Saint-Jean-Poudge

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec Saint-Jean-Poutge.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Jean.

Saint-Jean-Poudge
Saint-Jean-Poudge
L'église Saint-Jean-Baptiste.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Arrondissement Pau
Canton Terres des Luys et Coteaux du Vic-Bilh
Intercommunalité Communauté de communes du canton de Garlin
Maire
Mandat
Sandra Dubernet
2014-2020
Code postal 64330
Code commune 64486
Démographie
Population
municipale
79 hab. (2015 en diminution de 5,95 % par rapport à 2010)
Densité 20 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 31′ 35″ nord, 0° 11′ 01″ ouest
Altitude Min. 129 m
Max. 276 m
Superficie 3,93 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte administrative des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Saint-Jean-Poudge

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Saint-Jean-Poudge

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Jean-Poudge

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Jean-Poudge

Saint-Jean-Poudge est une commune française, située dans le département des Pyrénées-Atlantiques en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Vue d'une torchère depuis Saint-Jean-Poudge vers le sud.

Situation[modifier | modifier le code]

Saint-Jean-Poudge est située à l'extrême nord-est du département et à l'est de Garlin.

Accès[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la route départementale 143.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée[1] par un affluent de l'Adour, le Léez, et par le tributaire de celui-ci, le ruisseau de Roudigou.

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

  • Poudge ;
  • Saint-Jean : l'Église.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Jean-Poudge[2]
Tadousse-Ussau Conchez-de-Béarn
Mascaraàs-Haron Saint-Jean-Poudge Cadillon
Burosse-Mendousse Vialer

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Saint-Jean-Poudge apparaît sous les formes Sanctus-Johannes-de-Podio (1101[3], cartulaire de Lescar[4]), Sent-Johan-Potge et Sent-Johan-Podge (respectivement 1385[3] et 1402[3], censier de Béarn[5]) et Saint-Jean-Pouge (1777[3], dénombrement de Saint-Jean-Poudge[6]).

Une confusion est possible avec la commune de Saint-Jean-Poutge, dans le Gers, dont la prononciation est pratiquement identique.

Histoire[modifier | modifier le code]

Des réemplois d'époque romaine dans le mur Ouest de l'église indiquent que la commune est le lieu d'une occupation ancienne. Un chapiteau du VIe ou du VIIe siècle a été découvert en 1922[7]. Paul Raymond[3] note qu'en 1385, Saint-Jean-Poudge comptait quinze feux et dépendait du bailliage de Lembeye.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Date d'élection Identité Qualité
Les données antérieures à 1995 ne sont pas encore connues.
1995 René Larroucau
2001 René Larroucau
2008 Sandra Lassus-Theze

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Saint-Jean-Poudge fait partie de sept structures intercommunales[8] :

  • la communauté de communes du canton de Garlin ;
  • le SIVU de la voirie de la région de Garlin ;
  • le SIVU du Lées et affluents ;
  • le syndicat d'énergie des Pyrénées-Atlantiques ;
  • le syndicat d'irrigation de la vallée des Lées ;
  • le syndicat intercommunal d'alimentation en eau potable Luy - Gabas - Lées ;
  • le syndicat mixte de gendarmerie de la brigade de Garlin.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[10].

En 2015, la commune comptait 79 habitants[Note 1], en diminution de 5,95 % par rapport à 2010 (Pyrénées-Atlantiques : +2,53 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
442279293248280333300292297
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
305316246223203199182145136
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
138140141137146132105105102
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
1028590846764777980
2015 - - - - - - - -
79--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

La commune fait partie des zones d'appellation d'origine contrôlée (AOC) du madiran, du pacherenc-du-vic-bilh et du béarn.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

La fête communale a lieu le deuxième dimanche de septembre.

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Le château[13] de Saint-Jean-Poudge date de la fin du XVIe ou du début du XVIIe siècle. De cette époque ne subsiste essentiellement que le portail, presque ruiné en 1899, le propriétaire n'en conserva que les parties les mois dégradées[7].

La demeure de notable[14] enregistrée à l'inventaire général du patrimoine culturel est une ancienne métairie anoblie en 1538.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Jean-Baptiste[15] présente des vestiges datant du XIe siècle mais fut achevé au XIIe siècle. Des remaniements sont à noter aux XIVe et XVe siècles (fenêtres au sud et voûtes d'ogives sur les travées droites du chœur) avant une restauration en 1898-1899[7]. Elle recèle du mobilier[16],[17],[18],[19], des tableaux[20],[21], des stèles discoïdales[22],[23] et des objets[24],[25] inscrits à l'inventaire général du patrimoine culturel.

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Équipements[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Notice du Sandre sur Saint-Jean-Poudge, consultée le 19/11/08
  2. Carte IGN sous Géoportail
  3. a, b, c, d et e Paul Raymond, Dictionnaire topographique Béarn-Pays basque
  4. Cartulaire de l'évêché de Lescar, publié dans les preuves de l'Histoire de Béarn de Pierre de Marca
  5. Censier de Béarn, manuscrit de 1385, Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques.
  6. Manuscrit du XVIIIe siècle - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  7. a, b et c Ouvrage Collectif, Vic-Bilh, Morlaas, Montaneres, Pyrénées Atlantique, Inventaire Topographique, Paris, Imprimerie Nationale, , 720 p. (ISBN 2-11-080952-3), p. 555-558
  8. Cellule informatique préfecture 64, « Base communale des Pyrénées-Atlantiques - Intercommunalité » (consulté le 19 juin 2014)
  9. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  13. « Château », notice no IA00026375, base Mérimée, ministère français de la Culture
  14. « Demeure de Notable », notice no IA00027464, base Mérimée, ministère français de la Culture
  15. « Église Paroissiale Saint-Jean-Baptiste », notice no IA00026376, base Mérimée, ministère français de la Culture
  16. « chaire à prêcher », notice no IM64001823, base Palissy, ministère français de la Culture
  17. « confessionnal », notice no IM64001822, base Palissy, ministère français de la Culture
  18. « lambris de revêtement, banc de chœur », notice no IM64001821, base Palissy, ministère français de la Culture
  19. « clef de voûte (2) », notice no IM64001820, base Palissy, ministère français de la Culture
  20. « chemin de croix », notice no IM64001826, base Palissy, ministère français de la Culture
  21. « tableau : saint Jean-Baptiste », notice no IM64001824, base Palissy, ministère français de la Culture
  22. « stèles (2) (stèles discoïdales) », notice no IM64001819, base Palissy, ministère français de la Culture
  23. « stèle (stèle discoïdale) », notice no IM64001818, base Palissy, ministère français de la Culture
  24. « croix de procession », notice no PM64000410, base Palissy, ministère français de la Culture
  25. « croix de procession », notice no IM64001825, base Palissy, ministère français de la Culture

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]