ailleurs membre d'autres groupements intercommunaux[59].

Sur le plan administratif, elle est rattachée à l'arrondissement de Limoux, au département de l'Aude, en tant que circonscription administrative de l'État, et à la région Occitanie[I 4].

Sur le plan électoral, elle dépend du canton de la Région-Limouxine pour l'élection des conseillers départementaux, depuis le redécoupage cantonal de 2014 entré en vigueur en 2015[I 4], et de la troisième circonscription de l'Aude pour les élections législatives, depuis le redécoupage électoral de 1986[60].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mi XVIIIe siècle. mi XVIIIe siècle Thomas Goulard    
XIXe siècle XIXe siècle Auguste Saunière    
avant 1981 ? Maurice Ferrières DVG  
mars 2001 2014 Jean-Denis Alandry    
2014 En cours Ghislaine Tafforeau[61]    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[62]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[63].

En 2019, la commune comptait 386 habitants[Note 16], en diminution de 13,06 % par rapport à 2013 (Aude : +2,52 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
9488649501 1391 1191 2181 3201 2981 336
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 2511 2101 1661 1211 266950984923828
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
819834786740759758651684695
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013
654590554543460464442435444
2018 2019 - - - - - - -
390386-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[64] puis Insee à partir de 2006[65].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus[modifier | modifier le code]

En 2018 (données Insee publiées en ), la commune compte 206 ménages fiscaux[Note 17], regroupant 372 personnes. La médiane du revenu disponible par unité de consommation est de 18 700 [I 5] (19 240  dans le département[I 6]).

Emploi[modifier | modifier le code]

Taux de chômage
Division 2008 2013 2018
Commune[I 7] 8,6 % 16,7 % 14,4 %
Département[I 8] 10,2 % 12,8 % 12,6 %
France entière[I 9] 8,3 % 10 % 10 %

En 2018, la population âgée de 15 à 64 ans s'élève à 222 personnes, parmi lesquelles on compte 69,4 % d'actifs (55 % ayant un emploi et 14,4 % de chômeurs) et 30,6 % d'inactifs[Note 18],[I 7]. En 2018, le taux de chômage communal (au sens du recensement) des 15-64 ans est supérieur à celui de la France et du département, alors qu'il était inférieur à celui du département en 2008.

La commune fait partie de la couronne de l'aire d'attraction de Limoux, du fait qu'au moins 15 % des actifs travaillent dans le pôle[Carte 3],[I 10]. Elle compte 75 emplois en 2018, contre 105 en 2013 et 127 en 2008. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la commune est de 122, soit un indicateur de concentration d'emploi de 61,8 % et un taux d'activité parmi les 15 ans ou plus de 43,3 %[I 11].

Sur ces 122 actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi, 47 travaillent dans la commune, soit 39 % des habitants[I 12]. Pour se rendre au travail, 77,9 % des habitants utilisent un véhicule personnel ou de fonction à quatre roues, 1,6 % les transports en commun, 11,4 % s'y rendent en deux-roues, à vélo ou à pied et 9 % n'ont pas besoin de transport (travail au domicile)[I 13].

Activités hors agriculture[modifier | modifier le code]

Secteurs d'activités[modifier | modifier le code]

41 établissements[Note 19] sont implantés à Alet-les-Bains au . Le tableau ci-dessous en détaille le nombre par secteur d'activité et compare les ratios avec ceux du département[Note 20],[I 14].

Secteur d'activité Commune Département
Nombre % %
Ensemble 41
Industrie manufacturière,
industries extractives et autres
4 9,8 % (8,8 %)
Construction 5 12,2 % (14 %)
Commerce de gros et de détail,
transports, hébergement et restauration
9 22 % (32,3 %)
Information et communication 1 2,4 % (1,6 %)
Activités immobilières 2 4,9 % (5,2 %)
Activités spécialisées, scientifiques et techniques
et activités de services administratifs et de soutien
7 17,1 % (13,3 %)
Administration publique, enseignement,
santé humaine et action sociale
7 17,1 % (13,2 %)
Autres activités de services 6 14,6 % (8,8 %)

Le secteur du commerce de gros et de détail, des transports, de l'hébergement et de la restauration est prépondérant sur la commune puisqu'il représente 22 % du nombre total d'établissements de la commune (9 sur les 41 entreprises implantées à Alet-les-Bains), contre 32,3 % au niveau départemental[I 15].

Entreprises[modifier | modifier le code]

L'entreprise ayant son siège social sur le territoire communal qui génère le plus de chiffre d'affaires en 2020 est[66] :

  • Soc d'expansion touristique de la Haute Vallée de l'Aude - Sethva, organisation de jeux de hasard et d'argent (1 289 k€)

L’eau minérale d’Alet-les-Bains est l’une des plus anciennes exploitées de France : cela fait bientôt cent vingt ans qu’elle est embouteillée[67]. Récupérée grâce à un forage de trois cents mètres de profondeur, elle a un débit de 400 m3/h. C'est l'une des sources les plus productives de France. L'eau minérale d'Alet a des caractéristiques physico-chimiques propres à la source avec une quantité importante de bicarbonate (300 mg/l), de calcium (63 mg/l), de magnésium (23 mg/l) et de potassium (1,8 mg/l). Des projets de relance de l'activité d'embouteillages sont régulièrement étudiés à partir de 2013[68],[69].

Le thermalisme, réputé ancien, les éléments gallo-romains autour de la source[70] n'ont malheureusement pas été étudiés[71], débute en et ne s'est réellement développé qu'à partir du milieu du XIXe siècle [57].

Le village possède un casino appartenant au groupe Omnium. Ce village autrefois très vivant (hôtel, thermes, multiples boutiques et commerçants, navette permanente entre sa gare et le cœur de village...) ne compte plus en qu'une épicerie avec dépôt de pain, une buvette servant de gîte, trois maisons d'hôte et un hôtel installé dans l'ancien palais épiscopal et son parc[72]. Une piscine d'été permet d'apprécier les bains en eau minérale, traitée.

Des carrières de dolomie sont situées sur la commune, une mine de dolomite, aujourd'hui désaffectée, a été exploitée à partir de 1905.

Agriculture[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la petite région agricole dénommée « Région viticole »[73]. En 2010, l'orientation technico-économique de l'agriculture[Note 21] sur la commune est la polyculture et le polyélevage[74].

1988 2000 2010
Exploitations 13 9 11
Superficie agricole utilisée (ha) 806 569 647

Le nombre d'exploitations agricoles en activité et ayant leur siège dans la commune est passé de 13 lors du recensement agricole[Note 22] de 1988 à 9 en 2000 puis à 11 en 2010[74], soit une baisse de 15 % en 22 ans. Le même mouvement est observé à l'échelle du département qui a perdu pendant cette période 52 % de ses exploitations[76]. La surface agricole utilisée sur la commune a également diminué, passant de 806 ha en 1988 à 647 ha en 2010. Parallèlement la surface agricole utilisée moyenne par exploitation a baissé, passant de 62 à 59 ha[74].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Alet-les-Bains possède un patrimoine architectural et historique prestigieux, de nombreux éléments sont soit inscrits soit classés monuments historiques. Le tourisme est la principale ressource de la commune[77].

Intra-muros[modifier | modifier le code]

  • Abbaye du XIIe siècle devenue cathédrale au XIVe siècle avec les ruines majestueuses de l'ancienne cathédrale Sainte-Marie classée en [78],[79]. De l'ancienne abbaye, il reste outre l'abbatiale quelques éléments du couvent et en particulier la salle capitulaire du XIVe.
  • Palais épiscopal, vestiges, XIVe-XVIIIe siècle, et sa terrasse sur l'Aude transformé en hôtel[80],
  • Église Saint-André[81],[82] du XIXe siècle avec des chapelles et un portail de la fin du XIVe siècle et du XVe siècle. Les parties de murs décorés de fresques des XIVe et XVe siècle de la chapelle dite de Saint-Benoît ont été classées au titre des monuments historiques en 1910[83]. Elle abrite plus de 23 objets qui sont référencés dans la base Palissy. Trois Vierges à l'Enfant, deux d'époque médiévale en bois polychrome et une en ivoire du XVIe réputée offerte par François Ier[84] sont visibles au niveau du trésor, vitrine dans une chapelle du chœur, avec un saint Benoit en bois polychrome du XVIIe[85], cinq tableaux représentant des évêques d'Alet sont dans la sacristie derrière[86],[87],[88],[89],[90].
  • Enceinte fortifiée du XIIe restaurée au XVIe siècle dont les deux portes restantes la porte de Cadène[91] et la porte Calvières[92] sont classées[Note 23],[93],
  • Bourg médiéval avec des hôtels particuliers des XIIe et XIVe siècles à colombages et encorbellements, dix font l'objet d'une inscription aux monuments historiques; une maison dite de Nostradamus, place de la république, datée du XVIe avec des poutres de réemploi du XIIIe portant des symboles dont un sceau de Salomon[94]

L'évêché, les ruines de la cathédrale, l'église paroissiale et le presbytère se suivent à partir du pont traversé par l'avenue Nicolas-Pavillon : artère principale du village et ancienne route nationale 118.

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Extra-muros[modifier | modifier le code]

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Événements, animations, Festivals[modifier | modifier le code]

Ciné Sans Filet, le festival du court-métrage d'Alet-les-Bains[99] s'est déroulé en . Faute de subventions, le festival ne s'est pas déroulé en 2012, et ne se déroulera pas en 2013.

Un festival Nostradamus en Aleth initialement prévu le avec conférences, projection, expositions, animations et gastronomie, annulé en raison de la crise sanitaire COVID 19, est reporté au printemps [100],[101].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Antoine Dax, chanoine et préchantre d’Alet, abbé de Saint Polycarpe. Nommé le évêque d’Alet. Il présida l'assemblée du des États de Languedoc.
  • Nicolas Pavillon (XVIIe siècle), évêque d'Alet.
  • Thomas Goulard, (1697-1784), chirurgien et anatomiste qui fut nommé maire de la ville.
  • Emile Bourgès alias « Le Diable Rouge » (1901-1975 à Vals-les-Bains-Ardèche), funambule autodidacte, enfant abandonné d'Alet qui donna ses premières représentations en costume rouge dans son village les 4 et .
  • Roger Peyrefitte (1907-2000), écrivain, y est enterré auprès de ses parents.
  • Ferdinand Conquet (1906-2007), résistant et prisonnier de guerre.
  • Achille Laugé (1861-1944), peintre, y avait son atelier.
  • Thierry Souccar (1955-), éditeur, est originaire de la commune.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Alet-les-Bains (Aude).svg Blasonnement de la commune : D'azur au vol abaissé d'argent, à la croisette pattée de procession d'or à la hampe brochant sur le vol, accostée en chef de deux étoiles du même et soutenue d'une foi aussi d'argent.
Blason ville fr Alet-les-Bains-1696 (Aude).svg Blasonnement de la commune tel que décrit en 1696 par Charles d'Hozier : De sable à un sautoir d'or accompagné de quatre losanges d'argent[102].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Julien Foltran, Les monastères et l’espace urbain médiéval en Pays d’Aude : Lagrasse, Alet, Caunes : Thèse de doctorat d’histoire sous la direction de N. Pousthomis-Dalle et J.-L. Abbé, Toulouse, Université Toulouse-Jean-Jaurès, (lire en ligne)
  • Louis Fédié, Le comté de Razes et le diocèse d'Alet, Carcassone, Lajoux Frères, , 72 p. (lire en ligne), p. 1-40

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. actuellement en ni le thermalisme ni les sources ne sont exploités à Alet
  2. Ligne de bus 402 [1]
  3. Les normales servent à représenter le climat dans lequel nous vivons. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[8].
  4. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  5. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  6. Dans les sites Natura 2000, les États membres s'engagent à maintenir dans un état de conservation favorable les types d'habitats et d'espèces concernés, par le biais de mesures réglementaires, administratives ou contractuelles[18].
  7. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  8. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  9. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  10. vicus electus peut être traduit par pays choisi
  11. ce sujet débattu depuis le XIIe siècle entre historiens, l'enjeu étant les possessions respectives de l'abbaye d'Alet et celle de Lagrasse, si la charte de fondation de est généralement admise comme un faux du XIe un document de ou évoque un contrat avec le deuxième abbé d'Alet
  12. une refondation désigne une importante dotation permettant de renforcer ou de donner un nouveau départ à un monastère existant, la charte de , même contestée, en donne le détail
  13. descendance familiale.
  14. Détruite définitivement, elle n'est jamais relevée. Ses vestiges font la célébrité d'Alet.
  15. Elle est reconstruite après les évènements en préservant les parties restantes, portail occidental, chapelles de XIVe.
  16. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  17. Un ménage fiscal est constitué par le regroupement des foyers fiscaux répertoriés dans un même logement. Son existence, une année donnée, tient au fait que coïncident au moins une déclaration indépendante de revenus et l’occupation d’un logement connu à la taxe d’habitation.
  18. Les inactifs regroupent, au sens de l'Insee, les élèves, les étudiants, les stagiaires non rémunérés, les pré-retraités, les retraités et les autres inactifs.
  19. L'établissement, au sens de l’Insee, est une unité de production géographiquement individualisée, mais juridiquement dépendante de l'unité légale. Il produit des biens ou des services.
  20. Le champ de ce tableau couvre les activités marchandes hors agriculture.
  21. L'orientation technico-économique est la production dominante de l'exploitation, déterminée selon la contribution de chaque surface ou cheptel à la production brute standard.
  22. Le recensement agricole est une opération décennale européenne et obligatoire qui a pour objectif d'actualiser les données sur l'agriculture française et de mesurer son poids dans l'agriculture européenne[75].
  23. Les deux autres portes, porte d'Aude et porte de Romanou entre le fleuve et l'enclos ecclésiastique partagent le sort de l'abbaye
  • Cartes
  1. a et b IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le )
  2. « Réseau hydrographique d'Alet-les-Bains » sur Géoportail (consulté le 7 décembre 2021).
  3. Agence nationale de la cohésion des territoires, « Carte de la commune dans le zonage des aires d'attraction de villes. », sur l'observatoire des territoires (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

Site de l'Insee[modifier | modifier le code]

  1. « Commune urbaine-définition » (consulté le ).
  2. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », (consulté le ).
  3. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », (consulté le ).
  4. a b et c « Code officiel géographique- Rattachements de la commune d'Alet-les-Bains » (consulté le ).
  5. « REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018 à Alet-les-Bains » (consulté le ).
  6. « REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018 dans la Aude » (consulté le ).
  7. a et b « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 à Alet-les-Bains » (consulté le ).
  8. « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 dans l'Aude » (consulté le ).
  9. « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 dans la France entière » (consulté le ).
  10. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur site de l'Insee (consulté le ).
  11. « Emp T5 - Emploi et activité en 2018 à Alet-les-Bains » (consulté le ).
  12. « ACT T4 - Lieu de travail des actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi qui résident dans la commune en 2018 » (consulté le ).
  13. « ACT G2 - Part des moyens de transport utilisés pour se rendre au travail en 2018 » (consulté le ).
  14. « DEN T5 - Nombre d'établissements par secteur d'activité au 31 décembre 2019 à Alet-les-Bains » (consulté le ).
  15. « DEN T5 - Nombre d'établissements par secteur d'activité au 31 décembre 2019 dans l'Aude » (consulté le ).

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Plan séisme
  3. « Découpage en régions hydrographiques », sur www.sandre.eaufrance.fr (consulté le )
  4. « Désoupage en territoires SDAGE/DCE du bassin Rhône-Méditerranée-Corse », sur www.rhone-mediterranee.eaufrance.fr, (consulté le )
  5. « Fiche communale d'Alet-les-Bains », sur le système d'information pour la gestion des eaux souterraines en Occitanie (consulté le )
  6. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  7. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  8. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  9. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  10. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (oracle) Occitanie », sur occitanie.chambre-agriculture.fr, (consulté le )
  11. « Station Météo-France Limoux - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  12. « Orthodromie entre Alet-les-Bains et Limoux », sur fr.distance.to (consulté le ).
  13. « Station Météo-France Limoux - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  14. « Orthodromie entre Alet-les-Bains et Carcassonne », sur fr.distance.to (consulté le ).
  15. « Station météorologique de Carcassonne - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  16. « Station météorologique de Carcassonne - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  17. « Station météorologique de Carcassonne - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  18. Réseau européen Natura 2000, Ministère de la transition écologique et solidaire
  19. « Liste des zones Natura 2000 de la commune d'Alet-les-Bains », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  20. « site Natura 2000 FR9112028 - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le )
  21. « Liste des ZNIEFF de la commune d'Alet-les-Bains », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  22. « ZNIEFF les « Corbières occidentales » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  23. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  24. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  25. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  26. Raymond Lizop, « Un peuple gaulois inconnu dans la haute vallée de l'Aude », Annales du Midi : revue archéologique, historique et philologique de la France méridionale, vol. 69, no 38,‎ , p. 159-167 (lire en ligne, consulté le ).
  27. a b c et d « Le patrimoine d’Alet-Les-Bains », sur Alet-les-Bains site officiel de la mairie (consulté le ).
  28. Antoine Sabarthès, Dictionnaire topographique de la France., t. 5, Dictionnaire topographique du département de l'Aude, Paris, imprimerie nationale, , 664 p. (présentation en ligne, lire en ligne), p. 6-7.
  29. Louis Fédié 1912, p. 8.
  30. Julien Foltran 2016, p. 46.
  31. Louis Fédié 1912, p. 10.
  32. Louis Fédié 1912, p. 23.
  33. Le Pays Cathare J.L. Aubardier, M. Binet, H. Champollion - éditions OUEST-FRANCE
  34. Louis Fédié 1912, p. 24.
  35. « Le testament de Nicolas Pavillon, évêque d’Alet, le 9 octobre 1676 », sur Le trésor de Rennes le Château (consulté le ).
  36. Jean Jacques Dubarry et Michel Richard, « Le thermalisme en Aquitaine Gallo-Romaine », Histoire des sciences médicales, vol. 28, no 3,‎ , p. 217-222 (lire en ligne, consulté le ).
  37. Germain Sicard, « Note sur le Columbarium ou Sepulcrum, commune d'Alet-les-Bains (Aude) », Bulletin de la Société préhistorique de France, vol. 27, no 1,‎ , p. 57-58 (lire en ligne, consulté le ).
  38. Notice no PA00102531, base Mérimée, ministère français de la Culture
  39. Louis Fédié 1912, p. 1-9.
  40. Julien Foltran 2016, p. 42-46.
  41. Julien Foltran 2016, p. 47-48.
  42. Louis Fédié 1912, p. 10-14.
  43. « Alet-les-Bains. L'église vandalisée et pillée », La Dépêche du Midi,‎ .
  44. Julien Foltran 2016, p. 51-75.
  45. « Histoire de la maison », sur Maison de Nostradamus (consulté le ).
  46. « Nostradamus aurait vécu à Alet-les-Bains », La Dépêche,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  47. Julien Foltran 2016, p. 87.
  48. Louis Fédié 1912, p. 17 et 23-24.
  49. « Vierge à l'Enfant », notice no PM11001681, base Palissy, ministère français de la Culture
  50. Julien Foltran 2016, p. 73.
  51. Louis Fédié 1912, p. 27.
  52. Julien Foltran et 2016 100-101.
  53. « Pont d'Alet », notice no PA00102530, base Mérimée, ministère français de la Culture
  54. Louis Fédié 1912, p. 29.
  55. Étienne Dejean, « Le Diocèse d’Alet sous l’épiscopat de Nicolas Pavillon (1639-1677) », Revue des Deux Mondes, no 49,‎ , p. 377-409 (lire en ligne, consulté le ).
  56. Julien Foltran 2016, p. 42-43.
  57. a et b Jean Lagarde, Guide pratique du baigneur dans les stations thermales de l'Aude, Alet, Rennes-les-Bains, Campagne, Ginole, Escouloubre-Carcanières-Usson, Toulouse, Gimet-Pisseau, coll. « Archives médicales de Toulouse », , 168 p. (lire en ligne).
  58. « Abbaye d'Alet les Bains, un village médiéval à fleur d'eau - Guide de visite », sur Les sites Pays Cathares (consulté le ).
  59. « communauté de communes du Limouxin - fiche descriptive au  », sur la Base nationale sur l'intercommunalité (consulté le ).
  60. « Découpage électoral de l'Aude (avant et après la réforme de 2010) », sur http://www.politiquemania.com/ (consulté le ).
  61. site municipal
  62. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  63. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  64. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  65. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  66. « Entreprises à Alet-les-Bains », sur entreprises.lefigaro.fr (consulté le ).
  67. Tout savoir sur l'eau minérale d'Alet
  68. « Il veut reconstruire des thermes à Alet », La dépêche du midi,‎ (lire en ligne)
  69. F.P., « Eaux d'Alet : une entreprise prête à investir 15,5 M€ », La Dépêche du midi,‎ (lire en ligne)
  70. Louis Fédié, p. 5-6.
  71. Julien Foltran, p. 42-44.
  72. « Manger et dormir à Alet Les Bains », sur Alet les Bains site officiel de la mairie (consulté le ).
  73. « Les régions agricoles (RA), petites régions agricoles(PRA) - Année de référence : 2017 », sur agreste.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  74. a b et c « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans la commune d'Alet-les-Bains - Données générales », sur recensement-agricole.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  75. Présentation des premiers résultats du recensement agricole 2020, Ministère de l’agriculture et de l’alimentation, 10 décembre 2021
  76. « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans le département de l'Aude » (consulté le ).
  77. « Entreprises à Alet-les-Bains », sur Le Figaro emploi, (consulté le ).
  78. « Restes de l'ancienne cathédrale Notre-Dame », notice no PA00102515, base Mérimée, ministère français de la Culture
  79. « Restes de l'ancienne abbaye », notice no PA00102514, base Mérimée, ministère français de la Culture
  80. « Restes du Palais épiscopal », notice no PA00102529, base Mérimée, ministère français de la Culture
  81. Gratien Leblanc - L'église Saint-André d'Alet - p. 304-216, dans Congrès archéologique de France. 131e session. Pays de l'Aude. 1973 - Société Française d'Archéologie - Paris - 1973
  82. « Eglise paroissiale Saint-André », notice no PA00102517, base Mérimée, ministère français de la Culture
  83. « Scènes de la vie bénédictine », notice no PM11001680, base Palissy, ministère français de la Culture
  84. Notice no PM11001681, base Mérimée, ministère français de la Culture
  85. Notice no PM11001685, base Mérimée, ministère français de la Culture
  86. Notice no PM11002781, base Palissy, ministère français de la Culture
  87. Notice no PM11002780, base Palissy, ministère français de la Culture
  88. Notice no PM11002942, base Palissy, ministère français de la Culture
  89. Notice no PM11002785, base Palissy, ministère français de la Culture
  90. Notice no PM11002943, base Palissy, ministère français de la Culture
  91. « porte de Cadène », notice no PA00102532, base Mérimée, ministère français de la Culture
  92. « porte de Calvières », notice no PA00102533, base Mérimée, ministère français de la Culture
  93. Louis Fédié, p. 20.
  94. Notice no PA00102528, base Mérimée, ministère français de la Culture
  95. Julien Foltran, p. 44.
  96. « Pont du Diable », notice no PA00102531, base Mérimée, ministère français de la Culture
  97. « Église de Saint-Salvaire », notice no PA00102518, base Mérimée, ministère français de la Culture
  98. « Menhir de Saint-Salvayre », sur Mégalithes du mondeè (consulté le ).
  99. Festival International du Court-Métrage Cine Sans Filet Alet les bains
  100. « Festival Nostradamus en Aleth - 11 SEPT 2021 », sur Dartagnans (consulté le ).
  101. « Le festival Nostradamus en Aleth remis au printemps 2022 », sur Lepetitjournal.net (consulté le ).
  102. Armorial général des personnes, domaines, compagnies, corps et communautés (circonscription actuelle de l'Aude) / extrait de l'Armorial général (manuscrit), dressé en vertu de l'édit de 1696 par Charles d'Hozier, éd. de Carcassonne, 1876, page 15, (texte sur Gallica)